Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

charles cousin

  • La régularité maçonnique ou la tyrannie du « cant »

    Imprimer

    galles.jpgLe F Charles Cousin, président du Conseil de l'Ordre du Grand Orient de France (G∴O∴D∴F∴), s'était assigné la tâche de renouer avec la Grande Loge Unie d'Angleterre (GLUA) et de lever le malentendu résultant de la décision conventuelle de 1877.

    Cousin admirait le Prince Edouard de Galles, GM de la maçonnerie anglaise. Il pensait trouver en lui un interlocuteur suffisamment intelligent pour comprendre que la décision du Convent du GODF n'avait jamais été une profession d'athéisme.

    Avant d'écrire à cet illustre F, Charles Cousin confia avoir examiné longuement le portrait du jeune aristocrate. De cet examen, il avait conçu quelque espoir d'une solution favorable. En effet, rien, dans ce beau visage d'élégant quadragénaire, si ouvert, si sympathique, ne lui rappelait « le cant », cette notion anglaise qui désigne l'attitude moralement hypocrite consistant à donner en société l'apparence d'une haute sévérité de moeurs. Il faut dire que le prince Edouard, noceur et queutard invétéré, était un habitué des nuits parisiennes.

    Le F∴ Cousin adressa donc un courrier au GM de la GLUA le 28 novembre 1884 dans lequel il rappela le sens du vote de 1877.  

    « La Franc-Maçonnerie française reste ce qu'elle a toujours été, une association fraternelle et tolérante. Respectant la foi religieuse et politique de ses adeptes, elle laisse à chacun, dans ces délicates questions, la  liberté de sa conscience. Travaillant en vue du perfectionnement moral et intellectuel des hommes et de leur bien-être, elle ne demande, à ceux qui veulent être admis dans son sein, que les sentiments d'honnêteté et d'amour du bien qui  leur permettent de coopérer utilement à son œuvre de progrès et de civilisation. »

    Le Prince de Galles répondit à Cousin le 12 janvier 1885 par l'intermédiaire du F∴ Shadwell H. Clerke, son grand secrétaire.

    « La Grande Loge d'Angleterre n'a jamais supposé que le Grand-Orient ait voulu faire profession formelle d'athéisme et de matérialisme ; mais la Grande Loge d'Angleterre soutient et a toujours soutenu que la croyance en Dieu est la première grande marque de toute vraie et authentique Maçonnerie, et qu'à défaut de cette croyance professée comme le principe essentiel de son existence, aucune association n'est en droit de réclamer l'héritage des traditions et des pratiques de l'ancienne et pure Maçonnerie. »

    3696247722.jpgCousin essuya donc un refus ferme mais avec les formes qui siéent aux gentlemen bien éduqués. Il fit l'expérience de la puissance tyrannique du cant, ce non possumus paradoxalement emprunté à l'infaillibilité papale par les ennemis les plus acharnés du pape. Il fut obligé de constater que même le jovial Edouard (le futur Edouard VII) n'osa s'en débarrasser, sans doute pour ne pas indisposer les vieux rombiers conservateurs attachés au respect idolâtrique des formes qui composaient alors son entourage maçonnique immédiat.

    Il convient d'ailleurs de rappeler que c'est à cause du « cant » - cette notion bizarre - que la porte de la Chambre des Communes avait été longtemps fermée à deux élus de la nation pourtant régulièrement élus, au seul motif qu'ils avaient refusé, l'un et l'autre, de prêter serment sur l'Evangile et de faire profession de foi chrétienne. Le premier était juif, Lionel-Nathan Rothschild. L'autre était athée, Charles Bradlaugh. 

    La perfide Albion, que l'on dit pourtant libérale, n'a en réalité jamais badiné avec les formes chaque fois que ça pouvait l'arranger. Plus encore, l'Angleterre victorienne du XIXe siècle, foyer de la révolution industrielle en Europe, s'est toujours montrée impitoyable à l'égard de tous ceux qui ne cadraient pas avec les valeurs étriquées de la bonne société britannique (les républicains, les libres penseurs, les non chrétiens, les révolutionnaires, les ouvriers, les pauvres, les homosexuels, les gens de couleur, etc.).

    Charles Cousin en fit l'amère expérience au nom et pour le compte du GODF, obédience maçonnique pourtant parfaitement régulière fondée en 1773, donc structurellement plus ancienne que la GLUA née, elle, en 1813. La mésaventure du F Cousin souligne, une fois de plus, l'hypocrisie de la soi-disant régularité maçonnique, expression du « cant » anglais. La régularité cache en réalité de solides préjugés politiques.

    « Le cant » - cette hypocrisie de comportement - n'a jamais empêché les britanniques de faire preuve d'adaptation et de pragmatisme chaque fois que cela s'avérait nécessaire pour résoudre un problème ou pour se sortir d'une situation délicate et embarrassante. C'est ce pragmatisme qui a conduit les pouvoirs publics à modifier le serment des parlementaires pour ne pas porter atteinte à la liberté de conscience des députés (cf. l'encadré jaune ci-dessous). C'est également ce pragmatisme qui a conduit la pourtant très conservatrice GLUA à abandonner, en 1986, toute mention des châtiments physiques du texte du serment de l'apprenti maçon s'alignant ainsi sur une mesure prise dès 1858 par le GODF.

    A mon avis, on ne pourra jamais pleinement comprendre l'apparente rigidité de la G∴L∴U∴A∴ et notamment son attachement obsessionnel à la croyance obligatoire en Dieu, si on ne tient pas compte de ses préjugés idéologiques hérités du dix-neuvième siècle, qu'elle a pris soin de camoufler hypocritement sous des formes et des usages soi-disant traditionnels.

    Que peut-on en conclure ? Que le F∴ Charles Cousin avait tout simplement oublié qu'il n'était aux yeux des maçons britanniques qu'un petit républicain amoral car libre penseur, de surcroît citoyen d'un empire concurrent hostile aux têtes couronnées et le dignitaire d'une obédience suspectée de complaisance à l'égard des rougesQuoi qu'il en soit, la maçonnerie du GODF n'a nullement souffert de l'intransigeance de la maçonnerie d'outre-Manche. Et puis comme l'écrivait le F∴ Stendhal (cf. De l'amour, liv. II, ch. 46) : « Rien n'éloigne davantage des deux grands vices anglais, le cant et le bashfulness (hypocrisie de moralité et timidité orgueilleuse et souffrante)» 

    rtohlaugh.jpgL'exemple surprenant de Lionel-Nathan Rothchild. Candidat libéral pour l'élection à la Chambre des communes en 1847, il ne put y siéger en raison de l'opposition de la Chambre des Lords. Il se représenta en 1849 et se heurta, une nouvelle fois, à la même opposition. Faisant preuve d'une belle audace, elle s'y rendit pour y siéger mais refusa de prêter le serment réglementaire en raison de sa judéité. Le serment prévoyait en effet que le parlementaire s'engage sur « sa vraie foi de chrétien ». Le jeune parlementaire avait été donc prié de rentrer chez lui. En 1853 il s'obstina et se représenta devant le suffrage universel. Il fut élu avec le soutien du parti libéral qui exigea alors la modification du serment du parlementaire. En 1858, après onze ans de bataille juridique, le serment fut enfin modifié et le parlementaire put enfin siéger !

    Le cas de Charles Bradlaugh est similaire. Celui-ci n'était pas juif mais athée. Il fut élu en 1880 et se heurta à son tour au fameux serment du parlementaire qui, bien que modifié suite à l'affaire Rotschild, continuait à comporter la formule « So help me God » (avec l'aide de Dieu). Bradlaugh refusa de prêter serment au nom de son athéisme et de son attachement à la libre pensée. Il en résulta une bataille juridique de huit ans. En 1888, le serment fut finalement remplacé par un engagement solennel d'allégeance ainsi rédigé : « Je, (nom du député), jure que je serai fidèle et porterai vraie allégeance à Sa Majesté la reine/ le roi (nom du souverain). »

  • Donner du temps au temps

    Imprimer

    3696247722.jpgLe F∴ Charles Cousin, dont j'ai parlé dans ma note précédente, avait adressé, le 21 septembre 1885, une lettre à toutes les LL∴ du G∴O∴D∴F dans laquelle il annonçait sa démission de la présidence du Conseil de l'Ordre.

    Je ne résiste pas au plaisir de vous en reproduire la conclusion car elle contient une leçon que nous, francs-maçons, devrions tous méditer 130 ans plus tard :

    « Un dernier mot, mes amis, et j'ai fini. Certains candidats, - et je sais que des Maçons se sont laissé prendre à leurs promesses -, certains candidats vous demandent de les nommer pour faire décider et réaliser sans délai la séparation des Églises et de l'Etat : ces hommes qui prétendent refaire en vingt-quatre heures la vieille France, sans tenir compte des droits et des sentiments intimes de sa plus belle moitié, ces hommes se trompent, ou vous trompent. Pour accomplir, sans des déchirements dangereux pour la République, cette réforme indispensable et dont le principe est admis par tous les esprits vraiment libéraux, il faut encore quelques années de préparation et c'est précisément, mes Frères, à cette préparation que la Maçonnerie est en situation et a pour devoir de donner le concours le plus persévérant et le plus énergique.

    Avant tout, réformons et développons l'instruction et l'éducation des femmes, « tout le reste nous viendra par surcroît ».

    C'est le mot de la fin, mes Frères. Si cette homélie, la dernière de votre vieil ami, ne vous a pas trop ennuyés, et si vous l'avez lue jusqu'au bout, recevez ici l'accolade cordiale et fraternelle du Frère Charles Cousin ».

    Attention ! Une lecture trop rapide pourrait induire en erreur. Le F∴ Charles Cousin n’était pas défavorable à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Il ne prétendait pas qu’elle était impossible à réaliser. Il pensait simplement que les esprits, en 1885, n'étaient pas encore mûrs. En effet, à cette époque, les lois constitutionnelles de la troisième République avaient à peine dix ans d’existence. Le nouveau régime parlementaire républicain était fragile. Les forces réactionnaires (l’église catholique romaine, les monarchistes et les bonapartistes) étaient puissantes et ne rêvaient que de revenir au pouvoir pour restaurer l’ordre ancien. Cousin redoutait donc qu’une mise en œuvre précipitée de la séparation de l’église et de l’Etat n’entraînât le désordre et la contestation de la jeune République. Pourtant, en écrivant cette lettre d’adieu, Charles Cousin savait pertinemment que le G∴O∴D∴F∴ était en pointe du combat laïque, notamment à l’école publique qui était devenue gratuite et obligatoire en 1881 grâce au F∴ Jules Ferry. Il pensait, comme beaucoup d'hommes de son siècle, que l'éducation des femmes permettait d'amoindrir l'emprise des curés sur les foyers. Il voulait donc simplement que l'on donne du temps au temps et que le travail maçonnique ne soit pas perturbé par les jeux politiques, certes essentiels mais souvent à courte vue. On ne refait pas la vieille France en vingt-quatre heures, écrivait-il. Cousin est décédé en 1894. Il n'a pas vu l'accomplissement de la séparation le 9 décembre 1905, mais il était convaincu qu'elle surviendrait inévitablement un jour car elle s'inscrivait dans un dynamisme historique. Il a donc fallu attendre vingt ans, c'est-à-dire finalement l'avènement d'une nouvelle génération, pour que la séparation devienne une réalité juridique. Le F∴ Cousin a ainsi rappelé, avec lucidité, les vertus de la patience, de la rigueur et de l'observation du corps social, loin des postures politiciennes. Le travail maçonnique s'effectue sur le long terme au sein des loges, pas sur le forum où les mandataires publics font surenchère de promesses. Fais ce que dois, advienne que pourra.

     

  • Sous la porte cochère du Grand Orient

    Imprimer

    4269534018.jpgLa scène suivante s'est passée à Paris, sous la porte cochère de l'Hôtel du Grand Orient de France, au numéro 16 de la rue Cadet. Probablement dans le courant de l'année 1885. Elle est racontée par le F∴ Charles Cousin (Charles Cousin, Racontars illustrés d'un vieux collectionneur, par l'auteur du "Voyage dans un grenier", éd. Librairie de l'art, Paris, 1887, pp. 38 et suivantes). Elle s'intitule "Francs-Maçons et Voyoucrates".

    "Six heures du matin. Le Frère GRIMLER, alsacien, Gardien de l'Hôtel, fume sa vieille pipe sur le pas de la porte, en petite tenue du matin. A deux pas de lui, sur le trottoir, GUGUSSE, la casquette à trois ponts sur l'oreille, le contemple d'un air engageant.

    GRIMLER, rébarbatif : As-tu bientôt fini de me reluquer, feignant ? Allons, passe ton chemin !

    GUGUSSE. C'est-y vous qu'êtes le portier de c'te boîte ?

    GRIMLER. Il n'y a pas de portier ici, crapule ! Je suis le Frère gardien du Grand-Orient, et je vais t'apprendre la politesse.

    GUGUSSE, respectueux et insinuant (il a remarqué la carrure imposante du Frère gardien) : Et pourquoi donc que vous me taperiez dessus ? J'ai une commission que papa m'a donnée pour
    votre boutique, et je viens aux renseignements.

    GRIMLER. Qu'est-ce qu'il fait, ton papa ?

    GUGUSSE. Nous travaillons ensemble. Le jour, on ramasse les bouts de cigare et on ouvre la portière aux aristos ; le soir on fait la recette à la porte des réunions publiques, et on travaille du battoir, quand c'est un bon bougre qui tient le crachoir.

    GRIMLER. C'est du propre !

    GUGUSSE, furieux. De quoi! espèce de larbin! as-tu fini de me mécaniser ? Dis-moi plutôt ousque je pourrai parler à ton grand Chef : c'est pour lui que papa m'a insinué une commission.

    GRIMLER. Notre grand Chef ! Connais pas.

    GUGUSSE. Ton président, que je veux dire. C'est-y pas comme ça que vous l'appelez ?

    GRIMLER. Nous n'en avons plus , pour le quart d'heure.

    GUGUSSE. Eh ben ! l'ancien alors, s'y n'a pas cassé sa pipe. Un vieux, qu'on m'a dit, avec une grosse tête blanche, et tondu à la malcontent. C'est-y ça?

    gugugsse.jpgGRIMLER. Le Frère Cousin ! Il n'est pas venu ici depuis cinq mois. Va le trouver chez lui, si tu veux.

    GUGUSSE. C'est-y vrai, dites, qu'y s'est vendu au Gouvernement, pour embêter les anarchisses ? Y paraît qu'y tartine contre nous , ce bougre-là , dans les gazettes , et qu'y s'a permis de blaguer les réunions publiques. Tu peux y dire que p'pa et moi, nous lui ferons la conduite, la première fois qu'y viendra à Belleville.

    GRIMLER, se contenant. Va toujours! j' t'écoute.

    GUGUSSE. y paraît qu'y blague aussi, dans sa circulaire, ces rossards de radicaux; c'est moi qui m'en bats l'œil! Des sales bourgeois comme eusses et comme ton Cousin, y n'en faut pus, mon vieux, c'est moi qui te le dis! Des jouisseurs, des richards, des exploiteurs du pauvre peup', des gavés, des aristos! Tout ça , et leur Rochefort, et leur Clemenceau, et ce gueux de Tolain surtout le renégat ! tout ça, ain soir en étouffant son perroquet, tout ça c'est de la marchandise pour Bondy ; au dépotoir tas de pourris, au dépotoir ! en attendant la justice du peup, qui te les collera au mur, et pus tôt que pus tard, mon vieux Pipelet!

    GRIMLER. Alors , vous êtes bien décidés, ton papa et toi, à casser les reins au Frère Cousin ?

    GUGUSSE. Fallait pas qu'y y aille! Pourquoi que ce mauvais bou défend à ses frères de voter pour papa et pour les amis ? Faut avoir des rentes maintenant, qu'y dit, pour être député , ou bien prouver qu'on gagne sa pauvre vie en travaillant, comme qui dirait, tous les jours. Malheur en v'là un ami du peup'. On t'en flanquera, mon bonhomme, des ouvriers modèles , qui font seulement pas le lundi avec les camarades!. Malheur! que je te dis, Pipelet. Tu peux l'y aller dire à ton Cousin , son affaire est dans le sac à Bibi ! Dis-moi seulement ousqu'on le rencontre.

    GRIMLER. Tiens! justement, le voici qui vient, derrière toi, sur le trottoir.

    (Gugusse a l'imprudence de se retourner et de faire le jeu de son interlocuteur. Un coup de botte formidable l'enlève à deux pieds du trottoir.)

    Pardon! lui dit GRIMLER, ce n'est pas le Frère Cousin. Je m'étais trompé. Si vous voulez l'attendre dans ma loge, nous continuerons notre petite conversation.

    GUGUSSE, écumant : Merci ! je te revaudrai ça, espèce d'hercule ! Toi et tes francs-maçons, je vous...

    Fin du Dialogue.

    MORALITÉ.

    Un pur trouve toujours un plus pur qui l'emm... argue !"

    _______________

    Un jeune anarchiste, surnommé Gugusse (le clown), vient au Grand Orient de bon matin pour exprimer son mécontentement à Charles Cousin à l'époque président du Conseil de l'Ordre. Il lui reproche son hostilité au mouvement anarchiste. Le dialogue ne permet pas de déterminer ce que le titi des rues parisiennes reproche exactement au "chef" du Grand Orient. On imagine que Charles Cousin avait publiquement soutenu le gouvernement (celui de Ferry ou de Brisson) dans ses critiques du mouvement anarchiste, très actif à l'époque. Les anarchistes prônaient la propagande par le fait, c'est-à-dire une stratégie politique alliant le discours politique au terrorisme, au sabotage, à la reprise individuelle, etc. Nous sommes probablement à quelques semaines des élections législatives d'octobre 1885.

    A six heures du matin, Cousin n'est pas là. Le jeune révolutionnaire tombe donc sur Grimler, le concierge de l'hôtel de la rue Cadet (le F∴ Servant comme disent les francs-maçons). Un colosse bien bâti qui prie le jeune garçon de passer son chemin. S'ensuit le dialogue ci-dessus, manifestement imaginé par Cousin qui n'a pas assisté à la scène et qui s'est sans doute fié au rapport de Grimler. Le ton monte rapidement. Le gringalet est nerveux. Il menace. Il invective. Grimler use alors d'un subterfuge pour détourner l'attention de Gugusse, lui flanquer un grand coup de pied au cul et précipiter la fin d'une conversation sans issue.

    Cousin en tire la leçon suivante : "Un pur trouve toujours un plus pur qui l'em... argue !" La tournure a vieilli et l'on sent que Cousin avait fait ses humanités latines. Nous dirions aujourd'hui plutôt: "Un dur finit toujours par trouver un plus dur que lui qui l'emmerde et conclut" (ici arguer = conclure). Ou mieux : "Qui va à la baffe prend la baffe."

    Cousin.jpgQui était le F∴ Charles Cousin ? Charles, Marie, Gabriel Cousin est né à Avallon dans le département de l’Yonne, le 15 avril 1822.

    Il fit ses études à Paris, au lycée Louis-le-Grand. Brillant élève, il fut lauréat du Concours général. Ses études achevées, Cousin intégra le ministère de l’Instruction publique en 1843, puis la Compagnie des chemins de fer du Nord en 1846 où il fit toute sa carrière professionnelle et dont il finit par devenir le directeur d’exploitation.

    Charles Cousin est un personnage important de la franc-maçonnerie du XIXe siècle, très injustement oublié aujourd’hui, comme c’est souvent le cas, hélas, des personnages remarquables. Vénérable de la R∴L∴ La Clémente Amitié à l’O∴ de Paris, il présida la cérémonie d’initiation d’Emile Littré, Honoré Chavée et Jules Ferry en 1875. Il est ensuite devenu président du Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France de 1883 à 1885. Il en démissionna juste avant les législatives d'octobre 1885 pour protester contre les attaques portées par les radicaux contre son ami Jules Ferry. Cousin n'entra jamais en politique et refusa toutes les sollicitations à ce sujet.

    Charles Cousin, aux dires de ses amis fidèles, était un homme jovial et plein d'esprit. Il aimait rire et se surnommait volontiers "le Toqué". Mais comme toujours, les plus rigolos sont souvent ceux qui dissimulent les pensées les plus profondes et l’humanisme le plus généreux. C'est ainsi qu'il conçut l’idée d’une Encyclopédie populaire illustrée qu’il pensa faire distribuer gratuitement au plus grand nombre possible d’écoles. Il n’en eut pas le temps. La mort le surprit à Pont-à-Mousson le 16 septembre 1894.

    Le F∴ Cousin était enfin un grand collectionneur et un bibliophile averti. Il présidait la société des amis du livre. Contrairement à ce qu'on lit parfois, Charles Cousin n'a jamais été le conservateur du musée Carnavalet de Paris. Il ne doit pas être confondu avec Jules Cousin (1830-1899).