Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

église catholique

  • Macron et la laïcité

    Imprimer

    Sans titre 3.jpg

    J'ai lu le discours du Président de la République devant les Évêques de France le 9 avril dernier et je ne comprends pas les réprobations qu'il semble susciter chez certains acteurs associatifs du mouvement laïque et chez certains francs-maçons. Malheureusement l'immédiateté des réactions des uns et des autres, notamment sur les réseaux sociaux, a tôt fait de réduire l'allocution du chef de l'Etat à son propos liminaire. L'attention s'est ainsi focalisée sur la volonté présidentielle de réparer le « lien abîmé » entre l'Eglise et l'Etat. Certains critiques ont vu dans les propos de M. Macron des relents de sacristie et une remise en cause des institutions laïques de la République. Comme nous progresserions collectivement si nous étions capables de ne pas circonscrire l’information à des tweets (en particulier ceux relayant partiellement le discours du Président de la République) ou à des commentaires sur Facebook.

    Le Président de la République s'est donc adressé aux responsables des diocèses de l'Église de France comme il lui est arrivé de s'exprimer devant les représentants des autres confessions religieuses de notre pays. Ses prédécesseurs ont agi de même. M. Macron l'a d'ailleurs fait en des termes qu'il aurait fort bien pu employer devant des représentants d'associations laïques, de libre pensée ou d'obédiences maçonniques.

    J'ai ainsi apprécié ce passage relatif au colonel Arnaud Beltrame :

    « Beaucoup, lors de la journée tragique du 23 mars, ont cherché à nommer les ressorts secrets de son geste héroïque : les uns y ont vu l’acceptation du sacrifice ancrée dans sa vocation militaire ; les autres y ont vu la manifestation d’une fidélité républicaine nourrie par son parcours maçonnique ; d’autres enfin, et notamment son épouse, ont interprété son acte comme la traduction de sa foi catholique ardente, prête à l’épreuve suprême de la mort.

    Ces dimensions en réalité sont tellement entrelacées qu’il est impossible de les démêler, et c’est même inutile, car cette conduite héroïque c’est la vérité d’un homme dans toute sa complexité qui s’est livrée. »

    beltrame.jpgC'est cette complexité qui a fait l'unité et la singularité profondes de cet homme courageux et exemplaire. D'aucuns la jugeront peut-être paradoxale, voire contradictoire, mais il n'en demeure pas moins qu'elle a contribué à forger la personnalité d'Arnaud Beltrame. Cette complexité témoigne de la liberté de conscience garantie par les lois de la République.

    En d'autres termes, si Arnaud Beltrame a pu être ce qu'il a été, au quotidien, tant dans sa vie privée que professionnelle, c'est probablement parce qu'il a eu la chance de vivre et de grandir dans une société où l'on peut librement s'épanouir selon ses goûts et sa philosophie.

    Comment un franc-maçon, même le plus engagé politiquement ou le plus détaché de toute préoccupation spirituelle ou symbolique, pourrait-il y être insensible ? 

    C'est la raison pour laquelle, il me paraît fondamental de mettre en exergue ce passage du discours du Président de la République qui rappelle, avec force et vigueur, ce qu'est la laïcité consacrée par les lois de la République depuis plus de cent ans :

    « Je ne demanderai à aucun de nos concitoyens de ne pas croire ou de croire modérément. Je ne sais pas ce que cela veut dire. Je souhaite que chacun de nos concitoyens puisse croire à une religion, une philosophie qui sera la sienne, une forme de transcendance ou pas, qu’il puisse le faire librement mais que chacune de ces religions, de ces philosophies puisse lui apporter ce besoin au plus profond de lui-même d’absolu.

    Mon rôle est de m'assurer qu'il ait la liberté absolue de croire comme de ne pas croire mais je lui demanderai de la même façon et toujours de respecter absolument et sans compromis aucun toutes les lois de la République. C'est cela la laïcité ni plus ni moins, une règle d’airain pour notre vie ensemble qui ne souffre aucun compromis, une liberté de conscience absolue et cette liberté spirituelle que je viens d'évoquer. »

    Le Président de la République est le garant de la liberté de conscience et non le promoteur d'une religion d'État. Il a donc invité les responsables de l'Eglise catholique romaine à s'inscrire résolument dans le cadre de la laïcité pour favoriser l'écoute et le dialogue mutuels, loin des postures et du commerce des certitudes, loin des attachements et des défiances fondées sur des raisons électoralistes

    Parce que la République garantit la liberté de conscience à tous, y compris aux catholiques, il appartient à l'Eglise d'investir le débat public sur les questions morales et éthiques et de s'appuyer sur ses membres qui s'engagent au quotidien au service des autres. Rien ne l'interdit. Plus largement, aucun texte de loi n'empêche les mouvements politiques, syndicaux, religieux, philosophiques de participer au débat public. La République reçoit donc avec gratitude tout don de sagesse, tout don d'engagement et tout don de liberté que l'Eglise est prête à lui offrir comme elle reçoit les dons de sagesse, d'engagement et de liberté de tout autre mouvement spirituel et de libre pensée.

    Autrement dit, la République a besoin d'interlocuteurs - et non de donneurs de leçons - pour justement permettre l'échange et le partage des expériences dans tous les domaines. L'Etat attend donc un haut niveau d'exigence de la part de ceux qui prétendent mener une profonde réflexion spirituelle sur le devenir de l'homme. Ce qui implique aussi de l'humilité dans le questionnement.

    Il n'y a que dans les dictatures où l'État se passe d'interlocuteurs pour imposer implacablement aux individus une seule et même conduite à tenir.

    Pour le reste, qu'attendait-on du Président de la République invité par la Conférence des Évêques de France ? Qu'il les traite avec mépris ou condescendance ?

    Je le dis donc à mes amis laïques et à mes frères francs-maçons : nous avons, nous aussi, et tous autant que nous sommes, à offrir ce don de sagesse, d'engagement et de liberté à la collectivité. Nous avons, nous aussi, à nourrir la réflexion éthique et sociale dans le respect de nos spécificités et de nos chemins spirituels. La laïcité est précisément le cadre indispensable qui permet aux opinions les plus diverses de s'exprimer en toute liberté.

    Que le besoin de polémiquer à longueur de tweets, de communiqués et de tribunes, ne nous le fasse pas oublier !

    ___________

    DISCOURS DU 9 AVRIL 2018.pdf

  • Les francs-maçons argentins et l'église catholique romaine

    Imprimer

    orlando.jpgLe frère Nicolás Orlando Breglia, Grand Maître de la Grande Loge d'Argentine, a accordé un long entretien au quotidien El Tribuno. Breglia est revenu sur les rapports compliqués entre la franc-maçonnerie et l'Eglise catholique romaine. Il a également fait part de son opinion sur le Pape François, son compatriote.

    « Il y a deux grands courants maçonnique. Le premier est saxon, monarchiste, conservateur et théiste, le second est latin, républicain, laïque, démocratique et profondément social. Ce second courant a eu une grande influence dans le processus émancipateur. Quels drapeaux a brandi la franc-maçonnerie ? Ceux de la république démocratique, laïque, sociale et inclusive.
    Les francs-maçons ont été anticléricaux, non pas opposés à l'Eglise catholique mais contre l'instrumentalisation de la foi dans la sphère publique et politique (...) Lorsque le pape expose ses positions et dit: « Je suis un républicain, laïque, démocrate et anticlérical », anticlérical dans le sens où il est contre l'utilisation de la foi dans l'exercice d'une fonction publique
    s, (...) nous ne pouvons pas être contre (...) Nous sommes les fidèles défenseurs de la république. Nous sommes contre tout autoritarisme. Le pape, en ce moment, partage des valeurs communes avec nous. »

    Le Pape François s'est en effet exprimé à plusieurs reprises sur la laïcité, dans le courant de l'année 2016, notamment à propos de la France. Il a ainsi estimé par exemple qu'« une laïcité saine comprend une ouverture à toutes les formes de transcendance, selon les différentes traditions religieuses et philosophiques. La recherche de la transcendance n’est pas seulement un fait, mais un droit. » Quoi que l'on pense de l'appréciation du Pape sur ce sujet, il n'en demeure pas moins qu'elle tranche totalement par rapport à celle de ses prédécesseurs. François n'a-t-il pas dit : « de nos jours, un Etat se doit d’être laïque » ? On imagine aisément que cette position ne doit pas être du goût des prélats les plus conservateurs.

    Interrogé sur les jésuites (ordre auquel le Pape appartient), très présents en Argentine, le Grand Maître Breglia a précisé :

    « Les jésuites ont de nombreux points de contact avec la franc-maçonnerie, même si nous nous nous sommes opposés de nombreuses fois (...) Cependant nous divergeons d'eux parce que nous ne sommes pas dogmatiques. Nous ne croyons pas en des vérités absolues ou à la prédestination d'une société. Nous croyons que l' homme est l'architecte de son propre destin. Et que la société est construite sur la base de vérités relatives. »

    Cette réaction est intéressante parce qu'elle met en évidence la complexité de la réalité maçonnique. En effet, bien que reconnue par la Grande Loge Unie d'Angleterre, et donc régulière au sens des landmarks de 1929, la Grande Loge d'Argentine ne s'inscrit absolument pas dans le courant saxon que le Grand Maître Breglia qualifie de monarchiste, conservateur et théiste. Les convictions maçonniques exposées par le Grand Maître de la Grande Loge d'Argentine sont à bien des égards plus proches de celle du Grand Orient de France que de celles de la Grande Loge Unie d'Angleterre. Il existe bien sûr des obédiences libérales argentines, donc non reconnues par Londres. Ces obédiences libérales sont mixtes et, pour l'une d'entre elles, féminine. En Amérique latine, la présence des femmes en loge est effectivement la réelle ligne de partage entre « réguliers » et « irréguliers ». Ceci n'exclut nullement, sur le terrain, des relations fraternelles.

    En fait, on voit que chaque obédience agit en fonction de sa propre histoire et de celle du pays dans lequel elle déploie ses activités. Ainsi la Grande Loge d'Argentine est une obédience profondément laïque et anticléricale bien que régulière aux yeux de la Grande Loge Unie d'Angleterre (cette dernière, de façon pragmatique, reconnaît l'obédience qui regroupe la majorité des francs-maçon argentins). L'Argentine est en effet sous un régime concordataire après une histoire institutionnelle mouvementée. Le clergé local est globalement hostile aux francs-maçons qui ont souffert sous la dictature militaire. 

  • La franc-maçonnerie, arme de Satan

    Imprimer

    Kazakhstan, Athanasius Schneider, Berik Zhubaniyazov, Andrei Vladimirovich Bogdanov, église catholiqueLe 11 décembre dernier, à Séville (Espagne), le très conservateur Athanasius Schneider, théologien et évêque catholique d'Astana (Kazakhstan), a prononcé une conférence intitulée Marie, vainqueur de toutes les hérésies.

    Tout un programme...

    Dans son intervention, monseigneur Schneider s'est référé aux écrits délirants de saint Maximilien Kolbe sur la franc-maçonnerie. Et c'est plutôt salé.

    En effet, l'évêque a expliqué que le but de la franc-maçonnerie était d'éliminer tous les enseignements de Dieu, en particulier l'enseignement catholique et d'instrumentaliser de nombreuses sociétés pour atteindre cet objectif. Schneider reprend en fait à son compte cette thèse soutenue par le père Kolbe qui confondait allègrement et de façon plutôt baroque la franc-maçonnerie avec le protestantisme, les témoins de Jéhovah ou encore les associations de libre pensée.

    Selon Monseigneur Schneider :

    « [Les francs-maçons] cherchent la dissolution de la morale (...) La maçonnerie détruit tout sens moral et favorise les formes de vie sordides à tous les stades de la vie humaine ».

    Et d'ajouter :

    « Que dirait aujourd'hui Maximilien Kolbe de la télévision, des films, de la musique ou de l'art ? (...) La maçonnerie est l'arme de Satan ».

    Je suis toujours sidéré que des hommes brillants puissent proférer de telles conneries et parler avec autant d'assurance sur des sujets qu'ils ne connaissent manifestement pas.

    Ceci démontre, une fois de plus, que l'intelligence n'a vraiment rien à voir avec les diplômes et le savoir cumulatif.

    Monseigneur Schneider défend donc une ligne résolument hostile à la franc-maçonnerie. Cependant, dans quelle mesure sa position n'obéit-elle pas aussi à des considérations internes au Kazakhstan, cet ancien Etat soviétique, devenu indépendant en 1991 après la chute de l'URSS ?

    berik zhubaniyazov,andrei vladimirovich bogdanov,kazakhstan,athanasius schneider,église catholiqueL'évêque d'Astana considère le Kazakhstan, dont la population est musulmane à 70%, comme une terre de mission.

    Le dignitaire catholique romain voit donc probablement d'un très mauvais oeil l'implantation récente de la franc-maçonnerie dans ce territoire.

    En effet, en novembre 2016, la Grande Loge du Kazakhstan a été fondée avec l'aide de la Grande Loge de Russie.

    Le frère Berik Zhubaniyazov a été installé à la grande maîtrise de la jeune obédience par le frère Andrei Vladimirovich Bogdanov, grand maître de la Grande Loge de Russie, qui a reçu à cette occasion une magnifique tenue traditionnelle kazakhe.

    Bref, le comportement de monseigneur Schneider fait irrésistiblement songer à cette citation de l'écrivain Charles Bukowski :

    « Le problème avec le monde, c'est que les gens intelligents sont plein de doutes alors que les imbéciles sont plein de certitudes. »

  • Edmond About et l'esprit de 89

    Imprimer


    about.jpgEdmond About (1828-1885) est tombé dans oubli depuis longtemps.
    Au dix-neuvième siècle, il était pourtant une personnalité très connue du monde des lettres et des arts. Ecrivain brillant, journaliste, critique d'art reconnu, membre de l'Académie française, About faisait partie des intellectuels qui comptaient à l'époque et dont les opinions étaient écoutées. About était également franc-maçon. Ce lorrain d'origine avait été initié le 7 mars 1862 au sein de la loge Saint-Jean de Jérusalem à l'orient de Nancy. Le Dictionnaire Universel de la Franc-Maçonnerie (sous la direction de Daniel Ligou, PUF, 3ème édition, 1991), dit à son sujet :

    « En tant que journaliste, il soutint, dans les divers journaux auxquels il collaborait et notamment dans Le Siècle, les positions de la tendance « de gauche » de la Maçonnerie républicaine et notamment son hostilité aux « Hauts Grades » et à la Grande Maîtrise. »

    Ce que dit Le Dictionnaire Universel de la Franc-Maçonnerie est vrai, à ceci près toutefois qu'Edmond About avait une opinion suffisamment haute de lui-même pour représenter une tendance de la Maçonnerie à lui tout seul. En effet, About n'avait pas cinq ans de présence active en maçonnerie qu'il se permettait déjà de se moquer de la puérilité du rite ou encore de la vanité des hauts grades qu'il ne fréquentait pourtant pas. Il considérait que le symbolisme maçonnique avait fait son temps et que les loges devaient se consacrer à des discussions plus utiles. Edmond About était donc bien dans le ton de son époque. Dans les années 1860, la France étouffait sous le Second Empire. About voulait débarrasser la franc-maçonnerie des cordonniteux qui étaient aussi souvent les courtisans zélés d'un régime détesté.

    Si Edmond About était aussi critique à l'égard de la tradition maçonnique, c'est parce que cette dernière le dérangeait chaque fois qu'il critiquait l'antimaçonnisme virulent de l'Eglise Catholique romaine. En effet, comment pouvait-il s'en prendre à l'obscurantisme de l'Eglise, à ses pratiques surannées, alors qu'il appartenait lui-même à un ordre initiatique, comprenant ses propres rites, et qui faisait obligatoirement référence au Grand Architecte de l'Univers ? Comment pouvait-il se moquer des mitrés alors que la maçonnerie charriait elle aussi son clergé de hauts gradés, de cordonniteux, de grands élus de ceci et de chevaliers de cela ? Il y avait pour lui comme une sorte de contradiction qui le plaçait dans une situation inconfortable.

    Que peut-on en penser ?

    Je crois, pour ma part, qu'il est est vain de critiquer l'opinion d'About car elle porte tout simplement les marques de son temps. Elle est indissociable du contexte historique dans lequel elle prend place et l'on commettrait des contresens si on la jugeait avec notre regard d'homme du vingt et unième siècle. En revanche, il me paraît plus intéressant de montrer comment l'écrivain est parvenu à surmonter cette apparente contradiction. Voici ce qu'il écrit en 1866 alors que - je le rappelle - il n'a pas cinq ans de maçonnerie (Edmond About, Causeries, deuxième série, Hachette, Paris, 1866, p. 370) :

    « Qu'est-elle donc [la franc-maçonnerie] ? Une vaste association de bourgeois honnêtes, intelligents et tolérants, qui se rassemblent de temps à autre pour parler de ce qui les unit sans toucher à ce qui les divise. La loge maçonnique, très utile surtout dans les villes de province, est un petit conservatoire où quelques hommes d'opinions et de religions diverses, vont respirer en commun l'esprit de 89. On y perd beaucoup de temps, je l'avoue. Les vieux rites, parfaitement inutiles aujourd'hui, prennent une place qui pourrait être consacrée à des discussions utiles. Mais déduction faite des formes surannées et des symbolismes oiseux, il reste un fond sérieux et un enseignement sain. La seule agglomération de citoyens inégaux dans la société civile et qui deviennent égaux tout d'un coup ; le contact de ces juifs, de ces protestants et de ces catholiques qui s'appellent frères ; l'introduction d'un Russe ou d'un Anglais qui se sent et se dit notre concitoyen dès qu'il a franchi le seuil de la loge; la hauteur des discussions qui planent au-dessus de toute actualité religieuse ou politique, la modération qui s'impose d'elle-même à tous les orateurs, l'autorité quasi paternelle du président, la cordialité des rapports voilà ce qui rachète amplement les côtés enfantins du rite. »

    About entendait privilégier le fond sur la forme. Le fond, pour lui, c'était l'esprit de 1789 seul capable de rassembler une avant-garde d'hommes éclairés bien décidée à fraterniser au-delà des clivages politiques ou religieux. La forme, c'était le folklore du rite et du symbolisme. Dans ce passage, About faisait donc sienne la vision présentant la franc-maçonnerie comme étant à l'origine de la Révolution française. On sait que l'historiographie moderne a fait litière depuis longtemps de cette croyance popularisée au départ par les adversaires de la franc-maçonnerie, puis par les francs-maçons d'obédience républicaine. Pour l'écrivain, l'essence de la franc-maçonnerie se trouvait sous les formes encombrantes des cérémonies. Il s'agissait de la retrouver  (cf. Causeries, op.cit., p. 373) :

    « Cette réforme faite, il restera la loge, l'humble atelier maçonnique où les plus honnêtes gens de la ville iront fraterniser ensemble, échanger amicalement leurs idées et s'instruire les uns les autres. Voilà le fond de la maçonnerie, ce qu'il faut respecter, honorer et étendre, s'il est possible, sur toute la surface du monde (...) Les hommes les plus éclairés de chaque ville se rassemblent à jour fixe, et chacun d'eux, écartant les préoccupations de la théologie et de la politique, cherche à fonder solidement la morale sociale, étudie les meilleurs moyens de rendre l'homme meilleur et plus heureux. Chacun apporte sa théorie; on s'éclaire réciproquement, on discute à l'amiable, un auditoire attentif et bienveillant profite des leçons, soumet ses doutes, provoque les explications et fixe laborieusement ses idées sur le bien et sur le mal. La franc-maçonnerie ainsi comprise n'est pas une institution de luxe, croyez-moi, et sa tâche n'est pas une sinécure. Songez donc il s'agit de fonder une morale qui s'impose avec l'autorité la plus incontestable au genre humain tout entier. Etant donnés un protestant comme Lincoln, un israélite comme M. de Rothschild, un musulman comme Abd-el-Kader, un catholique comme vous et un athée comme Proudhon, rédiger une loi qui satisfasse tout le monde et ne blesse ni les opinions, ni la foi, ni les intérêts de personne c'est l'harmonie universelle à fonder ni plus ni moins. Voilà le but de la maçonnerie, et quoiqu'il soit placé un peu haut, un peu loin, il est assez digne d'ambition pour que les plus honnêtes gens chaussent leurs bottes et se mettent en route. Mais plus la route est longue et le but élevé, plus il importe de secouer tout bagage inutile. Or, j'ai indiqué discrètement tout le fatras qui surcharge la maçonnerie actuelle. »

    About exaltait en définitive l'esprit associatif dans lequel il percevait le noyau dur de l'esprit maçonnique. Pour About, l'originalité profonde de la maçonnerie spéculative résidait dans l'idée simple que les hommes sont faits pour se rencontrer et fraterniser. Ce qui n'était pas mal vu dans la mesure où cette approche rejoignait celle du pasteur Anderson et des pères fondateurs de la franc-maçonnerie.

    edmond about,franc-maçonnerie,france,symbolisme,république,église catholique,rite,réflexion,rationalisme,pluralisme

    Un souvenir à propos d'Edmond About. Celui d'une négociation difficile que Charles Cousin avait entreprise pour le compte de Maria Deraismes. Le 18 décembre 1876, la journaliste féministe, profane à l'époque, avait sollicité Charles Cousin pour qu'il l'aide à convaincre Edmond About de faire une conférence publique à Pontoise. 

    « Cher Monsieur,

    Je viens vous prier de me prêter votre appui pour pénétrer auprès de M. Ed. About, afin de lui arracher, je crois que ce sera dur, la promesse de faire une conférence à Pontoise. J'espère en votre haute influence. Vous, vous arriverez en ami largement autorisé ; moi, je m'avancerai timidement en suppliant — ictiz — un rameau à la main, comptant sur votre éloquence ; et il nous faudra tous deux enlever la place (...) »

    Cousin accepta d'intercéder auprès d'About. Il reçut de ce dernier la réponse suivante :

    « Mon cher ami, 

    Quand vous voudrez me présenter à Mademoiselle Maria Deraismes, vous me ferez grand honneur et grand plaisir. Je connais depuis longtemps cette noble fille de France ; tous ses amis, sans vous compter, sont les miens. Mais, au nom du ciel, jurez-moi qu'il ne sera pas question de conférence ! Je me suis déjà engagé, fort imprudemment, à pérorer le mois prochain dans je ne sais quel théâtre de la place du Châtelet, au bénéfice d'une école laïque, et je m'effraie à la seule idée de prendre deux ou trois jours de préparation indispensable sur les nécessités toujours pressantes de mon journal (...) »

    Maria Deraismes espérait donc arracher une conférence publique d'Edmond About dont ce dernier ne voulait pas. On ignore si la pétroleuse parvint à ses fins aux termes de cette rencontre tant désirée.

     

  • Civitas devient un parti politique. Et alors ?

    Imprimer

    2696720412.jpgSur son blog, Gérard Contremoulin s'insurge contre le nouveau statut de l'organisation intégriste catholique Civitas qui est désormais devenue un parti politique. Il juge que ce changement de statut est inacceptable et relaye une pétition à destination des pouvoirs publics. Le blog Hiram semble sur la même longueur d'ondes. En ce qui me concerne, je ne vois pas où est le scandale. Ça fait longtemps que cette organisation d'extrême droite occupe le terrain politique. On a pu le constater pendant les manifestations contre le mariage pour tous en 2013. Sa transformation en parti politique clarifie donc sa situation. Nous savons désormais qu'il s'agit d'un parti politique d'extrême droite, composé de fondamentalistes catholiques, racistes, homophobes, antisémites et antimaçons comme à la Belle Epoque. Un de plus qui s'ajoute aux quelque 400 partis politiques immatriculés en France parmi lesquels on compte de nombreux groupuscules d'extrême droite.

    Et après ? Où est le problème ? Pense-t-on sérieusement mieux défendre la République en refusant à Civitas le statut de parti politique ? Je crois, une fois de plus, qu'il faut se garder de toute réaction épidermique même si je reconnais qu'il est difficile de garder son calme et de ne pas rire devant les élucubrations de l'agitateur belge Alain Escada. Il convient, je pense, de remettre les choses à de plus justes proportions en rappelant notamment qu'un parti politique n'est rien d'autre qu'une association loi 1901 à caractère politique. Pour disposer de la personnalité morale et de la capacité juridique, l'association doit être déclarée en préfecture ou en sous-préfecture et cette déclaration doit être publiée au Journal officiel des associations et des fondations d’entreprises (JOAFE). Les pouvoirs publics contrôlent ensuite si l'association a satisfait aux obligations déclaratives et elles délivrent un récépissé.

    Concernant maintenant la législation sur le financement des partis politiques, il faut souligner que celle-ci ne s'applique pas n'importe comment. Pour en bénéficier, il faut soit créer une association de financement (association loi 1901) ayant pour objet exclusif de recueillir les fonds destinés au financement des activités politiques du parti, soit désigner un mandataire financier, personne physique déclarée en préfecture.

    Les partis politiques reçoivent deux types de financement. Un privé et un public.

    Le financement privé regroupe les cotisations des adhérents et des élus, les dons des personnes physiques (les dons de personnes morales, comme les entreprises par exemple, sont interdits). S'il existe des illuminés prêts à donner du pognon pour adhérer et soutenir financièrement Civitas, c'est leur droit le plus strict. En démocratie, chacun a le droit d'avoir ses opinions et de s'organiser pour les promouvoir. Il est donc normal que les dons engendrent un avantage fiscal dès l'instant où cette association est devenue légalement un parti politique.

    Le financement public, lui, prend la forme d'aides. Mais là attention ! Les aides ne sont pas octroyées automatiquement. La législation s'est considérablement durcie. Le financement public est conditionné par le respect des obligations comptables et financières définies par la législation en matière de financement des partis politiques. Le respect de ces obligations est vérifié par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. L’aide est attribuée aux partis politiques en fonction de leurs résultats aux élections législatives. Les candidats doivent avoir obtenu au moins 1% des suffrages exprimés dans au moins 50 circonscriptions de métropole ou au moins 1% des suffrages exprimés dans l’ensemble des circonscriptions d’outre-mer. En clair, il faut que Civitas présentent des candidats au niveau national et obtiennent 1% dans au moins 50 circonscriptions ou dans l'ensemble des circonscriptions d'outre-mer. Et à mon avis, ce n'est pas pour demain car en pratique cette double condition est très difficile à remplir... Alors si on ajoute à cela le discours fondamentaliste et ultra-violent de cette organisation, c'est carrément mission impossible (sauf miracle... donc Alain Escada devra beaucoup prier et allumer des tonnes de cierges pour qu'il se produise).

    Reste l'argument relatif à la dangerosité de Civitas. Je suis d'accord : Civitas et composée d'intégristes de la pire espèce. Ils sont au christianisme ce que les salafistes sont à l'islam. Cependant, ce n'est pas parce que ce sont des allumés qu'ils n'ont pas le droit d'avoir des activités politiques. Pour autant, ils n'ont pas le droit d'agir n'importe comment. Comme toute association loi 1901, un parti politique peut en effet s'exposer à une dissolution s’il a été formé en vue d’une cause ou d’un objet illicite, contraire aux lois, aux bonnes moeurs, ou qui aurait pour but de porter atteinte à l’intégrité du territoire national et à la forme républicaine du gouvernement. La dissolution peut être prononcée par décret en Conseil des ministres ou par le tribunal de grande instance. Ce faisant, l'expérience montre que les dissolutions sont inefficaces et c'est la raison pour laquelle elles demeurent relativement rares. Il faut généralement que le parti politique ait été à l'origine de voies de fait, de troubles graves à l'ordre public, etc. Et puis, les dissolutions n'empêchent absolument pas un parti politique interdit de se reconstituer sous un autre nom. Enfin, les services de renseignement n'aiment guère ces dissolutions qui compliquent généralement la surveillance.

  • Les droits de l'homme selon Franco

    Imprimer

    Je reproduis ci-dessous un formulaire d'abjuration d'erreurs et de profession de foi en usage dans l'Espagne franquiste. Ce formulaire avait été institué en 1940 par le Tribunal de Répression de la Franc-Maçonnerie et du Communisme. Tout opposant au régime catholico-fasciste du Général Francisco Franco devait le signer pour espérer obtenir une diminution de peine, voire une libération (dans le meilleur des cas). Je rappelle que le fait d'être franc-maçon ou d'avoir appartenu à la franc-maçonnerie était à l'époque un crime passible de mort.

    francolamuerte.jpg

    Voici la traduction de ce document :

    Je soussigné [nom de la personne concernée] ayant devant moi les Saints Evangiles, que je touche de mes mains, et sachant que personne ne peut me sauver en dehors de la Foi que professe, prêche et enseigne la Sainte Eglise Catholique, Apostolique et Romaine, au sujet de laquelle je regrette de m'être gravement trompé, car j'ai professé et cru en des doctrines contraires à ses enseignements.

    Maintenant illuminé par la grâce divine, je fais profession de croire que la Sainte Eglise Catholique, Apostolique et Romaine est l'unique et vraie Eglise fondée par Jésus-Christ sur la terre, à laquelle je me soumets de tout mon coeur.

    Je crois en tous les Articles qu'Elle me propose croire ; je réprouve et condamne tout ce qu'Elle réprouve et condamne. ; je suis prêt à observer tous ses commandements et je professe de croire spécialement :

    qu'il n'y a qu'un sel Dieu en trois personnes divines distinctes et égales, à savoir : le Père, le Fils et le Saint Esprit ;

    la doctrine catholique sur l'Incarnation, la Passion, la Mort et la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ et l'union en une personne de nature divine et de nature humaine ; la maternité divine de la Très Sainte Marie, ainsi que sa complète virginité et son immaculée conception ;

    la présence vraie, réelle et substantielle du Corps joint à l'Ame et à la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ dans le Très Saint Sacrement de l'Eucharistie ;

    les sept Sacrements institués par Jésus-Christ pour la rédemption du genre humain, à savoir : le Baptême, la Confirmation, l'Eucharistie, la Pénitence, l'Extrême Onction, l'Ordre et le Mariage ;

    le purgatoire, la résurrection des morts, la vie éternelle ;

    la Primauté, non seulement d'honneur mais aussi de juridiction du Pontife romain, successeur de Saint Pierre, Premier parmi les Apôtres et vicaire infaillible de Jésus-Christ ; le culte des Saints et de leurs images ;

    l'autorité des traditions apostoliques et ecclésiastiques et des Saintes Ecritures qui ne doivent s'interpréter et se comprendre que dans le sens qu'Elles ont tenu et qu'Elles tiennent de la Saint Mère l'Eglise Catholique ; et tout ce qui a été défini et déclaré par les Saints Canons et par les Conciles oecuméniques, spécialement le Sacro-saint Concile de Trente et par celui du Vatican.

    Par conséquent, d'un coeur sincère et avec une foi non feinte, je déteste et abjure toute erreur, hérésie et secte contraires à ladite Eglise Catholique, Apostolique et Romaine. Que Dieu me vienne en aide, ainsi que Ses Saints Evangiles sur lesquels je pose mes mains.

    Suivent les signatures de la personne concernée et des personnes agissant par délégation de l'évêque.

    Ce qui est frappant dans ce formulaire, c'est qu'il rappelle étrangement les usages de l'Inquisition. L'abjuration consiste à exposer rigoureusement le credo catholique romain, à y adhérer sans réserve et à abandonner ses anciennes croyances. Ce document souligne la violence et les obsessions de la dictature instaurée par le sinistre Francisco Franco avec le soutien de l'Eglise catholique espagnole. Cette dictature a duré de 1939 à 1975. En cette période où il est de bon ton de critiquer l'Union européenne ou d'ironiser sur les impuissances prétendues des démocraties, je crois qu'il est important de se souvenir que notre vieux continent a été confronté à d'horribles régimes politiques qui niaient les libertés publiques et pourchassaient impitoyablement les opposants.

  • Albert de Mun ou la réaction cléricale à l'oeuvre

    Imprimer

    albert de mun,félicité de lamennais,frédéric ozanam,église catholique,franc-maçonnerie,félix hautfort

    Les événements de la Commune de Paris, dont j'ai parlé à plusieurs reprises sur ce blog, ont profondément divisé le pays. Les républicains (des socialistes aux modérés) n'en ont pas forcément fait la même analyse politique tout comme les francs-maçons d'ailleurs, contrairement à ce que certaines manifestations contemporaines laissent entendre. Il en est de même des nationalistes et des cléricaux. C'est à ces derniers que je vais m'intéresser dans cette note.

    En 1871, les catholiques avaient commencé sérieusement à s'inquiéter de la prédominance des idées socialistes dans le monde ouvrier. Parmi ces catholiques, il y avait le comte Albert de Mun. Cet aristocrate avait fondé les Cercles catholiques d'ouvriers pour ramener le prolétariat dans le giron de l'Eglise. N'allons pas croire cependant que le comte Albert de Mun était un héritier de Félicité de Lamennais ou Frédéric Ozanam. En effet, Albert de Mun était un nationaliste et un fanatique de la pire espèce, de surcroît raciste et antisémite.

    Les Cercles catholiques d'ouvriers ont rapidement connu un grand succès car Albert de Mun était un organisateur et un meneur d'hommes hors pair. Il était parvenu à implanter son organisation corporatiste dans toute la France avec l'objectif politique d'imposer le catholicisme et d'en faire la religion d'Etat. Originairement monarchiste, le comte de Mun n'en était pas moins pragmatique. Il s'était donc rallié à la République en 1892 plus par raison que par passion, considérant qu'il était vain de perdre son temps à combattre les institutions pour restaurer le trône des Bourbons. Mais la République rêvée d'Albert de Mun n'avait évidemment rien à voir avec la République démocratique, sociale et laïque. Grâce aux Cercles catholiques d'ouvriers, Albert de Mun a pu faire une brillante carrière politique. Il était l'un des personnages les plus important de la droite française. Il fut député du Finistère.

    Pour vous montrer la force militante de l'organisation du comte de Mun, je voudrais vous faire partager cet extrait d'une intervention d'un certain Garnier. Celui-ci était probablement un animateur desdits Cercles. Lors d'un de leur congrès à Saint-Brieuc (16-19 novembre 1893), Garnier s'adressait ainsi aux femmes de l'organisation afin de parfaire leur formation militante et de développer leur pouvoir de persuasion  : 

    « Si vous voyez votre frère faire quelque chose de mal, vous devez l'en avertir. C'est une obligation. Vous voyez quelqu'un faire le mal, perdre son âme à laquelle vous devez vous intéresser, eh bien ! vous laisseriez cette âme se perdre sous vos yeux ! Tout au moins vous pouvez prier, offrir à Dieu quelques supplications ; mais aussi vous pouvez intervenir. Vous avez un fournisseur, vous apprenez qu'il travaille le dimanche, allez le trouver, lui dire: « Vous faites mal ». Si vous apprenez qu'il appartient à la franc-maçonnerie, prévenez-le: « II paraît, Monsieur, que vous êtes franc-maçon, si vous ne vous retirez pas de cette secte, je vous quitte. » Vous avez un menuisier, un serrurier, vous apprenez qu'il appartient à la même société, dites-lui : « Ecoutez, c'est à prendre ou à laisser, vous cesserez d'être franc-maçon ou vous perdrez ma clientèle. Je vois que vous êtes abonné à la Lanterne, moi je ne me sers pas des gens qui lisent des choses pareilles. » Il y a dans cette assemblée qui m'entend, assez de force morale pour convertir tout le pays, mais il faut que cette force soit bien organisée.»

    Les femmes étaient donc invitées à faire la morale à leur prochain et à utiliser tous les chantages, notamment d'ordre économique, pour ramener les brebis égarées dans le droit chemin. Evidemment, comme on le voit, les francs-maçons étaient dans la ligne de mire des Cercles catholiques d'ouvriers. Mais ça pouvait être le cas de n'importe quelle autre personne susceptible de présenter un danger pour l'ordre social (socialiste, juif, personne divorcée, prostituée, pacifiste etc.). Garnier, très en verve, rapporte cette anecdote.

    « Une dame racontait qu'elle voyait en chemin de fer une jeune fille lire Le Journal. « Comment, lui dit-elle, pouvez-vous lire une aussi mauvaise feuille. » La jeune fille le ferma en rougissant et cessa de lire. Voyez, l'effet de cette simple remarque. »

    La puissance politique et religieuse d'Albert de Mun s'appuyait aussi sur le journal L'Echo de Paris où notre homme avait ses habitudes. Il y retrouvait Paul Bourget et Maurice Barrès, deux confrères de l’Académie française où il avait été élu en 1897 sans avoir rien publié (miraculeux !).

    En 1914, L’Echo de Paris, journal conservateur et nationaliste, était devenu l’organe central du bourrage de crâne, notamment sous l'impulsion d'Albert de Mun qui y étalait quotidiennement sa névrose obsessionnelle sur Dieu, les anges et les saints. Voici quelques titres de chronique de Monsieur le comte. Ces titres, aujourd'hui, ne déplairaient pas aux intégristes du monde entier.

    Mun.jpg

    Le 12 août 1914, Albert de Mun écrivait (attention ! ça défrise…) :

    « Et puis enfin, il y a Dieu, qui a soudain rassemblé nos coeurs divisés, qui a permis le fol emportement de l’orgueil allemand, qui a conduit le merveilleux renversement des calculs germaniques. Il y a Dieu et Jeanne d’Arc ! Ce n’est pas en vain que, depuis dix jours, on prie d’un bout à l’autre de la France ! Ce n’est pas en vain que les autels, durant toute cette semaine, furent assiégés par les partants, officiers et soldats confondus ! Ce n’est pas en vain qu’après cinq siècles l’image de Jeanne béatifiée est revenue planer sur la patrie, comme sur la cité romaine le palladium antique ! »

    Le Comte de Mun est mort dans son lit en octobre 1914 pendant que la jeunesse européenne s'étripait à la guerre. Parmi les nombreux hommages, nous retiendrons celui de La Lanterne, le journal maçonnico-compatible que les Cercles catholiques d'ouvriers détestaient et qui d'ailleurs le leur rendait bien. Félix Hautfort, son directeur, notait :

    « La grande oeuvre de M. de Mun dans ses dernières années fut celle des Cercles catholiques. Nous y avons vu la plus dangereuse tentative d'embrigadement clérical qui ait jamais été conçue (...) Pour nous, entre tant d'adversaires venus des plus obscures sacristies, nous distinguons un écrivain dont la polémique fougueuse avait le mérite de la clarté dans la violence. »