Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

frédéric desmons

  • L'hommage de la Grande Loge de France à Frédéric Desmons

    Imprimer

    mesureur.jpgLa Grande Loge de France (GLDF), obédience éminemment respectable, et où j’ai d'ailleurs la joie de compter quelques amis, a souvent eu la prétention de passer pour une obédience régulière. Ce qu’elle n’a jamais été. Evidemment, j’entends « régulière » au sens des landmarks définis arbitrairement par la Grande Loge Unie d’Angleterre en 1929 et qui conditionnent sa reconnaissance.

    Je voudrais simplement rappeler ici des passages de l’éloge funèbre du F Frédéric Desmons prononcé à Paris en janvier 1910 par le Grand Maître Gustave Mesureur au nom de la GLDF. Frédéric Desmons n’était pas n’importe qui. Le sénateur du Gard, président du Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France (GODF) à de multiples reprises, a été le rapporteur, en 1877, du fameux vœu n°9 par lequel le GODF a modifié l’article 1er de sa constitution et institué la liberté absolue de conscience.

    L'adoption de ce vœu a provoqué l’exclusion brutale et injuste du GODF de la communauté maçonnique internationale. Cet épisode de la vie maçonnique n’a pas non manqué d’engendrer à l’époque de nombreuses polémiques qui, près de 140 ans après, perdurent toujours sous d’autres formes.

    Voici ce que le F Gustave Mesureur a dit du F Frédéric Desmons au nom de la GLDF :

    « Vous trouverez naturel que la Grande Loge de France s'associe au deuil cruel qui vient de frapper le Grand Orient dans la personne de son vénéré président Frédéric Desmons. N'est-ce pas lui qui a dit : « Vous appartenez à un autre rite que le nôtre, mais qu'importe, au-dessus des rites il y a la Maçonnerie qui nous rallie tous.» Sa chaude parole, sa bonté rayonnante n'ont-elles pas largement contribué à ce rapprochement, et les membres de la Maçonnerie écossaise ressentent, devant la mort de ce juste, combien sont profonds les liens fraternels qui unissent désormais les deux Obédiences françaises, aujourd'hui confondues dans une commune douleur (…) Il fut un Maçon fidèle jusqu'à la mort, et comme tel il nous appartient tout entier ; il est notre fierté comme il fut l’honneur de notre Ordre. Le titre de Franc-Maçon, qu’il portait simplement mais crânement aussi en face de nos adversaires ce n'était pas pour lui comme pour tant d'autres une estampille qu’il est bon d'avoir mais l'accomplissement d'un devoir d'autant, plus sacré qu'il était volontaire. Et, s'il était avec nous aux jours de triomphe, il y était surtout à l'heure difficile des défaites, quand il nous disait : « Attendez-vous à être attaqués plus vivement les uns, et les autres, mais ayez bon courage ; la lutte que nous soutenons est une lutte digne des plus nobles efforts. N'a-t-elle pas pour but, en effet, de faire triompher dans le monde la Justice, la Vérité, la Liberté, l'affranchissement social de tous les peuples ? »

    gustave mesureur,gldf,frédéric desmons,godfLe F Gustave Mesureur poursuit :

    « On a voulu faire de notre Ordre, je ne sais quelle secte étroite et intolérante. Mais notre institution se caractérise, tout entière dans un homme comme Frédéric Desmons (…) Sa loyauté, sa bonté, son amour profond de la démocratie n'auraient pas accepté de présider si longtemps aux destinées d'une Association qui n'aurait pas pratiqué la liberté et la tolérance la plus larges. Il disait lui-même : « Nous avons des discussions un peu vives parfois, il ne faut pas nous en plaindre, n'ayez pas peur des discussions vives, laissez-les se poursuivre librement. Nous ne sommes pas dans une assemblée d'évêques ou de prélats, nous ne sommes pas convoqués par un pape quelconque pour venir prononcer des paroles arrêtées en quelque sorte d'avance, nous venons ici avec notre liberté complète, avec notre conscience , avec notre raison, et chacun de nous est appelé à défendre les idées qu'il prétend et qu'il croit les meilleures ». »

    Et de conclure:

    « Nous garderons le culte et le souvenir du grand homme de bien auquel j'apporte au nom de la Grande Loge de France un dernier adieu ».

    Il me semble donc que les responsables de la GLDF gagneraient à se pencher honnêtement et lucidement sur l’histoire de leur Obédience au lieu de tenter de la reconstruire pour faire valoir je ne sais quelle ancienneté et supériorité illusoires. Je pense notamment à leur tentative grotesque d’établir un lien entre la première GLDF et celle née en 1894. Je suis sûr qu’ils y gagneraient en sérénité.

  • No comment

    Imprimer

    blog-world1.jpgJe dois une petite explication à ceux d'entre vous qui me font l'amitié de m'écrire pour s'étonner de ne pas pouvoir laisser de commentaires au bas de mes notes. Ce n'est certes pas par refus du dialogue ou par désintérêt à l'égard des opinions d'autrui, mais parce que je suis convaincu des limites du procédé. Il suffit de le constater en lisant d'autres blogs (maçonniques ou non). Les commentaires sont rarement intéressants et n'apportent pas grand-chose, quand ils dégénèrent pas purement et simplement sous l'action de trolls qui sillonnent le web pour polémiquer et pourrir les discussions en y apportant la médiocrité de leur pauvre petite existence virtuelle dont tout le monde se fout par ailleurs. Je me mets dans le lot. Je ne compte plus le nombre de commentaires inutiles que j'ai pu écrire sous tel ou tel article écrit par un autre.

    Bref, quand j'écris une note sur mon blog, je n'attends rien en retour même si j'éprouve évidemment du plaisir à être lu. Je veux dire que je livre unilatéralement une opinion, une analyse, une émotion, un coup de cœur ou un coup de gueule. J'aime l'idée que la note fasse progressivement son chemin dans la tête et le cœur des lecteurs. Ou pas. Certains m'écrivent. L'immense majorité passe silencieusement. Certaines notes, que j'ai pris du temps à écrire, font un flop. D'autres notes, rédigées à la va-vite, suscitent un plus grand intérêt des lecteurs. Il n'y a pas de règles. Parfois un blog fait un lien avec le mien, cite une de mes notes, soit pour aller dans son sens, soit pour en prendre le contre-pied. C'est très bien ainsi.

    Pour moi, un blog consiste avant tout à éditer du contenu. De qualité si possible. Pour ceux qui ont envie de discuter - et c'est tout à fait légitime - il existe des forums qui sont conçus spécialement pour ça. Je parle d'expérience. Je suis sur le web depuis 1996. J'en ai vu passer des choses depuis les modems ultra-bruyants qui faisaient exploser les factures téléphoniques. J'ai assisté à la plupart des évolutions de l'internet et à son entrée dans nos vies quotidiennes. Et notamment à l'émergence des réseaux sociaux. Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire, j'ai fondé fin 2002 le forum Frédéric Desmons. Ce forum, toujours en activités, a connu en treize ans d'existence des centaines et des centaines de membres venus de tous les horizons maçonniques. Les sujets de discussion y sont toujours aussi nombreux, riches et variés pour autant que je puisse en juger car j'ai pris du recul depuis plusieurs années. Ils touchent en tout cas tous les aspects de la vie maçonnique. Et, à titre personnel, ce forum m'a permis d'être sensibilisé à la diversité des approches de l'art royal comme jamais je ne l'aurais été si j'étais resté le cul assis sur ma colonne, dans ma petite loge, avec mes petites habitudes. Je connais la valeur du dialogue et des rencontres même par ordinateurs. J'en connais aussi les limites. J'ai donc largement donné dans le domaine des échanges internautiques et des communautés virtuelles pour vouloir construire à présent un petit espace personnel qui n'apporte rien d'autre que le bonheur d'écrire et le plaisir d'être lu.

  • Régis Blanchet : 10 ans déjà !

    Imprimer

    regisblanchet.jpgIl y a dix ans, au solstice d'hiver, le 21 décembre 2005 exactement, Régis Blanchet était brutalement arraché à l'affection des siens.

    Je me souviens que son passage à l'O∴ éternel m'avait sidéré. Je ne m'y attendais vraiment pas.

    Quelques temps avant sa mort, je l'avais eu au téléphone pour échanger sur la vie du forum Frédéric Desmons que j'avais fondé trois ans plus tôt. Il y était très impliqué. C'est d'ailleurs par le biais de ce média que j'avais fait sa connaissance.

    Nous avions projeté de nous rencontrer chez lui, du côté de Crozon (si ma mémoire ne me fait pas défaut), dans cette Bretagne qu'il aimait tant et à propos de laquelle il était intarissable. Malheureusement la mort ne nous en a pas laissé le temps.

    Régis était un cherchant et un franc-maçon passionné. C'était aussi un écrivain et un éditeur. Il avait fondé la revue Le Jardin des Dragons et les Éditions du Prieuré.

    J'admirais son érudition. J'avoue cependant que je ne partageais pas toujours son éclectisme que j'assimilais à de la dispersion. Il n'est jamais parvenu à m'intéresser à la franc-maçonnerie forestière (dont il avait pourtant activement contribué à la résurgence), au druidisme, à la gnose ou à me convaincre des beautés particulières du régime écossais rectifié. C'est probablement parce que j'ai toujours été un indécrottable rationaliste besogneux incapable de courir plusieurs lièvres à la fois.

    Pourtant, je pense que nos différences ont paradoxalement favorisé une certaine connivence d'esprit entre nous. Nous avions également en partage un goût certain pour le débat d'idées et la provocation.

    J'ai été heureux et fier de croiser son chemin. Et aujourd'hui, avec un peu d'avance, je pense à lui.

  • L'affaire Lalou

    Imprimer

    Regarder le passé, c'est se rendre compte que les choses, parfois, n'étaient pas forcément meilleures qu'aujourd'hui. En témoigne l'initiation avortée de Charles Lalou, député du Nord, dont les opinions boulangistes avaient provoqué une expédition punitive de plus de 500 Frères le 5 février 1889.

    Ce fait divers, qu'on imaginerait mal de nos jours, a fait les choux gras de toute la presse de l'époque. Il faut se remettre dans le contexte. Le général Boulanger, personnage équivoque, soutenu aussi bien à droite (royalistes, bonapartistes) qu'à gauche (certains radicaux et socialistes), venait d'emporter les législatives partielles du 27 janvier 1889 à Paris face à Edouard Jacques, président du Conseil général de la Seine. Les partisans du général Boulanger avaient envisagé une marche sur l'Elysée à laquelle le principal intéressé s'était prudemment refusé de participer. Le camp républicain redoutait un coup d'Etat.

    C'est la raison pour laquelle l'initiation de Charles Lalou au sein de la loge La France Démocratique (présidée par Georges Laguerre, député boulangiste du Vaucluse) était apparue - à tort ou à raison - comme une provocation par les Frères les plus soucieux de défendre la jeune Troisième République en cette année du centenaire de la Révolution française.

    Pourtant, le GODF était lui-même très partagé sur l'attitude à adopter vis-à-vis de Boulanger. Par exemple, un républicain aussi incontestable que Frédéric Desmons, président du Conseil de l'Ordre, ne cachait pas sa sympathie pour le turbulent militaire.

    Voici un extrait du compte rendu du quotidien Le XIXe siècle, viscéralement antiboulangiste, en date du 6 février 1889 :

    « Le porte-parole officiel du Boulangisme, l'enfant de choeur de la Chapelle de la rue Dumont-d'Urville, a été exécuté hier au Grand-Orient de France. L'exécution a été complète; elle était méritée.

    On sait que tout dernièrement Georges Laguerre a fondé ou plutôt ressuscité loge la République Démocratique, dans le but de donner le change à l'opinion publique en faisant croire que la Maçonnerie était Boulangiste.

    Pour augmenter le nombre, d’ailleurs très restreint des Membres de cet Atelier, le Frère Laguerre, Vénérable de la Loge, a présenté à l'Initiation un des membres influents du Comité de la rue de Sèze. Mais sachant que l'admission de ce personnage soulèverait un tollé général dans le monde maçonnique, il avait imaginé le truc suivant :

    Le Bulletin Maçonnique qui indique le programme des travaux de toutes les Loges, ainsi que l'heure des séances, annonçait que la tenue de la Loge de M. Laguerre, commencerait à huit heures et demie, et ne donnerait aucun renseignement sur l'Ordre du jour.

    D'autre part, le Vénérable avait fait envoyer aux Membres de sa Loge une convocation indiquant l'ouverture des travaux pour sept heures et demie précises, c'est-à-dire une heure avant l'heure habituelle et contrairement à tous les usages Maçonniques, de façon à dire à ceux qui se présenteraient à l'heure : la comédie est finie, la pièce est jouée.

    Ce projet, si habilement préparé, échoua complètement.

    Hier, cinq cents Francs-Maçons, prévenus à la hâte, sont venus de tous les points de Paris pour assister à l'ouverture des travaux de la Loge présidée par Laguerre.

    Il ne nous est pas permis de faire le compte rendu de la séance maçonnique, ce que nous devons dire, c'est que, malgré son cynisme et son audace, le député de Vaucluse, accablé sous le poids du mépris de tous les assistants, a été contraint de lever la séance et de sortir de sa Loge sous les huées des Francs-Maçons indignés (…). »

    L'affaire fit si grand bruit que le F∴ Esprit-Eugène Hubert, directeur de la revue La Chaine d'Union de Paris et antiboulangiste notoire, se crut obligé d'appeler indirectement les FF à la modération et à la raison (cf. La Chaine d'Union de Paris, février 1889, p. 36) :

    « Quelques excès ont pu être commis dans nos travaux, quelques méconnaissances ont pu être faites de nos prescriptions et Règlements, dans ces derniers temps ; ne nous en inquiétons point outre mesure. Cela ne peut avoir aucune conséquence grave, quant au point de vue de la stabilité et de la sécurité maçonniques : au contraire cela nous servira. Nous y puisons cet enseignement profitable que nous devons nous retrancher et nous renfermer dans nos anciennes manières d'être maçonniques ; que loin d'étendre notre cercle, nous devons le restreindre ; que, sans être une Société secrète, nous sommes une Société privée qui reste chez elle, qui ne sort point de chez elle, qui n'ouvre point ses portes à tous venants ; que nous sommes une Société qui se distingue, qui se détache de toute autre société par ses mots, signes, formes et coutume. Par son indépendance, par sa tolérance, par sa fraternité, par son abnégation, par ses larges horizons d'amélioration sociale, d'union entre toutes les races, des peuples entr'eux et par ses aspirations à la concorde, à la paix dans l'Humanité entière.

    Corps d'avant-garde, elle ne peut se découvrir sans vouloir s'exposer à être paralysée, comprimée dans son oeuvre, dans son action.

    Restons des Temples fermés. »

    _______________

    A consulter :

    Journal Le XIXe siècle - 6 février 1889.pdf