Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amitié

  • Une leçon de courage et de fraternité

    Imprimer

    Sans titre 1.jpgLe 18 octobre dernier, un frère m'informe du décès de son épouse. Soixante ans d'union stoppés brutalement. Dans ce genre de circonstances, les mots sont dérisoires. Le réconfort que l'on peut apporter toujours insuffisant. Je suis toutefois rassuré de le savoir entouré de sa famille.

    Quelques jours plus tard, je me rends aux obsèques avec des frères de la loge. La cérémonie a lieu dans sa maison en Cévennes. Le pasteur conduit la cérémonie. Selon les usages locaux, la défunte a été inhumée dans la propriété familiale.

    Il y a du monde. J'hésite à m'approcher. Il m'aperçoit à la tête de la petite délégation de la loge. On s'embrasse. Je suis presque gêné de l'entendre me remercier d'être venu. Quoi de plus naturel que d'être là ? Il me promet de venir à la prochaine tenue. Les frères qui l'entourent, le tempèrent : « prends soin de toi d'abord ; tu as le temps ; ne t'en fais pas, on gère... » Il insiste. Et ce vieux frère a tenu parole. Comme il l'avait annoncé, il est venu assumer son rôle d'hospitalier de la loge.

    Quelle leçon de courage et de fraternité !

  • « Allo, c'est Maurice...»

    Imprimer

    maurice.jpg« Allo, c'est Maurice... » Je m'étais très vite habitué à sa voix de stentor, chaude et fraternelle. Il m'avait d'abord surpris par ses appels téléphoniques réguliers. C'est normal : je n'ai jamais aimé le téléphone. J'ai toujours préféré écrire. Lui au contraire semblait aimer cet instrument. Et il me le montrait avec une spontanéité désarmante. 

    Il était modérateur sur le forum Frédéric Desmons que j'avais fondé en 2002 et il prenait son rôle très au sérieux. Languedocien d'origine, je résidais en Belgique. Parisien d'origine (si je ne me trompe pas), Maurice vivait dans le nord. Nous avions donc très vite sympathisé. 

    Comment dire ? Maurice Bouchard était un homme absolument délicieux. Un franc-maçon au grand coeur, au regard malicieux et bienveillant. Le genre d'homme dont je suis fier d'avoir croisé le chemin. Un humaniste. Un érudit. Un travailleur. Un sanglier pour reprendre l'image du philosophe Michel Serres. En effet, quand Maurice avait un sujet en tête, il aimait, tel un sanglier, le creuser et l'épuiser. Il n'avait pas dix mille objectifs en tête. Il ne se dispersait pas. Quand il se concentrait sur une chose, il le faisait à fond. 

    Sa passion ? Le rite français, mais celui des origines aimait-il à rappeler. Je me souviens ainsi de ses analyses méticuleuses, de son souci du détail et du geste parfait.

    maurice bouchard,philippe michel,rite français,amitié,fidélité,souvenir,culture,dervy,franc-maçonnerieA l'époque, j'étais encore un peu jeune. Je n'étais pas suffisamment préparé pour saisir toutes les beautés que Maurice voulait me montrer. Je suis certainement passé à côté de plein de choses. Fort heureusement, Philippe a pu mettre en forme tout ce que Maurice a défriché pendant de longues années. 

    On a fini par se perdre de vue, emportés chacun par le tourbillon de nos existences.

    Le nez dans le guidon, je suis donc passé à côté de son départ vers l'orient éternel. J'ai mis du temps à réaliser qu'il avait rejoint les étoiles.

    Aujourd'hui, quand le téléphone me surprend, la nuit tombée, il m'arrive de penser à cette voix rauque que je n'entendrai plus. « Allo, c'est Maurice...»

    Maurice Bouchard et Philippe Michel, Le Rit Français d'origine 1785 dit Rit Primordial de France, édition Dervy, Paris, juin 2014 (26 € prix public). Pour commander l'ouvrage, cliquez sur le site de l'éditeur.

  • Le Brésilien de Bruxelles

    Imprimer

    gob,belgique,brésil,régularité,amitié,bruxemmes

    Anecdote vécue dans mon ancien atelier à Bruxelles. C'était au début des années 2000.

    Un Frère du Brésil était venu en visite. Il s'était présenté rue de Laeken au siège du Grand Orient de Belgique. Il était diplomate je crois. Il avait profité d’un petit tour dans la capitale belge pour se rendre en loge. On lui avait ouvert tout simplement la porte. Je me souviens qu'on avait discuté et mangé ensemble avant la tenue. Personne ne s’était aperçu de rien. A commencer par lui. Awel fieu ! un Brésilien !... C'était plutôt rare dans notre loge.

    L'ordre du jour des travaux prévoyait un interrogatoire sous le bandeau. Le frère était surpris. Il me chuchotait à l’oreille avec son accent «Brasil, Brasil » :
    - « Oh, c’est merveilleux, c’est fascinant, chez nous, au Grande Oriente do Brasil, nous n’avons pas ça. Le bandeau n’existe pas. »

    Ensuite, il y avait eu une planche avec débat. Mon Alberto Gil en tablier m'avait dit l’air aussi étonné que ravi :
    - « Oh, c’est merveilleux, c’est fascinant, chez nous, au Grande Oriente do Brasil, nous n’avons pas ça. Les planches n’existent pas. »

    Interventions diverses. Mon Erico Verissimo n’en pouvait plus.
    - « Oh, c’est merveilleux, c’est fascinant, chez nous, au Grande Oriente do Brasil, nous n’avons pas ça. Les interventions n’existent pas. En général, on ne dit rien »

    Puis troisième mi-temps au bar. Nous n'étions pas scheille arrangés, comme on dit à Bruxelles. Nous étions guillerets.

    Et là soudain, entre deux chopes, nous recevons collectivement la lumière : Jorge Amado s’était trompé ! Il croyait être à la Grande Loge Régulière de Belgique ! Och erm ! Le malheureux... Il est tombé dans l'antre du diable. Et on lui a alors expliqué sa bévue. Nous étions de méchants irréguliers non reconnus par la Grande Loge Unie d'Angleterre. Le Brésilien a éclaté de rire, visiblement satisfait de s'être trompé de porte. Il s'était régalé avec nous.

    Puis nous avons tous pris congé…
    - « Alleï le Brésilien, on se fait la bise. Ta carte ? Oh merci, c’est sympa. La mienne ? Désolé l'ami, je n’en ai pas… tiens, je t’écris mon numéro. Au fait, tu me sonnes quand tu veux. »
    - « Il faut que je parlé à ma loge dou bandeau très zintéressant qué j’ai vou. Ça oun très bel coutume. Tou viens quand tou vé à Brasil. »

    Je ne l'ai plus jamais revu bien sûr, mais nous nous étions reconnus comme tels.

  • Régis Blanchet : 10 ans déjà !

    Imprimer

    regisblanchet.jpgIl y a dix ans, au solstice d'hiver, le 21 décembre 2005 exactement, Régis Blanchet était brutalement arraché à l'affection des siens.

    Je me souviens que son passage à l'O∴ éternel m'avait sidéré. Je ne m'y attendais vraiment pas.

    Quelques temps avant sa mort, je l'avais eu au téléphone pour échanger sur la vie du forum Frédéric Desmons que j'avais fondé trois ans plus tôt. Il y était très impliqué. C'est d'ailleurs par le biais de ce média que j'avais fait sa connaissance.

    Nous avions projeté de nous rencontrer chez lui, du côté de Crozon (si ma mémoire ne me fait pas défaut), dans cette Bretagne qu'il aimait tant et à propos de laquelle il était intarissable. Malheureusement la mort ne nous en a pas laissé le temps.

    Régis était un cherchant et un franc-maçon passionné. C'était aussi un écrivain et un éditeur. Il avait fondé la revue Le Jardin des Dragons et les Éditions du Prieuré.

    J'admirais son érudition. J'avoue cependant que je ne partageais pas toujours son éclectisme que j'assimilais à de la dispersion. Il n'est jamais parvenu à m'intéresser à la franc-maçonnerie forestière (dont il avait pourtant activement contribué à la résurgence), au druidisme, à la gnose ou à me convaincre des beautés particulières du régime écossais rectifié. C'est probablement parce que j'ai toujours été un indécrottable rationaliste besogneux incapable de courir plusieurs lièvres à la fois.

    Pourtant, je pense que nos différences ont paradoxalement favorisé une certaine connivence d'esprit entre nous. Nous avions également en partage un goût certain pour le débat d'idées et la provocation.

    J'ai été heureux et fier de croiser son chemin. Et aujourd'hui, avec un peu d'avance, je pense à lui.