Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

démagogie

  • Les citoyens face à l'imprévu

    Imprimer

    parisien.jpg

    Je voudrais remercier M. Olivier Beaumont, journaliste au Parisien, pour son article rédigé avec deux de ses confrères après l'attentat du 14 juillet à Nice. Je ne vais pas en rajouter sur ces femmes et hommes politiques qui ont cyniquement fait le choix de polémiquer sur des cadavres d'innocents alors qu'ils savent pertinemment, du moins pour certains d'entre eux, que la sécurité absolue est un mythe.

    Je voudrais plutôt revenir dans cette note sur un fait divers qui a eu lieu, dans la soirée du 19 juillet, à la Gare du Nord à Paris et dont la presse s'est fait l'écho. Le trafic ferroviaire a été totalement interrompu pendant quatre heures à cause notamment d'un incendie sur un transformateur électrique provoqué, selon la SNCF, par un acte de malveillance. On déplore également des vols de câbles en cuivre.

    Les réactions provoquées par ce fait divers en disent long sur l'état d'esprit inquiétant d'une partie de nos compatriotes. Ces réactions rappellent en tout cas étrangement celles de ces quelques politiciens mises en évidence par Le Parisien.

    Sous l'oeil complaisant des caméras des JT et des chaînes d'information continue, on a ainsi pu voir et entendre les habituelles rengaines des voyageurs excédés. Incapables de voir plus loin que leur petit cas personnel de citoyen contrarié, les inévitables geignards s'en sont donné à coeur joie en critiquant l'entreprise publique et ses salariés.

    voyageurs.jpg

    Quand je vois un spectacle aussi affligeant d'usagers prompts à la critique et à la recherche frénétique de responsables, comment ne pas penser aux interventions de ces politiciens démagogues jouant de façon obscène aux inspecteurs des travaux finis chaque fois qu'un cas de force majeure, une situation exceptionnelle ou un drame se produit dans notre pays ?

    Et j'en arrive à me demander si certains de nos compatriotes (je dis bien certains car je ne veux évidemment pas généraliser) sont bien conscients que la vie est fondamentalement un risque et qu'elle est aussi un parcours jalonné d'obstacles.

    Je n'ose croire qu'ils soient si nombreux à être incapables de réagir rationnellement face à l'adversité au point d'éprouver le besoin d'être maternés comme des enfants en bas âge.

    Quand leur dira-t-on enfin que la sécurité à 100 % n'existe pas? Quand admettront-ils enfin qu'il est impossible d'anticiper et de régler tous les problèmes, en quelques minutes ou en quelques heures, même avec la meilleure volonté du monde ?