Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paul naudon

  • La mode des salons du livre maçonnique

    Imprimer

    Sidération. Oui. C'est bien le terme. Je suis sidéré par le nombre de salons consacrés aux livres maçonniques. 

    Je ne discute pas l'idée en soi qui est plutôt bonne. Au début des années 2000, elle était même novatrice. Mais elle a été reprise et s'est banalisée. Désormais, il y a tellement de salons du livre maçonnique que ça en devient ridicule.  Une véritable mode en somme.

    Paris, Limoges, Cannes, Maraussan, Carcassonne, Genève, Bordeaux, Lyon, Toulouse (j'en oublie sûrement) partagent donc peu ou prou la même manifestation avec finalement les mêmes auteurs et les mêmes ouvrages. 

    Ces salons ont même donné lieu récemment à un beau pataquès qui fait aujourd'hui les délices d'un journaliste de L'Express.

    C'est ainsi que Paris verra, en ce mois de novembre 2014, deux salons du livre maçonnique !

    Qui dit mieux ?

    Allez savoir pourquoi, mais ces salons, qui ont tendance à se développer comme les festivals de jazz il y a trente ans, me rappellent l'introduction d'un petit Que sais-je ? (n° 1064) sur la franc-maçonnerie écrit par Paul Naudon et dont la première édition date de 1963. Naudon écrit :

    "Si la franc-maçonnerie est cela, rien que cela [une société philanthropique qui s'efforce de réaliser un idéal de vie sociale], et depuis si longtemps, elle doit être bien connue et, vieille dame, elle ne doit plus susciter les passions. Pourtant, le voile d'Isis qui couvre ses mystères, bien que souvent levé, excite encore les coeurs et intrigue les esprits.

    Malgré le temps aussi et bien que plus de 60 000 ouvrages lui aient été consacrés, la franc-maçonnerie demeure mal connue, surtout dans les pays latins. Beaucoup néanmoins, malgré leur manque d'informations, s'en font - par ouï-dire - une opinion établie et préconçue."

    Naudon constatait déjà que le nombre de livres sur la franc-maçonnerie n'avait aucune influence sur la connaissance que le grand public pouvait se faire de l'Ordre.

    Aujourd'hui, ce nombre a explosé et on ne peut vraiment pas dire que la franc-maçonnerie s'en porte mieux si on en juge la recrudescence de l'antimaçonnisme (tags sur les locaux maçonniques, slogans hostiles, sittings devant les sièges obédientiels, vidéos plus ou moins délirantes publiées sur les plates-formes de partage telles que Youtube ou Dailymotion, etc.).

    Ce constat devrait donc nous inciter à demeurer prudents et humbles, notamment dans notre extériorisation, car plus on publie sur la franc-maçonnerie, plus le plateau de l'ignorance et des préjugés semble s'alourdir.