Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

italie

  • Situation de la Franc-Maçonnerie en Italie

    Imprimer

    youtube.jpgLa nouvelle coalition parlementaire composée de la Ligue du Nord et du Mouvement 5 Etoiles a décidé d'écarter du futur gouvernement italien toute personne qui appartiendrait à la franc-maçonnerie. Ce point du  « contrat de gouvernement » fait évidemment polémique et semble surprendre toute l'Europe.

    Pourtant, la décision des deux mouvements populistes, aussi inquiétante soit-elle, n'est guère surprenante. 

    Elle s'inscrit dans un contexte particulier s'étalant sur au moins un quart de siècle où la franc-maçonnerie est devenue un véritable bouc-émissaire. 

    Dans la vidéo ci-dessous, je reviens sur la situation de nos frères et soeurs italiens

  • Le clin d'oeil du Grand Orient d'Italie à « 3, 5, 7 et plus »

    Imprimer

    goitweet.jpg

    Le Grand Orient d'Italie a relayé une de mes notes sur le réseau social Twitter. Ce petit clin d'oeil sympathique et fraternel montre que l'audience du blog s'élargit. Ce qui est une bonne chose.

    Voici les notes consacrées à l'Italie :

    Aux dernières nouvelles, le Grand Orient d'Italie a saisi la justice pour contester la légalité de la demande de la commission parlementaire.

    Lien permanent Catégories : Blog
  • Maçons d'Europe, ouvrez les yeux!

    Imprimer

    Sans titre 4.jpg

    Tandis que les obédiences du monde entier s'apprêtent à célébrer le tricentenaire de la naissance de la franc-maçonnerie spéculative, les obédiences italiennes, elles, luttent pour la sauvegarde de leur honneur et de la liberté d'association. Le 2 mars 2017, la commission parlementaire anti-mafia a unanimement demandé au service central d'investigation sur la criminalité organisée de la Guardia di Finanza d'effectuer une perquisition aux sièges du Grand Orient d'Italie et des autres obédiences maçonniques pour y saisir les listes de tous leurs membres en Calabre et en Sicile.

    La commission parlementaire a donné cet ordre en dehors de toute procédure judiciaire alors même que les prétendus liens entre la mafia calabraise et la franc-maçonnerie n'ont jamais pu être établis. Cette commission parlementaire a donc pris le risque insensé de livrer la franc-maçonnerie italienne à l'opprobre publique. Elle a de surcroît décidé d'aller à l'encontre de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme, pourtant très ferme sur la protection de la liberté d'association et du respect de la vie privée. Cette jurisprudence résulte déjà d'une condamnation de l'Italie suite une plainte du Grand Orient d'Italie devant la juridiction de Strasbourg. Il semble que l'on s'achemine vers un nouveau marathon judiciaire.

    Puisque la commission parlementaire anti-mafia veut des noms de francs-maçons, en voici : Theodat Albanie, Carlo Avolio, Umberto Bucci, Silvio Campanile, Silvano Canalis, Giuseppe Celani, Renato Fabbri, Fiorino Fiorini, Manlio Gelsomini, Umberto Grains, Mario Magri, Placido Martini, Attilio Paliani, John Rampulla, Umberto Scattoni, Mario Tapparelli, Angelo Vivanti, Giulio Volpi et Carlo Zaccagnini.

    Ces noms sont ceux de dix-neuf frères, appartenant aussi bien au Grand Orient d'Italie qu'à la Grande Loge d'Italie, massacrés par les nazis à la Fosse Ardeatine le 24 mars 1944 en compagnie de plus de trois cent trente autres innocents. Ces dix-neufs frères font partie des cadavres identifiés avec ceux de soixante-quinze juifs, trente-neuf officiers et sous-officiers et soixante-huit communistes.

    conti.jpgIl conviendrait d'y ajouter le nom du frère Lando Conti, maire de Florence, assassiné froidement en 1986 par les Brigades Rouges sans oublier celui du profane Filippo Salsone, sergent de la police pénitentiaire de Calabre, assassiné la même année par un tueur de la Ndrangheta, la mafia locale et ce quasiment sous les yeux de son fils Antonino Salsone, à l'époque adolescent, et actuel président du collège des Vénérables Maîtres de la Lombardie (Grand Orient d'Italie). Aujourd'hui encore, l'assassinat dont a été victime Filippo Salsone n'a toujours pas été puni. Que faut-il dire à son fils ? Qu'il devrait avoir honte d'appartenir à une organisation ayant soi-disant des collusions avec cette mafia calabraise qui a abattu son père ?

    La vérité est que les francs-maçons italiens et leurs proches ont versé leur sang pour construire l'Italie moderne et établir la République autour des grandes libertés publiques. Ils ont été victimes du fascisme et du nazisme. Ils ont été victimes du terrorisme et du crime organisé. Ils ont été des victimes du devoir parce qu'ils portent et défendent des valeurs d'humanisme, de tolérance et de laïcité.

    Il est donc grand temps que les francs-maçons d'Europe ouvrent les yeux et réagissent par rapport à ce qui se se passe en Italie dans l'indifférence générale. Doit-on rappeler ici le célèbre poème du pasteur Martin Niemöller que les nazis ont finalement arrêté parce qu'il n'y avait plus de communistes, de sociaux-démocrates, de syndicalistes et de juifs pour le défendre ?

    Quand je vois que le Conseil de l'Ordre du Grand Orient de France est capable de publier ordinairement des communiqués de presse, je me dis qu'il serait un peu plus inspiré d'exprimer sa solidarité à l'égard des obédiences transalpines en ce tricentenaire de la franc-maçonnerie spéculative. Car n'oublions pas que ce qui se passe maintenant chez nos voisins, pourrait fort bien se passer chez nous demain.

    italie,union européenne,franc-maçonnerie,antimaçonnisme,goi,gliLe saviez-vous ? Le Grand Maître du Grand Orient d'Italie met par tradition une chaînette autour du cou qui tranche avec les larges sautoirs à la française ou les colliers à l'anglo-saxonne.

    Quelle en est l'origine ? Et pourquoi ce symbole ?

    Ce bijou a été sauvé par un frère pendant la période fasciste. Les temples étaient en effet mis à sac par les chemises noires du Parti National Fasciste.

    Pour éviter que les fascistes dérobent ce bijou, ce frère l'a dissimulé au péril de sa vie dans les langes de son fils nouveau né.

    C'est donc en mémoire de cette sombre période, durant laquelle les francs-maçons ont été activement pourchassés, que ce bijou est devenu l'un des insignes du Grand Maître du Grand Orient d'Italie.

     

  • La franc-maçonnerie italienne à nouveau dans la tourmente

    Imprimer

    bisi1.jpgLa franc-maçonnerie italienne est à nouveau dans la tourmente. En effet, Giulio Occhionero, un membre du Grand Orient d'Italie, est impliqué avec sa soeur Francesca dans une affaire de piratage informatique. L'homme, ingénieur nucléaire de formation, ancien vénérable de la loge romaine Paolo Ungari - Nicola Ricciotti - Pensée et Action, est accusé de cyber-espionnage. Il aurait hacké des centaines d'adresses électroniques de personnalités parmi lesquelles celles de francs-maçons italiens de premier plan. Stefano Bisi, Grand Maître du Grand Orient d'Italie, figure parmi les victimes de ce piratage. 

    Il n'en fallait pas davantage pour que cette affaire relance les spéculations sur les prétendues collusions entre la franc-maçonnerie italienne et les affaires politico-financières. En octobre dernier, Mme Rosy Bindi, présidente de la très active commission parlementaire chargée de la lutte contre la mafia, avait d'ailleurs demandé en vain au Grand Orient d'Italie qu'il fournisse la liste complète de ses membres. Le Grand Maître Bisi avait évidemment refusé d'accéder à cette demande au nom du respect de la liberté d'association et de la vie privée.

    Il faut dire que la plus ancienne obédience italienne a toujours eu du mal à se relever du traumatisme provoqué par le scandale de la loge P2 dans les années soixante-dix alors même qu'elle n'y a jamais été impliquée directement puisque la P2, dirigée par le sulfureux Licio Gelli, était devenue une loge sauvage, totalement irrégulière, et donc hors de son contrôle. Néanmoins, le Grand Orient d'Italie a profondément souffert des répercussions médiatiques de l'affaire au point que des tensions internes n'ont jamais cessé de jalonner la vie de l'obédience. Ces tensions ont fini par atteindre leur paroxysme avec la scission de 1993. Une minorité de frères a alors quitté le Grand Orient pour aller fonder la Grande Loge Régulière d'Italie immédiatement reconnue par la Grande Loge Unie d'Angleterre.

    Il faut se souvenir que l'Italie était alors plongée dans une très grave crise institutionnelle. C'était le temps de l'opération Mains Propres (Mani Pulite) qui a décimé les grands partis italiens de l'après guerre (notamment La Démocratie chrétienne et le Parti socialiste) et qui a abouti à une recomposition politique majeure dont l'Italie ne s'est toujours pas véritablement remise vingt-cinq après. L'Italie a un régime parlementaire classique et pratique la proportionnelle intégrale. Elle souffre en permanence de l'instabilité du pouvoir exécutif. Matteo Renzi n'est pas parvenu à faire adopter par le peuple italien une réforme constitutionnelle censée mettre un terme à l'instabilité des gouvernements. Il a été contraint de présenter sa démission de la présidence du Conseil.  

    Le climat au sein du Grand Orient d'Italie est-il à ce point délétère qu'il aurait pu motiver Giulio Occhionero à se lancer dans une opération de violation de la correspondance électronique des responsables de sa propre obédience ?  Il est bien entendu impossible de l'affirmer pour l'instant. Ce qui est sûr en tout cas, c'est que le Grand Maître Stefano Bisi est fort contesté depuis son élection en 2014. L'homme, journaliste professionnel, est rédacteur en chef du Corriere di Siena et directeur adjoint du groupe d'édition Corriere dell'Umbria. Son nom a été cité dans l'affaire de la faillite de l'équipe de basket de Sienne

    Des opposants à Bisi, au sein du Grand Orient, ont fait également valoir que celui-ci avait été élu à la grande maîtrise avec le soutien des loges calabraises comme pour mieux insinuer un appui mafieux. Ce sont des affirmations invérifiables. Et même si ces informations étaient vérifiables, que pourrait-on en déduire ? Que tous les francs-maçons calabrais sont des criminels en puissance ? Sienne n'est pas en Calabre mais en Toscane. Par ailleurs, le frère Bisi n'a jamais fait l'objet de la moindre condamnation. En outre, rien ne permet d'attester que la franc-maçonnerie en Calabre ait fait l'objet d'une infiltration mûrement pensée par la Ndrangheta, l'organisation mafieuse calabraise. Il est vrai qu'on a beaucoup glosé en Italie sur la présence supposée de la mafia dans les loges du Mezzogiorno. Ainsi on a parfois cru pertinent d'établir des parallèles ou des rapprochements entre les pratiques rituelles de la Ndgrangheta et les pratiques rituelles maçonniques. Comme si l'existence de rituels impliquait nécessairement une sorte de parenté naturelle entre les deux organisations...

    Dans une intéressante étude publiée dans le n°78 de La Chaîne d'Union (octobre 2016), Jacques de Saint-Victor préfère parler de « zone grise ». Les loges auraient été la matrice d'alliances étroites et profitables entre des milieux professionnels et des groupes mafieux. Les clans auraient eu besoin d'investir les loges pour rencontrer et sympathiser avec des acteurs locaux de la vie économique, politique, sociale, associative. La zone grise ne désigne donc pas une collusion ou une collaboration consciente, assumée et cynique mais davantage une fréquentation, une coexistence, une porosité ou encore un clientélisme dont les loges auraient été en quelque sorte des points de passage. Jacques de Saint-Victor se réfère notamment à l'opération Olimpia qui a porté un rude coup à la Ndrangheta.

    Sauf que le premier maxi-procès depuis le lancement de cette opération va bientôt avoir lieu. Et comme l'a indiqué le Grand Maître Bisi au journal Il Tempo, le 11 janvier 2017, sur les soixante-douze membres importants de la Ndrangheta assignés à comparaître devant la justice, il n'y a aucun membre du Grand Orient d'Italie. Ce que les enquêteurs ont pu vérifier. Les esprits chagrins ou méfiants pourront objecter que la franc-maçonnerie italienne ne se réduit pas au Grand Orient d'Italie (23000 membres pour 850 loges). Certes. Mais en même temps, s'il y avait eu ne serait-ce qu'un seul franc-maçon dans le box des accusés, la presse n'aurait pas manqué de le signaler.

    L'affaire Occhionero, qui vient d'éclater, tombe donc au plus mal pour la franc-maçonnerie italienne et plus particulièrement pour Stefano Bisi. Ce dernier ne ménage pourtant pas ses efforts pour redorer l'image de son obédience si étroitement liée à l'histoire italienne. Les enquêteurs devront donc déterminer si l'affaire Occhionero doit être circonscrite à des luttes intestines au Grand Orient d'Italie ou s'il s'agit d'une affaire de droit commun d'une plus vaste ampleur.

  • Le Grand Orient d'Italie et la réforme constitutionnelle de 2016

    Imprimer

    Matteo Renzi, Italie, Frederico Negri, Stefano Bisi, GOI,La France n'a évidemment pas le monopole des polémiques dérisoires. L'Italie en a connu une, début novembre, pendant la campagne référendaire. Il avait été reproché à l'équipe web de Matteo Renzi d'avoir volontairement supprimé la photo ci-contre de la page Facebook du désormais ancien premier ministre italien.

    On y voit Matteo Renzi en grande discussion avec Frederico Negri un jeune italien en fauteuil roulant et opposant au projet de réforme de la Constitution. C'était lors d'une visite à Alexandrie,  ville du Piémont.

    Il n'en a pas fallu davantage pour que les internautes s'offusquent de cette décision jugée discriminatoire et crient à la censure. Les médias se sont emparés très vite de la polémique naissante et l'ont montée en épingle. En quelques heures à peine, la polémique est alors devenue nationale.

    De son côté, l'équipe du premier ministre s'est défendue de tout volonté d'ostracisme. La photo n'aurait pas été retenue pour éviter que l'on accuse le premier ministre d'exploiter politiquement le handicap.

    Il est vrai, à la décharge de l'équipe de Matteo Renzi, que nous vivons à une époque où le moindre geste, la moindre attitude et la moindre parole sont scrutés, analysés et jugés. Sur le cliché, Renzi apparaît sûr de lui, dominateur, condescendant face à un homme physiquement diminué et visiblement impressionné. L'équipe web de l'ex premier ministre a donc cru prendre une bonne décision. Elle s'est révélée stupide.

    Interrogé par la presse, le père du jeune homme avait pourtant déclaré :

    « Quand mon fils a entendu parler de cette controverse, il en a ri et n'en a pas du tout été offensé. En effet, il très intéressé par la politique et il est heureux d'avoir pu parler à Renzi quelques minutes. Il lui a dit qu'il préparait une thèse sur la franc maçonnerie. Et il lui dit aussi qu'il allait voter non au référendum. »

    bisi.jpgQuelques jours plus tard, la presse s'est fait l'écho d'une conférence organisée par la loge Marengo n°1061 à l'orient d'Alexandrie dans le cadre des célébrations du soixante dixième anniversaire de la République italienne.

    Stefano Bisi, le Grand Maître du Grand Orient d'Italie, y a assisté. Frederico Negri également. Une occasion pour le Grand Maître de faire une allusion malicieuse à la polémique :

    « Je remercie Renzi de cette controverse qui nous a donné l'occasion de vous rencontrer. Vous êtes un bel exemple de courage, de force, d'humilité, valeurs au centre de l'idéal maçonnique. »

    Le Grand Maître Bisi a ensuite invité le jeune homme à Rome au siège du Grand Orient d'Italie afin qu'il puisse y consulter tout document utile pour sa thèse.

    Faut-il voir cependant dans cette rencontre une manière subtile pour la plus importante et la plus ancienne obédience maçonnique italienne (22 000 membres) de manifester son opposition à une réforme constitutionnelle jugée, à tort ou à raison, expéditive, dangereuse pour les libertés et mal écrite ?

    Il serait tentant de le penser mais cela semble toutefois hautement improbable. En effet, si le Grand Orient d'Italie demeure très attaché aux institutions républicaines, aux libertés publiques et à laïcité, Stefano Bisi a malgré tout pris soin, début novembre, de lever toute ambiguïté sur tout ce qui pourrait être assimilé, directement ou indirectement, à une position de son obédience sur le projet de réforme constitutionnelle :

    « Les francs-maçons peuvent avoir des opinions personnelles de toutes sortes. A l'approche du référendum constitutionnel, je dis que chaque franc-maçon peut voter comme il l'entend. L'important, à ce stade, est que la société italienne ait parlé du contenu de la réforme et que le débat ne se soit pas résumé au fait de dire « Je vote oui parce que je veux soutenir Renzi », « Je vote non parce que je veux renvoyer Renzi chez lui. » »

  • Socialisme et franc-maçonnerie (3)

    Imprimer

    GROUSS.JPGLa question de la double appartenance SFIO et franc-maçonnerie s'est aussi posée en France, mais elle a été rapidement tranchée lors du troisième congrès du Parti qui s'est tenu à Limoges en octobre 1906. La liberté d'appartenance y a été consacrée. Elle a même été confirmée, plus largement encore, lors du 9e congrès de la SFIO à Lyon en février 1912 grâce à l'action conjointe d'Arthur Groussier, de Marcel Sembat et du Docteur Adrien Meslier.

    Comme en Italie, certains socialistes français ont toujours fait valoir la nécessité d'assurer l'indépendance de la jeune SFIO par rapport à la franc-maçonnerie perçue essentiellement comme le fer de lance idéologique du radicalisme. Selon les détracteurs de la double appartenance (Jules Guesde, Raguillet, Alexandre Desrousseaux dit Bracke, Henri Ghesquière notamment), on ne peut pas, au sein du Parti, prôner la lutte des classes et, au sein des loges, fréquenter ceux qu'on est sensé combattre politiquement. A un moment donné, il faut choisir son camp. La dimension initiatique et philosophique de l'engagement maçonnique est donc totalement ignorée par ces opposants qui préfèrent insister sur l'influence néfaste des loges composées, selon eux, de petits bourgeois, d'ambitieux et de fonctionnaires en quête d'appuis.

    Qu'en pense Jean Jaurès ? Pour le savoir, il faut remonter à la fin de l'année 1906 car celui-ci ne s'est pas beaucoup épanché sur le sujet.

    A cette époque, Jean Jaurès avait été invité par des socialistes francs-maçons à participer à une conférence donnée au bénéfice du journal L'Humanité fondé deux ans plus tôt. Il s'agissait alors de collecter des fonds pour assurer la pérennité du quotidien socialiste. Il s'agissait aussi d'organiser des campagnes d'abonnement. Quoi de mieux qu'inviter Jaurès en personne pour attirer de nouveaux lecteurs ? Eh bien ce mélange des genres a déplu à l'aile dure de la SFIO. Ainsi, la fédération socialiste de l'Hérault a demandé à Jaurès de n'y point participer et de conserver, au contraire, une stricte neutralité. Elle écrit :

    "Demain, les candidats maçons radicaux, ayant en face d'eux des candidats socialistes non maçons, se serviront de cette circonstance pour entretenir l'équivoque dont le Parti fait tous les frais. Les maçons radicaux ne manqueront pas de dire que Jaurès est avec la maçonnerie contre les socialistes qui la combattent (...) Etant donné les deux courants nettement marqués qui se sont manifestés au congrès national de Limoges sur la question de la franc-maçonnerie, Jaurès doit tenir compte de sa situation dans le Parti et ne pas paraître être avec une majorité contre une minorité, même pour aider L'Humanité. Il y a assez d'hommes de talent parmi les socialistes francs-maçons pour que la conférence puisse avoir lieu sans Jaurès et atteindre néanmoins les résultats financiers escomptés."

    Jean Jaurès a répondu à cette interpellation dans les colonnes du quotidien socialiste le 23 novembre 1906 :

    "Le congrès de Limoges, en passant à l'ordre du jour sur la question de la franc-maçonnerie, a laissé pleine liberté à tous les militants. J'use de cette liberté comme il me convient et c'est avec joie que je réponds à l'appel de socialistes excellents qui ont cherché un moyen de soutenir un organe dont nous voulons faire l'organe de la classe ouvrière et du Parti. Je ne suis pas franc-maçon, mais j'estime que le développement de la pensée libre, et vraiment libre, sans aucun esprit d'intolérance et de secte, peut servir puissamment le socialisme."

    Pour Jaurès, il n'y a donc clairement aucune incompatibilité.

    1) La question de la double appartenance a été tranchée par le Parti réuni en congrès. Les fédérations n'ont donc pas compétence pour voter, après coup, des blâmes ou exprimer publiquement des regrets sur l'attitude des uns et des autres. Elles n'ont pas à se comporter en censeurs. Si chacun est libre de se déterminer, cette liberté doit également profiter à quiconque au sein du Parti, qu'il soit simple militant ou responsable local ou national. Elle n'est absolument pas incompatible avec la discipline partisane.

    2) Si Jaurès a répondu favorablement aux sollicitations de socialistes maçons, c'est précisément parce qu'ils étaient avant tout socialistes et désireux d'aider au développement du journal L'Humanité. Jaurès n'a jamais voulu céder à cette paranoïa identitaire qui consiste à prêter aux uns et aux autres des stratégies cachées sous prétexte qu'ils ont, à côté de leur engagements partisan, un engagement associatif d'une autre nature. L'efficacité politique implique du pragmatisme, du bon sens et de l'unité. Les exclusives, d'où qu'elles viennent, ne peuvent que nuire à l'action politique de la SFIO.

    3) Il y a des socialistes maçons et des socialistes non maçons comme il y a des radicaux maçons et des radicaux non maçons. On ne peut donc pas réduire la maçonnerie au radicalisme même si la première a souvent accompagné le second. Jaurès précise qu'il n'est pas franc-maçon afin de mettre un terme aux soupçons de connivence dont il fait l'objet, mais en même temps, il ne veut pas que cette précision soit perçue par les socialistes maçons comme une marque de défiance. C'est la raison pour laquelle il ne se gêne pas pour reconnaître publiquement l'apport philosophique de l'Ordre maçonnique qui exprime, selon lui, la pensée libre et qui, à ce titre, sert le mouvement socialiste.

    856843jaures.jpg

    Jean Jaurès n'est jamais revenu sur sa position. Pourquoi ? La raison est simple. Son attachement viscéral à la démocratie et à la liberté de conscience lui interdisent de formuler des anathèmes péremptoires, à chercher des boucs-émissaires sensés expliquer les difficultés du temps présent. Il ne conçoit pas le socialisme, mouvement d'émancipation humaine, sans la liberté. Chacun doit donc pouvoir s'épanouir selon ses goûts et sa philosophie. Jaurès veut ancrer le socialisme dans les institutions démocratiques quand d'autres cherchent à l'en extirper ou à dénaturer son sens profond.

  • Socialisme et franc-maçonnerie (2)

    Imprimer

    mouvement socialiste,orazio raimondo,adrien meslier,alexandre desrousseaux,andrea costa,arthur groussier,benito mussolini,franc-maçonnerie,france,giovanni lerd,giovanni zibordi,grande oriente d'italia,italie,jean jaurès,jules guesde,marcel sembatLe correspondant de L'Humanité, Antonio Fabra Ribas, est embarrassé. Il doit à présent expliquer aux lecteurs du quotidien socialiste la position du Parti socialiste d'Italie (PSI) dans un article dont la publication est prévue pour le 6 mai 1914. La Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO), comme on va le voir plus loin, n'a pas pris les mêmes options que le PSI. Fabra Ribas se met donc à la tâche et, après avoir fait un compte-rendu des débats, il conclut en ces termes :

    "Pour bien comprendre l'attitude des socialistes italiens vis-à-vis de la franc-maçonnerie, il faut tenir compte que les francs-maçons ont été bien souvent, en Italie, les défenseurs acharnés du Trône, qu'ils ont défendu de toutes leurs forces l'expédition en Tripolitaine et qu'ils essayèrent d'étouffer la protestation que les socialistes avaient organisée contre la visite du tsar en Italie."

    Pour Fabra Ribas, ce vote obéit à des considérations de politique intérieure. Si son analyse n'est pas fondamentalement inexacte, elle reste laconique. Elle doit donc être fortement nuancée.

    1) Le nombre de francs-maçons italiens ayant leur carte du Parti socialiste est relativement modeste. Dans son numéro de juin-août 1913 (p.81) la revue maçonnique italienne Acacia estime qu'il n'excède pas 2000 militants. Il faut rappeler à cet égard que le PSI avoisine, en 1914, les 30 000 membres sans qu'on puisse toutefois donner un nombre précis. Les socialistes maçons représenteraient donc un peu moins de 7% des militants du PSI et 11% des membres du Grand Orient d'Italie (G∴O∴I∴), l'obédience maçonnique nationale. C'est donc une "minorité" au sein du PSI qui n'a pas les capacités d'influencer sa ligne politique pour des raisons structurelles : a) cette minorité n'a pas conscience d'elle-même ; b) elle ne s'incarne pas dans une organisation ou une association ; c) le G∴O∴I∴ ne s'est jamais risqué à lui donner de consignes expresses ; d) sa faiblesse s'est confirmée à Ancône. Le fantasme du complot fait croire aux adversaires de la maçonnerie à une sorte de conjuration souterraine, extrêmement bien organisée et efficace, alors que la réalité est infiniment plus triviale. Il y a des individus qui ont en partage le fait d'avoir un double engagement qu'ils jugent complémentaires : un engagement politique au sein du PSI et un engagement philosophique dans la maçonnerie. D'autres socialistes s'investissent dans d'autres causes : la cause féministe, la cause crématiste, la libre pensée, etc.

    Goi-Logo.png2) En franc-maçonnerie, chacun demeure libre de ses opinions politiques. Il n'y a pas de mots d'ordre même si les Obédiences peuvent exprimer un attachement à des valeurs et même si, pendant plusieurs années, elles ont voulu être à la pointe de la réflexion sur la société. Dès que les partis politiques se sont créés et structurés en Italie, dès que l'unité du pays n'a plus été remise en cause, le G∴O∴I∴ s'est davantage concentré sur des activités philosophiques et spécifiquement maçonniques. On observe d'ailleurs le même phénomène avec le Grand Orient de France (G∴O∴D∴F∴) et la Grande Loge de France (G∴L∴D∴F∴). Les loges sont donc des creusets où fraternisent des hommes d'horizons politiques, culturels, sociaux et philosophiques différents. En Italie, on trouve dans les loges en 1913, toujours selon la revue Acacia, environ 28% de monarchistes constitutionnels, 23 % de radicaux, 15% de républicains, 11% de socialistes (révolutionnaires et réformistes compris) et grosso modo 23% de francs-maçons qui ne se reconnaissent dans aucun parti politique. Les monarchistes (constitutionnels et radicaux) sont certes majoritaires (51%), mais ils sont loin d'être ultra-dominants.

    3) On ne peut donc pas déduire une action concertée, consciente et surtout permanente des francs-maçons sur la politique italienne. Il y a certes des francs-maçons italiens politiquement engagés mais toujours à titre personnel. L'exemple de la guerre en Libye le démontre. Si les socialistes italiens accusent les francs-maçons du G∴O∴I∴ d'avoir défendu la guerre en Tripolitaine (région historique de la Libye qui fut sous domination turque jusqu'en 1912), il ne faut pas oublier non plus que les nationalistes italiens accusent les francs-maçons du G∴O∴I∴ de comploter au contraire contre les intérêts de la nation. Les nationalistes leur reprochent d'avoir soutenu, dans le passé, le mouvement Jeunes Turcs. Par conséquent, on le voit, pour les socialistes italiens, les francs-maçons sont des agents de la bourgeoisie, des monarchistes, des ennemis du pacifisme, de l'internationalisme et des turcophobes en raison de l'expédition libyenne ; pour les nationalistes italiens, les francs-maçons appartiennent au contraire à une institution aux ramifications internationales qui est donc, par nature, antipatriotique, antimonarchiste, antireligieuse et turcophile. La franc-maçonnerie est prise en tenaille entre l'extrême gauche et l'extrême droite.

    - A suivre : socialisme et franc-maçonnerie (3) -

  • Socialisme et franc-maçonnerie (1)

    Imprimer

    Le 14e congrès du Parti socialiste italien (PSI), réuni à Ancône les 26, 27 et 28 avril 1914, a voté à une très forte majorité un ordre du jour déclarant qu'il y a incompatibilité pour ses membres à appartenir à la fois à la franc-maçonnerie et au PSI. Le congrès invite les sections à expulser leurs membres qui, à l'avenir, ne respecteront pas cette règle.

    Ce vote a mis un terme à neuf années de débats passionnés au sein du PSI. Déjà par deux fois, aux congrès de Bologne en 1904 et de Milan en octobre 1910, la question de la double appartenance PSI/franc-maçonnerie avait été posée aux militants socialistes sans pouvoir être tranchée faute de quorum.

    En janvier 1910, la mort d'Andrea Costa, considéré comme l'un des fondateurs du mouvement socialiste italien et franc-maçon notoire, avait donc relancé le débat sur le sujet et engendré une guerre des tendances au sein de l'appareil.

    En avril 1914 donc, le quorum ayant été atteint, la question a pu être enfin tranchée. De manière plus profonde, cette décision consacre donc la victoire interne des socialistes révolutionnaires sur les socialistes réformistes.

    Lors du congrès, adversaires et partisans de la double appartenance se sont affrontés à la tribune et ont rivalisé de formules oratoires pour convaincre l'auditoire du bien-fondé de leurs arguments.

    La première tendance, celle des adversaires de la franc-maçonnerie, est représentée par Giovanni Zibordi et Benito Mussolini. Le second, en particulier, jouit d'un prestige de plus en plus grand auprès des militants socialistes. Non seulement Mussolini est jeune, mais il est aussi le responsable de la puissante section socialiste de Forli et, surtout, il dirige le quotidien socialiste L'Avanti ! qui donne un peu le ton au sein du PSI. Diriger un journal, c'est en effet un moyen indispensable pour faire de la politique et relayer ses idées (Jaurès, en France, l'a très bien compris).

    Zibordi et Mussolini ont tous deux défendu un purisme idéologique qui exclut toute compromission, directe ou indirecte, avec l'Ordre maçonnique.

    Lors du congrès d'Ancône, Giovanni Zibordi a déclaré (cf. L'Humanité, 6 mai 1914):

    "Nous combattons la franc-maçonnerie non pas pour son origine philosophique plus ou moins lointaine, mais pour son rôle actuel qui est pernicieux pour l'éducation socialiste."

    Que veut-il dire par "éducation socialiste" ? Une chose très simple. L'éducation socialiste désigne la lutte des classes qui doit aboutir à la victoire du prolétariat sur la bourgeoisie et à l'instauration du socialisme, c'est-à-dire d'une société plus juste et égalitaire. Le problème, ce n'est donc pas la nature philosophique de la franc-maçonnerie, mais c'est la méthodologie maçonnique qui postule une sorte de fraternité universelle censée gommer les différences sociales et instaurer, au sein des loges, une promiscuité regrettable entre le prolétaire et le bourgeois. L'action pernicieuse de la franc-maçonnerie sur l'éducation socialiste consiste à éloigner le prolétaire des nécessaires luttes sociales et à entretenir la confusion dans l'esprit des masses.

    Mussolini ne dit pas autre chose mais de manière encore plus brutale, ironique et définitive (cf. L'Humanité, 6 mai 1914) :

    "On a voulu établir une affinité philosophique entre le socialisme et la franc-maçonnerie. Je nie que cette affinité existe à moins que l'on ne cherche aussi à établir des affinités entre le socialisme et Confucius, et le Christ, s'il a existé, et avec les Chinois d'il y a quatre mille ans. Tout le monde a eu une affinité quelconque avec l'idée socialiste. Il peut être vrai que la maçonnerie tend vers l'humanitarisme, mais il est déjà temps de réagir l'excès d'humanitarisme qui est en train de s'infiltrer dans le Parti. On a parlé aussi de l'oeuvre anticléricale de la franc-maçonnerie. De deux choses l'une : ou l'anticléricalisme maçonnique est le même que l'anticléricalisme socialiste, et alors il fait double emploi avec le nôtre, ou il n'est pas le même et alors il ne peut pas nous intéresser."

    Selon Mussolini, la Franc-Maçonnerie est un obstacle au renouvellement du socialisme autour d'une ligne révolutionnaire et anticapitaliste. A son avis, la Franc-maçonnerie exerce trop de pressions « bourgeoises » au sein du Parti Socialiste, notamment à travers la promotion des « Blocchi popolari » (coalition des partis de gauche en faveur d'une politique fortement anticléricale). L'autonomie du Parti socialiste exige donc une rupture et une purge de tous ses éléments potentiellement subversifs, c'est-à-dire de tous les francs-maçons qui, dans l'appareil socialiste, sont les agents rampants de la bourgeoisie.

    La seconde tendance qui, elle, est favorable à la double appartenance est principalement représentée par Orazio Raimondo et Giovanni Lerda. Le premier est avocat et député de Sanremo. Le deuxième est éditeur et militant socialiste de la première heure. Tous deux sont francs-maçons actifs au sein du Grand Orient d'Italie (GOI). Raimondo est membre de la loge Giuseppe Mazzini à Sanremo, Lerda de la Loge Dante Alighieri à Turin.

    Raimondo et Lerda, tout au long du congrès d'Ancône, ont parfaitement bien compris les intentions de Zibordi et Mussolini. A travers la question maçonnique, il s'agit pour Zibordi et Mussolini de provoquer la rupture avec les socialistes réformistes et de radicaliser la doctrine du PSI. Pour Raimondo et Lerda, la question de la franc-maçonnerie est donc un prétexte pour prendre le contrôle de la formation politique. Ils ne se privent pas de rappeler que si un socialiste peut appartenir à des organisations dont les buts ne sont pas contraires à ceux du PSI (associations pacifistes, de libre pensée, etc.), il doit pouvoir également appartenir à la franc-maçonnerie si tel est son choix.

    Lucidement, Orazio Raimondo s'exclame à la tribune du congrès (cf. L'Humanité, 6 mai 1914) :

    "Je demande à ceux qui nous reprochent d'être maçons, de dire clairement leur pensée. J'ai l'impression que ce débat est une sorte de message préliminaire à notre expulsion du Parti. En tout cas, nous déclarerons devant les sections desquelles nous relevons, notre qualité de maçons, en les laissant en liberté d'appliquer les décisions du congrès."

    Or justement, le congrès n'a donné aucune marge de manoeuvre aux sections. C'est donc le départ exigé de tous les socialistes maçons qui veulent demeurer maçons. Ce qui est le cas d'Orazio Raimondo et de Giovanni Lerda qui, tous deux, sentent confusément qu'il vient de se produire quelque chose d'inquiétant à Ancône. Ce Benito Mussolini, grand vainqueur du congrès et figure montante du Parti, qui est-il vraiment ? Que veut-il ? Raimondo et Lerda le trouvent un peu trop exalté et sûr de lui. Ils ont bien vu que Mussolini a un sens grandiose de sa personne, ce qui le rend, de façon générale, peu réceptif au dialogue et à la nuance. Ils ont bien perçu la brutalité et la violence de son verbe qui a hypnotisé les congressistes. Raimondo et Lerda ont senti chez ce Mussolini une approche autoritaire de l'action politique, a priori peu compatible avec la démocratie et l'idéal socialiste. Mais il est désormais trop tard. Les jeux sont faits. En déchirant sa carte du PSI, Orazio Raimondo, conscient de son échec, a d'ailleurs dit avec amertume :

    "Je ne veux pas. Je suis ce que je suis (Io non scelgo, rimango quello che sono)."

    En effet, comment rester libre en niant sa propre identité ? Si on ne veut pas se soumettre, il faut alors se démettre. Il n'y a pas d'alternative.

    - A suivre. Socialisme et franc-maçonnerie (2) -