Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

donald trump

  • Voici comment Vladimir Poutine instrumentalise la franc-maçonnerie russe

    Imprimer

    bogdaclown.jpgL'instrument dont se sert M. Vladimir Poutine pour contrôler la franc-maçonnerie russe, est connu des lecteurs fidèles de ce blog. Il s'appelle Andreï Vladimirovitch Bogdanov et j'en ai parlé à deux reprises lorsque j'ai rendu compte des activités de la Grande Loge de Russie dans les pays du Caucase et au Kazakhstan. Andreï Bogdanov en est le Grand Maître depuis 2007. Un Grand Maître dont l'élection a été immédiatement contestée par une minorité de frères qui, depuis, a préféré constituer des loges dissidentes, fonder d'autres obédiences ou se placer sous la juridiction d'obédiences libérales et adogmatiques (le Grand Orient de France possède ainsi deux loges en Russie, une à Moscou et une à Saint-Petersbourg, qui se développent chacune dans un contexte assez difficile).

    Depuis toujours en effet, Andreï Bogdanov pratique un curieux mélange des genres puisqu'il est à la fois le dignitaire de la franc-maçonnerie russe, reconnu comme tel par la Grande Loge Unie Angleterre et les Grandes Loges américaines, et un homme très engagé dans la vie politique de son pays.

    Bogdanov a en effet connu son heure de gloire en 2008 lorsqu'il s'est présenté à l'élection présidentielle de la Russie sous les couleurs du Parti démocratique qu'il présidait à l'époque. Il a obtenu un peu plus d'1% des voix face à Dmitri Medvedev, le candidat de Vladimir Poutine. Bogdanov a donc été un opposant pour le moins symbolique, voire utile, à propos duquel le journaliste Tony Halpin écrivait dans l'édition du 29 février 2008 du Times de Londres :

    « Beaucoup de gens soupçonnent que le Kremlin a autorisé Bogdanov à se présenter pour s'assurer qu'il y aurait au moins deux candidats en conformité avec la loi russe ».

    Sur son blog, Fabrice Nodé-Langlois l'avait même qualifié de candidat extraterrestre en faisant une allusion malicieuse aux frères Igor et Grichka Bogdanov (Andreï Bogdanov n'a évidemment aucun lien de parenté avec nos jumeaux hexagonaux) :

    « Jeune -38 ans-, franc-maçon, portant les cheveux longs et frisotés, dans le paysage politique russe, Andrei Bogdanov est assurément un alien. Face au favori Dmitri Medvedev, au nationaliste Vladimir Jirinovski et au communiste Guennadi Ziouganov, il est l'improbable quatrième candidat de la présidentielle du 2 mars.

    Improbable parce que d'emblée, on se demande comment ce parfait inconnu du public russe est parvenu à réunir les 2 millions de signatures nécessaires à tout candidat non représenté au parlement ».

    En 2008, Bogdanov passait pour un homme de centre droit ou de droite. Très libéral tant sur le plan politique qu'économique. Il était jeune et avait un profil atypique. Son sourire en coin, un brin narquois, lui donnait un air décalé et un peu fourbe. Il était en quelque sorte l'expression de l'une des composantes au sein de l'opposition russe aux côtés du communiste Gennady Ziouganov et du nationaliste Vladimir Jirinovski. Bogdanov incarnait l'occidentalisme démocratique en quelque sorte, auréolé, qui plus est, d'une appartenance maçonnique qu'il n'a jamais cherché à cacher bien au contraire.

    donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,boris nemtsov,alexeï navalny

    Depuis 2008, la vie politique de Bogdanov est à l'image de sa vie maçonnique. Très intense. Il a tenté de se présenter à la mairie de Sotchi en 2009 (la ville des jeux olympiques d'hiver) avant de se raviser et d'appeler à voter en faveur Anatoly Pakhomov, le candidat soutenu par Russie Unie, le parti du président Poutine. Le Parti démocratique a ensuite explosé. Les partisans de Bogdanov ont alors rejoint le parti Juste Cause. Puis, en 2014, Andreï Bogdanov s'est retrouvé dans un obscur contentieux face à un autre opposant, Alexeï Navalny, récemment condamné pour corruption aux termes d'un procès douteux. Bogdanov, qui avait déposé le nom « Alliance Populaire », a assigné Navalny dont la formation politique utilisait le même nom. Bogdanov a obtenu gain de cause et torpillé ainsi toute la communication de Navalny.

    En 2014, l'ultralibéral Bogdanov a opéré une transformation politique spectaculaire. Il est devenu président - tenez-vous bien - du Parti Communiste de la Justice Sociale créé en 2012. En deux ans à peine, il a donc la pris la tête de cette organisation politique dans laquelle on retrouve par exemple Andreï Brejnev le petit fils de Leonid Brejnev ! Le Parti communiste de la Fédération de Russie, issu des ruines de l'ancien Parti communiste de l'Union Soviétique, s'est élevé contre ce concurrent perçu comme une manipulation du Kremlin. Et de relever que l'acronyme de Parti Communiste de la Justice Sociale, en langue russe, est le même que celui du Parti Communiste de l'Union Soviétique : КПСС. Il y a donc une volonté manifeste d'entretenir la confusion chez les électeurs russes. Le Parti Communiste de la Justice Sociale a par ailleurs présenté des listes dans la plupart des régions aux dernières élections régionales russes de 2015 et aux législatives de 2016.

    andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,alexeï navalny,boris nemtsov,godf

    Pour le politologue et journaliste Alexeï Makarkine, le revirement d'Andreï Bogdanov n'est pas surprenant. Il estime que Bogdanov a décidé de se concentrer sur le Parti communiste quand il a constaté que l'idéologie bolchévique et la nostalgie de l'Union soviétique étaient plus porteuses au sein de l'électorat que les principes démocratiques ou le libéralisme économique. Cependant, Makarkine ne va pas jusqu'à affirmer que la soudaine reconversion politique de Bogdanov obéit à un ordre de Poutine mais son silence le laisse pourtant penser. En tout cas, force est de constater qu'Andreï Bogdanov est parvenu, au cours des dix dernières années, à torpiller le mouvement démocratique russe en participant activement à l'émiettement des forces politiques d'opposition. Il a également affaibli les nationalistes (Navalny). Il s'attaque aujourd'hui aux communistes. Pendant ce temps, Timur Bogdanov, le frère d'Andreï Bogdanov, est devenu en 2014 le président du groupusculaire Parti Démocratique de Russie reconstitué en 2012.

    andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,alexeï navalny,boris nemtsov,godf

    Une tel activisme et un tel cynisme ne peuvent s'expliquer sans un soutien actif du Président Poutine. Ce dernier d'ailleurs n'a jamais dissimulé une certaine bienveillance à l'égard de Bogdanov. Ce qui est certain en tout cas, c'est que si le Grand Maître de la Grande Loge de Russie était réellement un opposant sérieux à Poutine, il aurait été déjà condamné pénalement pour une infraction de droit commun (comme Alexeï Navalny par exemple) ou assassiné froidement (comme Boris Nemtsov). Et, naturellement, la franc-maçonnerie aurait été interdite sur tout le territoire russe et, corrélativement, dans tous les Etats sous influence politique du Kremlin.

    Après l'intensité des activités politiques du camarade Andreï Bogdanov, il convient de souligner l'intensité des activités maçonniques du frère Bogdanov Andreï. Celui-ci voyage beaucoup. La Grande Loge de Russie semble donc bénéficier de moyens financiers confortables, ou tout au moins suffisants, pour permettre à son Grand Maître de la représenter dans toutes les manifestations maçonniques internationales. Andreï Bogdanov, qui semble avoir avoir une bonne estime de lui-même, prend volontiers la pose. Le compte Instagram de la Grande Loge de Russie est ainsi rempli de photos du Grand Maître en Grande Bretagne, aux Etats-Unis, en Australie, au Kazakhstan, en Georgie, au Venezuela, etc.

    donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,boris nemtzov,alexeï navalnyOn le voit en tenue, en conférence ou ailleurs, toujours jovial, toujours le sourire aux lèvres, serrer les mains de tel ou tel maçon anglo-saxon visiblement sous le charme de ce jeune Grand Maître. On le voit déambuler dans les couloirs du siège de la Grande Loge Unie d'Angleterre où l'homme semble avoir ses habitudes (gageons qu'il sera idéalement placé au milieu des Grands Maîtres conviés à Londres aux festivités du tricentenaire de la franc-maçonnerie spéculative).

    De temps en temps, Bogdanov se livre à quelques facéties sympathiques. On le voit en costume de St Nicolas ou avec des oreilles de Mickey (cf. les photos ci-dessus). Certaines images rappellent même étrangement le réalisme soviétique des dignitaires communistes d'antan (cf. la photo ci-dessus). Bref, c'est un véritable culte de la personnalité à mille lieux de tout esprit maçonnique véritable. 

    La Grande Loge de Russie s'autorise même quelque audace. C'est ainsi qu'elle a salué très officiellement l'entrée en fonction de Donald J. Trump à la présidence des Etats-Unis d'Amérique en publiant cette image sur son compte Instagram le 20 janvier dernier avec cette légende on ne peut plus explicite : 

    « Поздравляем наших американских братьев с инаугурацией нового Президента США!(Félicitations à nos frères américains pour l'entrée en fonction du nouveau président des Etats-Unis d'Amérique !) »

    trump.jpg

    Ce qui est pour le moins comique quand on connaît les positions, les discours et les décisions de Trump. Les appréciations des francs-maçons américains à son sujet sont très contrastés. Il est donc très étonnant que la Grande Loge de Russie fasse ainsi irruption dans l'actualité politique américaine alors que sa régularité aurait dû l'inciter à conserver une parfaite neutralité. Elle laisse clairement penser que Trump a été le candidat des loges d'une façon ou d'une autre. Ce qui est une ineptie. Mais c'est bien entendu volontaire. En effet, il faut faire oublier les forts soupçons d'ingérence russe dans le processus électoral (piratage informatique). Comment ne pas remarquer non plus une convergence de vue entre l'obédience présidée par Bogdanov et les sentiments de Poutine à l'égard du nouveau locataire de la Maison blanche ?

    Il paraît clair que Vladimir Poutine utilise Andreï Bogdanov pour pénétrer les réseaux maçonniques et nouer des contacts qui peuvent être utiles à la Russie. Andreï Bogdanov semble bien trop intelligent et malin pour n'être qu'une marionnette ou une sorte d'idiot utile. Il n'est pas incongru de l'imaginer en agent du FSB. Bien entendu, il est impossible de le démontrer même si une observation attentive de l'actualité politique russe permet de déceler de nombreux indices troublants. Bogdanov est-il une taupe de Poutine ? La question est donc posée. En tout cas, ce qui a été possible à Cuba avec Castro peut évidemment l'être en Russie avec Poutine. Ce n'est absolument pas un problème en soi.

    donald trump,régularité,franc-maçonnerie,alexeï marakine,andreï brejnev,andreï bogdanov,vladimir poutine,russie,kazkhstan,glua,glr,etats-unis d'amérique,boris nemtzov,alexeï navalny

    En attendant, que penser de ces dignitaires anglo-saxons qui déroulent le tapis rouge à la Grande Loge de Russie alors qu'ils s'obstinent toujours à ne pas reconnaître l'écrasante majorité des francs-maçons français et belges, notamment les Grands Orients de France et de Belgique ? Sont-ils aveugles et nigauds à ce point ? J'ai bien peur que la réponse soit positive.

  • L'Amérique selon la Grande Loge de New York

    Imprimer

    america.jpgL'art est souvent la meilleure réponse aux laideurs du monde. C'est donc par la voie subtile de l'art que la Grande Loge de New York a entendu délivrer un message de tolérance et de fraternité alors que les Etats-Unis d'Amérique sont actuellement confrontés aux premières mesures prises par Donald J. Trump.

    Sur son site internet, la Grande Loge de New York a donc mis à l'honneur un tableau peint en 1931 par Paul Orban (1896-1974). Ce choix n'est pas innocent. Orban était un artiste d'origine hongroise. Sa famille a fui la pauvreté et émigré aux Etats Unis au début du vingtième siècle.

    Ce tableau, intitulé America, est au musée de la Grande Loge de New York. Il  représente les Etats-Unis, sous la forme d'une femme (la liberté) et d'un aigle (le droit). On voit en dessous les représentants des pays du monde.  America combine religiosité, internationalisme, optimisme politique et référence à l'histoire. Je trouve que ce tableau rappelle un peu La République Universelle de Frédéric Sorrieux (1848) que l'on peut admirer à Paris au musée Carnavalet.

    Les oeuvres de Paul Orban ont souvent illustré les articles de The Masonic Perspectives, l'ancienne revue officielle de la Grande Loge de New York. America a ainsi été utilisé pour un article du frère Parkes Cadman (1865-1936), Grand Chapelain de l'obédience new-yorkaise, publié en octobre 1931.

    paul orban,parkes cadman,art,fraternité,franc-maçonnerie,etats-unis d'amériqueDans cet article, Cadman a écrit  : 

    « Nous, Francs-Maçons, nous aimons notre nation (...) Mais notre amour pour notre pays est plus qu'une simple question d'obligation; cet amour jaillit du cœur même du franc-maçon (...) Nous ne voulons pas une d'une Amérique de vantardise, mais une Amérique d'amour et de respect. Nous voulons que cette terre soit celle des hommes libres, qu'elle devienne le leader moral de l'humanité, qu'elle incite chacun à mener une vie sur un plan plus élevé, qu'elle favorise la moralisation des relations internationales afin que cessent les turbulences de la haine, des préjugés et de la guerre (...) Il est difficile de faire en sorte que tous les hommes soient frères ; tous sont pourtant égaux, sans distinction de race ou de croyance ou de naissance ou de sang. C'est difficile mais c'est fondamentalement américain (...) »

  • La légitimité de Donald Trump en question

    Imprimer

    laurent.jpgAnalyse lumineuse des enjeux de la présidence Trump par Mme Sylvie Laurent sur l'antenne de France Inter ce 20 janvier 2017. Sylvie Laurent a fait sa thèse de littérature américaine à Paris IV sur « le pauvre blanc dans le roman américain ». Elle enseigne à Sciences-po Paris et à l'Université d'Harvard.

    En trois petites minutes, Mme Laurent énonce les problèmes juridiques et politiques extrêmement complexes que pose l'élection de M. Trump à la tête de la première puissance mondiale.

    Et elle insiste notamment sur la légitimité de Trump qui est questionnée sous trois angles :

    1. Trump n'a pas obtenu la majorité des suffrages exprimés mais la majorité des voix des grands électeurs (c'est le suffrage universel indirect).

    2. Il est établi qu'il y a eu une intervention informatique russe dans le processus électoral et il y a donc des doutes sur la sincérité du scrutin.

    3. Trump est noyé dans de colossaux et inextricables conflits d'intérêts (il dirige un empire financier et un pays). Les risques de corruption sont donc majeurs.

    Extrait de l'intervention de Mme Sylvie Laurent ci-dessous :

    ____________

    Lire également :

  • Vifs débats dans les milieux maçonniques américains après l'élection de Trump

    Imprimer

    williamson.jpgLe 15 novembre 2016, Jeffrey M. Williamson, Grand Maître de la Grande Loge de l'Etat de New York a adressé le message suivant aux frères de son Obédience :

    « Frères,

    Notre pays a connu une élection comme aucune autre. Le niveau de rhétorique, de parole enflammée, d'accusations et de récriminations était au-delà de tout ce que nous avons connu dans l'histoire récente.

    Les deux partis politiques ont affiché un comportement incivilisé bien en deçà des actions que nous adoptons en tant que francs-maçons. Notre enseignement démontre vraiment la bonne façon d'interagir avec nos semblables. Maintenant que l'élection est terminée, je suis très préoccupé par le ton et les propos que les Frères emploient sur les réseau sociaux. Mes frères, notre pays a parlé et nous devons, en tant que bons citoyens, respecter le processus et les résultats. Je voudrais demander à tous de réfléchir avant de publier et de prêter attention aux conseils suivants :

      • Soyez prompts à écouter, lents à la colère et toujours respectueux des autres ;
      • Demandez-vous : si je devais lire un message sur le même ton que j'emploie mais avec l'opinion opposée à la mienne, comment me sentirais-je ?
      • En tant que franc-maçon, comment mes mots affectent-ils ceux qui connaissent mon appartenance et attendent de moi un haut niveau de réflexion et de discours ?

    Pour conclure, je vous demande de garder la règle d'or dans nos cœurs et nos esprits et de vous rappeler que nous nous sommes tous engagés à « respecter les magistrats civils, à travailler avec diligence, à vivre dignement et à agir honorablement au milieu de tous les hommes ».

    Avec la plus grande courtoisie et respect

    Jeffrey M. Williamson »

    C'est dire à quel point les échanges ont dû être violents entre les frères. Si on s'en réfère aux propos du Grand Maître Williamson, la pression ne semble pas être retombée après l'élection de M. Donald Trump à la présidence des Etats-Unis d'Amérique. Il est en tout cas assez inhabituel qu'une Grande Loge américaine se sente obligée de rappeler les frères à l'ordre dans le domaine politique. Cependant, il faut rappeler que l'Etat de New York a majoritairement voté pour Mme Hillary Clinton.

    Le Grand Maître Williamson est certainement dans son rôle quand il rappelle les principes maçonniques aux frères de sa juridiction. Je crois même que ses conseils judicieux devraient être d'ores et déjà méditées par les francs-maçons français car l'élection présidentielle de 2017 approche et, si ces derniers n'y prennent garde, les passions partisanes risquent d'empoisonner la vie des loges et des obédiences.

    Pour autant, il ne faut pas oublier que le caractère ordurier de la campagne présidentielle américaine est principalement le fait de M. Donald J. Trump. En effet, ce dernier a constamment clivé « les débats » par ses propos xénophobes, racistes, nationalistes et sécuritaires. Il a menacé de jeter la candidate démocrate en prison. Il a pour vice-président M. Mike Pence, un fondamentaliste religieux qui croit que la Terre a été créée par Dieu en six jours il y a quatre mille ans. M. Trump s'est également entouré d'ultra conservateurs parmi lesquels Stephen Bannon, fondateur du site complotiste Breitbart News et proche des courants suprémacistes blancs. 

    Qui plus est, les premières déclarations de M. Trump sont loin d'être rassurantes. Le nouveau président élu a clairement laissé entendre que les Etats fédérés les plus réticents à l'avortement pourraient ne pas se conformer à la jurisprudence fédérale. Et demain ? La Cour suprême ne sera-t-elle pas tentée de revenir sur sa décision du 26 juin 2015 relative à l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe ? Il est fort probable que Trump nomme un ultraconservateur à la Cour suprême pour remplacer le juge Antonin Scalia, intégriste catholique, décédé en février dernier.  Je rappelle que le président Barack Obama avait vainement proposé d'y nommer Merrick Garland, un modéré, mais il avait alors essuyé le refus du Sénat majoritairement républicain. Trump a désormais tous les leviers institutionnels en main pour orienter les Etats-Unis d'Amérique vers les politiques les plus réactionnaires. Comment ne pas s'en inquiéter quand on est attaché aux libertés publiques ? 

    Qu'on ne se raconte donc pas d'histoire ! Les Etats-Unis d'Amérique ont choisi pour président un démagogue sans foi ni loi, grossier, sans goût, influençable, sans expérience politique et dont l'action va avoir probablement des effets catastrophiques sur les relations internationales. Faut-il s'étonner qu'un tel personnage ait les faveurs de Mme Marine Le Pen ? Non bien sûr. Ils sont de la même engeance. Dans ces tristes circonstances, on peut aisément comprendre que les débats soient vifs, même très vifs, dans les milieux maçonniques américains.