Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

syrie

  • La France et la guerre

    Imprimer

    Il semble que la France s'apprête à entrer en guerre, c'est-à-dire à élargir ses bombardements au territoire syrien (ils sont aujourd'hui cantonnés à ce qui reste de l'Irak). L'objectif : détruire les positions et les infrastructures militaires de Daesh.

    Je ne discute pas le bien-fondé de ces frappes militaires aériennes même si je m'interroge sur leur efficacité réelle. Dans quelle mesure ne devrons-nous pas envoyer un jour des troupes au sol pour éradiquer ce mouvement terroriste à prétention étatique ? Et dans ce cas, l'opinion publique française est-elle vraiment prête à accepter que des jeunes soldats (même professionnels) meurent en nombre pour sauver la Syrie ?

    Ce sont des questions majeures, me semble-t-il, qu'on ne peut décemment pas réserver, dans une démocratie, à la seule conscience du président de la République, chef des armées, et du premier ministre, responsable de la défense nationale, même si les deux sont entourés d'experts militaires.

    Il est sidérant de constater qu'en 2015, le pouvoir exécutif bénéficie toujours du droit exorbitant d'engager les forces militaires du pays en vertu des articles 15 et 20 de la Constitution sans que la représentation nationale y soit associée dès le départ et puisse, le cas échéant, s'y opposer.

    Figure89png.png

    Lien permanent Catégories : La Cité