Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vote

  • Un franc-maçon ne s'abstient pas

    Imprimer

    urne.jpgLa vie maçonnique est rythmée par les scrutins : élection du vénérable maître et du collège des officiers, initiation et augmentation de salaire, approbation des tracés des tenues, etc. Qu'ils soient secrets (boules blanches ou noires) ou non (à mains levées), à la majorité simple ou à la majorité qualifiée, les votes auxquels le franc-maçon est amené à participer dans le cadre de la vie maçonnique, le placent devant la nécessité de faire des choix. Soit il vote pour les conclusions du frère orateur, soit il s'y oppose mais en aucun cas il ne peut s'abstenir par confort, prudence, stratégie ou désintérêt.

    En effet, l'abstention n'existe pas en franc-maçonnerie car le franc-maçon, conscient de ses responsabilités, doit toujours être prêt à faire des choix et à les assumer.

    Il ne faut pas en déduire qu'il n'y a pas de place pour l'intime conviction en franc-maçonnerie ou que le franc-maçon est contraint à se justifier systématiquement quand il est appelé à voter. Cependant, il a l'obligation de participer aux différents scrutins pourvu, bien entendu, qu'il satisfasse à certaines conditions réglementaires. Ces conditions peuvent varier plus ou moins selon les obédiences (grades, ancienneté, assiduité satisfaisante, absence de retard dans le paiement des capitations, etc.). Sa participation active permet à la loge ou à l'obédience de vivre tout simplement.

    Si je m'en réfère au Grand Orient de France, mon obédience, le vote est au coeur même de son identité. En effet, celui-ci a été fondé en 1773 sur l'idée que les frères devaient avoir le droit d'élire librement leurs officiers et plus particulièrement les vénérables qui président les loges. 

    Le franc-maçon est également un citoyen. Sa vie ne se cantonne pas à la loge. Il s'agit d'une évidence que je me dois de rappeler en cette période électorale car je constate malheureusement que des frères sont tentés de s'abstenir le 7 mai prochain alors que l'enjeu politique est pourtant majeur : il s'agit de défendre une France tolérante et fraternelle, ouverte sur le monde et soucieuse de garantir à chacun les libertés publiques et les droits fondamentaux de la personne humaine.

    Je souhaite que tous les francs-maçons se remémorent les devoirs auxquels ils ont librement consenti le jour de leur initiation. Parmi ces devoirs figure la promesse de travailler avec zèle, constance et dévouement à l'oeuvre de la franc-maçonnerie. Cette oeuvre consiste pour les francs-maçons, d'une part, à répandre les vérités qu'ils ont acquises par le travail en loge ; d'autre part, à faire aimer notre Ordre par l'exemple de leurs qualités ; et enfin à préparer, par une action incessante et féconde, l'avènement d'une humanité meilleure et plus éclairée. Ce travail, toujours en perpétuel recommencement, est celui des individus conscients, courageux et capables de faire des choix clairs et dépourvus d'ambiguïtés.

    A toute heure, rappelons-nous la grandeur des devoirs que nous nous imposés. A toute heure soyons prêts à les remplir. Notamment lorsque des choix importants, qui engagent le pays tout entier, doivent être faits.

    Un franc-maçon ne s'abstient pas.