Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bernard-raymond fabré-palaprat

  • Habemus Papam !

    Imprimer

    Il est des trajectoires personnelles que j’ai bien du mal à comprendre. Celle de Jean Solis en est un exemple parmi d’autres. Je viens en effet d’apprendre que ce franc-maçon érudit, éditeur dans le profane, était occupé à fonder une Eglise Gnostique & Apostolique de la Rose-Croix. Des démarches ont été effectuées pour que cette église soit juridiquement une association loi 1901 et une association cultuelle loi 1905. Je ne divulgue rien. L’homme ne se cache pas puisque sa présence active sur le net et les réseaux sociaux témoigne tout autant de son souci de sauver sa maison d’édition en difficultés financières chroniques que de son énergie à publier sur Facebook de pompeux « décrets pontificaux » (sic) sous le nom de « Sa béatitude Christian II Valentin » (on ne rit pas). C’est dingue tout de même quand on y réfléchit un peu. Avoir passé autant d’années en franc-maçonnerie pour jouer maintenant les patriarches gnostiques et « dire gravement la messe en étole et surplis » selon l’expression de Bègue Clavel (cf. François-Timoléon Bègue-Clavel, Histoire pittoresque de la Franc-Maçonnerie, Pagnerre éditeur, Paris, 2ème édition, 1845, p.219).

    jean solis,rose-croix,gnose,christianisme,hérésie,bernard-raymond fabré-palaprat,françois-timoléon bègue-clavel

    Le patriarche Jean Solis me fait songer à cette déclaration que l'on prête au docteur Bernard-Raymond Fabré-Palaprat, fondateur au XIXe siècle d’un ordre du Temple et d’une église johannite fantaisistes. Convoqué devant un tribunal imaginaire, Fabré-Palaprat déclare au président de la juridiction (cf. Humbert père et alii Scènes historiques des prétendus réformateurs Chatel, Auzou, Fabré Palaprat, Jeanthon éditeur, Paris, 1834, pp. 88 et suiv.) :

    « Eh bien, je puis parler ouvertement. Oui, je suis pape. Vous me direz que le pape est à Rome. Mais sachez que le pape qui est à Rome n’est pape que selon l’ordre de saint Pierre, et que moi, je suis pape selon l’Ordre de Saint-Jean. Que Saint Pierre n’a pas reçu la haute initiation, voilà pourquoi les papes qui descendent de lui n’ont enseigné que l’erreur. Saint Jean, au contraire, saint Jean seul a été initié par Jésus, son maître, qui lui-même avait été initié par les sophes d’Égypte. Or, je suis le successeur direct et légitime de Saint Jean, c’est donc dans mes mains que se trouve le flambeau de la vérité qui doit éclairer le genre humain. Il m’a été révélé par calcul cabalistique que le moment était arrivé de faire briller le flambeau »

    Bref, le problème n’est pas que Solis et ses amis disent la messe et revendiquent je ne sais quelle filiation spirituelle syro-jacobite plus ou moins d'Antioche, plus ou moins germanique, plus ou moins adultérine, plus ou moins fantoche, plus ou moins rosicrucienne. Chacun peut croire ce qu’il veut après tout. Et c’est très bien ainsi même si, pour ma part, j’ai quand même le plus grand mal à comprendre ce christiano-cléricalisme de catacombes.

    Le problème, à mon avis, réside dans les risques réels de dérive sectaire (au sens pénal) même si au départ les intentions se veulent bonnes et désintéressées. Les promoteurs de ce genre de mouvement doivent donc se montrer particulièrement vigilants et prudents. Tout peut très vite basculer sous les effets conjugués d'un incommensurable amour-propre et d'une insatiable vanité ainsi que l'a rappelé l'abbé Grégoire au crépuscule de sa vie (cf. Henri Jean-Baptiste Grégoire, Histoire des sectes religieuses, Tome II, Baudoin frères éditeurs, Paris, 1828, pp. 424 et 425) :

    « Quels motifs peuvent inspirer le désir de s'affilier à un ordre dont l'existence légale, évanouie depuis des siècles, a laissé seulement quelques débris, et n'a plus qu'une existence précaire.

    Peu d'hommes analysent leurs idées et leurs affections. Ce travail pénible, mais utile, leur apprendrait qu'aux sentiments les plus généreux, s'intercale, presque à leur insu, un peu de ce misérable amour-propre, dont les surprises multipliées, et presque imperceptibles, altèrent la pureté et le mérite de nos actions (...) la vanité peut alimenter l'amour-propre par ces signes qui, jamais écrits, ne sont connus que par la tradition orale, par ces mystères révélés seulement aux adeptes de la haute initiation (...)

    Par ces observations, je ne prétends pas atténuer le mérite d'une société quelconque ; mais en explorant le coeur humain, j'y découvre les misères, les faiblesses communes à toute la famille d'Adam. »