Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cmf

  • Grande Loge de France (suite et fin)

    Imprimer

    GLDF.jpgJe viens de recevoir un gentil message d'un membre de la Grande Loge de France manifestement chagriné que je sois venu en appui d'un texte écrit par un « collège des invisibles » (dont je ne connais aucun des membres) et publié sur le blog de La Maçonne.

    Ce frère m'indique notamment ceci :

    « Pour ce qui concerne la GLDF, merci de vous y intéresser, je ne commenterais pas vos dires, mais je soulignerai simplement que TOUT ce qui s'est fait ces dernières années a été voté par les convents à une majorité de plus de 80% des délégués des loges... au moins. Que l'orientation prise par mon obédience ne convienne pas à certaines « sensibilités », je peux tout à fait le concevoir, mais il parait évident qu'elle correspond au désir d'une large majorité de frères.. . Quand à ramener « l'esprit » de l'obédience à celui qu'il était au temps de notre dernière guerre des religions, cela me parait aussi abusif que de ramener le GODF à l'esprit de godillot du pouvoir qui a été le sien à certains moments de son histoire (...). »

    Je souhaiterais, sans polémiquer, rappeler les points suivants :

    1°) On peut prendre de très mauvaises décisions même à 80% de majorité. Ce faisant, il ne s'agit pas d'un jugement de valeur de ma part mais d'une réalité que les instances de la Grande Loge de France ont fini par admettre en renonçant à poursuivre des démarches illusoires de reconnaissance auprès de la Grande Loge Unie d'Angleterre. Je comprends que ces instances aient tenté un rapprochement avec Londres en spéculant sur les déboires de la Grande Loge Nationale Française. Ça fait tellement longtemps qu'elles y travaillent. Elles ont voulu profiter de l'aubaine.

    2°) Il est un fait que la Grande Loge de France - obnubilée par les promesses inconsidérées de quelques Grandes Loges européennes - a cru pouvoir obtenir cette reconnaissance dans le cadre d'une chimérique confédération maçonnique de France. Dans ce but, elle s'est progressivement marginalisée en France au cours des dernières années, par exemple en se désolidarisant de l'Institut Maçonnique de France et du Salon du Livre Maçonnique de Paris ou en édictant une circulaire, pour le moins singulière, sur les intervisites. Je me souviens que cette situation avait créé un certain émoi parmi les frères de la Grande Loge de France. Dans quelle proportion ? Je l'ignore. Suffisamment en tout cas pour qu'il se remarque.

    3°) A titre personnel, j'ai toujours pris soin de pas commenter outre mesure les décisions d'une obédience à laquelle je n'appartiens pas. Ainsi je ne me rappelle pas de m'être particulièrement alarmé de la constitution de la confédération maçonnique de France, probablement parce que j'étais déjà convaincu, comme Michel Barrat, que la montagne accoucherait inévitablement d'une souris. Par ailleurs, il m'est même arrivé de défendre Marc Henry (que je n'ai jamais rencontré) sur ce blog.

    4°) Je n'ai jamais eu l'intention de réduire l'esprit de la Grande Loge de France à la « Belle Epoque », période au cours de laquelle la franc-maçonnerie française fut particulièrement impliquée dans les débats politiques, économiques et sociaux. C'eût été absurde bien entendu. Une obédience évolue avec le temps. En revanche, j'ai voulu rappeler dans ma note, au travers d'Henri Brisson et d'Hégésippe Légitimus, que la réflexion sur des sujets dits « profanes » a toujours fait partie de l'histoire de la Grande Loge de France et qu'elle n'est pas illégitime. Je renvoie également les lecteurs à l'éloge funèbre de Frédéric Desmons par Gustave Mesureur. Il m'a toujours paru utile de rappeler ce passé là car je sais que certains frères de la Grande Loge de France ont tendance à vouloir le gommer ou l'atténuer fortement.

    Pour conclure, je tiens à dire que je n'ai aucun souci particulier avec la Grande Loge de France.

  • Une "certaine idée" de la F∴M∴

    Imprimer

    "Cherche la réponse en ce même lieu d'où t'est venue la question."

    Djalâl ad-Dîn Rûmi (1207 - 1273)

     

    Lu sur le blog Hiram.be cette considération d'Alain Bernheim, le Jean Daniel de la maçonnerie :

    "Je considérais que 2014 était une année essentielle (sic) pour la franc-maçonnerie française. Essentielle parce que c’était la première fois depuis plus de deux siècles que les francs-maçons français qui ont en commun une certaine idée de la franc-maçonnerie (sic) tentaient de se réunir. Leur tentative me semblait avoir une bonne chance de réussir mais elle était confrontée à un extraordinaire sabotage (sic) dont je reparlerai plus loin" (1).

    Je me méfie généralement de ceux qui usent et abusent des expressions gaulliennes pour signifier qu'ils ont "une certaine idée" de ceci ou de cela. Je les soupçonne d'avoir aussi "une certaine idée" d'eux-mêmes qui les conduit souvent à juger leur prochain ou les situations avec condescendance et, parfois, à ne pas être trop regardants sur leur propre parcours.

    La "certaine idée de la franc-maçonnerie", on la connait. C'est cette trop fameuse "régularité", notion équivoque, à géométrie variable et historiquement douteuse qui, depuis des décennies, contribue à ériger des murs inutiles entre les FF de la base (2) tandis que les dignitaires, eux, dînent ensemble ou organisent des "colloques historiques". Je trouve qu'il y a quelque chose d'assez risible et consternant chez ceux qui passent leur temps à décerner des brevets de régularité à qui veut les entendre.

    Je rappelle, pour la petite histoire, qu'Alain Bernheim a été initié dans une L du GODF∴ comme François Stifani, l'ancien G∴M∴ de la G∴L∴N∴F∴, a été initié au DH∴ Oh ! Je ne dis pas cela par esprit de chicane bien sûr - car chacun a le droit absolu de donner à son parcours maçonnique une orientation qui lui convient mieux - mais pour souligner qu'en maçonnerie, comme dans beaucoup d'autres activités humaines, tout est éminemment relatif. Les deux ont sans doute passé l'épreuve de la terre, au coeur du cabinet de réflexion. A cette époque, ils étaient probablement peu préoccupés de savoir s'ils allaient rentrer dans une L régulière ou irrégulière, non mixte ou mixte.

    ______________

    (1) On peut lire l'entretien en intégralité sur le blog de Jean-Laurent Turbet.

    (2) Le couplet sur les fréquentions autorisées en fin d'interview est savoureux. On y apprend ainsi que le F irrégulier est fréquentable mais hors tenue rituelle. On peut donc manger avec lui et même lui parler... mais pas question de côtoyer ce mécréant en tenue rituelle. On "suspend" les travaux. Casuistique et hypocrisie quand vous nous tenez...

  • Historique ?

    Imprimer

    Un colloque, organisé conjointement par le GODF et la GLNF, est annoncé pour le 28 mai prochain. Il n'en fallait pas davantage pour que l'on crie à "l'événement historique." Est-ce vraiment le cas ? Ou bien faut-il y voir un pitoyable règlement de compte visant à "punir" et à "isoler" la GLDF après la rocambolesque affaire de la CMF ?

    Je n'ai pas la réponse n'étant pas dans le secret des dieux, mais je comprends que l'on s'interroge car la ficelle paraît tout de même un peu grosse, notamment depuis l'interview de Jean-Pierre Servel, Grand Maître de la GLNF, par le blog Hiram.be. Le dignitaire ne suggère-t-il pas, en filigrane, qu'entre son obédience et le GODF il n'y a rien ? Ne dit-il pas, sous couvert d'une fausse humilité, que la GLNF et le GODF ont le mérite d'avoir chacun des positions diamétralement opposées mais claires ? C'est donc bien la GLDF qui est implicitement visée, elle qui, pendant des mois et de façon fort imprudente, a tenté de jouer sur tous les tableaux au point de s'y perdre elle-même. Sans doute l'a-t-elle bien cherché... mais bon...

    On pourrait donc se réjouir de l'initiative et considérer que tout ce qui rapproche est bon à prendre. Et en même temps, comment ne pas douter de la sincérité du rendez-vous annoncé ? En effet, qu'est-ce qu'un colloque parisien va bien pouvoir changer à la situation qui prévaut actuellement entre les frères de la GLNF et du GODF, lesquels ne peuvent toujours pas - du moins officiellement - se fréquenter en loge ? La réponse va de soi, me semble-t-il. Elle tient en un mot : rien. Car oui, il ne faut rien en attendre si ce n'est un coup médiatique sans lendemain.

    Je crains donc que les francs-maçons (quelles que soient leurs obédiences) soient les seuls dindons de cette farce et que l'hypocrisie ait encore de beaux jours devant elle.

     

    Lien permanent Catégories : Obédience
  • CMF, soumission et pathologie d'appareil

    Imprimer

    Lu sur Hiram.be cette réaction de Michel Barrat, ancien Grand Maître de la Grande Loge de France :

    "Je ne suis pas surpris que la GLDF cherche à élargir ses relations, y compris avec des obédiences qui s’inscrivent dans la régularité à l’anglaise, mais le problème c’est qu’il faut alors le faire en relation d’égalité avec ces obédiences, et non pas en se soumettant à leurs principes. Pour moi, c’est une évidence. Si nous avions modifié notre Constitution, nous nous serions soumis à leurs principes. Je ne comprends pas. C’est là le vrai souci."

    Michel Barrat a utilisé le mot juste : soumission. On peut en effet réduire l'aventure rocambolesque de la Confédération Maçonnique de France (CMF) à ce seul terme. Soumission. Ce processus, présenté de manière hypocrite pendant de longs mois, allait insidieusement amener la GLDF à renier son histoire et ses spécificités pour faire allégeance aux principes de la régularité anglo-saxonne dans l'espoir de recueillir les avantages d'une reconnaissance maçonnique internationale. 

    J'y ajouterai un autre terme : pathologie. Car ce qui s'est passé illustre aussi la pathologie d'appareil, à moins qu'il ne s'agisse tout simplement de la pathologie de certains individus. Je n'invente rien et cite cet autre passage de Michel Barrat :

    "D’un côté on écrivait des textes où l’on disait vous n’avez plus le droit de visiter le GODF et les obédiences libérales, mais d’un autre on disait on ne peut pas vous en empêcher mais si vous le faites vous serez simplement parjure à votre serment. Ce n’est pas d’une honnêteté intellectuelle totale. Après on a accusé des Frères qui comme moi ont dénoncé cela de manquer à leurs serments. C’est invraisemblable…"

    Invraisemblable. Oui. Sans aucun doute. Tellement invraisemblable même que cela en devenait absurde et fou. Pathologique donc. Il suffit de relire la fameuse circulaire 35 diffusée le 7 mai 2014 par le Conseil fédéral et à laquelle Barrat fait implicitement allusion. On y coupe les cheveux en quatre. On y dit ne pas vouloir de rupture avec les autres Obédiences françaises tout en insistant lourdement sur les caractéristiques des "tenues initiatiques" ou "rituelles" des loges de la GLDF (sous-entendant qu'il n'y en aurait pas en dehors des Obédiences formant la CMF). C'est au mieux de la casuistique, au pire des éléments d'un discours sectaire à des années lumière de ce que la GLDF a toujours été.

    Je n'insiste pas davantage sur cet aspect et n'entends pas accabler outre mesure la GLDF car il faut avoir l'humilité, sinon la lucidité, de reconnaître qu'aucune Obédience n'est à l'abri de subir, un jour, pareille dérive pour n'importe quel motif. Il faut donc se défier de tous ces intégristes en tablier, souvent incultes et prétentieux, qui passent le plus clair de leur temps à expliquer aux autres la "bonne" façon de comprendre et de pratiquer l'Art royal. Nombre d'entre eux réduisent les rites à leurs petites manies et confondent initiation et conversion à un ordre religieux, spécificités et reconnaissance. Ils sont occupés à dresser des typologies ou des classifications, à distribuer les bons et les mauvais points, à séparer le bon grain de l'ivraie, à mettre des barrières, à exclure et, finalement, à saper les fondements de l'Ordre qui reposent pourtant sur une expression que tout maître maçon connaît : réunir ce qui est épars.