Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nizier philippe

  • Papus et l'affaire Dreyfus

    Imprimer

    papusavoie.jpgMars ou avril 1899. Au 5 rue de Savoie à Paris, siège de la Librairie du Merveilleux et de la Faculté des sciences hermétiques, Papus reçoit un journaliste du quotidien Le Matin venu l’interroger sur l’affaire Dreyfus qui divise le pays depuis le mois d’octobre 1894. Le journaliste veut savoir si le mage est capable d’en prédire le dénouement.

    Papus est malin. Le mage sait qu’il a beaucoup à perdre si jamais il s’essaie à la prophétie sur un sujet aussi brûlant.

    « Pourquoi voulez-vous que je parle ? dit-il. Maintes fois déjà j'ai été sollicité par des reporters. A tous, j'ai répondu ce que je vais vous dire ? Phénomène extraordinaire en France, je ne veux pas m'occuper de l'affaire Dreyfus, et la Faculté, dont j'ai l'honneur de présider les travaux, se désintéresse de la question. Nous nous interdisons systématiquement toute discussion politique et religieuse. N'attendez de moi aucun renseignement, aucun. »

    Voyant que son interlocuteur est déçu et ennuyé, il lui propose alors une solution.

    « Je ne veux pas cependant que vous vous soyez inutilement dérangé. Si Hermès ne veut point parler, il. y a des occultistes indépendants, vous m'entendez, indépendants, qui travaillent hors cadres, si je puis dire. Ceux-là ne sont point tenus à la même réserve. Je vais vous adresser à l'un de ceux-là, un homme d'une grande valeur et des mieux informés. Un de ceux qui voient le mieux et le plus clair dans l'Astral. »

    Le journaliste est rassuré. Il tient enfin l’information qui lui permettra d’écrire son article sur l’occultisme et l’affaire Dreyfus. Il note alors :

    « La figure si caractéristique de Papus une face de Chinois avec des yeux de mystère s'éclaire d'un bon sourire ».

    Et le mage de la rue de Savoie, qui est aussi le grand maître de l’Ordre Martiniste, de lui dire en le reconduisant à la porte :

    « Je vous l'assure. Allez à telle adresse et vous verrez ! Mais dites bien, n'est-ce pas que ce que vous allez entendre tombe de la bouche d'un occultiste indépendant, en dehors de toutes nos sociétés. »

    Un quart d'heure plus tard, le journaliste se présente devant le confrère de Papus. L’occultiste indépendant donc. Il s’agit d’un grand et robuste gaillard, l'air solennel, une barbe frisée de sar assyrien, avec des attitudes raides et hiératiques. L’homme se présente. Il veut qu’on l’appelle « mage Enoch ». En toute simplicité bien sûr. Le journaliste lui expose les raisons de sa visite. Il lui dit qu'il vient sur les recommandations de Papus. Enoch est flatté.

    « J'ai le plus profond respect pour l'extraordinaire intellectualité de Papus. Je vous répondrai donc sur l'affaire Dreyfus. Je l'ai étudiée dans les clichés astraux. Le monde physique a son envers, le monde astral. Toutes nos actions s'y réfléchissent et y permanent à l'état d'images vivantes et quasi concrètes. Le passé, le présent, l'avenir y sont gravés. Par un entraînement psychique auquel tout le monde peut arriver, il suffit donc de se mettre en communication, par les yeux de l'esprit, avec l'immense réceptacle des formes et des images. On voit tout là-dedans. »

    On devine la question du journaliste.

    « Mage Enoch, dites-moi, je vous prie, ce que vous avez vu sur ces fameux clichés astraux où sont gravés présent, passé et avenir ! »

    Le mage hésite, puis lentement il parle. Oui, pour lui, ça ne fait aucun doute : Alfred Dreyfus est coupable. Il a trahi la France. Il a trahi l’armée. Il a trahi la confiance de ses chefs. Et il a été justement puni pour son odieux forfait.

    « Ecoutez, voici la vérité. Quand cet homme eût été condamné, le grand rabbin pénétra dans sa prison: Dreyfus, lui dit-il, il s'agit de sauver ta race de l'anathème. Au nom du Kahal et du Conseil secret, je te somme de protester, quand même et toujours, de ton innocence, Et Dreyfus jura qu'il n'avait jamais trahi et un doute s'empara de l'esprit des Français. L'ex-capitaine a racheté aux yeux de ses coreligionnaires sa trahison par le mensonge qui sauvait une race. Oui, telle est la vérité. La vérité lue et vue dans l'Astral. »

    Le journaliste n’en croit pas ses oreilles et hésite entre la stupeur et le rire. Il insinue une autre question devant le mage Enoch en transe.

    « Puisque vous lisez ainsi dans l'Astral, ne pourriez-vous pas ouvrir un instant, pour nos lecteurs, les voiles de l'avenir ? Dites-moi, je vous prie, comment se terminera l’affaire » ?

    Le mage de répondre :

    «  Au mois de juillet, Dreyfus sera jugé à nouveau et il sera condamné oui, vous le verrez ; ne raillez point, condamné à trois mois de prison, comme complice. Ne me demandez rien de plus. Ah Israël se sera remué. Trois arrestations, qui feront grand bruit, termineront l'Affaire. »

    Qui sera arrêté ? Esterhazy ? D’autres ? Le journaliste tente d’arracher au mage Enoch de nouvelles et croustillantes confidences.

    « Non, pas le uhlan, toujours en fuite. Sur la tête de du Paty de Clam, je vois grossir un orage. De grands personnages oh ! en très petit nombre ! seront éclaboussés! Je salue l'orage, puisque, après la tempête imminente, après la condamnation nouvelle, luiront de nouveau pour la France des Descartes et d'Eliphas Levi des jours de radieuse gloire et d'éclatante prospérité. »

    4200250094.jpgLe journaliste quitte alors le mage, certain d’être tombé sur un dingue. Il a aussi la curieuse sensation de s’être fait embobiner par le malicieux Papus, lequel savait pertinemment qu’il allait le recommander auprès d’un fou antisémite et conspirationniste. Mais le reporter est néanmoins satisfait car il a son papier qu’il publiera dans Le Matin du 2 avril 1899.

    Quant à la prophétie du Mage Enoch, il faut en apprécier la valeur et la pertinence à sa juste mesure. Il avait une chance sur deux de trouver le bon verdict. Dreyfus fut effectivement condamné mais immédiatement gracié par le président de la République. Le succès du mage est donc éminemment relatif étant donné l’acharnement que l’armée a mis pour détruire judiciairement le petit capitaine. Enoch était donc bien dans le ton des hâbleurs de l’époque pour lesquels Alfred Dreyfus était forcément coupable de traitrise et d'intelligence avec l'Allemagne.

    La grâce présidentielle dispense de peine sans effacer cependant la condamnation et la culpabilité. En 1903 Dreyfus a obtenu la révision de son procès. La Cour de Cassation entame alors une procédure et procède à une enquête minutieuse qui démontre, sans le moindre doute possible, l’innocence de l’infortuné capitaine, lequel a été entièrement blanchi et réhabilité en juillet 1906.

    Et Papus dans tout cela ? Le bougre a fort bien manoeuvré en évitant d'émettre une « opinion astrale » sur l'affaire Dreyfus. Ce qui l'aurait, sinon discrédité, du moins ridiculisé pour la postérité. Sauf que le mage de la rue de Savoie a très vite oublié ses préventions à l'égard des « occultistes indépendants » qui se mêlent de politique. Au début du XXe siècle, Papus a ainsi accepté d'accompagner en Russie Nizier Philippe, son maître spirituel, un ancien garçon boucher de Lyon devenu guérisseur. Beaucoup de zones d'ombre entourent ces pérégrinations en terre slave durant lesquelles, dit-on, le mage et son maître Philippe auraient été introduits à la cour du tsar Nicolas II et de la tsarine Alexandra. La légende veut que Papus ait fait part au tsar de ses craintes d'une révolution.