Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

capitaine henri mollin

  • L'affaire des fiches (1) : la trahison de Bidegain

    Imprimer

    bidegain.jpgJe voudrais dire aujourd'hui quelques mots sur la fameuse « affaire des Fiches », appelée aussi parfois « affaire des casseroles », qui a éclaté fin octobre 1904. Cette affaire est restée dans les mémoires probablement comme le scandale politico-maçonnique français par excellence et comme la caricature de la collusion entre le Grand Orient de France et les institutions de la troisième République. Pourtant, à bien y regarder, la réalité est plus nuancée et le scandale doit être fortement relativisé eu égard au contexte historique.

    Il convient de rappeler que cette affaire résulta de la trahison d'un homme, Jean-Baptiste Bidegain, à l'époque secrétaire-adjoint du Grand Orient de France. On a pu croire que cette trahison avait été essentiellement motivée par des raisons financières. Il est vrai que Bidegain avait vendu une série de documents ou de copies de documents, dérobés aux archives du Grand Orient, à la Ligue de la Patrie Française, présidée par le député nationaliste Gabriel Syveton, pour la somme de 40 000 francs (soit environ 100 000 € actuels). Cependant, cette somme apparaissait surtout dans l'esprit de Bidegain comme un dédommagement car celui-ci savait qu'il perdrait immédiatement son emploi au Grand Orient une fois son indiscrétion révélée. Elle avait été donc calculée et négociée comme telle. Mais la trahison du secrétaire adjoint du Grand Orient reposait aussi sur d'autres considérations infiniment plus futiles que le désir d'obtenir un dédommagement financier. C'est ce que Bidegain, fort ingénument d'ailleurs, confia lui-même au quotidien antisémite La Libre Parole en janvier 1905. Il y expliqua que Narcisse-Amédée Vadecard, secrétaire général du Grand Orient, avait l'intention de quitter ses fonctions dans le courant de l'année 1901. Il convoitait la place laissée vacante qu'il estimait lui revenir de droit, mais le Conseil de l'Ordre lui préféra le commandant Nicolas Pasquier. Il en éprouva donc le plus vif ressentiment et décida alors de livrer des documents aux ennemis de la maçonnerie (cf. L'Humanité, 21 janvier 1905).

    Parmi ces documents, il y avait de la correspondance ordinaire adressée aux loges et des documents administratifs internes à l'obédience. Il y avait aussi des fiches de renseignements que le général Louis André, alors ministre de la Guerre, avait fait demander au Grand Orient par l'intermédiaire du capitaine Henri Mollin, en vue d'une épuration de l'armée de ses éléments les plus cléricaux. En effet, l'état major des armées françaises, au début du vingtième siècle, était une pépinière d'officiers à particule, monarchistes et catholiques qui phagocytaient tous les postes de commandement. Il faut se rappeler aussi que l'affaire Dreyfus n'était pas achevée et que l'armée avait mis tout son poids pour empêcher la révision du procès de Rennes et la réhabilitation du jeune capitaine français de confession juive. La Grande Muette représentait clairement un danger potentiel pour la démocratie et les libertés publiques. Il fallait donc s'assurer de la loyauté de ses chefs et favoriser l'avancement des militaires républicains bloqué par les commissions de classement aux mains des officiers cléricaux.

    - A suivre. L'affaire des fiches (2) : le rôle du Grand Orient -