Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fn

  • Le F∴ Denis Sassou-Nguesso roule-t-il pour le FN ?

    Imprimer

    Le magazine d'actualités « Envoyé Spécial » a consacré cette semaine un portrait de Marion Le Pen. A un moment donné du reportage, il a été fait allusion à une société anonyme dénommée « Congo Capital Entreprises », contrôlée par M. Claude Wilfrid Etoka, un trader qui a fait fortune dans le pétrole et un proche du président Denis Sassou Nguesso. Cette société, dont le siège social est à Brazzaville, a publié un communiqué de presse signé de son vice-président M. Innocent Dimi.

    Lettre-CongoCE-LePen.jpg

    Un tel soutien est pour le moins étonnant et inattendu. L'entreprise est en effet africaine et chacun sait que le FN a un discours plutôt musclé à l'égard des immigrés de ce grand continent. La candidate frontiste s'en est publiquement prévalue au cours de sa campagne électorale pour asseoir sa crédibilité auprès des électeurs de la région PACA.

    Innocent Dimi, signataire de la lettre, serait également le « directeur Afrique » de Maréchal & Associés, la banque d’affaires fondée par Samuel Maréchal, le père de Marion. Je ne sais pas si le père a intrigué pour la fille. C'est une possibilité qu'on ne peut pas écarter. Mais je pense que le fin mot de cette histoire est d'une toute autre nature.

    Je pense que Denis Sassou-Nguesso, le président du Congo Brazza, très occupé à sa réélection au mépris de la constitution de son pays, a surtout voulu montrer aux pouvoirs publics français sa capacité de nuisance. Je pense qu'il a voulu délivrer un message clair au gouvernement français. Ce message, je l'énoncerais ainsi : « si vous ne me soutenez pas, je n'hésiterai pas à appuyer ce FN qui vous effraie tant et qui risque bien de se retrouver au second tour de l'élection présidentielle en 2017. » C'est évidemment une simple hypothèse mais que j'estime crédible.

    Dans une précédente note, je m'étais interrogé sur les raisons qui pouvaient expliquer la soudaine générosité du président congolais à l'égard du Grand Orient de France (G∴O∴D∴F∴), lequel s'est retrouvé attributaire d'un terrain à bâtir à Brazzaville. Je m'étais demandé si le président congolais, qui est également le Grand Maître de la Grande Loge du Congo (G∴L∴C∴), ne cherchait pas des appuis au sein de la rue Cadet susceptibles d'intervenir en sa faveur auprès du président de la République française.

    Dans quelle mesure l'étonnant soutien de la société « Congo Capital Entreprises » à la jeune Maréchal-Le Pen n'est-il pas le signe que M. Sassou-Nguesso veuille faire payer à l'exécutif français sa non reconnaissance des résultats du référendum consitutionnel ?

    Un détail assez cocasse a attiré mon attention. La signature de M. Innocent Dimi. Je ne sais pas si le directeur Afrique de Maréchal & Associés est franc-maçon. En tout cas, s'il ne l'est pas, il fait tout pour le laisser croire et s'il l'est, il ne fait rien pour le cacher. Il est en tout cas difficile de concevoir qu'un franc-maçon, d'origine africaine de surcroît, puisse apporter son soutien à une femme politique issue d'une formation politique raciste et xénophobe. Mais en politique, tout est possible. La signature de Dimi est peut-être aussi une façon de signifier – symboliquement – le mécontentement de l'autocrate congolais à l'égard du G∴O∴D∴F∴ jugé peu coopératif.

    dimi.jpg

    Frédéric Maury de l'excellent journal « Jeune Afrique » s'interroge sur l'irruption bruyante d'une société commerciale congolaise dans la campagne de Mme Marion Maréchal-Le Pen. Le journaliste rappelle que M. Louis Alliot, autre leader du Front national (et conjoint à la ville de Mme Marine Le Pen), s'était publiquement engagé contre le référendum organisé au Congo par M. Denis Sassou-Nguesso. N'y a-t-il pas là une contradiction qui dédouanerait l'exécutif congolais ?

    Je ne le crois pas. Il ne faut justement pas se fier aux apparences. Je pense que le FN, ici, est un prétexte. Il est l'idiot utile d'une stratégie politique qui le dépasse. En effet, il y a fort à parier que les investisseurs congolais, à commencer par MM. Etoka et Dimi, se moquent éperdument du devenir économique de la région PACA, du destin politique de la petite fille de Jean-Marie Le Pen et encore plus du FN.

    Je pense que ces investisseurs sont avant tout des intermédiaires ou des messagers de l'exécutif congolais qui a jeté son dévolu sur le FN précisément parce que cette formation d'extrême droite est actuellement en capacité de gêner le gouvernement socialiste et, éventuellement, de déstabiliser la République française.

     

  • Savoir raison garder

    Imprimer

    bataille.jpgLe F∴ Christian Bataille, président de la fraternelle parlementaire et député socialiste du nord, a accordé un entretien à François Koch. Lisez-le. C'est délirant surtout quand on songe que cet honorable parlementaire est issu d'une région qui n'aura aucun élu de gauche dans la prochaine assemblée régionale.

    Je crois que le F∴ Bataille est décidément bien mal placé pour faire la leçon de morale au F∴ Masseret qui, lui au moins, a le courage de ses opinions et a fait le choix, en bon républicain, de les porter jusqu'au bout devant les électeurs du Grand Est. Ce dernier l'a dit et redit : il considère qu'il doit y avoir une opposition présente au sein de l'assemblée régionale d'Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Sa position est limpide et logique. Elle ne mérite assurément pas les procès d'intention écoeurants lui sont régulièrement adressés par celles et ceux qui préfèrent la capitulation en rase campagne. Bataille serait plus inspiré de s'interroger sur les résultats obtenus par sa formation politique dans le Nord Pas-de-Calais.

    Mais le plus hallucinant reste la réponse de Bataille à la question « Y aura-t-il des procédures disciplinaires après le second tour des régionales ? »

    « A mon avis, oui, tant au PS qu’au GODF. Comment un frère responsable de l’élection d’un président de région FN, si c’est le cas, pourrait-il ne pas être sanctionné ? »

    Comment ne pas frémir en lisant pareille ineptie ? J'en ai honte pour le président de la Fraternelle parlementaire qui, j'ose le croire, ne s'est probablement pas rendu compte de l'énormité proférée.

    masseret.jpgEn effet, sanctionner Masseret reviendrait à instaurer le délit d'opinion au sein du G∴O∴D∴F∴ ! Ce serait fouler du pied tous les principes maçonniques les plus élémentaires. Ce serait confisquer l'Obédience pour en faire le théâtre de règlements de compte politique mesquins ! C'est en tout cas aussi con que si je préconisais sentencieusement des sanctions à l'encontre des FF∴ qui ont préféré se conformer aux injonctions de la rue de Solferino.

    Chaque F∴ est libre de se déterminer en conscience bon sang !

    Il faut donc savoir raison garder. Masseret ne s'est pas allié au FN ou n'est pas soutenu par lui (on n'est pas dans le même cas que celui de l'ex F∴ Jean-Pierre Soisson dans les années 90 en Bourgogne). Masseret ne prône pas les idées frontistes. C'est précisément tout le contraire ! Le F∴ Masseret a fait le choix courageux de le combattre jusqu'au bout, dans l'honneur et l'indépendance, afin que la gauche démocratique puisse conserver des représentants au niveau régional ! Et c'est pour cette seule raison qu'il est devenu aujourd'hui l'objet de la vindicte de ses camarades de parti. C'est un comble !

    Alors je sais : le risque est effectivement que la liste de Florian Philippot l'emporte (Philippot, ex chevénementiste, faut-il le rappeler ?). Mais comme je l'ai déjà dit, nous sommes en démocratie et si nous voulons que le FN sorte de sa « zone de confort », c'est-à-dire de la posture facile de l'opposant, il doit également mettre les mains dans le cambouis et assumer des responsabilités politiques.

    Ou bien alors il fallait tout simplement interdire le FN si on ne voulait vraiment pas d'un tel scénario. Ce n'est pas le chemin suivi par les pouvoirs publics de droite ou de gauche au cours de ces trente dernières années.