Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

république - Page 5

  • Quelle République pour demain ?

    Imprimer

    Michel Maffesoli vient de me signaler qu'il interviendra avec Patrick Weil le 14 juin prochain à 20h00 au temple Arthur Groussier (16 rue Cadet 75009 Paris). Pour assister à cette conférence publique, il est indispensable de réserver (cliquez ici). Si vous avez l'opportunité de vous y rendre, n'hésitez pas. Le débat promet d'être fructueux.

    e5950263-1d53-4b16-ad74-c18ba1db16ae.jpg

  • La régularité maçonnique : un ostracisme politique

    Imprimer

    régularité,grande bretagne,france,socialisme,franc-maçonnerie,conservatisme,république,monarchieJe me suis permis de poster la réaction suivante sur le blog Hiram.be, plus précisément sous un article consacré au numéro 48 de Franc-Maçonnerie Magazine :

    « Le débat sur la régularité maçonnique est politique.

    Il a fondamentalement pour explication un positionnement politique de la franc-maçonnerie britannique à l’égard de la franc-maçonnerie française. Il a été un prétexte pour dénoncer le GODF. et, au-delà de ce dernier, tout ce que la France pouvait représenter non seulement en termes d’instabilité politique (le Consulat, le Premier Empire, la Restauration, la Monarchie de Juillet, le Second Empire, la Guerre de 1870, les événements de la Commune, la République) mais aussi de risques d’exportation de la révolution en dehors de ses frontières.

    J’en veux pour preuve un article de la revue The Freemason du 29 avril 1871 (p. 264) intitulé Freemasonry in France (Franc-maçonnerie en France). On peut y lire une condamnation sans appel de la Commune de Paris et de l’action de médiation entreprise par certains francs-maçons français ainsi qu’une condamnation du rite de Misraïm accusé d’avoir déployé ses activités sur le sol anglais grâce au soutien du G∴O∴D∴F∴. Un extrait mérite d’être cité car il est on ne peut plus clair :

    « Freemasons of England disavow most heartily the manifestoes of those misguided French brethen, and repudiate any connection in their fraternization with the Communists or Red Republicans. It is nevertheless important to bear in mind that it is with their action as a body we find fault, and not with the opinions which any individual Mason may choose to enunciante and support. »

    « Les Francs-Maçons d’Angleterre désavouent de tout leur coeur les manifestes de ceux qui, parmi les frères français, se sont égarés et ils répudient toute connexion dans leur fraternisation avec les communistes et les républicains rouges. Il est néanmoins important de garder à l’esprit c’est dans leur action en tant que corps [maçonnique] que nous décelons une faute, et pas dans les opinions que tout maçon, à titre individuel, peut choisir d’exprimer et de soutenir. »

    La décision du GODF de 1877 , supprimant la référence obligatoire au GADLU, a été le signal que les Anglais attendaient pour rompre. Le vote du Convent a été qualifié d’innovation révolutionnaire (cf. the Freemason, 15 décembre 1877, p.548 qui parle aussi de « changement révolutionnaire de l’Orient de France » ). C’est donc une accusation d’ordre politique.

    L’intransigeance des dignitaires anglo-saxons à l’égard des francs-maçons français est d’ordre politique (elle sera ensuite maquillée en 1929 sous les oripeaux des landmarks, lesquels seront à géométrie variable en fonction des intérêts politiques anglo-saxons… cf le cas français et italien). Cette intransigeance s’est vérifiée tout au long du XXe siècle. Le GODF malgré lui, est toujours perçu comme un repère de rouges, de communistes et d’athées alors qu’il jouit paradoxalement d’un certain prestige en raison de son grand âge (1773) auprès de ces mêmes dignitaires anglo-saxons. »

    freemason.jpg
    En réalité, ce commentaire reprend, pour partie, une note que j'avais écrite à propos de la polémique franco-britannique sur les rites égyptiens au XIXe siècle. Un frère m'a écrit pour me demander de produire l'un des extraits auquel j'ai fait référence. Le voici :

    freemason2.jpg

    Je précise que c'est un exemple parmi des centaines d'autres car The Freemason - comme d'autres revues maçonniques britanniques du dix-neuvième siècle - était coutumier de ce genre d'attaque politique contre la franc-maçonnerie française.

    Il est savoureux de remarquer que ces attaques politiques, souvent injurieuses, étaient paradoxalement perpétrées au nom de l'apolitisme de la franc-maçonnerie. C'est dire la perversité du procédé.

    C'est la raison pour laquelle je suis amusé de voir les postures de ceux qui, aujourd'hui, taclent volontiers le Grand Orient de France et, au-delà du Grand Orient, les obédiences qui s'intéressent à la réflexion sociale. Ils feraient mieux de se pencher sur l'histoire de la pseudo régularité, pauvre concept bancal théorisé sur le tard en 1929 par la Grande Loge Unie d'Angleterre pour justifier l'exclusion de la majorité des francs-maçons français de la communauté maçonnique internationale.

    Il faut le dire et le répéter : la régularité maçonnique est un ostracisme politique.

    En 1871, année de l'extrait reproduit ci-dessous, la presse maçonnique britannique considérait déjà que la franc-maçonnerie n'existait plus en France. Elle ne faisait qu'exprimer la pensée des dignitaires de la Grande Loge Unie d'Angleterre. Pour ces derniers, la maçonnerie française, aux mains des Rouges, apparaissait irrémédiablement perdue. Il est utile, je crois, de citer cette phrase dont la violence des termes est on ne peut plus claire :

    « We fear however that the evil is almost ineradicable, and that nothing but ostracism for a time from the Masonic Body Universal will cure our Frence brethen of the fatal fancy for using their influence as Masons in political matters. »

    « Nous craignons cependant que le mal soit presque ineffaçable et que rien, sauf l'ostracisme pour un temps de la communauté maçonnique internationale, ne guérira nos frères français de la fantaisie fatale d'user ès-qualités de leur influence dans les affaires politiques. »

     

  • Guy Mollet, l'incompris

    Imprimer

    Guy Mollet, GODF, Denis Lefebvre, SFIO, socialisme, Franc-Maçonnerie, Guerre d'Algérie, PolitiqueLa numéro 76 de La Chaîne d'Union contient un article intéressant sur Guy Mollet (1905-1975) écrit par Denis Lefebvre (Guy Mollet, le citoyen engagé, l'homme politique et le franc-maçon). Ce fut, pour moi, une découverte. Je connaissais bien sûr le nom de Guy Mollet, mais je fais partie d'une génération qui n'a aucun souvenir conscient du personnage public. J'avais en effet trois ans quand l'ancien secrétaire général de la SFIO est mort. Pour moi, Guy Mollet a toujours été associé à la décrépitude du mouvement socialiste démocratique après la guerre d'Algérie jusqu'au renouveau en 1971 avec le Congrès d'Epinay.

    La lecture de l'article de Denis Lefebvre m'a surtout permis de découvrir Guy Mollet, l'homme privé, le franc-maçon initié en 1934 au sein de la la Loge Conscience à l'Orient d'Arras à laquelle il est demeuré fidèle jusqu'à sa démission du Grand Orient de France en 1969. Lefebvre montre qu'il ne faut pas juger légèrement l'action de l'homme parce qu'il ne faut pas oublier que son parcours politique s'est étalé sur une quarantaine d'années. On ne saurait donc le réduire à la seule période de la guerre d'Algérie. durant laquelle il assuma, pendant un an et demi, la direction du gouvernement de la France (le plus long gouvernement de la Quatrième République soit dit en passant).

    Je connais les reproches dont il fut accablé, notamment de la part d'une frange de la gauche (communistes staliniens et communistes trotskistes de la métropole, les tenants de la « gauche morale », les intellectuels mondains germanopratins, les révolutionnaires de salon, etc.). La critique est toujours aisée quand on n'assume pas les responsabilités du pouvoir exécutif. Il est toujours facile de s'ériger en juge des actions qu'on ne mène pas soi-même. Souvent, tenir le ministère de la parole et des postures n'engage à rien. A l'époque, l'Algérie était la France. Le territoire national faisait l'objet d'incessants attentats. Les pieds noirs, majoritairement issus des classes populaires, avaient peur. L'armée française donnait des signes inquiétants de rébellion. L'instabilité institutionnelle était chronique.

    guy mollet,godf,denis lefebvre,sfio,socialisme,franc-maçonnerie,guerre d'algérie,politique

    Il lui fut reproché sa politique de répression et de maintien de l'ordre. Mais c'est oublier que les années 1956-1957 furent jalonnées d'attentats et de massacres. L'opinion publique n'était pas encore mûre pour accepter l'indépendance algérienne (les pieds-noirs représentaient un peu plus de 10% de la population vivant en Algérie, soit plus d'un million de personnes). Mollet faisait partie de ceux qui croyaient que les réformes économiques et politiques suffiraient à juguler l'indépendantisme algérien. Il était également préoccupé par l'idée de protéger la République contre une hiérarchie militaire imprévisible (d'où un allongement de la durée du service militaire et le rappel des réservistes).

    Force est de constater que Guy Mollet s'est trompé, non sur ses préventions à l'égard de la hiérarchie militaire (cf. le putsch de 1961), mais sur le sens général des événements, parce qu'il n'a peut-être pas voulu comprendre que l'inéluctable indépendance algérienne s'inscrivait dans un mouvement historique plus large de décolonisation politique au niveau mondial. Il ne fut pas le seul dans la classe politique française. C'est pourtant sous son gouvernement que le Maroc et la Tunisie - protectorats français il est vrai et non parties du territoire national - ont accédé à l'indépendance en 1956.

    3101309652.jpgCependant, le propos de Lefebvre n'avait pas pour objet l'action publique de Mollet pendant la guerre d'Algérie. Denis Lefebvre rappelle que le gouvernement de Guy Mollet a permis des avancées sociales et a relancé la construction européenne de façon significative avec la signature du Traité de Rome en 1957.

    Denis Lefebvre montre que Guy Mollet est sorti marqué de sa présidence du Conseil et par les événements difficiles auxquels il a été confronté. Guy Mollet est alors devenu l'homme à abattre pour une partie de la gauche française et des gaullistes. De 1958 à 1969, Mollet, redevenu secrétaire général de la SFIO, a été en effet constamment attaqué. Denis Lefebvre montre aussi que Guy Mollet a été attaqué au sein du Grand Orient de France. Il écrit :

    « Le Grand Orient de France des débuts de la Ve République évolue très vite, avec l'arrivée en son sein de jeunes frères très politisés, qui entendent tourner le Grand Orient de France vers le nouveau monde qui s'ouvre. Jusque là, l'Obédience était à l'aise dans cette IVe République parlementaire, comme elle l'avait été dans la IIIe République. Mais ces jeunes frères sont marqués du signe de l'antigaullisme, et condamnent ce qu'ils appellent le pouvoir personnel... c'est-à-dire le système présidentialiste qui préside désormais aux destinées du pays. Ces frères veulent finalement que l'obédience prenne position sur les grandes questions politiques de l'heure (...) Ils sont de gauche, socialistes, mais pas d'un socialisme version SFIO, de ce socialisme que symbolise Guy Mollet, celui de la participation au pouvoir : l'heure est à la révolution socialiste, qui passe par l'élimination de ce que représente Guy Mollet. Y compris dans l'Obédience, on le mesure aussi avec les manoeuvres menées en 1965-1966 contre le Grand Maître Alexandre Chevalier. »

    guy mollet,godf,denis lefebvre,sfio,socialisme,franc-maçonnerie,guerre d'algérie,politique,république,alexandre chevalier, gaston defferreSelon Denis Lefebvre, Guy Mollet a toujours été soucieux de ne pas confondre sa démarche maçonnique avec ses engagements publics. Aussi a-t-il douloureusement vécu les attaques dont il été l'objet au sein du Grand Orient de France. Il est probable que la disparition politique de la SFIO avec l'échec de Gaston Defferre aux présidentielles de 1969 (5% des suffrages) et la mort la même année de son ami Alexandre Chevalier, désavoué lors du Convent de 1966, n'ont pas été non plus étrangères à sa démission de l'Obédience.

    J'ai le sentiment, peut-être infondé, que Guy Mollet a achevé sa vie malheureux et surtout incompris. Malheureux de s'être retrouvé placé devant la réalité des choses, devant les difficultés de l'action publique dans un contexte particulièrement difficile, devant la férocité des factions et la versatilité des foules et ce quels que soient ses intentions de départ et son idéal politique. Mais surtout incompris de ne pas avoir su expliquer cet inévitable décalage à ses amis politiques et à ses frères maçons les plus critiques.

  • De la religion dans les relations de travail

    Imprimer

    Travail, Laïcité, Loi, Liberté, RépubliqueChacun est libre d'apprécier ou pas l'action des pouvoirs publics actuels. Mais il faut quand même prendre garde à la critique démagogique qui confine souvent à la désinformation pure et simple. C'est notamment ce qui est en train de se passer avec l'article 6 du projet de la « loi travail », plus connue encore sous le nom de la « loi El Khomri ». Cet article 6 dispose :

    « La liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître restrictions que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché. »

    Il n'en fallait pas davantage pour que certains y décèlent un inquiétant recul de la laïcité ou redoutent l'entrée en fanfare du communautarisme dans l'entreprise. Cet article, pourtant, ne fait que synthétiser les principes de la jurisprudence. Il s'inscrit dans le cadre des articles 9 de la convention européenne des droits de l'homme et L.1121-1 et L.1321-3 du code du travail. En soi, l'article 6 du projet de loi n'apporte donc rien de nouveau si ce n'est qu'il consacre ce qui existe déjà dans le droit positif.

    En l'état actuel du droit, un salarié de droit privé peut fort bien être contraint par son employeur de retirer un signe religieux, une tenue inappropriée, etc., pour autant que ce retrait soit justifié par les nécessités de la fonction, par la nature de la tâche à accomplir ou par des raisons de sécurité ou de représentation. De même, un employeur peut refuser au salarié des congés liés ou non à des raisons religieuses si ce refus est justifié par la continuité du service, par une forte activité ou par des circonstances exceptionnelles.

    Pour les fonctionnaires, les magistrats, pour les contractuels de droit public, pour les salariés de droit privé d'une entreprise délégataire de service public, le régime est différent. La neutralité est la règle parce que les missions sont d'intérêt général et effectuées soit sous l'autorité directe de l'autorité publique, soit sous son contrôle. L'article 6 du projet de loi n'est pas principiel, c'est-à-dire qu'il n'a pas pour objectif d'ériger un nouveau principe à partir duquel tout le droit du travail est appelé à évoluer. C'est précisément le contraire. L'article 6 résulte des principes dégagés par la pratique juridique. Ni plus ni moins. Il n'y a donc pas de recul de la laïcité. Au contraire, j'y vois son affirmation dans le souci de conjuguer la liberté des convictions religieuses et philosophiques avec le respect du lieu et des relations de travail.

    De toute façon, il faut être conscient que les relations de travail peuvent donner lieu à de multiples contentieux, y compris sur le terrain de la manifestation des convictions religieuses sur le lieu de travail. Un salarié peut être en conflit avec son patron sur le sujet. Un patron peut être en conflit avec un salarié à ce propos. La loi s'applique à la lumière de chaque affaire. La balance entre des intérêts opposés, le conflit entre deux libertés et le principe de proportionnalité par rapport à l'objectif poursuivi, ne sont pas des notions à manier avec maximalisme quand on est dans une société laïque et démocratique. Il n'y a que dans les dictatures que les lois sont à sens unique. Les jugements peuvent donc être différents, sans nécessairement être contradictoires en droit, car chaque cas d'espèce est unique. Ce n'est pas un phénomène nouveau quoi qu'on en dise. Cela se vérifie en droit du travail comme dans n'importe quelle autre branche du droit.