Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

glua

  • Poutine au tricentenaire de la fondation de la franc-maçonnerie spéculative

    Imprimer

    1288822875.jpgLe 11 février dernier, j'écrivais au sujet de l'inénarrable Andrei Bogdanov, chef du Parti Communiste de la Justice Sociale et Grand Maître de la Grande Loge de Russie :

    « On le voit en tenue, en conférence ou ailleurs, toujours jovial, toujours le sourire aux lèvres, serrer les mains de tel ou tel maçon anglo-saxon visiblement sous le charme de ce jeune Grand Maître. On le voit déambuler dans les couloirs du siège de la Grande Loge Unie d'Angleterre où l'homme semble avoir ses habitudes (gageons qu'il sera idéalement placé au milieu des Grands Maîtres conviés à Londres aux festivités du tricentenaire de la franc-maçonnerie spéculative). »

    Quelques mois après, l'homme prend effectivement la pause à la célébration du 300e anniversaire de la fondation de la franc-maçonnerie spéculative à Londres (photo ci-dessus).

    Chapeau l'artiste ! 

    Vladimir attend maintenant son compte-rendu de visite.

    Bon désolé pour le titre de cette note quelque peu sensationnaliste. Le président russe ne s'est évidemment pas déplacé à Londres pour assister à la cérémonie organisée par la Grande Loge Unie d'Angleterre. Il s'est contenté d'y envoyer son commis voyageur. 

    Pour terminer, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer cette capture d'écran du compte Instagram de la Grande Loge de Russie.

    754104375.png

    Décidément, Andrei Bogdanov est plein d'humour même s'il convient de préciser que l'anniversaire du président russe était le 7 octobre (d'où la photo). N'est-il pas cependant cocasse de voir Poutine et le duc de Kent aussi proches ? Oh my god !

  • Voici comment Vladimir Poutine instrumentalise la franc-maçonnerie russe

    Imprimer

    bogdaclown.jpgL'instrument dont se sert M. Vladimir Poutine pour contrôler la franc-maçonnerie russe, est connu des lecteurs fidèles de ce blog. Il s'appelle Andreï Vladimirovitch Bogdanov et j'en ai parlé à deux reprises lorsque j'ai rendu compte des activités de la Grande Loge de Russie dans les pays du Caucase et au Kazakhstan. Andreï Bogdanov en est le Grand Maître depuis 2007. Un Grand Maître dont l'élection a été immédiatement contestée par une minorité de frères qui, depuis, a préféré constituer des loges dissidentes, fonder d'autres obédiences ou se placer sous la juridiction d'obédiences libérales et adogmatiques (le Grand Orient de France possède ainsi deux loges en Russie, une à Moscou et une à Saint-Petersbourg, qui se développent chacune dans un contexte assez difficile).

    Depuis toujours en effet, Andreï Bogdanov pratique un curieux mélange des genres puisqu'il est à la fois le dignitaire de la franc-maçonnerie russe, reconnu comme tel par la Grande Loge Unie Angleterre et les Grandes Loges américaines, et un homme très engagé dans la vie politique de son pays.

    Bogdanov a en effet connu son heure de gloire en 2008 lorsqu'il s'est présenté à l'élection présidentielle de la Russie sous les couleurs du Parti démocratique qu'il présidait à l'époque. Il a obtenu un peu plus d'1% des voix face à Dmitri Medvedev, le candidat de Vladimir Poutine. Bogdanov a donc été un opposant pour le moins symbolique, voire utile, à propos duquel le journaliste Tony Halpin écrivait dans l'édition du 29 février 2008 du Times de Londres :

    « Beaucoup de gens soupçonnent que le Kremlin a autorisé Bogdanov à se présenter pour s'assurer qu'il y aurait au moins deux candidats en conformité avec la loi russe ».

    Sur son blog, Fabrice Nodé-Langlois l'avait même qualifié de candidat extraterrestre en faisant une allusion malicieuse aux frères Igor et Grichka Bogdanov (Andreï Bogdanov n'a évidemment aucun lien de parenté avec nos jumeaux hexagonaux) :

    « Jeune -38 ans-, franc-maçon, portant les cheveux longs et frisotés, dans le paysage politique russe, Andrei Bogdanov est assurément un alien. Face au favori Dmitri Medvedev, au nationaliste Vladimir Jirinovski et au communiste Guennadi Ziouganov, il est l'improbable quatrième candidat de la présidentielle du 2 mars.

    Improbable parce que d'emblée, on se demande comment ce parfait inconnu du public russe est parvenu à réunir les 2 millions de signatures nécessaires à tout candidat non représenté au parlement ».

    En 2008, Bogdanov passait pour un homme de centre droit ou de droite. Très libéral tant sur le plan politique qu'économique. Il était jeune et avait un profil atypique. Son sourire en coin, un brin narquois, lui donnait un air décalé et un peu fourbe. Il était en quelque sorte l'expression de l'une des composantes au sein de l'opposition russe aux côtés du communiste Gennady Ziouganov et du nationaliste Vladimir Jirinovski. Bogdanov incarnait l'occidentalisme démocratique en quelque sorte, auréolé, qui plus est, d'une appartenance maçonnique qu'il n'a jamais cherché à cacher bien au contraire.

    donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,boris nemtsov,alexeï navalny

    Depuis 2008, la vie politique de Bogdanov est à l'image de sa vie maçonnique. Très intense. Il a tenté de se présenter à la mairie de Sotchi en 2009 (la ville des jeux olympiques d'hiver) avant de se raviser et d'appeler à voter en faveur Anatoly Pakhomov, le candidat soutenu par Russie Unie, le parti du président Poutine. Le Parti démocratique a ensuite explosé. Les partisans de Bogdanov ont alors rejoint le parti Juste Cause. Puis, en 2014, Andreï Bogdanov s'est retrouvé dans un obscur contentieux face à un autre opposant, Alexeï Navalny, récemment condamné pour corruption aux termes d'un procès douteux. Bogdanov, qui avait déposé le nom « Alliance Populaire », a assigné Navalny dont la formation politique utilisait le même nom. Bogdanov a obtenu gain de cause et torpillé ainsi toute la communication de Navalny.

    En 2014, l'ultralibéral Bogdanov a opéré une transformation politique spectaculaire. Il est devenu président - tenez-vous bien - du Parti Communiste de la Justice Sociale créé en 2012. En deux ans à peine, il a donc la pris la tête de cette organisation politique dans laquelle on retrouve par exemple Andreï Brejnev le petit fils de Leonid Brejnev ! Le Parti communiste de la Fédération de Russie, issu des ruines de l'ancien Parti communiste de l'Union Soviétique, s'est élevé contre ce concurrent perçu comme une manipulation du Kremlin. Et de relever que l'acronyme de Parti Communiste de la Justice Sociale, en langue russe, est le même que celui du Parti Communiste de l'Union Soviétique : КПСС. Il y a donc une volonté manifeste d'entretenir la confusion chez les électeurs russes. Le Parti Communiste de la Justice Sociale a par ailleurs présenté des listes dans la plupart des régions aux dernières élections régionales russes de 2015 et aux législatives de 2016.

    andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,alexeï navalny,boris nemtsov,godf

    Pour le politologue et journaliste Alexeï Makarkine, le revirement d'Andreï Bogdanov n'est pas surprenant. Il estime que Bogdanov a décidé de se concentrer sur le Parti communiste quand il a constaté que l'idéologie bolchévique et la nostalgie de l'Union soviétique étaient plus porteuses au sein de l'électorat que les principes démocratiques ou le libéralisme économique. Cependant, Makarkine ne va pas jusqu'à affirmer que la soudaine reconversion politique de Bogdanov obéit à un ordre de Poutine mais son silence le laisse pourtant penser. En tout cas, force est de constater qu'Andreï Bogdanov est parvenu, au cours des dix dernières années, à torpiller le mouvement démocratique russe en participant activement à l'émiettement des forces politiques d'opposition. Il a également affaibli les nationalistes (Navalny). Il s'attaque aujourd'hui aux communistes. Pendant ce temps, Timur Bogdanov, le frère d'Andreï Bogdanov, est devenu en 2014 le président du groupusculaire Parti Démocratique de Russie reconstitué en 2012.

    andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,alexeï navalny,boris nemtsov,godf

    Une tel activisme et un tel cynisme ne peuvent s'expliquer sans un soutien actif du Président Poutine. Ce dernier d'ailleurs n'a jamais dissimulé une certaine bienveillance à l'égard de Bogdanov. Ce qui est certain en tout cas, c'est que si le Grand Maître de la Grande Loge de Russie était réellement un opposant sérieux à Poutine, il aurait été déjà condamné pénalement pour une infraction de droit commun (comme Alexeï Navalny par exemple) ou assassiné froidement (comme Boris Nemtsov). Et, naturellement, la franc-maçonnerie aurait été interdite sur tout le territoire russe et, corrélativement, dans tous les Etats sous influence politique du Kremlin.

    Après l'intensité des activités politiques du camarade Andreï Bogdanov, il convient de souligner l'intensité des activités maçonniques du frère Bogdanov Andreï. Celui-ci voyage beaucoup. La Grande Loge de Russie semble donc bénéficier de moyens financiers confortables, ou tout au moins suffisants, pour permettre à son Grand Maître de la représenter dans toutes les manifestations maçonniques internationales. Andreï Bogdanov, qui semble avoir avoir une bonne estime de lui-même, prend volontiers la pose. Le compte Instagram de la Grande Loge de Russie est ainsi rempli de photos du Grand Maître en Grande Bretagne, aux Etats-Unis, en Australie, au Kazakhstan, en Georgie, au Venezuela, etc.

    donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,boris nemtzov,alexeï navalnyOn le voit en tenue, en conférence ou ailleurs, toujours jovial, toujours le sourire aux lèvres, serrer les mains de tel ou tel maçon anglo-saxon visiblement sous le charme de ce jeune Grand Maître. On le voit déambuler dans les couloirs du siège de la Grande Loge Unie d'Angleterre où l'homme semble avoir ses habitudes (gageons qu'il sera idéalement placé au milieu des Grands Maîtres conviés à Londres aux festivités du tricentenaire de la franc-maçonnerie spéculative).

    De temps en temps, Bogdanov se livre à quelques facéties sympathiques. On le voit en costume de St Nicolas ou avec des oreilles de Mickey (cf. les photos ci-dessus). Certaines images rappellent même étrangement le réalisme soviétique des dignitaires communistes d'antan (cf. la photo ci-dessus). Bref, c'est un véritable culte de la personnalité à mille lieux de tout esprit maçonnique véritable. 

    La Grande Loge de Russie s'autorise même quelque audace. C'est ainsi qu'elle a salué très officiellement l'entrée en fonction de Donald J. Trump à la présidence des Etats-Unis d'Amérique en publiant cette image sur son compte Instagram le 20 janvier dernier avec cette légende on ne peut plus explicite : 

    « Поздравляем наших американских братьев с инаугурацией нового Президента США!(Félicitations à nos frères américains pour l'entrée en fonction du nouveau président des Etats-Unis d'Amérique !) »

    trump.jpg

    Ce qui est pour le moins comique quand on connaît les positions, les discours et les décisions de Trump. Les appréciations des francs-maçons américains à son sujet sont très contrastés. Il est donc très étonnant que la Grande Loge de Russie fasse ainsi irruption dans l'actualité politique américaine alors que sa régularité aurait dû l'inciter à conserver une parfaite neutralité. Elle laisse clairement penser que Trump a été le candidat des loges d'une façon ou d'une autre. Ce qui est une ineptie. Mais c'est bien entendu volontaire. En effet, il faut faire oublier les forts soupçons d'ingérence russe dans le processus électoral (piratage informatique). Comment ne pas remarquer non plus une convergence de vue entre l'obédience présidée par Bogdanov et les sentiments de Poutine à l'égard du nouveau locataire de la Maison blanche ?

    Il paraît clair que Vladimir Poutine utilise Andreï Bogdanov pour pénétrer les réseaux maçonniques et nouer des contacts qui peuvent être utiles à la Russie. Andreï Bogdanov semble bien trop intelligent et malin pour n'être qu'une marionnette ou une sorte d'idiot utile. Il n'est pas incongru de l'imaginer en agent du FSB. Bien entendu, il est impossible de le démontrer même si une observation attentive de l'actualité politique russe permet de déceler de nombreux indices troublants. Bogdanov est-il une taupe de Poutine ? La question est donc posée. En tout cas, ce qui a été possible à Cuba avec Castro peut évidemment l'être en Russie avec Poutine. Ce n'est absolument pas un problème en soi.

    donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,boris nemtzov,alexeï navalny

    En attendant, que penser de ces dignitaires anglo-saxons qui déroulent le tapis rouge à la Grande Loge de Russie alors qu'ils s'obstinent toujours à ne pas reconnaître l'écrasante majorité des francs-maçons français et belges, notamment les Grands Orients de France et de Belgique ? Sont-ils aveugles et nigauds à ce point ? J'ai bien peur que la réponse soit positive.

  • Schisme ou pas schisme ?

    Imprimer

    articles d'union.jpgJ'ai lu avec beaucoup d'intérêt une note de Philippe Michel dans laquelle celui-ci remet en cause la notion de schisme appliquée à la querelle des Anciens et des Modernes. Il la considère inappropriée, notamment pour les raisons suivantes :

    • les maçons fondateurs de la nouvelle GL des Anciens n'ont jamais appartenu à la GL d'Angleterre ;
    • les visites de loge étaient strictement encadrées et limitées aux seuls visiteurs connus.

    Pour le reste, Michel reformule ce que j'ai déjà eu l'occasion d'écrire ici même sur ce blog lorsque j'ai fait référence au travail de Richard Berman.

    Philippe Michel rappelle donc le sens du mot schisme. Un schisme désigne la division ou la scission dans un groupement, une école, un parti. Il n'y en a pas eu selon l'auteur.

    Je comprends parfaitement ce point de vue. Néanmoins je n'y adhère pas car l'essentiel est que cette querelle des Anciens et des Modernes ait été perçue et vécue par les contemporains comme une séparation au sein même de l'ordre maçonnique. J'ai du mal à croire que les deux obédiences aient été strictement hermétiques l'une par rapport à l'autre.

    De 1751 à 1754, la Grande Loge des Anciens est parvenue à fédérer une quarantaine d'ateliers en Angleterre. Il paraît difficilement concevable qu'il s'agisse uniquement de loges nouvelles composées de membres fraîchement initiés. Il y a bien dû y avoir, à un moment donné, des transferts d'effectif ou de loge dont les archives ne parlent pas. Un phénomène d'une telle ampleur semble donc bien accréditer la thèse d'une scission même à la marge. On ne fédère pas autant de loges en si peu de temps en comptant seulement sur ses propres forces.

    Il suffit de songer à l'histoire maçonnique française qui n'a jamais connu d'obédience créée ex nihilo avec un tel développement. Le Suprême Conseil a mis plus d'un siècle et demi à avoir une centaine d'ateliers sous sa juridiction. Des ateliers du GO sont passés au Suprême Conseil et réciproquement même si ces transferts ont été marginaux. De même, les francs-maçons de rite français et de rite écossais n'ont jamais vécu dans une ignorance mutuelle. Les livres d'architecture témoignent des visites effectuées. En d'autres termes, le Suprême Conseil et le Grand Orient de France ne se sont jamais ignorés malgré des relations en dents de scie tout au long du dix-neuvième siècle.

    Je ne vois donc pas pourquoi il en aurait été autrement en Angleterre. J'observe d'ailleurs que la séparation des Anciens et des Modernes a engendré des distinctions d'usage et de rituel, des polémiques, des divergences d'appréciation sur la nature et les objectifs du travail maçonnique et deux Grandes Loges qui ont coexisté outre-Manche pendant six décennies. Il faut enfin rappeler que fameuse querelle s'acheva en 1813 au terme d'une réconciliation formalisée par les Articles d'Union constitutifs de l'actuelle Grande Loge Unie d'Angleterre. Or qu'est-ce qu'une réconciliation sinon le point final d'une fâcherie ayant entraîné une rupture ?

    Cette réconciliation s'est fondée sur le refus de désigner des vainqueurs et des vaincus. En effet, les Articles  d'Union de 1813 ne reviennent absolument pas sur le passé. Ses rédacteurs ont fait l'économie de rédiger un long et soporifique préambule explicatif sur la querelle des Anciens et des Modernes afin, probablement, d'éviter de nouvelles polémiques. Les représentants des deux Grandes Loges se sont tout simplement entendus, de façon pragmatique, sur un certain nombre de points pour déterminer ensemble le plus petit dénominateur commun entre Anciens et Modernes.

    Les Articles d'Union expriment l'impérieuse nécessité pour les deux camps d'oeuvrer ensemble - à nouveau ou pas, peu importe - au sein d'un même ordre. Ce qui implique notamment une uniformisation des pratiques maçonniques et un cantonnement de la franc-maçonnerie spéculative aux trois degrés symboliques d'apprenti, de compagnon et de maître. Le style émulation, pratiqué dans les loges anglaises, est né de cet effort d'unité.

    L'article trois énonce fort bien l'objectif de réconciliation :

    « Il y aura l'unité la plus parfaite concernant l'obligation, la discipline, le travail des loges, l'initiation [au premier degré], la réception [au deuxième degré], l'élévation [au troisième degré], l'instruction et la tenue vestimentaire des frères si bien qu'un seul système pur et sans souillure, établi selon les bornes, lois et traditions authentiques du Métier, sera maintenu et pratiqué à travers le monde maçonnique, à partir de ce jour et de cette date dite d'Union jusqu'à la fin des temps. »

    Schisme, querelle, rupture, séparation, développement séparé, réconciliation, union, réunion, etc. Peu importe les mots choisis pour décrire cette période de l'histoire maçonnique anglaise. Ils sont tous valables à mon avis et on peut les utiliser sans risque de commettre des contresens historiques.

  • Le Plan Universités de la Grande Loge Unie d'Angleterre

    Imprimer

    grande bretagne,glua,jeunesse,franc-maçonnerie,loges,universités

    Les obédiences françaises s'interrogent depuis longtemps sur les moyens de rendre la franc-maçonnerie plus attractive auprès des jeunes gens. Elles ont organisé cette année au moins deux manifestations : un colloque sur la jeunesse, à Paris, à l'initiative de la Grande Loge de France et de la Grande Loge Féminine de France et un rassemblement de jeunes maçons à Montpellier sous l'égide du Grand Orient de France. Toutefois, ces manifestations ne semblent pas avoir rencontré le succès escompté. L'âge moyen du franc-maçon français avoisine toujours les 55-60 ans. Bien qu'il y ait toujours eu des jeunes gens initiés en franc-maçonnerie (j'ai été dans ce cas), ces derniers restent très minoritaires. Faut-il s'en désoler ? Très franchement, je n'en sais rien. En tout cas, ça n'a jamais été pour moi une source de préoccupation particulière, probablement parce que j'ai toujours été convaincu que l'initiation à la franc-maçonnerie était fondamentalement le résultat d'une démarche personnelle. L'âge n'a rien à y voir même s'il peut être un critère dans le choix souverain des loges. 

    grande bretagne,glua,jeunesse,franc-maçonnerie,loges,universitésCeci dit, il me paraît intéressant de signaler ici la manière dont la franc-maçonnerie britannique agit vis-à-vis de la jeunesse. En effet, confrontée elle aussi à un vieillissement de ses effectifs, la Grande Loge Unie d'Angleterre a lancé le Plan Universités (Universities Scheme). De quoi s'agit-il ? Il s'agit d'un réseau de loges universitaires, c'est-à-dire de loges qui recrutent ordinairement dans le milieu de l'enseignement supérieur. Ce réseau est présidé par Sir David Wootton, assistant Grand Maître, ancien lord-maire de Londres et avocat dans le profane.

    Le Plan Universités est inspiré de l'expérience de deux loges implantées dans des villes universitaires prestigieuses depuis près de deux cents ans : la loge Apollo Lodge University n°357 fondée en 1818 à l'orient d'Oxford et la loge Isaac Newton University Lodge n°1161 fondée en 1861 à l'orient de Cambridge. Ces deux loges ont initié plusieurs milliers de jeunes hommes à la franc-maçonnerie. Le Plan Universités a donc pour objectif de favoriser l'accès des étudiants à la franc-maçonnerie. Depuis son lancement en 2005, ce plan regroupe une soixantaine de loges basées essentiellement en Angleterre, au Pays de Galles et en Afrique du sud (la Grande Loge Unie d'Angleterre y possède un district). 

    En voici la liste plutôt impressionnante :

    Pour toutes les universités et écoles d'enseignement supérieur de Londres

    • University of London Lodge N°. 2033
    • Rahere Lodge N°. 2546
    • Lodge of Honor and Generosity No. 165
    • Phoenix Lodge No. 173
    • Ravensbourne Royal Arch Chapter No. 1601
    • Duke of Cornwall Lodge No. 1839
    • University of London Lodge No. 2033
    • Aesculapius Lodge No. 2410
    • University of Durham Lodge No. 3030
    • Trinity College Dublin Lodge No. 3153
    • Lodge of Good Fellowship No. 3655
    • Gray's Inn Lodge No. 4938
    • Old Johnian Lodge No. 5282
    • St Cecilia Lodge No. 6190
    • Tetragon Lodge No. 6302

    Université Anglia Ruskin 

    • Boswells Lodge No. 7759

    Université de Brighton

    • Brighton & Hove Civic Lodge No. 5223

    Université Brunel

    • Ruislip St. Martin's Lodge No. 9125

    Université de Buckingham

    • Grenville Lodge No. 1787

    Buckinghamshire Université Nouvelle

    • Marlow Lodge No. 2752

    Université Christ Roi de Canterbury, Université du Kent  et Université de Greenwich

    • St Augustine Lodge No. 972
    • The Pentangle Lodge No. 1174

    Universide Chichester

    • Lodge of Union No. 38

    Université d'Essex

    • Ostrea Lodge No. 8209

    Université de Hertfordshire

    • Salisbury Union Lodge No. 767

    Université d'Oxford

    • Apollo University Lodge No. 357
    • Oxford and Cambridge Lodge No. 1118

    Université Oxford Brookes 

    • Blockley Lodge No. 6345

    Université de Portsmouth

    • Domus Dei Lodge No. 5151

    Université de Reading

    • Grey Friars Lodge No. 1101

    Université de Southampton

    • Southampton University Lodge No. 7022

    Université du Surrey

    • Onslow Lodge No. 2234
    • Woodside Lodge No. 6441

    Université du Sussex

    • Brighton & Hove Civic Lodge No. 5223

    Université de Winchester

    • William of Wykeham Lodge No. 1883

    Université de Cambridge

    • Isaac Newton University Lodge No. 859
    • Alma Mater Lodge No. 1492
    • Oxford and Cambridge Lodge No. 1118

    Université d'East Anglia

    • Bowers Lodge No. 4865

    Université de Bolton

    • Goulburn Menturia Lodge No. 3478

    Université de Chester

    • University Lodge of Chester No. 4477

    Université de Lancaster

    • City of Lancaster Lodge No. 281

    Université de Liverpool

    • University Lodge of Liverpool No. 4274

    Université de Manchester

    • Old Mancunians' with Mount Sinai Lodge No. 3140
    • De Montfort University
    • Castle of Leicester Lodge No. 7767

    Université de Derby

    • Hartington Lodge No. 1085
    • Phoenix Lodge of Saint Ann No. 1235

    Université de Leicester

    • Wyggeston Lodge No. 3448

    Université Lincoln

    • St Hugh Lodge No. 1386

    Université Loughborough 

    • Lodge of Science and Art No. 8429

    Université de Nottingham

    • Daybrook Lodge No. 5522

    Université du Staffordshire

    • Universities Lodge of Staffordshire No. 9907

    Université de Birmingham et Coventry

    • University of Birmingham Lodge No. 5628

    Université de Bangor

    • St David's Lodge No. 384

    Université de Cardiff

    • Universities Lodge, Cardiff No. 5461

    Universités et établissements d'enseignement supérieur d'Afrique du Sud

    • Singleton Lodge No. 8399
    • President Lodge No. 8053
    • Golden West Lodge No. 6689
    • University Lodge of the West Indies No. 7128
    • Universitas Lodge No. 9917


    david wootton, grande bretagne,glua,jeunesse,franc-maçonnerie,loges,universitésOn retrouve dans ces loges non seulement des étudiants, des membres des universités (corps enseignant, personnel administratif), des anciens étudiants, mais aussi des maçons exerçant autres professions. Certaines de ces loges sont liées historiquement aux universités. D'autres ne le sont pas mais font l'effort d'ouvrir leurs colonnes aux jeunes. 
    La Grande Loge Unie d'Angleterre applique des règles spécifiques aux loges de ce réseau. Ainsi, tous les francs-maçons âgés de moins de 25 ans bénéficient d'une cotisation réduite de moitié. Le but est de rendre la franc-maçonnerie accessible aux plus jeunes.

    Je suis dans l'incapacité de dire si le Plan Universités de la Grande Loge Unie d'Angleterre est une réussite ou pas. Il est en effet difficile d'en mesurer l'impact concret sur la vie maçonnique en Angleterre et en Afrique du sud. Les informations manquent. Ce plan témoigne en tout cas d'un esprit de club et de réseautage que les francs-maçons français réprouvent généralement, considérant que la franc-maçonnerie est essentiellement un ordre initiatique, ésotérique et traditionnel. Il convient également de remarquer que le recrutement de la Grande Loge Unie d'Angleterre est assez réducteur car tous les jeunes hommes ne fréquentent évidemment pas l'enseignement supérieur. J'imagine que si de nombreux jeunes universitaires sont initiés dans les loges anglo-saxonnes, ils doivent être tout aussi nombreux à en démissionner. En effet, comment susciter et entretenir le sentiment d'appartenance maçonnique quand toutes ces loges se réunissent en moyenne quatre à six fois par an et uniquement pour procéder à des installations de collège ou à des cérémonies ?

    Quelles que soient les critiques que l'on peut faire au sujet de cette action entreprise par la Grande Loge Unie d'Angleterre, comment ne pas être malgré tout admiratif devant le volontarisme et le pragmatisme de nos frères d'outre-Manche ? En France, les dignitaires des obédiences maçonniques parlent de la jeunesse comme d'une abstraction. Attirer les jeunes dans les loges est un objectif qu'ils évoquent prudemment pour ne pas être taxés de prosélytisme. En outre, les loges françaises sont généralement réticentes à l'égard de ces recrutements ciblés qui ressemblent à des objectifs marketing. Parler par exemple de la possibilité d'instaurer une capitation différenciée en fonction de l'âge est souvent un sujet de crispations. Au Grand Orient de France, nombreux sont les frères qui considèrent que la capitation différenciée en fonction de l'âge ou des moyens financiers serait de nature à introduire une rupture de l'égalité de traitement entre les membres de l'obédience (je le pense aussi). Au final, les obédiences françaises sont condamnées à ne rien faire.

    De l'autre côté de la Manche au contraire, la franc-maçonnerie anglo-saxonne ne s'embarrasse guère de grandes discussions théoriques sur la jeunesse. Elle agit. Peut-être de façon critiquable mais elle agit. Elle s'est ainsi donnée les moyens de ses ambitions. De manière tout à fait pragmatique, elle a échafaudé une stratégie particulière : un réseau de loges qui pratique la capitation différenciée. Cependant, le pragmatisme et l'action ne font pas tout car le travail maçonnique, tel qu'il se conçoit en Grande Bretagne, est fort différent de ce qu'il est en France. Réduit essentiellement aux cérémonies, le travail dans les loges britanniques doit probablement apparaître bien ennuyeux pour des jeunes initiés qui débutent dans la vie et qui ont sans doute bien d'autres préoccupations en tête que les usages maçonniques.