Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

géorgie

  • Les Grandes Loges américaines après l'élection

    Imprimer

    trumpxit.jpg

    Le 14 mars dernier, je consacrais une longue note sur la politique d'ostracisme à l'égard des homosexuels menées par certaines Grandes Loges américaines. J'écrivais à l'époque :

    « A votre avis, pour qui le maçon (blanc) moyen de ces deux Etats a-t-il voté ? J'ai une petite idée que je vous livre brute de décoffrage : pour un excité grossier, vulgaire et raciste aux cheveux jaunes et plein de pognon. Le maçon (afro-américain) moyen, lui, a probablement voté Clinton même s'il peut rester sentimentalement attaché au parti républicain pour des raisons historiques (Abraham Lincoln, le célèbre président abolitionniste, fut membre du parti républicain). Comment voulez-vous, dans une telle configuration politique, que les Grandes Loges de Géorgie et du Tennessee se remettent en question ? C'est à mon avis difficile à envisager. Ces dernières doivent bien se moquer des ruptures annoncées. Ces obédiences reflètent les mentalités locales. Et encore quand je dis « locales », il faut avoir présent à l'esprit que le Tennessee est plus vaste que le Portugal. La Géorgie est plus grande que la Grèce ! Les Grandes Loges de Washington  DC et de Californie, qui ont annoncé la rupture de leurs relations, sont distantes respectivement de 1000 et 3500 km environ ! Pour prendre une comparaison, il y a plus de distance entre Atlanta (capitale de la Géorgie) et Sacramento (capitale de la Californie) qu'entre Paris et Moscou ou Paris et Istanbul ! Ce sont des échelles que nous, européens et Français, avons bien du mal à nous représenter. C'est vous dire aussi le peu d'impact que peuvent avoir nos indignations outre-Atlantique...C'est la raison pour laquelle je ne crois pas que nous sommes en train d'assister à un « ouragan maçonnique » comme Roger Dachez a pu le prétendre en novembre dernier, mais plutôt à une tempête dans un verre d'eau. Je m'avance peut-être un peu trop, mais je pense qu'il est impossible d'anticiper la suite des événements tant que l'élection présidentielle n'est pas achevée et que les tensions politiques ne sont pas un peu retombées. De toute façon, je ne m'attends pas à une révolution dans les pratiques maçonniques des deux obédiences mises à l'index. »

    Depuis, les Grandes Loges concernées n'ont pas changé d'avis. Sans surprise, ces obédiences maçonniques sont celles d'Etats où l'on a massivement voté en faveur de Trump.

    Fin octobre, la Grande Loge de Californie a confirmé la suspension de ses relations avec les Grandes Loges du Tennessee et de Géorgie. Il est intéressant de remarquer que la Californie fait partie des Etats où Mme Hillary Clinton, la candidate démocrate, est arrivée en tête.

    La fin de la campagne électorale va-t-elle favoriser la normalisation de la situation entre les Grandes Loges américaines ? Difficile de le dire. A titre personnel, je pense que oui. La realpolitik a de fortes chances de reprendre le dessus. C'est pour cette raison que j'ai parlé de tempête dans un verre d'eau.

    Ce qui est certain en revanche, c'est que les Grandes Loges mises à l'index seront sans doute confortées le résultat du scrutin.

  • Franc-Maçonnerie et Homosexualité aux Etats-Unis

    Imprimer

    georgia-bans-gay-masons-300x162.jpgLa décision des Grandes Loges de Géorgie et du Tennessee affirmant l'incompatibilité entre l'homosexualité et l'appartenance maçonnique a incité certaines Grandes Loges à rompre leurs relations fraternelles. C'est le cas, à ce jour, des Grandes Loges de Washington DC et de Californie et, en Europe, de la microscopique Grande Loge Régulière de Belgique. Il y en aura peut-être d'autres à l'avenir. Ces ruptures interviennent dans un contexte très particulier qu'il convient de rappeler sous peine, me semble-t-il, de ne rien comprendre à ce qui se passe outre-Atlantique.

    1°) LCour suprême des États-Unis a rendu, le 26 juin 2015, une décision historique aux termes de laquelle elle a jugé que la Constitution fédérale garantissait aux personnes de même sexe le droit de pouvoir se marier. En d'autres termes, l'élargissement du mariage aux personnes de même sexe est devenu désormais un droit constitutionnel. Ce droit a vocation à être reconnu dans tous les Etats américains, y compris dans la très conservatrice Géorgie. Cet arrêt historique, notamment dans ses répercussions sur les pratiques maçonniques de certaines juridictions, a fait l'objet d'une analyse intéressante des Frères Jon Ruark et Jason Richards.

    2°) En octobre 2015, les Grandes Loges de Géorgie et du Tennessee, par l'intermédiaire de leurs Grands Maîtres, ont exprimé des positions homophobes aujourd'hui dénoncées. Le Grand Maître de la Grande Loge de Géorgie a dit que l'homosexualité était un pêché. Le Grand Maître de la Grande Loge du Tennessee a viré un couple de frères gays. Quoi  qu'il en soit, on est dans « la finesse » et « l'intelligence » (je mets des guillemets car tous les lecteurs ne comprennent pas l'ironie).

    3°) Nous sommes en pleine campagne des primaires pour la désignation des candidats à la présidence des Etats-Unis d'Amérique. C'est une des plus violentes primaires depuis des décennies. On assiste à une radicalisation du discours politique aussi bien à gauche (Bernie Sanders) qu'à droite (Donald Trump en particulier).

    4°) Le 13 février 2016, la mort soudaine d'Antonin Scalia, juge ultraconservateur à la Cour suprême des Etats-Unis d'Amérique a crispé un peu plus la campagne des primaires. La plus haute juridiction peut pencher désormais du côté des juges progressistes si toutefois le président Barack Obama nomme un nouveau juge inamovible avant l'élection présidentielle de novembre prochain. Les conservateurs américains, notamment les fondamentalistes chrétiens hostiles à l'Etat fédéral, voient évidemment dans ce basculement un péril mortel pour « les valeurs de l'Amérique éternelle ». 

    5°) Les résultats des primaires en Géorgie et au Tennessee valent mieux qu'un long discours et montrent à quel point ces deux Etats sont politiquement homogènes et ultraconservateurs (les gouverneurs et les sénateurs y sont tous républicains ; la majorité à la chambre de ces deux Etats y est nettement républicaine). Les républicains drainent les électeurs (1 275 601 en Géorgie, 834 939 au Tennessee). Trump est le grand gagnant, Bush a fait moins de 5%. L'escroc raciste David Duke, ancien dirigeant du Ku Klux Klan, a d'ailleurs officiellement apporté son soutien au turbulent milliardaire. Les démocrates ont moins mobilisé (757 340 en Géorgie et 365 637 au Tennessee) mais ont largement désigné Hillary Clinton. Je vous passe les détails des chiffres parce que les primaires sont un processus complexe. Le nombre de délégués n’est pas égal dans tous les Etats et varie selon les partis. Idem du mode de scrutin.

     

    georgia.jpg

    tennessee.jpg

    georgiedemocrats.jpg

    tennesseedmocrats.jpg

    A votre avis, pour qui le maçon (blanc) moyen de ces deux Etats a-t-il voté ? J'ai une petite idée que je vous livre brute de décoffrage : pour un excité grossier, vulgaire et raciste aux cheveux jaunes et plein de pognon. Le maçon (afro-américain) moyen, lui, a probablement voté Clinton même s'il peut rester sentimentalement attaché au parti républicain pour des raisons historiques (Abraham Lincoln, le célèbre président abolitionniste, fut membre du parti républicain). Comment voulez-vous, dans une telle configuration politique, que les Grandes Loges de Géorgie et du Tennessee se remettent en question ? C'est à mon avis difficile à envisager. Ces dernières doivent bien se moquer des ruptures annoncées. Ces obédiences reflètent les mentalités locales. Et encore quand je dis « locales », il faut avoir présent à l'esprit que le Tennessee est plus vaste que le Portugal. La Géorgie est plus grande que la Grèce ! Les Grandes Loges de Washington  DC et de Californie, qui ont annoncé la rupture de leurs relations, sont distantes respectivement de 1000 et 3500 km environ ! Pour prendre une comparaison, il y a plus de distance entre Atlanta (capitale de la Géorgie) et Sacramento (capitale de la Californie) qu'entre Paris et Moscou ou Paris et Istanbul ! Ce sont des échelles que nous, européens et Français, avons bien du mal à nous représenter. C'est vous dire aussi le peu d'impact que peuvent avoir nos indignations outre-Atlantique...

    C'est la raison pour laquelle je ne crois pas que nous sommes en train d'assister à un « ouragan maçonnique » comme Roger Dachez a pu le prétendre en novembre dernier, mais plutôt à une tempête dans un verre d'eau. Je m'avance peut-être un peu trop, mais je pense qu'il est impossible d'anticiper la suite des événements tant que l'élection présidentielle n'est pas achevée et que les tensions politiques ne sont pas un peu retombées. De toute façon, je ne m'attends pas à une révolution dans les pratiques maçonniques des deux obédiences mises à l'index.

    Pourquoi ?

    Parce que la position des Grandes Loges du Tennessee et de la Géorgie, aussi scandaleuse soit-elle, exprime probablement une composition sociologique majoritairement blanche, vieille, religieuse, conservatrice, raciste et homophobe. Je précise que je ne suis pas dans la caricature sinon comment expliquer que les deux grands maîtres concernés aient pris le risque d'exprimer un tel rejet des homosexuels ? Il ne me semble pas non plus que ces deux Grandes Loges soient secouées en ce moment par des protestations internes particulières. Il n'y a guère de surprise dans de telles structures. Je vais prendre un exemple pour qu'on comprenne mieux. Si vous prenez une loge majoritairement composée de cons, il ne faut pas s'attendre à un miracle : vous aurez tout simplement affaire à une loge de cons. Le miracle ne pourrait éventuellement survenir que si ses membres décidaient éventuellement de prendre enfin l'initiation au sérieux en remettant en cause leurs opinions et leurs certitudes ou en les confrontant aux valeurs maçonniques. Autrement dit : en travaillant sur eux-mêmes dans un esprit de tolérance et d'ouverture. On peut rêver. Après tout la maçonnerie n'enseigne-t-elle pas que tous les hommes sont perfectibles pourvu qu'ils le veuillent ?

    tennessee,donald trump,hillary clinton,homosexualité,franc-maçonnerie,états-unis d'amérique,géorgie

    Après les considérations politiques et sociologiques, il faut à présent parler des aspects juridiques. Je ne connais pas le droit américain fédéral et encore moins le droit de la Géorgie et du Tennessee. Je raisonne en droit français. Juridiquement, une obédience maçonnique est une association. Le contrat d’association comporte une sorte d’affectio societatis qui laisse les membres libres de se choisir. Une association, qui plus est si elle est « fermée » (c'est-à-dire lorsque l'adhésion ne peut pas  être spontanée et doit être préalablement acceptée par les membres), a le droit de refuser discrétionnairement telle ou telle adhésion. On pourrait objecter que le refus d’adhésion est impossible s'il traduit une discrimination prohibée par la loi. Or je ne vois pas comment on pourrait contraindre une association à accepter des personnes dont elle ne veut pas sans porter atteinte à la liberté d'association elle-même. Ne serait-il pas saugrenu, en effet, de forcer, au nom de la lutte contre les discriminations, l'adhésion d'un membre qui ne respecterait pas les critères déterminés a priori par l'association ? Imagine-t-on forcer judiciairement l'adhésion de pêcheurs à une association de chasse ou des extrémistes de droite à une association de défense des droits de l'homme ou encore des athées à une association cultuelle ? Non évidemment.

    En réalité, la difficulté n'est pas dans le contrôle judiciaire des adhésions. Elle réside plutôt dans le contrôle judiciaire des exclusions. La liberté d’adhésion implique en effet la liberté de demeurer associé. Une obédience peut donc juridiquement interdire l'adhésion de certaines catégories de personne. C'est d'ailleurs déjà le cas. Pensons aux obédiences non mixtes ou bien à celles qui n'acceptent pas les athées, les extrémistes, les racistes, les antisémites, etc. En revanche, une obédience peut plus difficilement exclure des catégories de personnes déjà présentes en son sein. En clair, une obédience pourrait réglementairement affirmer l'incompatibilité entre la qualité maçonnique et les penchants homosexuels sauf si elle compte déjà des homosexuels parmi ses membres. C'est à ce niveau là que les obédiences de Géorgie et du Tennessee ont éventuellement du souci à se faire. C'est à ce niveau là qu'elles pourraient être assignées devant les tribunaux par certains de leurs membres exclus. Mais quel franc-maçon homosexuel de Géorgie ou du Tennessee sera prêt à se battre publiquement sur le terrain judiciaire face à des obédiences qui ne veulent pas de lui ? Par conséquent, même si une décision de justice lui donne gain de cause, quelle pression hostile s'abattra sur le franc-maçon réintégré ? Il est facile d'imaginer l'ambiance à son retour. Par conséquent, le changement ne pourra survenir que si les obédiences concernées prennent conscience qu'il est grand temps pour elles de réviser leur position pour être en phase avec les évolutions de la société. Et si cette nécessité de changement interne se manifeste, ce processus prendra inévitablement du temps.

  • Etats-Unis d'Amérique : la société avance, la maçonnerie recule

    Imprimer

    etats-unis d'amérique,société,conservatisme,connerie,franc-maçonnerie,roger dachez, willam h. upton, franck j. haas

    Dans le Masonic Messenger d'octobre 2015, l'organe de la G∴L∴  de Géorgie (Etats-Unis d'Amérique), le G∴M∴ Douglas W. McDonald Senior écrit ce monument de connerie :

    "Edict 2015-1 was issued on September 8 declaring that a Freemason is obliged to obey the moral law and Almighty God, the Grand Architect of the Universe, the Father of Abraham, Isaac and Jacob; that basic moral laws are not man-made Edicts or Decrees, but spring from the eternal justice and wisdom of Almighty God; Freemasons must constantly strive to keep their integrity intact, for it is our integrity that holds our way of life together, and when integrity is lost, all is lost; that good moral character is a pre-requisite for admission into Freemasonry (...) and that homosexuality is contrary to the moral law."

    Ce qui peut se traduire ainsi :

    "L'édit 2015-1 a été publié le 8 septembre et énonce que le franc-maçon est obligé d'obéir à la loi morale et à Dieu Tout-Puissant, le Grand Architecte de l'Univers, le Père d'Abraham, Isaac et Jacob ; que les lois morales fondamentales ne résultent pas d'édits ou de décrets artificiels, mais ressortent de la justice éternelle et de la sagesse de Dieu Tout-Puissant. Les francs-maçons doivent constamment s'efforcer de garder leur intégrité intacte, car notre manière de vivre ensemble en dépend, et lorsque l'intégrité est perdue, tout est perdu ; que la bonne moralité est un pré-requis pour l'admission dans la franc-maçonnerie (...) que l'homosexualité est contraire à la loi morale."

    Les homosexuels sont donc exclus de la franc-maçonnerie de cet Etat au nom de la loi morale et du G∴A∴D∴L∴U∴ Tout-Puissant !

    Cet édit inique et honteux, absolument contraire aux principes les plus sacrés de l'Ordre maçonnique, a été commenté par Roger Dachez et la blogueuse La Maçonne. Je ne reviendrai pas sur le fond de leurs analyses respectives que je partage entièrement.

    Je voudrais simplement souligner que cette prise de position consternante et rétrograde témoigne de l'ultra-conservatisme d'une maçonnerie américaine en pleine décroissance et plus que jamais déconnectée des réalités sociales.

    J'ai déjà eu l'occasion de montrer des exemples de cet ultra-conservatisme à travers le combat courageux de William H. Upton en faveur de la reconnaissance de "la maçonnerie nègre", l'interdiction de l'alcool par la G∴L∴ de l'Indiana ou encore les déboires judiciaires du malheureux F∴ Frank J. Haas en Virginie-Occidentale.

    Qu'il me soit permis de rappeler ici que la Cour suprême des États-Unis a rendu, le 26 juin 2015, une décision historique aux termes de laquelle elle a jugé que la Constitution fédérale garantissait aux personnes de même sexe le droit de pouvoir se marier.

    En d'autres termes, l'élargissement du mariage aux personnes de même sexe est devenu désormais un droit constitutionnel. Ce droit a vocation à être reconnu dans tous les Etats américains, y compris dans la très conservatrice Géorgie.

    Mais ce changement social profond et juridiquement irréversible semble avoir échappé au G∴M∴ McDonald. A moins que ce dernier n'ait précisément voulu profiter de la campagne des primaires pour affirmer le rejet de ce changement.

    N'oublions pas, en effet, que les Etats-Unis d'Amérique éliront, l'an prochain, un successeur au Président Obama.

  • La lumière brille aussi dans le Caucase mais dans un contexte géopolitique compliqué

    Imprimer

    russie,géorgie,france,grande bretagne,etats-unis,franc-maçonnerie,andrei bogdanov,achil ebralidzeUne petite note de géopolitique maçonnique pour ce dimanche 17 mai. Je vous emmène dans la région du Caucase sur les rives orientales de la Mer noire, en Géorgie.

    Le 14 mars dernier, la G∴L Georgie a été consacrée à Tbilissi. Elle a pour Grand Maître le F Archil Ebralidze qui, déjà, annonçait la couleur, en novembre 2013, dans le numéro 12 de la Gazette provinciale des francs-maçons de la province de Durham (Angleterre). Le F Ebralidze, alors membre de la RL Fawcett n°661 de Seaham, y annonce son intention de développer la franc-maçonnerie en Géorgie, où il est installé depuis 2007. Ce qui, soit dit en passant, est courageux et tout à son honneur car la Géorgie, comme toutes les anciennes terres soviétiques, a subi pendant des décennies une propagande antimaçonnique intense. Et le clergé orthodoxe local n'est pas spécialement réputé pour son ouverture d'esprit.

    Un passage de la lettre d'Ebralidze, en page 11, mérite d'être citée (je l'ai traduite) :

    "En 2008, j'ai rejoint la loge Aurora n°5 de la Grande Loge de Russie (...) Je suis maintenant passé maître et trésorier de la loge. Je suis parvenu à apporter la lumière maçonnique à deux de mes cousins, leurs garçons et mon beau-fils ainsi que d'un certain nombre de mes amis proches."

    Et c'est là qu'on se dit que c'est mal parti... Si cette GL de Géorgie a pour racine un homme qui parraine des membres de sa famille et quelques uns de ses amis proches, si cet homme est en plus bombardé Grand Maître quelques mois plus tard, alors le risque de donner naissance à une maçonnerie clanique est élevée avec toutes les dérives éventuelles que cela peut comporter.

    Remarquez, je ne veux pas faire de mauvais procès anticipés à nos FF Géorgiens mais disons que le contexte nourrit quand même le doute car la toute jeune GL de Georgie a été installée par la GL de Russie, elle-même sujette au clanisme politique. Cette dernière a pour GM le F Andrei Vladimirovich Bogdanov (rien à voir avec nos deux martiens hexagonaux). Bogdanov est un homme politique. Il préside l'ancien Parti démocratique de la Russie devenu aujourd'hui le parti de la Juste Cause. Bogdanov est un ultralibéral béât comme on peut l'être quand on a subi la planification soviétique. Il croit aux forces du marché comme on peut croire au GADLU (lui, manifestement, associe les deux).

    Le problème est que l'élection de Bogdanov à la tête de la GL de Russie en juin 2007 a donné lieu à une scission en 2008. Une minorité de l'Obédience a en effet considéré qu'il n'était pas sain, pour le développement harmonieux de la maçonnerie, que le F Bogdanov présente sa candidature à la présidence de la Russie en mars 2008 (il a fait royalement un peu plus de 1% des suffrages ; on se souvient que Dimitri Medvedev, poussé par Vladimir Poutine, a été confortablement élu avec 70% des voix). Il semble qu'on soit bien dans le cadre d'une maçonnerie clanique où les cadres de la GL de Russie sont aussi les cadres du mouvement Juste Cause. Les détracteurs de Bogdanov prétendent même que celui-ci est en réalité de mèche avec le pouvoir et qu'il joue en quelque sorte le rôle de l'idiot utile censé monter au monde entier que la Russie est démocratique et respecte les libertés publiques (c'est bien entendu un reproche de détracteur qu'il convient de considérer avec prudence).

    Je reviens à notre toute jeune GL de Géorgie. Je crois qu'elle a du souci à se faire avec une telle fée penchée sur son berceau, et ce d'autant plus qu'elle semble avoir été fondée dans la précipitation et dans un contexte des plus électriques. En effet, il convient de rappeler que le 8 février 2015, la GL d'Ukraine a installé une loge à Tbilissi. Il est très probable que la GL de Russie ait voulu signifier que la Géorgie était sa sphère d'influence et qu'il était hors de question qu'une obédience géorgienne puisse voir le jour en dehors de son intervention... Fonder une GL  en un mois... Chapeau !

    Rappelons tout de même - car le détail est amusant - que ce sont ces mêmes FF qui prétendent ne pas faire de la politique et représenter une maçonnerie de tradition. Ce qui est également cocasse, c'est l'extraordinaire passivité des obédiences anglo-saxonnes (britanniques et américaines pour l'essentiel) face à cette situation. Elles savent pourtant pertinemment que les dignitaires de ces pays ne sont "réguliers" que pour le carnet d'adresses.

    Ce qui est enfin paradoxal, et qui doit être souligné, c'est que les FF de ces pays renouent de plus en plus des liens fraternels avec les obédiences françaises prétendument irrégulières (le GODF ou la GLDF notamment) parce qu'ils rejettent toute instrumentalisation de l'Ordre maçonnique à des fins politiques ou d'affaires. Et le drame, c'est que ces obédiences françaises, obnubilées par la médiocrité des polémiques hexagonales, par exemple sur la CMF ou plus récemment encore sur les états d'âme d'Alain Graesel, semblent ne pas se rendre compte de ce mouvement d'insatisfaction et de cette demande de rapprochement...