Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france culture

  • Hypocrisie d'appareils : les rencontres maçonniques La Fayette

    Imprimer

    J'ai écouté ce dimanche 3 mai 2015 l'émission Divers Aspects de la Pensée contemporaine diffusée sur France Culture. Le Grand Orient de France (GODF) avait invité, dans le cadre de son temps de parole, René Rampnoux, 3ème Grand Maître Adjoint du Grand Orient de France et Jean-François Variot, Grand Orateur de la Grande Loge Nationale Française (GLNF) pour parler des rencontres maçonniques La Fayette qui auront lieu le 28 mai prochain.

    Je ne vais pas répéter ici ce que j'ai déjà écrit au sujet de ce colloque parisien. Je dirai simplement que cette écoute confirme le sentiment selon lequel ce rapprochement aussi précipité que circonstanciel vise surtout à marginaliser les obédiences qui, l'année dernière, ont tenté l'aventure chimérique de la Confédération Maçonnique de France. 

    Les intervenants ont longuement tourné autour du pot en maniant la langue de bois maçonnique avec dextérité. Chacun a ainsi rappelé les spécificités de son obédience. Chacun a insisté sur l'importance de ces rencontres inédites. Chacun a indiqué que le GODF et la GLNF n'entretenaient pas de relations officielles (quel scoop !). Chacun a enfin brièvement disserté sur le mythe, le logos, la spiritualité. Bref, les coutumes du GODF et de la GLNF divergent et divergent c'est énorme comme le disait le regretté Pierre Desproges.

    On ressort donc de cette écoute avec l'impression bizarre d'un ronronnement sans grand intérêt. Ah si ! Jean-François Variot a quand même souligné que ces rencontres avaient vocation à se répéter. Les promesses n'engageant que ceux qui y croient, nous verrons bien l'année prochaine. Demain est un autre jour...

    Mais pourquoi de telles rencontres maintenant en mai 2015 après un siècle de développement séparé ? Qu'est-ce qui fait qu'aujourd'hui une telle rencontre est possible ? Qu'en attend-on ? Ces rencontres sont-elles des caprices de Grand Maître ou procèdent-elles d'un mouvement plus profond et plus durable ? Pourquoi ces rencontres n'aboutissent-elles pas à un rapprochement sur le terrain entre les loges des deux obédiences ? Pourquoi lie-t-on encore spécificité et reconnaissance ? Que pense la Grande Loge Unie d'Angleterre de ce colloque si toutefois elle en pense quelque chose ?

    Ce sont ces questions là qui, je le crois, intéressent prioritairement les FF et ce sont précisément ces questions là - concrètes, est-il besoin de le souligner ? - qui n'ont pas été posées.

  • Ces chères revues du G∴O∴D∴F∴

    Imprimer

    La prochaine émission Divers aspects de la pensée contemporaine, qui aura lieu ce dimanche 1er mars de 9h40 à 10h00 sur les ondes de France Culture, traitera du thème : « Les revues du GODF et les 150 ans de La Chaîne d’Union ». Elle aura pour invité Bernard Chanez, 1er Grand Maître ajoint du Grand Orient de France.

    Il est difficile de ne pas faire le lien avec un courrier que j'ai reçu, il y a quelques jours, me signalant que la revue Joaben du Grand Chapitre Général de France (GCDF) était désormais intégrée dans le catalogue de la société commerciale Conform édition (ce qui est déjà le cas de toutes les revues dont va parler le F Chanez). Ce courrier était également une invitation (pressante ?) à m'y abonner. 

    Je crains donc que l'émission radiophonique de dimanche ne soit, en réalité, qu'un simple encart publicitaire d'une vingtaine de minutes pour vanter auprès des auditeurs les mérites de ces différentes revues et pour les inciter à s'y abonner. Quand on connaît la crise de la presse, qui est aussi celle du livre, on peut raisonnablement penser que l'état de santé des revues du GODF ne soit pas des meilleurs et que le conseil de l'Ordre mène actuellement, et sans oser le dire clairement, une campagne d'abonnement, non seulement auprès de ses propres membres mais aussi du grand public.

    Je ne parlerai pas ici du "grand public". Je me contenterai d'évoquer les membres du GODF dont un grand nombre n'est pas abonné à ces revues. J'en fais partie et j'en ai déjà expliqué les raisons à travers l'exemple d'Humanisme. Et je pense que ce que j'ai écrit en décembre dernier peut fort bien s'appliquer à l'une quelconque des autres revues. Cependant je dois y ajouter une autre chose qui a son importance : leur prix. Il n'est certes pas excessif par rapport à des revues similaires, mais je ne vois pas pourquoi la capitation ne prendrait pas déjà en compte l'abonnement à l'une de ces revues. Je ne vois pas pourquoi il faudrait en plus faire la démarche de s'y abonner. 

    Si je voulais recevoir l'ensemble de ces revues, je serais ainsi obligé de débourser une centaine d'euros supplémentaire qui viendrait s'ajouter à ma capitation et aux frais liés aux activités maçonniques (agapes, frais de déplacement, etc.). Je ne peux financièrement me le permettre. Et je suis persuadé de ne pas être seul dans ce cas. Alors on peut bien écrire des lettres ou faire des émissions sur le thème "abonnez-vous s'il vous plait", ça n'y changera rien. 

    ____________________

    Ajout du 1er mars 2015

    Je dois malheureusement constater que j'avais vu juste. J'ai écouté l'émission qui s'est réduite à un encart publicitaire pour des revues. Pourquoi gaspiller du temps d'antenne pour ça ? C'est dommage me semble-t-il. Au passage, j'ai relevé une perle du F Chanez qui a répété, par deux fois, que le GM∴ Daniel Keller avait décidé d'un colloque pour le 150ème anniversaire de la revue La Chaîne d'Union. Je ne sais s'il faut attribuer cette formulation maladroite au stress de la prise de parole, mais les FF∴ du G∴ODF∴, dont je fais partie, seront "ravis" en tout cas d'apprendre qu'ils ont un G∴M∴ qui s'occupe et décide de tout, tel un monarque. Ce qui est pour le moins paradoxal dans une Obédience qui n'a jamais fait mystère de son attachement passionné à la République. Nous avons un monarque qui s'exprime dans tous les médias, au nom de l'Obédience, qui écrit tribune vide sur tribune vide dans les journaux (la dernière ayant été publiée dans Mediapart). Un communiquant en somme.