Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

folie

  • Huysmans et Taxil « l'abominable chenapan »

    Imprimer

    huysmans.jpgQuelques mots sur Joris-Karl Huysmans (1848-1907), le véritable instigateur, à mon avis, de la cabale menée contre Oswald Wirth, Stanislas de Guaita et Joséphin Peladan. En avril 1897, peu après que Léo Taxil a révélé sa mystification, voici ce que l'ombrageux écrivain catholique a écrit à Charles Grolleau (1867-1940). Cette lettre a été publiée dans le journal Le XIXe siècle le 29 avril 1897. Huysmans y étale sa paranoïa.

    « Monsieur,

    Je réponds, en quelques mots, aux questions que vous voulez bien me poser.

    Mon opinion sur Léo Taxil, mais elle est celle de tout le monde ; je considère cet individu comme un abominable chenapan et un escroc.

    Quant à la question satanique, elle n'est nullement atteinte par les palinodies de ce Méridional ; ses pseudo-révélations ne changent rien à l'affaire.

    Le satanisme n'en sévit pas moins, à l'heure actuelle.

    D'autre part, le luciférianisme peut être accepté tant qu'il ne sera pas démontré que les renseignements donnés à son sujet par M. Meurin, archevêque de Port-Louis, dans son volume la Franc-Maçonnerie, synagogue de Satan, sont inexacts.

    J'ajoute que ce sont ces informations qui ont servi de base au volume de Taxi! et consorts sur le diable au dix-neuvième siècle ; mais ces mercantis les ont si singulièrement travesties, les ont noyées dans des détails si ridicules, que l'on peut se demander s'ils n'étaient pas payés pour détruire l'effet que les documents de M. Meurin pouvaient produire.

    Agréez, je vous prie, monsieur, l'assurance de mes meilleurs sentiments.

    J.-K. Huysmans »

    Pour Huysmans, Taxil a donc commis la faute impardonnable de ne pas parler sérieusement du diable contrairement à Léo Meurin (1825-1895) l'archevêque de Port-Louis. Il y aurait donc un antimaçonnisme sérieux et un autre qui ne le serait pas. Taxil et ses comparses auraient exploité sans vergogne les renseignements de Meurin pour les tourner en ridicule. Le raisonnement paranoïaque d'Huysmans tient en deux points : 1°) il n'est nullement démontré que l'ouvrage de Meurin se fonde sur des renseignements inexacts ; 2°) on peut se demander si Taxil et tous ses complices n'ont pas été payés pour anéantir l'oeuvre de Meurin. Or, comment prouver l'existence de ce qui n'existe pas ? C'est bien là le problème majeur mais qui, précisément, arrange le paranoïaque toujours prêt à débusquer des complots imaginaires, à découvrir des secrets cachés ou des significations occultes à partir de détails sans importance.

    Il faut également ajouter de la colère à la paranoïa de l'imprévisible Huysmans qui semble avoir eu peur que la fausse conversion de Taxil au catholicisme romain alimente les doutes sur la sienne. Cette peur n'était pas infondée. Voici en effet l'opinion d'un moine bénédictin qui a connu Huysmans. Elle a été publiée dans les colonnes du journal Le Temps en date du 1er mai 1903 (je souligne).

    « Vous me demandez ce que je pense de sa conversion et de ses livres. C'est une question qui intéresse bien des gens et qui préoccupe même très-vivement les milieux religieux, car à X. d'où je viens, tous les prêtres que j'ai vus me l'ont également posée. Et je sentais qu'ils n'étaient pas à cet égard sans inquiétude, dois-je l'avouer, cette inquiétude est aussi la mienne. En dépit de tout ce que l'on désirerait, et malgré la joie que nous avons eue en somme à voir venir à nous un écrivain célèbre, sa conversion ne me paraît pas avoir le caractère de détermination, de froide et calme raison, nécessaire la solidité d'une transformation semblable. Comprenez bien que je ne mets nullement en doute la sincérité de cette conversion, je crains simplement qu'elle ne procède surtout d'une sensibilité exacerbée et d'un dilettantisme d'art qui la rendent sujette à des variations inhérentes à un esprit dominé par des impressions nerveuses. S'il faut même vous dire tout à fait ma pensée, j'ai grand'peur que M. Huysmans ne soit un nouveau Léo Taxil, un Léo Taxil très supérieur sans doute, mais qui, comme le premier, se retournera peut-être, un jour, contre nous. Quant à ses oeuvres, je parle des plus récentes, celles qui s'inspirent de sa dernière évolution religieuse, je crois que la meilleure opinion sur elles a été formulée par le père Augustin, abbé de cette trappe de Ligny où M. Huysmans fit jadis une retraite, et qu'il décrivit, dans En route, je crois, sous le nom de l'Abbaye de l'Aire. Le père Augustin a répondu ainsi à cette même question que vous me posez : - Les livres de Huysmans ne peuvent faire de bien qu'à ceux qui n'en lisent que de mauvais. »

    On ne peut pas dire que ce témoignage brille par une chaleur et une bienveillance particulières. Le bénédictin a clairement exprimé ses inquiétudes sur la conversion d'Huysmans qui apparaît sous les traits d'un possible manipulateur. Le moine a employé des mots choisis pour décrire les fragilités psychologiques de l'écrivain (les « variations inhérentes à un esprit dominé par des impressions nerveuses »). Il le compare à Taxil et souligne son absence de fiabilité. Il pense qu'Huysmans est prisonnier d'une « sensibilité exacerbée » et d'un « dilettantisme d'art » (en clair : Huysmans est caractériel et sujet aux délires). Il est susceptible de changer d'opinion et de tourner le dos subitement à sa conversion pour embrasser autre chose.