Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

utopiales 2016

  • Utopiales 2016 : vivre la République

    Imprimer
    utopiales2016.jpgGérard Soulier, Grand Officier du Grand Orient de France en charge des événements et colloques, a accepté de répondre à quelques questions sur les Utopiales maçonniques 2016 qui auront lieu les 9 et 10 avril au siège de l'obédience. Qu'il en soit remercié.

    Gérard, peux-tu présenter en quelques mots les Utopiales ? Quel est l'historique de cette manifestation ?

    Gérard Soulier - L’utopie a toujours été au cœur de la démarche maçonnique, telle que la conçoit le GODF , dans son souci d’améliorer à la fois l’homme et la société. C’est pour montrer au grand public cette dimension «  utopiste » de notre réflexion que cet événement a été créé. Les Utopiales maçonniques est un moment de débats et de réflexion prospective, en un temps où le monde est en profonde mutation. Cette manifestation organisée par le Grand Orient de France sur deux jours est unique. Avec les loges qui s’associent à ce projet et l’éclairage de « grands témoins », le GODF veut contribuer à faire vivre la République, fil rouge de cette troisième édition de la manifestation, en interrogeant sur des thèmes qui constituent les grands enjeux de notre devenir commun et ce, en s’appuyant sur nos principes maçonniques. Créée en 2014, cette troisième édition s’intitule « Vivre la République », un projet républicain qui associe et émancipe.

    Quel est le programme de cette année ?

    G.S. - Le programme de cette troisième édition s’articule autour du fil rouge « Vivre la République » et de neuf verbes qui sont autant de thèmes de réflexion. Organisé en tables rondes avec le rapport d’une ou deux Loges sur la question mise en débat, éclairé par l’intervention « d’un grand témoin », le débat s’ouvre avec les participants, le tout animé par un conseiller de l’Ordre de l’Obédience. Le programme se trouve ici http://www.godf.org/uploads/assets/file/Programme3p-Les-Utopiales-Maconniques-2016.pdf

    ob_47b0a9_5009198-7479581.jpgCette manifestation est-elle ouverte à tout le monde ?

    G.S. - Les Utopiales maçonniques sont, bien sûr, ouvertes à tous, profanes ou maçons de toutes les Obédiences. Elles doivent permettre de montrer à quoi et comment les francs-maçons réfléchissent au futur de notre société. Cette année, on pourra suivre en direct la manifestation en streaming sur Dailymotion (http://www.dailymotion.com/grandorientdefrance). Au delà des tables rondes, tous les représentants des différentes revues maçonniques seront présents, ainsi que la librairie DETRAD. Un bar-restaurant sera ouvert pendant les deux jours au septième étage de l’immeuble Cadet.

    Comment peut-on s'y inscrire ?

    G.S. - L’inscription, obligatoire, se fait sur une plate-forme internet à l’adresse : https://reservation.godf.org/index.php/inscription/evenement/Utopiales-Maconniques-2016-CP2

  • Les Utopiales Maçonniques 2016

    Imprimer

    La troisième édition des Utopiales Maçonniques aura lieu les 9 et 10 avril 2016 au siège du Grand Orient de France. Elle aura pour fil conducteur le thème suivant : Vivre la République. Je suis persuadé que cette troisième édition aura le même succès que la précédente dont le sujet était : Construire le monde de demain.

    Voici le programme de cette manifestation. Vous le verrez, c'est un programme de grande qualité même si je trouve que ça part un peu dans tous les sens. Je veux dire qu'à force de vouloir parler de tout, on finit par ne plus parler de rien (c'est mon opinion en tout cas).

    utopiales1.jpg

    utopiales2.jpg

    Je signale également la page Facebook des Utopiales.

    Je voudrais quand même rappeler que le travail maçonnique s'effectue en loge et que c'est ce travail là que le GODF devrait prioritairement mettre en valeur. Mais qu'on me comprenne bien. Les colloques avec des journalistes et des éditocrates parisiens, des intellectuels médiatiques, des représentants de la société civile, c'est bien. Il en faut. Je ne dis pas le contraire. Mais ces événements ou ces mondanités ne doivent pas devenir non plus une fin en soi ou le moyen habile de faire de la communication pour donner l'image réductrice d'une obédience engagée dans la réflexion sociale.