Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

football

  • Football et Franc-Maçonnerie

    Imprimer

    49064495.jpgEn ce début d'Euro 2016, je voudrais faire un petit clin d'oeil et rappeler que la fédération anglaise de football, la plus ancienne du monde, a été créée le 26 octobre 1863.

    A l'époque, cette fédération s'était assignée la mission de préciser les règles de football afin de les différencier de celles du rugby. 

    Cette réunion de création a eu lieu dans un pub en plein coeur de Londres.

    Son nom ? Freemasons' Tavern (la taverne des francs-maçons, à Covent Garden ; aujourd'hui c'est le restaurant The Freemasons Arms). 

    Ce lieu est situé à une centaine de mètres à peine du Freemason's Hall, siège de la Grande Loge Unie d'Angleterre.

    C'est donc dans une taverne londonienne que le football moderne est né et a été codifié tout comme la Grande Loge d'Angleterre a été fondée, le 24 juin 1717, dans une autre taverne londonienne : le l'Oie et le Gril.

    Etonnant n'est-ce pas ?

  • Franc-Maçonnerie et football (suite)

    Imprimer

    49064495.jpgLe 7 mars dernier, j'ai consacré une petite note sur la franc-maçonnerie et le football afin d'expliquer la façon dont raisonnent les francs-maçons prétendument réguliers.

    J'ai ensuite montré que le respect des règles n'empêchait nullement à ces mêmes règles d'évoluer.

    Dans cette perspective, les francs-maçons libéraux ont donc suivi un chemin tout à fait respectable qui, en tout cas, n'aurait jamais dû provoquer l'ostracisme qui les frappe depuis 1871 (*).

    Dans ma note du 7 mars, j'ai omis d'indiquer que la Fédération anglaise de football avait été créée le 26 octobre 1863.

    Il s'agissait à l'époque de préciser les règles de football afin de les différencier de celles du rugby. 

    Cette réunion de création a eu lieu dans un pub en plein coeur de Londres. Son nom ? Freemasons' Tavern (la taverne des francs-maçons, à Covent Garden ; aujourd'hui c'est le restaurant The Freemasons Arms). 

    Ce lieu est situé à une centaine de mètres à peine du Freemason's Hall, siège de la Grande Loge Unie d'Angleterre.

    C'est donc dans une taverne londonienne que le football moderne est né et a été codifié tout comme la Grande Loge d'Angleterre a été fondée, le 24 juin 1717, dans une autre taverne londonienne : l'Oie et le Gril.

    Etonnant n'est-ce pas ?

    Pourtant, l'Angleterre n'a jamais prétendu être la gardienne exclusive du respect sourcilleux des règles du football. Ce sport populaire est en effet pratiqué sur tous les continents et ses règles ont beaucoup évolué depuis 1863. Ce sport appartient à tous les pays qui le font vivre.

    Pourquoi n'en serait-il pas de même pour la franc-maçonnerie ?

    _____________

    (*) L'histoire de la maçonnerie libérale n'est pas circonscrite à la France. Rappelons que la suppression de la croyance obligatoire au Grand Architecte de l'Univers et en l'immortalité de l'âme a été décidée, pour la première fois, par le Grand Orient de Belgique en 1871. Le Grand Orient de France s'alignera sur cette position en 1877.

  • Franc-Maçonnerie et football

    Imprimer

    alain berheim,régularité,football,franc-maçonnerie,landmarksLa différence entre le football et un autre jeu de balle tient à ses règles. Si vous voulez jouer au football, vous devrez en respecter les règles. Dès l'instant où vous vous en affranchissez, vous jouer à un autre jeu. Vous pratiquez une activité sportive qui a les apparences du football mais qui, en réalité, n'est pas du football. Les réguliers, comme Alain Bernheim et d'autres, raisonnent ainsi. 

    Selon eux, la franc-maçonnerie repose sur des Landmarks, c'est-à-dire sur des règles qui fixent des limites en dehors desquelles on est hors du champ maçonnique. Leur observance conditionne donc la pratique maçonnique traditionnelle et authentique. Tout ce qui s'en écarte n'a que l'apparence de la franc-maçonnerie. 

    Autrement dit si le footballeur est celui qui joue au ballon dans le strict respect du football, le franc-maçon est donc celui qui pratique l'Art royal dans strict le respect des Landmarks. Par conséquent, la qualité maçonnique naît de la contrainte imposé par un ordre donné.

    Dans cette perspective, un franc-maçon régulier ne peut donc fréquenter ès-qualités un groupement qui ne respecte pas les Landmarks. Il doit s'en tenir aux principes de la franc-maçonnerie une et indivisible tels qu'ils ont été définis par la Grande Loge Unie d'Angleterre, qui est à la maçonnerie ce que le Vatican est au christianisme. Le franc-maçon régulier est dans un Ordre spécifique. 

    Cette manière de concevoir et de vivre la maçonnerie n'est évidement pas la mienne car il va de soi que les règles ne sont jamais intangibles par nature. Il suffit d'observer la vie des hommes tout simplement. Les règles évoluent sans cesse. Et c'est vrai de toutes les règles. Qu'il s'agisse par exemple des règles de droit ou des règles du jeu.

    C'est ainsi que les règles du football ont évolué au fil du temps. En effet, on ne pratique pas ce sport en 2015 comme on le pratiquait il y a 100 ans ou 200 ans. Le jeu a considérablement évolué. Il est devenu par exemple plus rapide et plus violent. Relativement confidentiel à ses débuts, le football est aujourd'hui le sport populaire par excellence. Essentiellement masculin à ses origines, il attire de nos jours de plus en plus de femmes qui le pratiquent à un niveau élevé. 

    Et au-delà même du respect des règles et des évolutions du jeu, il y a l'esprit sportif, le fair-play, le plaisir d'être ensemble dans cette pratique, le loisir, la volonté de se divertir tout en étant sérieux dans ce qu'on fait.

    Comme le football ou n'importe quelle autre activité, la franc-maçonnerie n'est évidemment pas statique. Elle évolue avec son temps et avec les préoccupations de celles et ceux qui la vivent au quotidien. C'est un Ordre spécifique mais riche de ses différences (obédientielles, rituéliques, etc.). Les règles n'y sont pas intangibles. Certaines peuvent tomber en désuétude. D'autres peuvent apparaître.

    Dans cette perspective, un franc-maçon dit régulier devrait pouvoir fréquenter ès-qualités une loge qui ne se reconnaît pas dans les Landmarks de Londres dès lors que celle-ci accepte de lui ouvrir sa porte (il ne s'agit pas de s'imposer... on ne s'assied à une table familiale que si on y a été préalablement invité). La réciproque devrait pouvoir être vraie sans le moindre problème. Le régulier n'en sera pas moins régulier. Il aura simplement vécu une expérience maçonnique différente mais au fond complémentaire à la sienne.