Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

informatique

  • Sur le piratage des sites du Grand Orient

    Imprimer

    ob_4b730e_10423716-670989179602796-8386132840519.jpgIl est fait grand cas d'un piratage de données dont le Grand Orient de France a été récemment victime. Cette situation, aussi regrettable et dommageable qu'elle soit, ne doit pas faire oublier que la sécurité informatique est un combat permanent. Nul système n'est totalement impénétrable pour des équipes de hackers déterminées. Les informaticiens, notamment les spécialistes de la sécurisation de données, considèrent même que le hacking contribue activement à l'amélioration des systèmes.

    Ce piratage était donc inévitable. Il devait survenir un jour. C'est pourquoi je pense qu'il doit être perçu comme une occasion – je n'ose dire une chance – d'améliorer le système actuel sans affolement particulier et, surtout, sans accorder trop d'importance aux bavardages catastrophistes des habituelles Cassandre.

    La dématérialisation des échanges de données entre les loges et l'obédience a été amorcée en 2005/2006 pour progressivement se généraliser il y a quelques années à peine. Cette dématérialisation est irréversible parce qu'elle présente des avantages économiques considérables non seulement pour l'obédience mais aussi pour les loges (économie de papier, économie de timbres, rapidité, etc.).

    J'ai été Vénérable sous les deux périodes (avant et après la mise en place du portail administratif). Je peux donc aisément témoigner des progrès constatés qui ne sont pas non plus sans contrepartie (le piratage comme l'imprudence des utilisateurs par exemple sont des paramètres à prendre en considération).

    De façon plus générale, le Grand Orient n'est absolument pas un précurseur en la matière. Il ne fait que s'inscrire dans un mouvement qui affecte la société française dans son ensemble : les administrations et collectivités publiques, les banques, la poste, les assurances, les entreprises, etc., ont développé leur propre système informatique. Aujourd'hui, les gens écrivent de moins en moins sur du support papier. Ils veulent plus de réactivité tout en exigeant un très haut de niveau de sécurité. On va vers une standardisation croissante et de plus en plus rapide des échanges dématérialisés.

    La question fondamentale, à mon avis, est ailleurs. Que cherchaient le ou les hackers en piratant les sites du Grand Orient ? Qu'espéraient-ils trouver ? Les preuves d'un grand complot ? La confirmation de leurs obsessions délirantes ? Il est plus que probable que les auteurs de ce piratage soient totalement dans l'incapacité de comprendre les données qu'ils ont subtilisées. D'ailleurs ont-ils seulement cherché à les analyser ? J'en doute puisque leur but était manifestement de les mettre à la disposition des curieux dans des fichiers compressés et vérolés. C'est tout simplement affligeant de nullité et de bêtise. 

    Je n'ai aucune idée précise de ce qui a été subtilisé. Il y a sans doute des données à caractère personnel, puisque l'obédience semble l'avoir admis, et probablement beaucoup d'autres qui ne présentent guère d'intérêt parce qu'elles témoignent tout simplement du quotidien la vie associative d'une obédience maçonnique.

    C'est comme lorsqu'on retrouve sa maison cambriolée, sens dessus dessous. On est abattu et révolté par la violation de domicile, par la porte défoncée, par les placards et les tiroirs ouverts, par les affaires éparpillées dans les pièces visitées... On est fatigué à l'idée de tout devoir ranger, de contacter son assureur, de déposer plainte, etc. On est  navré de constater que l'écran plat a été dérobé mais en même temps soulagé de voir un souvenir précieux épargné (une photo, une babiole, une chose apparemment anodine).