Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ego

  • A la recherche du GOB

    Imprimer

    GOB, Belgique, franc-maçonnerie, ego, bruxelles,Je dois beaucoup à la franc-maçonnerie belge que j'ai activement fréquentée de 1994 à 2005. J'en conserve des amitiés, de nombreux souvenirs et, surtout, un certain état d'esprit d'indépendance et de recherche (j'y reviendrai). Je me souviens en particulier de la première fois où, jeune compagnon du Grand Orient de France, j'étais parti à la recherche du siège du Grand Orient de Belgique. 

    Quelle galère mes amis ! Je m'étais planté bien comme il faut. Tout d'abord - et je ne sais plus pourquoi - j'étais allé me perdre dans Laeken, l'une des dix-neuf communes de l'agglomération bruxelloise. J'avais ensuite sillonné en long et en large l'avenue de Laeken à Jette, autre commune bruxelloise, sans trouver ce que je cherchais. Et pour cause ! Ce n'était vraiment pas le bon endroit...

    Ce n'est qu'après que je me suis rendu compte qu'il existait à Bruxelles-Ville une rue de Laeken non loin de la place de Brouckère. Je m'y suis donc rendu le coeur battant. Et là déception !... Rien. J'avais pourtant sur moi un petit bout de papier que j'avais griffonné. C'était pourtant bien le numéro 79. Je m'attendais à une façade, peut-être pas dans le style de la rue Cadet, mais au moins avec une plaque ou quelque chose qui aurait pu dissiper mes doutes. « Mais nenni hein ! » comme disent les liégeois. Rien du tout. Une « bête porte » avec une sonnette. C'était là que vivait un certain M. GOB (sans doute un flamand). Etait-ce donc le bon endroit ? Comment en être sûr ? L'annuaire téléphonique était muet. Internet était embryonnaire. Je n'allais tout de même pas interroger les passants...

    Il devait être 19h00. J'avais faim. J'avais bougé dans la ville toute la journée. J'avais donc décidé de me poster pas très loin afin de voir les allées et venues. Très rapidement, je remarquai l'arrivée d'hommes d'âge mûr dont certains portaient le smoking et ouvraient sans hésitation la grosse porte. Quelques uns se faisaient la bise ou se tapaient sur l'épaule en rigolant devant l'entrée. C'était sans doute là... J'étais un peu rassuré. J'avais trouvé l'endroit, très surpris de l'étonnante discrétion de la plus importante des obédiences maçonniques belges.

  • « Nous attendions le père et c'est le fils qui est venu »

    Imprimer

    chemin.jpgJe crois que je devais avoir 16 ans lorsque j'ai entendu pour la première fois le terme de franc-maçon sans trop savoir de quoi il s'agissait. Je me souviens d'en avoir parlé à mon père qui m'expliqua en gros ce qu'était la franc-maçonnerie et me parla en particulier de sa participation à une tenue blanche ouverte avec l'ancien grand maître Paul Axionnaz. Puis, il alla chercher dans la bibliothèque quelques numéros d'Humanisme, la revue du Grand Orient de France, qui dataient des années 60. Il m'apprit alors qu'il avait été pressenti pour entrer en loge au début des années 70. Mais cela ne s'était jamais concrétisé : mon père avait entamé à l'époque une reconversion professionnelle, il avait épousé ma mère, je venais de naître, l'homme qui souhaitait le parrainer était décédé brutalement… Pourquoi mon père n'a-t-il pas persisté ? Je ne sais pas. Chacun fait ses choix dans la vie. Peut-être a-t-il cru aussi qu'il ne serait pas suffisamment à la hauteur des espérances de son défunt parrain ?

    En tout cas, cette histoire de franc-maçonnerie a commencé à faire son chemin. J'ai me suis progressivement documenté sur le sujet. De lecture en lecture, j'ai eu une toute petite approche de l'ésotérisme maçonnique et des grandes étapes de l'histoire de l'Ordre. Le chantier m'est très vite apparu plein de promesses et l'idée de m'y faire embaucher s'est précisée. A aucun moment, je n'ai pensé que la franc-maçonnerie était réservé aux notables. A aucun moment, je n'ai pensé que je n'y aurais pas ma place. Et puis, allez savoir pourquoi, le feu est retombé sans jamais s'éteindre complètement. Je me suis cependant intéressé à d'autres choses.

    Comment la franc-maçonnerie est-elle à nouveau entrée dans le champ de mes préoccupations ? Difficile de répondre. Il me revient en mémoire deux événements. Le premier fut un séjour linguistique en Angleterre durant les vacances de Pâques en 1990 pour préparer le baccalauréat. Les cours d'anglais se donnaient dans un curieux bâtiment qui appartenait aux Odd fellows (qui est aussi connue sous l'appellation confrérie des trois anneaux), un club un peu à l'image des Rotary et Lion's. La salle principale où j'avais cours ressemblait à un temple maçonnique ! Ce que le professeur me confirma sans la moindre gêne, allant jusqu'à me préciser qu'une loge se réunissait en ce lieu.

    Le second événement fut lorsque mon père désigna du doigt le local où se réunissaient les loges de ma ville natale. Je me souviens que je passais volontairement dans cette rue et devant cette porte dont le fronton triangulaire était orné d'un linteau où étaient gravés une équerre, un compas, une règle, un niveau, et une perpendiculaire entremêlés avec la mention "5856". Que pouvait-il donc bien se passer derrière cette porte ? J'imaginais des travaux de société, des débats d'idées, des orateurs flamboyants. Je voulais y prendre ma part. Je tentais aussi de me représenter ce qu'était un rite maçonnique. A l'époque, internet n'existait pas. Je ne pouvais que laisser vagabonder mon imagination. J'idéalisais.

    En juin 1990, à 17 ans, j'avais écrit une lettre de candidature au Grand Orient de France qui me répondit dans le courant de l'été que ma demande était transférée aux responsables locaux. J'ai donc attendu que les responsables locaux se manifestent. Et ils ne sont pas manifestés. Je me souviens que durant ma première année de droit, j'avais attendu en vain un signe, un appel, une lettre. Un an après environ, en septembre 1991, j'écrivais à nouveau au Grand Orient en précisant que j'étais étonné de ne pas avoir eu de réponse de la part de la loge locale.

    2317347836.jpgLe Grand Orient de France ne me répondit pas mais je reçus environ quinze jours plus tard un coup de fil du Vénérable. Nous nous donnâmes rendez-vous dans un café. L'échange fut courtois et dura environ une heure. Je rencontrai ensuite quatre enquêteurs, à la fois heureux et intrigués qu'un jeune homme puisse s'intéresser à la maçonnerie au point de vouloir y rentrer. Je me souviens que presque tous avaient  tenté de me dissuader parce qu'ils craignaient que ma démarche ne soit qu'une lubie passagère. Avec le recul, je les comprends. Et j'aurais sans doute la même réserve si je devais rencontrer un profane de 19 ans. A cet âge n'a-t-on pas mieux à faire ? Plus de vingt ans après, je leur suis reconnaissant d'avoir su vaincre leurs réticences.

    Je fus effectivement accueilli en loge au cours d'une belle et chaude soirée de mai 1992. Naître à la maçonnerie marqua donc la fin de mon adolescence.  Mon initiation fut un moment d'une grande intensité dont je garde le meilleur souvenir. Je me suis retrouvé au milieu d'hommes qui avaient en moyenne trente ans de plus que moi. Et je n'ai pas oublié non plus la parole de l'Orateur prononcée ce soir là : « nous attendions le père et c'est le fils qui est venu. »

    Cette note est déjà la 200ème de ce blog ! Le temps passe décidément bien vite. Merci à tous de votre fidélité !
  • La nuit

    Imprimer

    Je suis revenu de tout ce qui touchait de près ou de loin à la nuit. Il fut un temps où j'étais vraiment insomniaque non parce que je n'arrivais pas à dormir mais parce que je ne le voulais pas. Repousser les limites, c'était pour moi refuser un cycle naturel. Une façon de refuser la mort en quelque sorte.

    J'ai eu la très grande chance de vivre mon enfance avec des grands-parents agriculteurs qui se couchaient avec les poules et se réveillaient avec le coq. Sans aller jusqu'à ces extrémités, il y avait malgré tout là quelque chose de naturel et de profondément séduisant que je n'ai jamais retrouvé dans nos grandes villes éclairés artificiellement.

    Je respecte bien évidemment les noctambules qui estiment que les gens se livrent dans toute leur vérité à certaines heures. Je les respecte mais ne les crois pas. La nuit, je le concède pourtant volontiers, on peut prendre le temps de réfléchir sur soi, sur son rapport aux autres, sur quantité de sujets auxquels on ne songerait pas dans le cours de ses activités de la journée. Mais cette période de temps, où l'on prend conscience que son cerveau est toujours à l'heure de pointe, est aussi une période où l'on déploie des trésors d'énergie pour se mentir à soi-même. On ment bien la nuit. Souvent, on dit n'importe quoi et on ne s'en rend compte qu'au réveil. On essaie de se persuader qu'il n'y a pas de fantômes tout en sachant que ce sentiment est stupide puisque les fantômes n'existent pas.

    La nuit ? C'est comme les larmes. J'ai arrêté.

    Dormez bien.

    Lien permanent Catégories : Divers