Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rite français

  • Franc-Maçonnerie, soumission et liberté

    Imprimer

    qui frappe.jpgLa note que j'ai consacrée à mon parcours chaotique dans les ordres de sagesse du rite français a suscité quelques réactions chez les abonnés de mon infolettre. Le frère M.N., trente-deuxième du rite écossais ancien et accepté, m'a ainsi écrit un sympathique courrier électronique dans lequel il m'a fait part de sa démission, en décembre dernier, du Suprême Conseil souché sur le Grand Orient de France. Il m'a autorisé à publier sa lettre de démission. Je l'en remercie bien fraternellement car il doit être difficile de mettre un terme à un parcours de près de vingt-six ans dans les hauts grades écossais.

    Je ne me prononcerai pas sur les divergences dont ce frère fait état dans sa lettre. Je n'ai pas les moyens d'en juger. C'est son histoire. C'est son ressenti. Je retiens ici simplement l'analyse qu'il fait d'un système qu'il qualifie de tyrannique parce que fondé sur la soumission volontaire. Ce frère donne incontestablement matière à penser sur les rapports complexes que nous pouvons avoir avec la hiérarchie maçonnique, notamment quand elle nous confronte à des propos ou à des comportements que nous réprouvons dans notre for intérieur ou lorsqu'elle nous fait croiser le chemin de cons flamboyants et enrubannésCe que ce frère décrit peut en réalité s'appliquer à toute hiérarchie humaine car la franc-maçonnerie, quel que soit le rite concerné, n'a évidemment pas l'apanage de ces dysfonctionnements. Ça ne l'exonère pas pour autant de toute responsabilité. N'ambitionne-t-elle pas en effet d'être le centre de l'union ? N'offre-t-elle pas un cadre et des outils pour s'améliorer soi-même ? Il est toujours douloureux de découvrir que les actes, parfois, ne coïncident pas avec les hautes pensées.
     
    Dans les ordres de sagesse du rite français, je dois cependant dire que je n'ai jamais ressenti de pressions hiérarchiques particulières, peut-être parce que je n'ai jamais été dans une disposition d'esprit qui consistait à conserver un silence prudent dans l'espoir d'obtenir une augmentation de salaire ou une responsabilité particulière. Peut-être aussi parce que le Grand Chapitre Général est structurellement moins pyramidal et plus bordélique dans son organisation que le Suprême Conseil et que bon an, mal an, chaque frère a vocation à obtenir le quatrième ordre s'il est un minimum assidu et constant. Car il faut bien des quatrièmes ordres pour que les chapitres fonctionnent et se pérennisent.
     
    En revanche, je me suis heurté frontalement, comme ce frère, à l'imbécillité sûre d'elle-même, celle qui consiste à ériger la médiocrité en norme du travail maçonnique, celle qui interdit toute remise en cause, toute discussion qui n'aurait pas fait l'objet d'un contrôle préalable ; celle qui, par exemple, a conduit un ancien Très Sage à m'asséner brutalement des leçons de fraternité et de liberté de conscience alors qu'il a été probablement le pire président d'atelier que j'ai croisé de ma vie maçonnique, incapable d'ouvrir et de fermer correctement les travaux, donnant chaque fois l'impression de découvrir le rituel, élevant le je m'en foutisme à des sommets vertigineux ; un frère qui, en matière de liberté de conscience, était sans doute bien mieux placé que moi puisqu'il avait fréquenté, paraît-il, l'ordre intérieur du très chrétien régime écossais rectifié... J'ai appris par la suite qu'il fallait avoir été Très Sage pour espérer obtenir un jour le cinquième ordre... Tout finit par s'expliquer quand on vous donne la première lettre et que vous êtes en mesure de dire la seconde...
     
    Bref, je ne peux m'empêcher de songer à ce propos de feu Jean Mourgues, ancien Souverain Grand Commandeur du Grand Collège des Rites, que j'ai déjà eu l'occasion de citer sur ce blog :
     
    « Les grades maçonniques ne sont que des fictions dont les plus vaniteux ne savent à quoi elles les engagent. »
     
    255114976.jpgCe que disait Mourgues était vrai mais insuffisant toutefois car le problème est que les plus vaniteux sont souvent les plus bruyants et les plus entreprenants. Comme les cons de Michel Audiard, ils osent tout et c'est à cela qu'on les reconnaît. Ils pourrissent le système de l'intérieur parce qu'ils savent exploiter habilement la lâcheté de ceux qui sont à la franc-maçonnerie ce que les fidèles sont à l'Église, notamment quand ces derniers, au moment de s'apprêter à recevoir l'eucharistie, pratiquent le rite de la paix annoncé ainsi par le curé (je souligne) :
     
    « Seigneur Jésus Christ, tu as dit à tes Apôtres : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix » ; ne regarde pas nos péchés mais la foi de ton Église ; pour que ta volonté s'accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l'unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. »
     
    Les fidèles se donnent ensuite la paix. Ils peuvent alors communier le coeur léger et l'esprit tranquille puisque seule la foi de l'assemblée compte. Eh bien on est dans le même registre quand certains frères disent en croyant bien faire : « Tu seras peut-être déçu par les francs-maçons mais jamais par la franc-maçonnerie. » Ils pensent préserver la paix de l'institution et exalter la foi maçonnique de cette façon sans voir le travail de sape des vaniteux, des pleurnicheurs et des emmerdeurs. Ainsi lorsque j'ai confié à un des membres de mon chapitre ma décision d'en démissionner, celui-ci m'a juste conseillé de me raviser et de jouer plutôt la stratégie du pourrissement et d'une paix hypocrite, considérant que les choses allaient finir par s'arranger tôt ou tard... Quand on dit ça, c'est qu'il est temps de partir.
     
    Je n'ai absolument pas d'amertume contrairement à ce que l'on pourrait croire. Je peux donc rassurer ceux qui se sont inquiétés de mon moral. Je vais très bien. Je continue simplement mon bonhomme de chemin au sein de la franc-maçonnerie symbolique où tout se joue et où l'essentiel se transmet. Je n'ai pas senti non plus la moindre acrimonie dans la lettre du frère M.N. Lui aussi a fait le choix de se cantonner désormais à la loge bleue. Je crois que nous nous rejoignons, lui et moi, dans l'idée que la franc-maçonnerie n'est belle que si on la considère avec sérieux, humour et gentillesse. Ces trois qualités là sont indispensables car elles ennoblissent les coeurs et rendent les hommes libres.
     
    ______________________
     
  • La Chaîne d'Union n°79. Le rite français entre tradition et modernité

    Imprimer

    couv-cdu-79-perspect.jpgJ'ai parcouru le dernier numéro de La Chaîne d'Union dont le dossier est consacré au rite français. Je l'ai parcouru avec un petit pincement au coeur car j'ai démissionné, en novembre dernier, de mon Souverain Chapitre et, partant, du Grand Chapitre Général de France suite à quelques divergences dont j'avais fait état sur ce blog. C'est dommage. J'avais présenté mon travail pour passer au troisième ordre...

    Je ne vais pas commenter ici les études publiées par La Chaîne d'Union. Elles sont toutes de qualité. Cependant, cette qualité générale dissimule mal la prétention du rite français à se croire le dépositaire de la franc-maçonnerie du Siècle des Lumières et la volonté du Grand Chapitre Général de France de se prévaloir d'une certaine antériorité par rapport à d'autres juridictions de hauts grades (la célébration du deux cent trentième anniversaire de l'agrégation du Grand Chapitre Général au Grand Orient de France n'est ainsi pas anodine). Au fond, on en revient toujours à des questions de leadership sous couvert d'histoire et de symbolisme...

    Il faut remettre les choses à de plus justes proportions et rappeler trois choses :

    1°) Le réveil des ordres de sagesse du rite français au sein du Grand Orient de France n'a pas vingt ans. A bien des égards, ce réveil doit bien plus à des obédiences telles que la Loge Nationale Française, la Grande Loge Nationale Française ou la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique qu'au Grand Orient de France dont les hauts grades ont été tout au long des dix-neuvième et vingtième siècles le champ réservé du rite écossais ancien et accepté.

    2°) Ce réveil résulte plus d'enjeux de pouvoir au sein de l'appareil du Grand Orient qu'à des préoccupations spirituelles, symboliques ou historiques. Le fait est que le réveil des ordres de sagesse a été d'abord une opération visant à casser le Grand Collège des Rites - qui n'avait de collégial que le nom - et à mettre un terme au monopole de fait du Suprême Conseil sur les hauts grades de l'obédience en permettant aux frères qui en étaient écartés pour de bonnes ou de mauvaises raisons, de poursuivre, dans le meilleur des cas, un cheminement initiatique, et dans le pire, d'obtenir les cordons et dignités nécessaires afin de faire jeu égal avec les trente troisièmes.

    3°) La filiation avec le siècle des Lumières est d'autant plus sujette à caution que les ordres de sagesse, tels qu'ils sont pratiqués dans les Chapitres du Grand Chapitre Général de France, n'ont plus grand-chose à voir avec les rituels initiaux. Je ne discute pas le bien-fondé de ces évolutions mais déplore qu'elles soient souvent un prétexte commode à l'inculture maçonnique. Si on vient dans un Chapitre pour travailler moins bien qu'en loge bleue, si on est incapable de se confronter, dans les ordres de sagesse, à la tradition maçonnique, alors je pense qu'on y perd son temps. C'est malheureusement ce qui m'est arrivé.

    Vous trouverez dans le numéro 79 de La Chaîne d'Union un entretien avec Philippe Guglielmi, Très Sage et Parfait Grand Vénérable du Grand Chapitre Général. On y apprend que le Grand Chapitre Général est en phase de consolidation. J'aimerais le croire mais j'ai des sérieux doutes à ce sujet, peut-être parce que mon parcours dans les ordres de sagesse a été chaotique.

    En effet, tout a commencé pour moi par un simulacre en 2007 lorsqu'un frère me propose de rejoindre les ordres de sagesse. Il savait que j'avais conservé mon appartenance au Souverain Collège du Rite Ecossais pour la Belgique où j'avais été reçu en 1997. Ce frère avait tenu à ce que je sois initié au premier ordre sans tenir compte du fait que j'étais à l'époque quatorzième du rite écossais et donc éligible au deuxième ordre par équivalence. Je n'ai pas souhaité revendiquer cette équivalence pour ne pas le contredire et lui donner l'impression que je connaissais déjà la trame du premier ordre. J'ai donc accepté de me prêter à ce simulacre alors que j'avais été également initié au neuvième degré du rite écossais en Belgique. Certes les grades d'élu et de maître élu des neufs ont des différences mais je n'ai rien découvert de fondamentalement nouveau dans le premier ordre. 

    Je me souviens que j'ai été reçu dans un Chapitre qui se réunissait dans la Vallée du Mont Ventoux, plus exactement le vendredi à Vénéjean (Gard). Je n'ai cependant pas eu le loisir de me familiariser avec cette nouvelle structure car les frères qui avaient pris la responsabilité de m'accueillir, s'étaient disputés entre temps. Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce Chapitre a été brutalement mis en sommeil dans les jours ou les semaines qui ont suivi ma réception ! Ces frères n'ont même pas eu la courtoisie de m'en informer. Je l'ai appris lorsque j'ai fini par m'inquiéter de ne pas recevoir de convocation aux travaux. J'ai donc été rapatrié ensuite, plus tard, sur un autre Chapitre. Ce rapatriement a mis un peu de temps car il a fallu justifier de mon passage au premier ordre. Evidemment, mon dossier s'était perdu ou n'avait tout simplement jamais été transmis au secrétariat du Grand Chapitre à Paris...

    4087482196.jpgCe qui ne devait être que provisoire a finalement duré quelques années jusqu'à ce que le Très Sage de mon Chapitre de repli finisse par s'inquiéter de mon sort et m'orienter vers un autre Chapitre bien plus proche de mon domicile. C'était normal : j'étais systématiquement absent ne pouvant matériellement me rendre aux conseils. Il a donc fallu cinq ans environ pour qu'on me dise qu'il existait un Chapitre à quarante minutes de chez moi ! C'est un peu long mais j'ai peut-être aussi ma part de responsabilité car je n'ai pas eu non plus la curiosité de me renseigner de mon côté. Je me suis donc affilié à ce nouveau Chapitre mais n'y suis malheureusement pas resté longtemps. Il me semble que les ordres de sagesse s'adressent prioritairement aux francs-maçons d'expérience, notamment à ceux qui s'intéressent à l'histoire, au symbolisme et à la tradition maçonniques. Si c'est pour subir des rituels qu'on peine à comprendre, si c'est pour bâcler les ouvertures et les fermetures de travaux, si c'est pour vivre les cérémonies sans passion, sans conscience de transmettre quelque chose à quelqu'un et sans volonté de bien faire, alors ça ne m'intéresse pas. Je ne suis pas en maçonnerie pour collectionner des décors et des titres.

    Je n'ai peut-être pas eu de chance avec les ordres de sagesse. Je dois tout de même signaler que d'autres frères, avec qui je suis en contact, m'ont fait part, eux aussi, de leur déception pour tout un ensemble de raisons qui ne laissent pas d'interroger (scissions ou essaimages intempestifs suite à des conflits de personnes ; cérémonies bâclées ; inculture maçonnique ; difficultés de recrutement et de conservation des effectifs, etc.). C'est la raison pour laquelle l'interview de Philippe Guglielmi m'a paru si étrange et si déconnectée des situations auxquelles j'ai été confronté. Le Très Sage et Parfait Grand Vénérable m'a donné l'impression d'évoquer une structure que je n'ai finalement pas connue sous son meilleur jour. 

    ___________________

    La Chaîne d'Union, n°79, à commander sur le site de Conform édition.

  • « Allo, c'est Maurice...»

    Imprimer

    maurice.jpg« Allo, c'est Maurice... » Je m'étais très vite habitué à sa voix de stentor, chaude et fraternelle. Il m'avait d'abord surpris par ses appels téléphoniques réguliers. C'est normal : je n'ai jamais aimé le téléphone. J'ai toujours préféré écrire. Lui au contraire semblait aimer cet instrument. Et il me le montrait avec une spontanéité désarmante. 

    Il était modérateur sur le forum Frédéric Desmons que j'avais fondé en 2002 et il prenait son rôle très au sérieux. Languedocien d'origine, je résidais en Belgique. Parisien d'origine (si je ne me trompe pas), Maurice vivait dans le nord. Nous avions donc très vite sympathisé. 

    Comment dire ? Maurice Bouchard était un homme absolument délicieux. Un franc-maçon au grand coeur, au regard malicieux et bienveillant. Le genre d'homme dont je suis fier d'avoir croisé le chemin. Un humaniste. Un érudit. Un travailleur. Un sanglier pour reprendre l'image du philosophe Michel Serres. En effet, quand Maurice avait un sujet en tête, il aimait, tel un sanglier, le creuser et l'épuiser. Il n'avait pas dix mille objectifs en tête. Il ne se dispersait pas. Quand il se concentrait sur une chose, il le faisait à fond. 

    Sa passion ? Le rite français, mais celui des origines aimait-il à rappeler. Je me souviens ainsi de ses analyses méticuleuses, de son souci du détail et du geste parfait.

    maurice bouchard,philippe michel,rite français,amitié,fidélité,souvenir,culture,dervy,franc-maçonnerieA l'époque, j'étais encore un peu jeune. Je n'étais pas suffisamment préparé pour saisir toutes les beautés que Maurice voulait me montrer. Je suis certainement passé à côté de plein de choses. Fort heureusement, Philippe a pu mettre en forme tout ce que Maurice a défriché pendant de longues années. 

    On a fini par se perdre de vue, emportés chacun par le tourbillon de nos existences.

    Le nez dans le guidon, je suis donc passé à côté de son départ vers l'orient éternel. J'ai mis du temps à réaliser qu'il avait rejoint les étoiles.

    Aujourd'hui, quand le téléphone me surprend, la nuit tombée, il m'arrive de penser à cette voix rauque que je n'entendrai plus. « Allo, c'est Maurice...»

    Maurice Bouchard et Philippe Michel, Le Rit Français d'origine 1785 dit Rit Primordial de France, édition Dervy, Paris, juin 2014 (26 € prix public). Pour commander l'ouvrage, cliquez sur le site de l'éditeur.

  • Groussier mais jamais vulgaire

    Imprimer

    ego.jpg

    L'une des grandes joies de tout V∴M∴ est de procéder aux cérémonies d'augmentation de salaire et de constater que sa L∴ grandit à son rythme dans la sérénité.

    J'ai eu la chance d'éprouver aujourd'hui cette joie et c'est avec un grand bonheur que mon petit atelier compte désormais deux nouveaux compagnons.

    La cérémonie de réception fut sobre et réussie. En tous cas, c'est le sentiment profond de la L∴ car tous les FF∴ sont repartis contents et satisfaits du travail accompli.

    Le rite de ma L∴ est "Groussier mais jamais vulgaire". Il est à manier avec précaution. C'est à nous de le déboucher comme un vieux flacon et d’en sentir les parfums. Untel exercera son office de telle manière. Tel autre y apportera autre chose. Il n’y a pas vraiment de manière particulière ou intangible de faire. Pas de gourou ou de directeur de conscience. Tous les FF∴ assemblés en la forme accoutumée y expriment leur sensibilité et leur désir de bien faire. Nous travaillons donc dans la plus grande liberté tout en respectant sérieusement les usages et la tradition maçonniques. Liberté et tradition ne sont pas incompatibles quand on s'efforce de pratiquer intelligemment l'art royal. Si on a conscience de ce qu'on fait et de ce qu'on dit, alors le rite français se déploie dans toute sa sagesse, sa force et sa beauté :

    « L'initié cherche à élever son niveau de conscience, à approfondir ses connaissances, à élargir son champ de recherche. Il va à la découverte de son monde intérieur et du monde extérieur en s'aidant des outils symbolique. La Maçonnerie spéculative a hérité de l'ancienne tradition toujours vivante du Compagnonnage opératif dans lequel le Compagnon se forme par l'étude et la pratique, par la réflexion et l'action en voyageant de ville en ville et de chantier en chantier. »

    Nos deux FF∴ cheminent désormais à l'étoile. Je leur souhaite bonne route.