Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

glrb

  • Une grosse paire de claques belges ?

    Imprimer

    "Une grosse paire de claques belges". C'est ainsi qu'un observateur de l'actualité obédientielle qualifie le retrait de la Grande Loge Régulière de Belgique (GLRB) du "processus de Bâle". La groupusculaire obédience régulière belge a ainsi rompu ses pourparlers avec la CMF suite aux tergiversations de la GLDF et mis un terme à son immixtion grossière dans les affaires maçonniques françaises. Brrrr ! De quoi trembler pendant des années !

    Je voudrais simplement relativiser ici "la grosse paire de claques" en rappelant que celle-ci a été administrée par une organisation qui représente à peine 7 à 8% des effectifs de la franc-maçonnerie belge, soit grosso modo 1000 frères eux-mêmes répartis en 55 loges, ce qui, dans le meilleur des cas, fait environ 18 à 20 frères par loge (la réalité doit être sans doute bien moins flatteuse).

    La GLRB a beau jeu de s'enorgueillir sur son site web d'accueillir le visiteur dans "l'univers de la Franc-Maçonnerie universelle et de tradition du 21e siècle." Il faudrait peut-être aussi insister sur le fait que cet "univers universel et de tradition" se rétrécit singulièrement en Belgique où cette obédience, issue d'une scission de la Grande Loge de Belgique (GLB) en 1979, vit dans un total isolement.

    Laissons ces pantins jouer avec nos outils.

  • Réunir ce qui est épars

    Imprimer

    Il semblerait que la Grande Loge Régulière de Belgique (GLRB) ait sommé la Grande Loge de France (GLDF) de préciser ses positions au sujet de la Confédération Maçonnique de France (CMF) et des relations avec les Obédiences dites "irrégulières". 

    Trois réflexions que je vous livre en vrac.

    1°) La GLRB est une obédience ultra minoritaire en Belgique. Par conséquent, ce qu'elle peut penser, dire ou faire n'intéresse quasiment personne outre-Quiévrain. Je ne dis pas cela par méchanceté mais parce que c'est tout simplement la réalité. Je connais très bien la Belgique, pour des raisons personnelles, et notamment la franc-maçonnerie de ce pays. J'ai été membre, plusieurs années, d'une loge du Grand Orient de Belgique (GOB), l'obédience "historique" du pays. Je puis témoigner de la profonde marginalité dans laquelle la GLRB s'est enfoncée dès sa création en 1979 car, contrairement à ce qui se passe en France, les maçons belges, notamment les dignitaires, sont bien moins hypocrites que leurs homologues français. "Irréguliers" et "réguliers" ne se fréquentent généralement pas. Dès lors, les "réguliers" belges ont beau avoir des relations fraternelles avec la majorité des francs-maçons dans le monde, ils demeurent isolés dans leur propre pays.

    2°) La GLRB sait qu'elle a perdu la partie. L'appel de Bâle est un cuisant échec. Elle cherche désormais un prétexte pour rompre. La Grande Loge Nationale Française (GLNF) est en effet à nouveau reconnue. Les charognards qui pensaient déjà s'en disputer les restes, sont aujourd'hui Gros-Jean comme devant. Ils s'obstinent et vivent dans le déni. La GLDF s'est ainsi enfermée dans une casuistique réglementaire que personne ne comprend à commencer d'ailleurs par bon nombre de ses loges. La GLAMF, elle, a signé un protocole administratif avec - Horresco referens ! - le Grand Orient de France (GODF).  La Grande Loge Indépendante de France (GLIF) est dans les choux. La Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra (GLTSO) et la Loge Nationale Française (LNF) ont déserté depuis longtemps une CMF en pleine dérive.

    3°) Mais ce qui est sans doute le plus terrible, et finalement le plus navrant, dans ces guerres picrocholines, au delà même des positionnements ou des stratégies des uns et des autres, c'est que tout est mis en oeuvre pour séparer les frères. C'est cette volonté assumée d'exclure son prochain en lui collant des étiquettes sur le dos. C'est cette volonté de réduire à tout prix la franc-maçonnerie aux landmarks dont la liste et les fondements historiques demeurent largement discutés par les historiens. Réunir ce qui est épars - comme le préconisent les Constitutions d'Anderson depuis 1723 - c'est forcément réunir différentes conceptions de l'Art royal.