Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

denis sassou-nguesso

  • Le F∴ Denis Sassou-Nguesso roule-t-il pour le FN ?

    Imprimer

    Le magazine d'actualités « Envoyé Spécial » a consacré cette semaine un portrait de Marion Le Pen. A un moment donné du reportage, il a été fait allusion à une société anonyme dénommée « Congo Capital Entreprises », contrôlée par M. Claude Wilfrid Etoka, un trader qui a fait fortune dans le pétrole et un proche du président Denis Sassou Nguesso. Cette société, dont le siège social est à Brazzaville, a publié un communiqué de presse signé de son vice-président M. Innocent Dimi.

    Lettre-CongoCE-LePen.jpg

    Un tel soutien est pour le moins étonnant et inattendu. L'entreprise est en effet africaine et chacun sait que le FN a un discours plutôt musclé à l'égard des immigrés de ce grand continent. La candidate frontiste s'en est publiquement prévalue au cours de sa campagne électorale pour asseoir sa crédibilité auprès des électeurs de la région PACA.

    Innocent Dimi, signataire de la lettre, serait également le « directeur Afrique » de Maréchal & Associés, la banque d’affaires fondée par Samuel Maréchal, le père de Marion. Je ne sais pas si le père a intrigué pour la fille. C'est une possibilité qu'on ne peut pas écarter. Mais je pense que le fin mot de cette histoire est d'une toute autre nature.

    Je pense que Denis Sassou-Nguesso, le président du Congo Brazza, très occupé à sa réélection au mépris de la constitution de son pays, a surtout voulu montrer aux pouvoirs publics français sa capacité de nuisance. Je pense qu'il a voulu délivrer un message clair au gouvernement français. Ce message, je l'énoncerais ainsi : « si vous ne me soutenez pas, je n'hésiterai pas à appuyer ce FN qui vous effraie tant et qui risque bien de se retrouver au second tour de l'élection présidentielle en 2017. » C'est évidemment une simple hypothèse mais que j'estime crédible.

    Dans une précédente note, je m'étais interrogé sur les raisons qui pouvaient expliquer la soudaine générosité du président congolais à l'égard du Grand Orient de France (G∴O∴D∴F∴), lequel s'est retrouvé attributaire d'un terrain à bâtir à Brazzaville. Je m'étais demandé si le président congolais, qui est également le Grand Maître de la Grande Loge du Congo (G∴L∴C∴), ne cherchait pas des appuis au sein de la rue Cadet susceptibles d'intervenir en sa faveur auprès du président de la République française.

    Dans quelle mesure l'étonnant soutien de la société « Congo Capital Entreprises » à la jeune Maréchal-Le Pen n'est-il pas le signe que M. Sassou-Nguesso veuille faire payer à l'exécutif français sa non reconnaissance des résultats du référendum consitutionnel ?

    Un détail assez cocasse a attiré mon attention. La signature de M. Innocent Dimi. Je ne sais pas si le directeur Afrique de Maréchal & Associés est franc-maçon. En tout cas, s'il ne l'est pas, il fait tout pour le laisser croire et s'il l'est, il ne fait rien pour le cacher. Il est en tout cas difficile de concevoir qu'un franc-maçon, d'origine africaine de surcroît, puisse apporter son soutien à une femme politique issue d'une formation politique raciste et xénophobe. Mais en politique, tout est possible. La signature de Dimi est peut-être aussi une façon de signifier – symboliquement – le mécontentement de l'autocrate congolais à l'égard du G∴O∴D∴F∴ jugé peu coopératif.

    dimi.jpg

    Frédéric Maury de l'excellent journal « Jeune Afrique » s'interroge sur l'irruption bruyante d'une société commerciale congolaise dans la campagne de Mme Marion Maréchal-Le Pen. Le journaliste rappelle que M. Louis Alliot, autre leader du Front national (et conjoint à la ville de Mme Marine Le Pen), s'était publiquement engagé contre le référendum organisé au Congo par M. Denis Sassou-Nguesso. N'y a-t-il pas là une contradiction qui dédouanerait l'exécutif congolais ?

    Je ne le crois pas. Il ne faut justement pas se fier aux apparences. Je pense que le FN, ici, est un prétexte. Il est l'idiot utile d'une stratégie politique qui le dépasse. En effet, il y a fort à parier que les investisseurs congolais, à commencer par MM. Etoka et Dimi, se moquent éperdument du devenir économique de la région PACA, du destin politique de la petite fille de Jean-Marie Le Pen et encore plus du FN.

    Je pense que ces investisseurs sont avant tout des intermédiaires ou des messagers de l'exécutif congolais qui a jeté son dévolu sur le FN précisément parce que cette formation d'extrême droite est actuellement en capacité de gêner le gouvernement socialiste et, éventuellement, de déstabiliser la République française.

     

  • Le cadeau empoisonné de Denis Sassou-Nguesso au G∴O∴D∴F∴

    Imprimer

    Voici une nouvelle qui est passée inaperçue. Tellement inaperçue d'ailleurs que je n'ai pas souvenir qu'on en ait parlé au Convent ou qu'on y ait fait le moindre début d'allusion.

    De quoi s'agit-il ? Du décret n°2015-462 du 13 mai 2015 portant attribution en propriété au Grand Orient de France d'un terrain à bâtir à Brazzaville, capitale de la République du Congo. Ce décret a été publié dans l'édition du 21 mai 2015 du Journal Officiel de la République du Congo (cf. la pièce jointe au bas de cette note). Il est donc entré en vigueur. Il a été pris en Conseil des Ministres par M. Pierre Mabiala, ministre des affaires foncières et du domaine public, et M. Florent Ntsiba, ministre du travail et de la sécurité sociale agissant pour le ministre de l'économie et des finances. Et il a été contresigné par M. Denis Sassou-Nguesso, président de la République et accessoirement grand maître de la Grande Loge du Congo (obédience régulière issue de la Grande Loge Nationale Française). Le droit de propriété du GODF est donc opposable aux tiers en raison de sa publication au bureau des hypothèques compétent.

    Le général Denis Sassou-Nguesso est un personnage "délicieux". Âgé de 72 ans, il cumule plus de trente ans à la tête du pays. Il a dirigé le Congo à l'époque du parti unique, de 1979 jusqu'aux élections pluralistes de 1992, qu'il a perdues. Revenu au pouvoir en 1997 à l'issue d'une violente guerre civile, il a été élu président en 2002 et réélu en 2009. Il est en ce moment occupé à changer la Constitution afin de se maintenir au pouvoir en 2016.

    Son bilan est éloquent. 70 % des Congolais vivent aujourd'hui sous le seuil de pauvreté (avec moins d'un dollar US par jour). Mais que l'on se rassure ! Car Denis Sassou-Nguesso, lui, se porte très bien. Le chef de l'État congolais et sa famille possèderaient, en effet, en région parisienne, de nombreux biens immobiliers, soit une bonne dizaine d'appartements et hôtels particuliers selon un rapport d’enquête de la police révélé en janvier 2008 par le journal Le Monde. Celui-ci a fait l'objet de plaintes pour détournement de fonds publics.

    Bref, le président de la République du Congo est la caricature du potentat africain autoritaire et vénal. La famille Sassou-Nguesso est au Congo Brazza ce que les famille Bongo et Biya sont respectivement au Gabon ou au Cameroun. Et qui plus est, elles sont toutes liées à la franc-maçonnerie depuis des décennies, comme d'ailleurs une bonne partie de l'élite politico-économique des pays d'Afrique noire francophone. C'est la raison pour laquelle le franc-maçonnerie est souvent mal vue en Afrique. Ce qui est injuste car des opposants politiques peuvent aussi fréquenter les loges, là bas ou en exil, aux côtés de modestes anonymes sans aucun engagement public. Et puis il faut noter que les religions (catholique, évangélique, musulmane) forment aussi des réseaux très puissants auprès des cercles de pouvoir africains.

    C'est dire à quel point ce décret est embarrassant et s'apparente à un cadeau empoisonné pour le GODF car il ne me semble pas que la rue Cadet ait demandé quoi que ce soit aux pouvoirs publics congolais. Et pour cause ! Le GODF ne possède aucune loge dans ce pays déjà largement pourvu en obédiences maçonniques. Alors comment expliquer une telle marque d'attention du président Sassou-Nguesso à l'égard d'une obédience qui, par dessus le marché, n'entretient pas de relations fraternelles avec la sienne ?

    Il semblerait, selon certains opposants politiques congolais réunis autour de M. Mingwa Biango, que Denis Sassou-Nguesso chercherait, par ce moyen, à s'attirer les bonnes grâces du gouvernement français pour que celui-ci l'aide à se maintenir aux pouvoirs en 2016. En effet, les relations entre M. Denis Sassou-Nguesso et M. François Hollande sont plutôt fraiches. Cela a été remarqué lors de la dernière visite officielle du président congolais à Paris le 7 juillet 2015. Le président congolais chercherait-il activement à les réchauffer en courtisant dans ce but la plus importante obédience maçonnique française classée ordinairement à gauche ? Espère-t-il que des membres du GODF∴, proches du président de la République, puissent l'appuyer? C'est de l'ordre du possible.

    Mais si tel était le cas, une telle méthode relèverait d'une "politique françafricaine à la grand papa" complètement à côté des évolutions du monde contemporain. En effet, la diplomatie française semble préoccupée par le maintien de la stabilité politique de la République du Congo et particulièrement désireuse que des élections présidentielles démocratiques puissent avoir lieu conformément à la Constitution congolaise. Au moment où la France et l'Europe sont confrontées à des vagues sans précédent de migrants, au moment même où les obédiences maçonniques européennes ont publié un communiqué à ce sujet, il paraît impossible que la France prenne le risque de favoriser une guerre civile en République du Congo en soutenant le président Sassou-Nguesso dans son projet de modification de la Constitution. En effet, l'Afrique a besoin plus que jamais de démocratie et de développement économique dans le cadre d'une nouvelle politique de coopération. Elle n'a pas besoin de chefs d'Etat qui confondent le PNB de leur pays avec leur patrimoine personnel. Il me semble donc totalement illusoire d'attendre quelque intervention du GODF∴ en remerciement de l'attribution en pleine propriété d'un terrain à bâtir à Brazzaville, si toutefois il s'agit bien de l'objectif poursuivi par l'exécutif congolais actuel.

    _________________

    A consulter :

    JO République du Congo Brazza.pdf