Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Cité

  • Souvenir d'un anonyme lucide

    Imprimer

    loupe-zoom.jpgA quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle, je voudrais vous faire partager un article publié dans le quotidien Le Temps (édition du 1er mai 1871). Cette analyse, qui a cent quarante-six ans d'âge, dit beaucoup de choses sur la manière dont nous, Français, faisons de la politique. Elle est même d'une étonnante modernité si on y retranche, bien sûr, les références à l'actualité politique de l'époque. L'auteur de ces lignes, resté anonyme, fait en tout cas preuve d'une profondeur de jugement dont peu d'éditorialistes actuels peuvent se prévaloir.

    Au moment où l'auteur anonyme rédige ces lignes, la semaine sanglante n'a pas encore eu lieu, mais il pressent déjà l'horreur inéluctable de la répression des innocents manipulés par les maximalistes de la révolution ; il redoute les réactions du « parti de l'ordre », celui de la peur, celui du conservatisme étriqué qui réduit tout aux choses du passé et enferme la conscience dans les superstitions cléricales.

    L'auteur anonyme estime dans son article qu'il faut sortir de ces impasses qui, d'une part, confinent la politique au sentiment et, d'autre part, la réduisent à un musée des idées où chacun campe sur ses positions avec intransigeance comme des religieux sur des points de doctrine. Il rappelle que la politique est transaction et qu'elle implique donc de la discussion, de l'échange, de la négociation, une recherche de convergences, une modération dans les procédés. Or, les extrêmes sont inaptes à la politique puisqu'ils la confondent en permanence avec la violence et la confrontation stériles. La politique constructive doit donc être portée par « un parti intermédiaire ». Un parti susceptible de rénover les pratiques  afin d'anticiper l'avenir.

    Voici le texte dont il est question.

    politique

    « Il est curieux de voir à quel point, en France, nous vivons sur notre passé. Pas un de nos partis politiques dont l'idéal n'appartienne à une époque déjà éloignée, qu'on regrette pour les mérites qu'on y distingue ou qu'on lui prête, et qu'on voudrait faire revivre sans autre raison que le prestige même du passé. Il semble que ceux qui s'occupent des affaires publiques, parmi nous, soient des artistes, que leurs inclinations secrètes ont attachés, les uns à une école, les autres à une autre, mais qui tous comprennent leur vocation de la même manière, un pastiche perpétuel du maître préféré.

    Le légitimiste et le jacobin sont, à cet égard, voués au même procédé. Le premier ne peut concevoir la société sans une monarchie indépendante de ia volonté nationale, une aristocratie territoriale et un clergé ; le second voudrait pouvoir décréter la révolution en permanence : il ne rêve que motions ronflantes, discours respirant un mâle civisme, députations admises à la barre de l'Assemblée. Cela serait ce qu'il y a au monde de plus ridicule, si ce n'était ce qu'il y a de plus triste, et c'est triste parce que c'est de l'impuissance.

    On est toujours à nous jeter à la tête, tantôt les dix siècles de l'histoire de France, tantôt les principes de 89, et il ne se trouve personne pour demander qu'on s'occupe enfin du dix-neuvième siècle et des principes de 1871. Nos hommes politiques n'auraient-ils rien appris depuis quatre-vingts ans, et s'ils ont appris quelque chose, comment se fait-il qu'ils ne trouvent pas une parole vivante et nouvelle à adresser au pays ?

    Ce travers doit tenir à un autre qui n'est pas moins profond ni moins général, la France est le seul pays de l'Europe où la politique se traite comme affaire de religion. Les monarchistes sont des croyants, cela va sans dire, puisque le droit divin n'est point une opinion susceptible de démonstration, mais un dogme surnaturel ; mais le jacobinisme, pour avoir horreur du clergé, n'en est pas moins, lui aussi, une religion, une croyance, et pour tout dire, un fanatisme. On ne raisonne pas plus d'une part que de l'autre. On procède des deux côtés par voie d'anathème. On se renvoie les foudres de l'excommunication. Et comment discuterait-on, en effet, lorsqu'on a, d'un commun accord, transformé les questions politiques en autant d'articles de foi ?

    Nous ne nous trouvons plus sur le terrain des choses humaines, mais dans les régions mystiques du sentiment ; au lieu du caractère essentiellement relatif des intérêts sociaux, nous avons affaire à des dogmes qui ne transigent point parce qu'ils expriment la vérité absolue. Les partis, en France, sont des Eglises, les programmes des Credo, nos adversaires des hérétiques.

    Nous avons souvent déjà signalé ce trait de nos mœurs politiques et nous ne nous lasserons pas d'y revenir. Il n'est point de politique sans transaction et il n'est point de transaction possible lorsque la lutte est engagée entre des gens qui ont par devers eux un mot d'ordre inviolable, et qui laisseraient périr la patrie plutôt que leur principe. Et encore si ces principes étaient vivants ; mais, nous le disions tout à l'heure, ce sont des friperies historiques.

    Il y eut un moment, pendant la dernière guerre où l'on put croire que la superstition du passé avait reçu un coup décisif. Le pays tout entier, à la vue des désastres qui le frappaient si inopiné- ment, s'était réveillé comme d'un songe. On s'était aperçu tout à coup que la France, qui se croyait à la tête de l'Europe, était, au contraire, dépassée par la plupart des autres nations. On s'était mis à douter de cette supériorité de lumière dont on s'était cru si sûr, et par suite aussi, à douter de la valeur de la civilisation française et de tout l'ensemble de nos institutions. Ce n'était pas sur tel ou tel point seulement que le besoin d'un renouvellement se faisait sentir, mais partout à la fois.

    On réclamait comme un souffle puissant qui vînt rajeunir l'organisme vieilli de notre glorieuse patrie. Nous avions trop vécu sur un fond de routine, de cléricalisme, de moyen âge. Tout avait changé autour de nous, et nous, en dépit de la révolution dont nous étions si fiers, nous n'avions su innover en rien d'une manière un peu réelle et un peu féconde. La France du dix-neuvième siècle, comme liberté de penser et universelle initiative, était à mille ans du dix-huitième siècle. Voilà ce qu'on entrevit un instant, à l'époque de nos grands revers, mais ce qu'on est en train d'oublier maintenant. La puissance de la routine a déjà commencé de nous ressaisir.

    Que sont devenus ces rêves de large instruction populaire dans lesquels le patriote frappé au cœur cherchait la revanche des désastres du champ de bataille ? Où est le rajeunissement de la société, le désir seulement d'un rajeunissement ? N'est il pas évident que, parmi les hommes qui s'occupent en ce moment de l'avenir de la France, l'immense majorité ne comprend d'autre manière de relever le pays que de le ramener le plus promptement  et le plus exactement possible à quelque type du passé ? Notre espoir est qu'il se formera dans le pays, comme il se forme en ce moment à l'Assemblée, un parti intermédiaire, impatient des engagements aveugles, étudiant les questions pour elles-mêmes, portant plus d'intérêt à la chose publique que de dévouement aux traditions ; mais si le mouvement que nous appelons de tous nos vœux commence à se dessiner, il s'en faut qu'il ait déjà pris l'ascendant et la majorité de l'Assemblée risque toujours d'incliner vers la droite. Or, pour la droite, son programme est fixé. Elle accepte la République, mais, ainsi qu'elle nous le disait avant-hier, elle l'accepte comme en 48, provisoirement, et avec l'intention bien arrêtée de la renverser.

    On avait, en 48, un Falloux pour cette œuvre sainte, on a aujourd'hui un Kerdrel. Quand le jour propice sera venu, on « complétera l'édifice », et en attendant on le profile, on l'ébauche. Un jour, M. d'Audiffret Pasquier réclame en faveur de ces bureaux de bienfaisance, si méchamment mis en tutelle par des préfets républicains. Un autre jour, on établit une commission extra-parlementaire chargée de retondre l'instruction publique.

    On travaille en même temps à obtenir de M. le chef du gouvernement une petite expédition de Rome diplomatique, à savoir la défense faite au ministre de France de suivre le gouvernement de Victor-Emmanuel lorsqu'il quittera Florence. Une jolie vieille petite France, bien remise à neuf, tirée toute rajeunie de l'armoire aux antiques, une France bien routinière, bien confite en cléricalisme, bien nation latine ; une France vouée au blanc, voilà ce que la droite a imaginé de mieux pour nous aider à tenir notre rang entre l'Allemagne et l'Amérique, pour nous mettre en état de jouer notre rôle dans la grande mêlée des nations modernes

    La question politique, en France, est intimement liée à une question sociale, c'est-à-dire qui affecte la constitution même de la société, non pas sa constitution économique, ainsi que le veulent les socialistes, mais sa constitution morale ; il s'agit de savoir si la France subira une restauration ou une rénovation, si elle sera une chose du passé ou une chose de l'avenir. »

    En ce mois d'avril 2017, où la France est menacée par le péril mortel des extrêmes, il m'a paru indispensable d'exhumer ce beau texte clairvoyant.

  • Le point d'équilibre de la République

    Imprimer

    république,politique,cité,bloc,aristide briand,joseph caillaux,jean jaurès

    Il est beaucoup question aujourd'hui de recomposition politique. L'expression est à la mode. On l'entend partout en cette période électorale. Il est vrai que les grands partis ont du plomb dans l'aile pour tout un ensemble de raisons qu'il serait fastidieux d'analyser ici. Les lignes semblent bouger en tout cas. S'agit-il pour autant d'une recomposition politique ou bien simplement d'un retour de la République à son point d'équilibre ?

    Je m'explique. Chaque fois que la République a été en danger, menacée par la force brutale des extrêmes, les républicains attachés à la démocratie et aux libertés publiques ont su se rassembler dans une grande fédération trans-partisane. Sous la Révolution, cette fédération s'appelait « le Marais » composé d'abord par les Girondins, puis la Terreur passée par les Thermidoriens. Sous les deuxième et troisième Républiques, le Marais a pris différents noms : tantôt désigné sous l'étiquette de parti des « libéraux » ou des « radicaux », tantôt désigné sous celle de « centre gauche ».  

    C'est ce « Marais » aux limites fluctuantes qui, qu'on le veuille ou non, a construit la République en la prémunissant des aventures révolutionnaires sans issue. Même si comparaison n'est pas raison et que chaque époque obéit à un contexte historique donné, je trouve néanmoins que la situation politique française actuelle ressemble étrangement à celle qui prévalait dans les premières années du vingtième siècle lorsque la République était menacée à sa droite par des réactionnaires décidés à l'abattre et à lui substituer un régime autoritaire et à sa gauche par des socialistes résolument hostiles à toute participation gouvernementale et désireux de faire une révolution de type marxiste.

    Les républicains ont su aller au-delà des clivages pour se rassembler et jeter les bases du premier parti politique français les 21, 22 et 23 juin 1901 : le parti républicain, radical et radical-socialiste. S'y côtoyaient des gens venus de la droite et de la gauche, des gens venus de milieux modestes ou fortunés autour d'idées fortes : la défense de la République, la laïcité, le respect de la propriété privée, le désir de travailler à l'avènement d'une société solidaire d'hommes libres. Des ralliements ou en tout cas des compagnonnages ont fait jaser à l'époque : je pense notamment à celui du socialiste Aristide Briand. Le secrétaire de Jean Jaurès fut vivement conspué par ses anciens camarades pour avoir accepté de participer à l'exercice du pouvoir. On qualifia Briand de « Jaune » (traître, servile, suppôt du patronat en argot). On le prétendit de droite. Je pense également au ralliement de Joseph Caillaux, ce grand bourgeois fortuné, homme d'affaires passé par l'inspection générale des finances. Caillaux fut la bête noire des réactionnaires qui virent en lui un traître à sa condition sociale.

    république,politique,cité,bloc,aristide briand,joseph caillaux,jean jaurès

    Aristide Briand fut le rapporteur éloquent de la loi du 9 décembre 1905 portant séparation de l'Eglise et de l'Etat. Joseph Caillaux parvint, à la veille de la première guerre mondiale, à faire voter l'instauration de l'impôt progressif sur le revenu et à profondément réformer le système fiscal du pays (il y eut plus de cent cinquante propositions de loi entre 1880 et 1914 !). La République moderne doit beaucoup à ces hommes politiques pragmatiques, injustement oubliés, qui ont su dépasser les clivages pour réformer la France en profondeur et concilier la libre initiative économique avec l'indispensable justice sociale.

    Je demeure persuadé que Jean Jaurès - qui, contrairement à ce que l'on croit trop souvent, n'était pas le secrétaire général de la SFIO (il s'agissait de Louis Dubreuilh) - était intimement convaincu que ces ralliements allaient dans le sens de l'histoire et de l'intérêt général mais qu'il lui était impossible d'y engager la SFIO tout entière parce que celle-ci ne l'aurait pas suivi à cause du poids politique interne des maximalistes et des idéologues protestataires hostiles à toute participation gouvernementale. L'assassinat de Jaurès le 31 juillet 1914, puis le déclenchement de la première guerre mondiale quelques jours plus tard, n'ont pas permis à cette logique politique d'aboutir. Les législatives de mai 1914, nettement remportée par la gauche, a vu ses effets tués dans l'oeuf : « l'union sacrée » face à l'ennemi l'a emporté sur tout autre considération.

    La franc-maçonnerie fut une cheville ouvrière de ce « bloc républicain » qui, par la suite, se morcela en diverses chapelles (Alliance démocratique, Fédération Républicaine, Radicaux, Radicaux Socialistes) plus ou moins concurrentes mais souvent amenées à collaborer et à gouverner ensemble par les règles du régime parlementaire classique et les modalités de scrutin. Il convient de rappeler que de nombreux francs-maçons et de nombreuses loges, aussi bien du Grand Orient que de la Grande Loge, étaient adhérentes des comités radicaux.

  • Une heure avec Manuel Valls

    Imprimer

    valls1.jpgEn 2008, j'étais descendu à Nîmes écouter une intervention de Mme Ségolène Royal qui apportait, à l'époque, un ton nouveau en politique. Elle était le chef de file de la motion E et guignait le poste de premier secrétaire du PS.

    Je n'étais pas un béni oui-oui de la dame mais j'avoue qu'elle ne manquait pas de courage face aux attaques parfaitement dégueulasses dont elle faisait l'objet. Elle digérait sa défaite de 2007.

    Durant le meeting, j'avais fait la connaissance d'un gars originaire de la Lozère qui travaillait à Evry. Il était membre de la section socialiste de la ville dont Manuel Valls était le maire.

    Après le meeting, je me souviens que mon comparse lui avait adressé un grand signe de la main :

    « -Oooooooh ! Mâââaânu ! Putain ça va ?! »

    Et Valls de répondre, les yeux écarquillés :

    « -Oh mais c'est toi ? qu'est-ce que tu fous là ? » 

    Et Manuel Valls vînt vers nous. Il n'en revenait pas de voir un de ses camarades de la section d'Evry dans ce meeting nîmois. Nous avons discuté de tout et de rien comme si nous nous connaissions depuis toujours. Je n'avais jamais rencontré de mandataire public aussi disponible dans la discussion même si j'avais déjà eu l'occasion de rencontrer Henri Emmanuelli et Jean-Luc Mélenchon (également étonnants de proximité).

    Mon comparse était profane. Pour ma part, j'étais sur la réserve devant Valls dont je savais qu'il avait fréquenté le Grand Orient à un moment donné. Le maire d'Evry était en sommeil. A quoi cela aurait-il servi de me dévoiler ? A rien.

    Je me souviens que Vincent Peillon était en retrait. Muet comme une carpe. Il s'emmerdait ostensiblement. Ségolène Royal, elle, gérait les militants qui jouaient des coudes pour lui parler. Raide. Le sourire crispée.

    Pour terminer. Une photo. Ironie de l'histoire. On y voit le révolutionnaire en retrait (Jean-Luc Mélenchon). L'adepte tardif du revenu universel (Benoît Hamon). Et le prétendu réactionnaire (Manuel Valls). Je n'ai pas cerclé de rouge l'actuel premier secrétaire du PS (Jean-Christophe Cambadélis), l'actuel commissaire européen (Pierre Moscovici) et l'actuel président de l'assemblée nationale (Claude Bartolone). 

    2008,manuel valls,socialisme,cité,souvenir

    Et en avant-plan, l'ancien premier ministre Michel Rocard (paix à ses cendres).

  • La légitimité de Donald Trump en question

    Imprimer

    laurent.jpgAnalyse lumineuse des enjeux de la présidence Trump par Mme Sylvie Laurent sur l'antenne de France Inter ce 20 janvier 2017. Sylvie Laurent a fait sa thèse de littérature américaine à Paris IV sur « le pauvre blanc dans le roman américain ». Elle enseigne à Sciences-po Paris et à l'Université d'Harvard.

    En trois petites minutes, Mme Laurent énonce les problèmes juridiques et politiques extrêmement complexes que pose l'élection de M. Trump à la tête de la première puissance mondiale.

    Et elle insiste notamment sur la légitimité de Trump qui est questionnée sous trois angles :

    1. Trump n'a pas obtenu la majorité des suffrages exprimés mais la majorité des voix des grands électeurs (c'est le suffrage universel indirect).

    2. Il est établi qu'il y a eu une intervention informatique russe dans le processus électoral et il y a donc des doutes sur la sincérité du scrutin.

    3. Trump est noyé dans de colossaux et inextricables conflits d'intérêts (il dirige un empire financier et un pays). Les risques de corruption sont donc majeurs.

    Extrait de l'intervention de Mme Sylvie Laurent ci-dessous :

    ____________

    Lire également :