Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

art

  • L'union des trois ordres (2) : V.P.S. La solution

    Imprimer

    20181012_180959.jpgDans la vidéo consacrée au tableau de Nicolas Perseval - L'union des trois ordres - j'avais évoqué trois mystérieuses lettres gravées à la base de la colonne B. sans en connaître la signification.

    Grâce au frère Michel N., le mystère est levé. Il m'a en effet transmis une photographie de la médaille de la Respectable Loge La Triple Union à l'Orient de Reims (GODF).

    Qu'il en soit fraternellement remercié !

    V P S

    Virtuti Paci et Silentio

    Trois mots en latin et au datif singulier que l'on peut traduire ainsi : à la vertu, à la paix et au silence. Trois mots sous l'égide desquels La Triple Union s'est placée au XVIIIe siècle, en 1751, année de l'allumage de ses feux dans la cité champenoise.

    L'union de la vertu, de la paix et du silence donc.

    En représentant ces trois lettres dans son tableau, Nicolas Perseval a donc non seulement voulu exprimer un profond attachement à sa loge mais aussi livrer une interprétation audacieuse de son titre distinctif à la lumière des événements politiques de son temps.

    L'union des trois ordres donc.

    Un (petit) motif de satisfaction. J'avais proposé : vérité, persévérance et silence. Je n'étais quand même pas très loin.

  • La réception de Robert Burns

    Imprimer

    Petite analyse du tableau de William Stewart Watson (1846) intitulé : « Réception (ou intronisation) de Robert Burns en qualité de poète officiel de la loge Canongate Kilwinning d'Edimbourg en 1787 ». Ce tableau est exposé au musée de la Grande Loge d'Ecosse

  • Claude Orcel, marchand du temple du XIXe siècle

    Imprimer

    Quelques petites réflexions sur une lithographie attribuée à Claude Orcel dit Coquaz et Ch. Lang.

  • L'Amérique selon la Grande Loge de New York

    Imprimer

    america.jpgL'art est souvent la meilleure réponse aux laideurs du monde. C'est donc par la voie subtile de l'art que la Grande Loge de New York a entendu délivrer un message de tolérance et de fraternité alors que les Etats-Unis d'Amérique sont actuellement confrontés aux premières mesures prises par Donald J. Trump.

    Sur son site internet, la Grande Loge de New York a donc mis à l'honneur un tableau peint en 1931 par Paul Orban (1896-1974). Ce choix n'est pas innocent. Orban était un artiste d'origine hongroise. Sa famille a fui la pauvreté et émigré aux Etats Unis au début du vingtième siècle.

    Ce tableau, intitulé America, est au musée de la Grande Loge de New York. Il  représente les Etats-Unis, sous la forme d'une femme (la liberté) et d'un aigle (le droit). On voit en dessous les représentants des pays du monde.  America combine religiosité, internationalisme, optimisme politique et référence à l'histoire. Je trouve que ce tableau rappelle un peu La République Universelle de Frédéric Sorrieux (1848) que l'on peut admirer à Paris au musée Carnavalet.

    Les oeuvres de Paul Orban ont souvent illustré les articles de The Masonic Perspectives, l'ancienne revue officielle de la Grande Loge de New York. America a ainsi été utilisé pour un article du frère Parkes Cadman (1865-1936), Grand Chapelain de l'obédience new-yorkaise, publié en octobre 1931.

    paul orban,parkes cadman,art,fraternité,franc-maçonnerie,etats-unis d'amériqueDans cet article, Cadman a écrit  : 

    « Nous, Francs-Maçons, nous aimons notre nation (...) Mais notre amour pour notre pays est plus qu'une simple question d'obligation; cet amour jaillit du cœur même du franc-maçon (...) Nous ne voulons pas une d'une Amérique de vantardise, mais une Amérique d'amour et de respect. Nous voulons que cette terre soit celle des hommes libres, qu'elle devienne le leader moral de l'humanité, qu'elle incite chacun à mener une vie sur un plan plus élevé, qu'elle favorise la moralisation des relations internationales afin que cessent les turbulences de la haine, des préjugés et de la guerre (...) Il est difficile de faire en sorte que tous les hommes soient frères ; tous sont pourtant égaux, sans distinction de race ou de croyance ou de naissance ou de sang. C'est difficile mais c'est fondamentalement américain (...) »

  • La Franc-Maçonnerie et l'abrutissement universel selon Emile Cottinet

    Imprimer

    Emile Cottinet, Franc-Maçonnerie, Art, Pensée, Décadence, antimaçonnismeIl faut se méfier des appréciations sentencieuses et définitives comme celle du poète Emile Cottinet publiée en 1906 dans la revue littéraire L'Idée. Cottinet y déplore la piètre qualité des spectacles et des revues donnés à Paris. Qui en est la responsable selon lui ? La franc-maçonnerie pardi ! Oui, la franc-maçonnerie qui a juré la mort de l'Art et de la Pensée. Bigre !... Cottinet écrit :

    « Et puis n'y a-t-il pas les « Revues », le» fameuses revues qui accaparent actuellement tout le théâtre, en attendant qu'elles l'aient définitivement tué. Elles furent spirituelles, à l'origine, et témoignaient d'une certaine verve amusante et imprévue. Aujourd'hui elles ne sont plus qu'une exhibition de chair fraîche et d'oripeaux galamment troussés. Quand la mystérieuse franc-maçonnerie, qui a juré la mort de l'Art et de la Pensée au profit de l'abrutissement universel, aura transformé la Comédie Française en music-hall, on y entendra encore une  « commère », toute saupoudrée de diamants, demande à une petite femme nue : « Qui êtes-vous, Mademoiselle ? » Et la petite femme répondra : « Je suis le microbe de l'Avarie » ou « la dernière casserole du général André » !

    Cent dix-ans plus tard, il n'y a jamais eu autant de spectacles à Paris qu'aujourd'hui. Des spectacles divers est-il besoin de le souligner ? Il y a toujours les revues du Lido et du Moulin Rouge sans parler de celle, plus récente, du Crazy Horse. Et si la Comédie Française s'aventure, de temps en temps, hors des sentiers battus des classiques, on y joue évidemment les grandes pièces et tragédies du répertoire français. Cette vénérable institution n'est certainement pas devenue un music-hall de la médiocrité.

    La franc-maçonnerie, quant à elle, continue d'exister. Elle ne s'est d'ailleurs jamais aussi bien portée, bien que des paranoïaques actifs lui prêtent toujours de noirs desseins.

    L'Art et la Pensée n'ont pas non plus disparu, n'en déplaise aux inévitables réactionnaires médiatiques de service qui prospèrent et glosent sur le thème de la décadence française comme Cottinet le faisait hier. 

    Emile Cottinet justement. S'il y a une victime de « l'abrutissement universel », c'est bien lui dont la postérité n'a pas retenu le nom et dont les oeuvres semblent irréversiblement tombées dans l'oubli depuis très longtemps.