Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mediapart

  • La "loge maçonnique policière" de Joinville-le-Pont (pon pon)

    Imprimer

    Un blogueur, L. Cuenca, dont le blog est hébergé sur le site Mediapart, pose une question "cruciale". Jugez-en plutôt : "Y aurait-il une loge maçonnique policière (sic) à Joinville-le-Pont ?" Bigre ! Je savais qu'à Joinville-le-Pont (pon pon) on pouvait aller guincher chez Gégène (1). J'ignorais en revanche qu'on pouvait aussi maçonner dans un mystérieuse atelier peuplé de méchants policiers véreux qui violent allègrement le secret de l'instruction, se font la courte échelle, profitent d'avantages indus, etc (2). Le blogueur, qui manifestement écrit pour régler ses comptes après sa révocation de la police (3), s'interroge :

    "Y aurait-il une double hiérarchie au sein de la police parisienne ? Pour être clair, y aurait-il une police liée à la Franc-maçonnerie qui pèserait sur la hiérarchie, ici pour solliciter des services, là pour obtenir des informations sur telle ou telle affaire sensible ?"

    Je renvoie le lecteur à cette note. Il constatera de lui-même que ces questions ne vont pas plus loin que les points d'interrogation. J'attendais pourtant d'extraordinaires révélations qui m'auraient permis d'aller rendre visite à cette loge où j'aurais pu, semble-t-il, côtoyer la fine fleur de la hiérarchie policière et peut-être même le ministre de l'intérieur en personne ! J'aurais pu espérer y demander un peu de piston pour faire sauter un PV ou obtenir un rabais pour une nuit au Carlton de Lille en charmante compagnie (4). Mais rien de tout cela... Point de révélations croustillantes. Juste quelques considérations poussives et sans intérêt sur un certain Jo Masanet, ancien flic sexagénère, et ses fréquentations présumées. La franc-maçonnerie est présentée comme une mafia au sein de la police. Quelle déception mes amis !...

    Bref, vous l'aurez compris : ce blog relaie les clichés antimaçonniques les plus éculés. Faut-il s'en étonner ? Non bien sûr car le même blog évoque "le réseau DSK" où la maçonnerie est mise sur le même plan que le proxénétisme en bande organisée. Or, comme j'ai déjà eu l'occasion de le souligner récemment, le procès a largement montré l'inanité de ces élucubrations abondamment relayées par le ban et l'arrière ban de la blogosphère complotiste et fascisante. Aussi ne vais-je pas m'y apesantir outre mesure. Peut-être notre homme révèlera-t-il demain au monde entier l'existence d'une "loge maçonnique sexuelle" à Lille ? Qui sait ? Il semble en tout cas avoir une imagination si fertile qu'on peut s'attendre à ce qu'il raconte un jour des inepties de ce genre...

    Je doute donc que l'auteur serve sa propre cause en sombrant ainsi dans les clichés de l'antimaçonnisme primaire. Que celui-ci veuille régler ses comptes, est une chose. Mais que celui-ci s'en prenne brutalement, comme il le fait, à la franc-maçonnerie, en est une autre. Ça me paraît même complètement contreproductif et ridicule. C'est très exactement ce genre de raisonnement nauséabond que l'on entendait dans l'entre-deux-guerres et sous le régime de Vichy avec les terribles conséquences que tout le monde sait. Je veux y voir malgré tout davantage l'expression d'une immense détresse, qu'une réelle volonté de nuire. Je regrette cependant le procédé employé qui consiste à dénigrer la franc-maçonnerie comme si celle-ci avait vocation à gérer le ministère de l'intérieur, la carrière des fonctionnaires de police ou encore les plaisirs sexuels de personnages publics. A un moment donné, il faut arrêter d'insinuer n'importe quoi. De toute façon, il faut bien être conscient que les 130 000 francs-maçons de France, toutes obédiences confondues, sont dans leur écrasante majorité d'honnêtes citoyens. Ils sont aussi parfaitement étrangers aux bisbilles internes de la police nationale et, plus encore, à des années lumière du conflit qui a pu opposer L. Cuenca à son ancienne hiérarchie.

    __________

    (1) Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, A Joinville-le-Pont (1964)

    (2) L'auteur vise en réalité l'Association Nationale d'Action Sociale des personnels de la police nationale et du ministère de l'intérieur (ANAS). Son siège est à Joinville-le-Pont. Cette association loi 1901 a été fondée en 1949 et elle est reconnue d'utilité publique. Elle est peut-être d'inspiration maçonnique (comme semble le suggèrer son logo) mais elle n'est pas, en tout état de cause, une loge maçonnique. Attention aux confusions !

    (3) Je pense qu'il s'agit bien de lui et non d'un homonyme. Lire Agen. Sursis révoqué pour l'ex-CRS.

    (4) Pour le lecteur qui lirait éventuellement en diagonale, je précise que c'est de l'ironie.

    Ajout du 6 mars 2015

    Lecteur, tu auras peut-être constaté que les liens hypertextes contenus dans le corps de cette note, te conduisent vers une page vide de la plate-forme du site de Mediapart. Ça signifie donc que le blog de L. Cuenca a été supprimé purement et simplement. Cette suppression résulte-t-elle d'une décision de son auteur qui aurait pris conscience qu'il se fourvoyait ? On peut rêver... Je crois surtout qu'elle est la conséquence d'une décision heureuse de Mediapart, probablement alerté par de nombreux internautes et, éventuellement, par la présente note (cependant je précise que je n'ai absolument pas demandé la suppression du blog de L. Cuenca considérant que Mediapart gère son site comme il l'entend). Néanmoins, la présence et le maintien d'un tel blog sur la plate-forme de Mediapart ne pouvaient que nuire à son image et à sa réputation. Que Mediapart en soit remercié.