Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

xénophobie

  • L'ironie du symbole

    Imprimer

    corse.jpg

    Utiliser les symboles peut s'avérer périlleux. C'est par exemple le cas ici lors de la manifestation xénophobe et raciste d'Ajaccio. Le drapeau corse a été brandi dans une volonté de rejeter l'étranger et le Français d'origine étrangère.

    La tête de saint Maur contre le Sarrasin... C'en est presque comique...

    Il faut rappeler que saint Maur ou saint Maurice était un saint originaire d’Égypte. L'iconographie et la statuaire chrétiennes le représentent souvent sous les traits d'un noir.

    corse,xénophobie,france,symbolisme

    Bref un drapeau avec une tête de nord-africain pour défier l'arabe... Tout ceci me fait songer à cette citation de Jean-Marie Adiaffi, cinéaste et poète ivoirien (1941-1999) :

    "Un peuple qui ne sait plus interpréter ses propres signes, ses propres mythes, ses propres symboles, devient étranger à lui-même, perd foi en son destin."

  • Guénolé 1, Finkielkraut 0

    Imprimer

    Dans le flot ininterrompu de conneries que la TV déverse quotidiennement dans nos cerveaux assoupis, il arrive quelques fois de tomber sur des petites perles.

    C'est le cas de cette intervention du politologue Thomas Guénolé au cours de l'émission de Laurent Ruquier samedi dernier.

    Guénolé, en un peu plus de trois minutes, s'est appliqué à démonter la rhétorique délirante du sophiste Alain Finkielkraut, rompu à l'art des fausses évidences, des préjugés érudits, des mots chocs et des choix caricaturaux. C'est clair, net et vraiment bien dit.

     Merci à Thomas Guénolé pour son intervention stimulante et percutante.