Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bruxelles

  • Arthur Haulot ou l'amour d'aimer

    Imprimer

    haulot.jpgL'arrière-grand-père de ma compagne est un martyr de la Résistance. Sa fille, la grand-mère donc, sachant que j'aimais l'histoire et écouter ses souvenirs de jeunesse, m'a donné toute la série de Christian Bernadac parue à la fin des années 60 et consacrée à la déportation.

    Un de ces livres évoque ces médecins allemands, ces professeurs d'Université, ces scientifiques choisis par Heinrich Himmler, acceptés par Adolf Hitler, qui renièrent toutes les règles déontologiques de leur profession et pratiquèrent des expériences absolument abominables sur des déportés voués à l'esclavage ou à l'extermination.

    Parmi ces déportés, le belge et militant socialiste Arthur Haulot. J'ai été saisi de lire ce qui lui était arrivé lorsque le médecin SS Plottner du camp de concentration de Dachau lui avait administré de hautes doses de mescaline, un puissant vaso-dilatateur.

    Hitler, dans sa paranoïa, espérait beaucoup de cette substance pour faire parler tous les ennemis du régime lors des interrogatoires. Haulot avait donc été un des cobayes de ce criminel SS adepte des nouvelles drogues et des traitements médicaux absurdes. Lui-même en parlait avec distance, presque scientifiquement, ce qui témoigne non seulement d'une très grande force de caractère mais aussi d'une lucidité peu commune (cf. C. Bernadac, Les médecins maudits, éd. France-Empire, Paris, 1967, p. 82 et suiv.).

    « J'estime que les expérience faites à Dachau ont démontré ceci :

    1. L'absorption du produit, surtout si elle se fait sans que le patient en ait conscience, doit immanquablement amener chez lui un état d'affolement qui le prive, au plus fort de la crise, de toute espèce de résistance spirituelle.

    2. On peut obtenir du patient, dans ces conditions,je ne dirai pas n'importe quel aveu, mais n'importe quelle déclaration.

    Sans doute, par hasard, peut-on obtenir que le patient dévoile une vérité qu'il voudrait cacher mais, beaucoup plus généralement, on obtiendra simplement de lui qu'il souscrive à n'importe quelle accusation portée contre lui, même la plus invraisemblable, parce que son seul désir n'est pas du tout de se débarrasser d'un secret, mais bien plus simplement d'échapper à la souffrance intolérable que lui cause l'obligation de s'isoler du rêve créé par la drogue.»

    Oui, j'en ai été saisi parce que j'ai brièvement côtoyé Arthur Haulot au sein de la loge bruxelloise Action et Solidarité n°1 du Grand Orient de Belgique. Jeune expatrié, j'avais en effet atterri par hasard dans cette loge que j'ai visité ensuite assez régulièrement avant de m'affilier à une autre. Et c'est là que j'y ai croisé cet homme qui était pour moi à l'époque un parfait inconnu. En effet, j'ignorais tout de lui, de son parcours politique, de ses engagements. J'ai vite appris qu'il s'agissait de quelqu'un d'important, une sorte de conscience de gauche si l'on veut (car l'expression est galvaudée), mais rien de plus.

    Ce qui m'avait frappé chez lui, c'était son extraordinaire jeunesse d'esprit et son ouverture aux autres. Comment ne pas être intrigué par cet homme qui avait tardivement accepté d'entamer une démarche maçonnique ? Je revois encore ce grand chauve au regard pénétrant malgré des problèmes oculaires, fort gaillard en dépit d'un âge respectable, ceint de son tablier d'apprenti ou de compagnon (je ne sais plus), écoutant sagement les instructions, les morceaux d'architecture et les interventions sur les colonnes.

    Quoi qu'il en soit, comment aurais-je pu imaginer que ce grand corps, près duquel je me suis trouvé sur la colonne du nord, avait enduré de telles souffrances ? Ça fait drôle de se dire que l'on a croisé quelqu'un d'aussi courageux et d'aussi modeste. Et surtout doté d'une telle énergie vitale ! Je me souviens en particulier de son inquiétude devant les résurgences de l'extrême droite en Europe (notamment le Vlaams Blok en Belgique et le FN en France). 

    Arthur Haulot est passé à l'orient éternel en 2005. 

    christian bernadac,bruxelles,belgique,franc-maçonnerie,nazisme,résistance,arthur haulot,gobJE NE VEUX PAS QUITTER TA MAIN

    C’est avec la fraîcheur de source de ta paume
    que je veux avancer le plus, le plus loin
    plus loin qu’il me sera par les dieux accordé
    de vivre et de lutter
    tu es la joie plus haute de mon âme,
    le feu plus pur de mon combat, de mon envie
    de ma volonté de roc et de roseau
    d’emmener l’homme vers l’avenir

    Je ne veux pas quitter ta main

    S’il devait advenir que tu me laisses sans cette joie
    qui coule dans mon sang à remonte courant
    vers le centre lui-même, et l’âme, et l’espérance
    c’est le sens impalpable de ma destinée
    qui s’assécherait
    comme le ruisseau détourné de sa source

    Je ne veux pas quitter ta main

    J’ai besoin de l’amour quoi sourd à chaque instant
    de ce creux de ta paume,
    de la pointe des doigts,
    du destin ignoré des lignes arabesques
    tracées à même peau pour dire le destin

    Je ne veux pas quitter ta main

    Tant que j’aurai ta main dans la mienne soudée
    je serai le lutteur ironique et puissant
    s’imaginant peut-être incurver des données
    du malheur des humains
    je serai celui-là qui tient haute la tête
    quand les vents les plus noirs soufflent sur la forêt,
    quand le cœur s’épouvante aux colères des dieux
    Je serai celui-là qui sait s’amenuiser
    jusqu’à l‘ombre de soi
    mais tient le seul filin qui rattache la terre
    à l’espoir du matin .

    Je ne veux pas quitter ta main

    Ta main m’est talisman de durée et de rêve,
    certitude opposée à tous les démentis
    à toutes les faiblesses,
    à tous les abandons.
    Pour tout ce qui m’exalte et qui me justifie
    pour tout ce que je veux être encore demain.
    pour ce monde à jamais à toujours découvrir
    pour ces espoirs jetés en avant du malheur

    pour cette flamme encore à brûler dans mes veines
    pour ce chant espéré attendu et voulu
    pour cette simple foi de charbonnier candide
    pour cet amour d’aimer qui emporte mes pas

    Je ne veux pas quitter ta main.

    - Arthur Haulot -

  • A la recherche du GOB

    Imprimer

    GOB, Belgique, franc-maçonnerie, ego, bruxelles,Je dois beaucoup à la franc-maçonnerie belge que j'ai activement fréquentée de 1994 à 2005. J'en conserve des amitiés, de nombreux souvenirs et, surtout, un certain état d'esprit d'indépendance et de recherche (j'y reviendrai). Je me souviens en particulier de la première fois où, jeune compagnon du Grand Orient de France, j'étais parti à la recherche du siège du Grand Orient de Belgique. 

    Quelle galère mes amis ! Je m'étais planté bien comme il faut. Tout d'abord - et je ne sais plus pourquoi - j'étais allé me perdre dans Laeken, l'une des dix-neuf communes de l'agglomération bruxelloise. J'avais ensuite sillonné en long et en large l'avenue de Laeken à Jette, autre commune bruxelloise, sans trouver ce que je cherchais. Et pour cause ! Ce n'était vraiment pas le bon endroit...

    Ce n'est qu'après que je me suis rendu compte qu'il existait à Bruxelles-Ville une rue de Laeken non loin de la place de Brouckère. Je m'y suis donc rendu le coeur battant. Et là déception !... Rien. J'avais pourtant sur moi un petit bout de papier que j'avais griffonné. C'était pourtant bien le numéro 79. Je m'attendais à une façade, peut-être pas dans le style de la rue Cadet, mais au moins avec une plaque ou quelque chose qui aurait pu dissiper mes doutes. « Mais nenni hein ! » comme disent les liégeois. Rien du tout. Une « bête porte » avec une sonnette. C'était là que vivait un certain M. GOB (sans doute un flamand). Etait-ce donc le bon endroit ? Comment en être sûr ? L'annuaire téléphonique était muet. Internet était embryonnaire. Je n'allais tout de même pas interroger les passants...

    Il devait être 19h00. J'avais faim. J'avais bougé dans la ville toute la journée. J'avais donc décidé de me poster pas très loin afin de voir les allées et venues. Très rapidement, je remarquai l'arrivée d'hommes d'âge mûr dont certains portaient le smoking et ouvraient sans hésitation la grosse porte. Quelques uns se faisaient la bise ou se tapaient sur l'épaule en rigolant devant l'entrée. C'était sans doute là... J'étais un peu rassuré. J'avais trouvé l'endroit, très surpris de l'étonnante discrétion de la plus importante des obédiences maçonniques belges.

  • Communiqué d'obédiences maçonniques belges

    Imprimer

    obedbelges.jpg

    COMMUNIQUE D'OBEDIENCES MAÇONNIQUES BELGES

    A LA SUITE DES ATTENTATS A BRUXELLES DU 22 MARS 2016

    Les Obédiences maçonniques belges condamnent les lâches attentats de ce mardi et présentent leurs condoléances émues aux familles endeuillées.

    Nous ne restons pas inactifs, parce que nous voulons déjouer la tentation des replis communautaristes.

    Pour cela, nous estimons nécessaire de développer un dispositif d'instruction qui dispense une culture ouverte à l'universel et qui émancipe la capacité de raisonner de manière autonome en fournissant des références non partisanes.

    Il est urgent de se mettre autour de la table et de travailler avec tous les intervenants pour assurer une vraie éducation pour tous qui est le seul moyen de donner une chance à tout le monde et ainsi de permettre aux jeunes de prendre leurs responsabilités, de faire leurs propres choix et surtout de pouvoir penser seuls.

    Tel est l'enjeu de l’idéal de la Franc-maçonnerie dont on peut mesurer pleinement l'actualité dans un monde déchiré, sollicité par les revendications identitaires, menacé par les dérives communautaristes.

    Il s’agit aujourd’hui de vaincre ensemble la montée des périls et des fanatismes : au fond de ce qui les résume tous, l’intolérance.

    Nous Francs-Maçonnes et Francs-Maçons, au nom de notre conscience, voulons affirmer notre idéal de respect, d’écoute, de diversité.

    Plus que jamais notre société en a besoin, quand la liberté de conscience est décriée, quand les hommes de toutes origines et les croyances de toutes sortes se combattent et tentent de s’éliminer.

    Cette société à créer est possible, mais nous avons besoin d’être rassemblés pour avancer. Ce n’est pas de l’utopie, c’est seulement un projet à long terme.

    Soyons conscients que notre responsabilité est engagée car nous devrons répondre de nos actions devant les générations futures.

    Le Grand Orient de Belgique

    La Fédération belge du Droit Humain

    La Grande Loge de Belgique

    La Grande Loge Féminine de Belgique

    Lithos Confédération de Loges

    __________

    A lire : le communiqué de sept obédiences françaises

  • Le Brésilien de Bruxelles

    Imprimer

    gob,belgique,brésil,régularité,amitié,bruxemmes

    Anecdote vécue dans mon ancien atelier à Bruxelles. C'était au début des années 2000.

    Un Frère du Brésil était venu en visite. Il s'était présenté rue de Laeken au siège du Grand Orient de Belgique. Il était diplomate je crois. Il avait profité d’un petit tour dans la capitale belge pour se rendre en loge. On lui avait ouvert tout simplement la porte. Je me souviens qu'on avait discuté et mangé ensemble avant la tenue. Personne ne s’était aperçu de rien. A commencer par lui. Awel fieu ! un Brésilien !... C'était plutôt rare dans notre loge.

    L'ordre du jour des travaux prévoyait un interrogatoire sous le bandeau. Le frère était surpris. Il me chuchotait à l’oreille avec son accent «Brasil, Brasil » :
    - « Oh, c’est merveilleux, c’est fascinant, chez nous, au Grande Oriente do Brasil, nous n’avons pas ça. Le bandeau n’existe pas. »

    Ensuite, il y avait eu une planche avec débat. Mon Alberto Gil en tablier m'avait dit l’air aussi étonné que ravi :
    - « Oh, c’est merveilleux, c’est fascinant, chez nous, au Grande Oriente do Brasil, nous n’avons pas ça. Les planches n’existent pas. »

    Interventions diverses. Mon Erico Verissimo n’en pouvait plus.
    - « Oh, c’est merveilleux, c’est fascinant, chez nous, au Grande Oriente do Brasil, nous n’avons pas ça. Les interventions n’existent pas. En général, on ne dit rien »

    Puis troisième mi-temps au bar. Nous n'étions pas scheille arrangés, comme on dit à Bruxelles. Nous étions guillerets.

    Et là soudain, entre deux chopes, nous recevons collectivement la lumière : Jorge Amado s’était trompé ! Il croyait être à la Grande Loge Régulière de Belgique ! Och erm ! Le malheureux... Il est tombé dans l'antre du diable. Et on lui a alors expliqué sa bévue. Nous étions de méchants irréguliers non reconnus par la Grande Loge Unie d'Angleterre. Le Brésilien a éclaté de rire, visiblement satisfait de s'être trompé de porte. Il s'était régalé avec nous.

    Puis nous avons tous pris congé…
    - « Alleï le Brésilien, on se fait la bise. Ta carte ? Oh merci, c’est sympa. La mienne ? Désolé l'ami, je n’en ai pas… tiens, je t’écris mon numéro. Au fait, tu me sonnes quand tu veux. »
    - « Il faut que je parlé à ma loge dou bandeau très zintéressant qué j’ai vou. Ça oun très bel coutume. Tou viens quand tou vé à Brasil. »

    Je ne l'ai plus jamais revu bien sûr, mais nous nous étions reconnus comme tels.