Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bibliothèque nationale de france

  • Le F∴ Alain Bauer et les ratiocineurs

    Imprimer

    Le F Géplu de l'excellent Blog Hiram.be m’a signalé la publication d’une note du FAlain Bauer à propos de la conférence internationale qui a eu lieu à Paris, à la Bibliothèque Nationale de France, les 29 et 30 mai 2015. 

    Alain Bauer écrit :

    « Au lieu de se féliciter du choix des américains de choisir Paris, des anglais d’y venir de bonne grâce, des français de les accueillir avec joie, des italiens, espagnols, allemands, suisses, suédois, danois… de venir avec intérêt, on regarde de loin, on critique, on ratiocine. »

    Difficile en effet de ne pas se sentir indirectement visé (*) car j’avais ainsi réagi à un billet du F Pierre Mollier en date du 31 mai 2015 relatant l’événement  :

    « Ces colloques sont sans doute très intéressants et instructifs mais force est de constater que ces rendez-vous sont d’abord des rencontres d’érudits et d’universitaires avant d’être des rassemblements maçonniques. C’est bien beau d’entendre des membres des Quatuor Coronati parler de sujets pointus à la BNF, mais en quoi cela va-t-il contribuer concrètement à un rapprochement franco-britannique ? C’est bien beau de lire ailleurs que Brent Morris du Suprême Conseil des Etats-Unis (Juridiction sud) s’est rendu au GODF pour analyser le manuscrit Francken, mais est-ce que ce frère agit réellement chez lui en faveur d’une reconnaissance du GODF ? Je ne le pense pas. Donc ? On est comme toujours dans une insupportable hypocrisie. A Paris, il y a eu un super colloque . Bravo ! On est ravi. Ravi d’apprendre que Paris est la capitale de la recherche maçonnique. Mais le fait est que l’écrasante majorité des francs-maçons français (qui vit en dehors des limites du périphérique parisien) n’est pas reconnue comme telle par les obédiences dont relèvent ces érudits anglo-saxons toujours empêtrés dans une vision dogmatique de l’Ordre maçonnique. Et ça, quand est-ce que ça change ? »

    Pour Alain Bauer, il semble donc que ce genre d'interrogations relève de la « critique », de la « ratiocination », voire de la « diplomatie de bazar ». Dont acte. Pourtant, j’ai la faiblesse de penser que toutes ces questions, précisément, sont essentielles. Sinon pourquoi le F Bauer aurait-il éprouvé le besoin de réagir contre tous les fâcheux qui critiquent, ratiocinent ou ont l’indélicatesse de ne pas se réjouir bruyamment ?

    Le problème – on l’aura compris – n’est évidemment pas que des maçons érudits se retrouvent à la BNF pour discuter de sujets pointus. Ça tombe sous le sens. Tout ce qui favorise l'échange, le dialogue, est bon à prendre. Le problème, c’est cette hypocrisie insupportable que j’ai dénoncée dans mon commentaire et qui dure depuis bientôt 138 ans (cf. également mes nombreuses notes sur la rupture de 1877).

    Car la réalité est têtue, n'en déplaise au F Bauer. En 2015, sur quelque 150 000 francs-maçons présents en France, moins de 20 % sont reconnus comme tels par les Obédiences anglo-saxonnes auxquelles appartiennent certains intervenants et participants à cette fameuse conférence internationale. En quoi au juste est-il incongru ou malvenu de le relever ?

    Si je me réjouis bien évidemment qu'un chercheur aussi éminent que Brent Morris vienne à la bibliothèque du Grand Orient de France (horresco referens !) pour examiner les manuscrits Francken sous l'oeil d'un blogueur en extase, je ne peux pas non plus m'empêcher de penser que le même Brent Morris avait répondu à Roger Dachez à propos de l'athée stupide et du libertin irréligieux et des soi-disant contorsions intellectuelles des maçons français (je souligne) :

    « Roger, I can't understand them. The question is very simple : do you believe in God ? YES or NO » (**)

    Dès lors, je ne crois pas du tout qu'il soit incongru ou malvenu de s'interroger sur l'organisation de la  « World Conference on Fraternalism, Freemasonry & History » dans notre pays où - il faut le redire - la majorité des FF et des SS n'est pas reconnue comme telle par la majorité des francs-maçons dans le monde parce qu'elle semble avoir le tort, d'une part, d'être ce qu'elle est, et d'autre part, de répondre de façon compliquée à une question simple.

    _________________

    (*) Je n'ai évidemment pas la prétention ridicule d'être, à moi seul, un sujet digne d'intérêt.

    (**) L'anecdote est de Roger Dachez qui l'a racontée sur son blog le 17 septembre dernier. Je n'ai évidemment pas assisté à cette convesation