Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

glua - Page 2

  • Churchill ou la réussite d'une vie

    Imprimer

    churchill.jpg
    Parmi les grands hommes de l'histoire, certains furent francs-maçons. Ont-ils été pour autant de grands hommes parce qu'ils étaient francs-maçons ? Evidemment non.
     
    Il suffit de songer à Voltaire initié en 1778, au crépuscule d'une vie bien remplie, à la loge Les Neuf Soeurs de Paris ou à Winston Churchill initié en 1901 au sein de la Loge Studholme n°1591 de Londres qu'il fréquenta épisodiquement.
     
    Il est fort probable que ces deux hommes avaient déjà des prédispositions hors du commun. Ils avaient une passion, un feu intérieur, un désir irrépressible d'être les acteurs conscients de leur vie ainsi qu'une volonté de travailler à l'avènement d'une humanité meilleure et plus éclairée.
     
    Ce faisant, la franc-maçonnerie a quand même fait partie de leur vie à un moment donné. Leur nom y sera associé pour l'éternité.
     
    Il me plait donc de penser que cette rencontre n'a pas été fortuite et qu'elle a exprimé malgré tout une sorte d'évidence comme si les choix et les engagements de chacun d'eux symbolisaient concrètement les valeurs maçonniques.
     
    Je me souviens de cette citation de Churchill (je l'écris de mémoire) : « Une vie réussie tient moins à ce que nous obtenons, qu'à ce que nous donnons. »

    La réussite d'une vie ne se mesure pas à ce que celle-ci peut nous apporter, mais à ce que nous pouvons y mettre. Dès lors, chacun a potentiellement quelque chose à donner quelle que soit sa condition
     
    On peut  par exemple donner de son temps, de ses muscles, de sa sueur, de son sang, de son argent. Chacun porte en lui ce petit plus, aussi infime soit-il, susceptible de faire la différence. Chacun a la capacité d'être un agent actif du lien social même à son petit niveau.
     
    Cette vision résolument optimiste de l'existence, qui n'est sans doute pas étrangère à la pugnacité dont Winston Churchill a su faire preuve durant les heures sombres de notre histoire, me fait songer à ce qui est dit au profane lors de la cérémonie d'initiation :
     
    « Ce qui serait dans un profane une qualité rare ne doit devenir pour un Franc-Maçon que l’accomplissement de son devoir. Chaque occasion d’être utile dont il ne profite pas, est une infidélité. Chaque secours qu’il refuse, est un parjure. »
     
    Winston Churchill n'a pas été, loin s'en faut, d'une assiduité exemplaire en loge. Il a su néanmoins mettre en pratique les vertus maçonniques d'une manière absolument remarquable bien qu'il ait eu aussi sa part d'ombre et de faiblesses (il souffrait notamment d'alcoolisme et de troubles bipolaires). Sa très longue carrière politique a pu également l'amener, parfois, à prendre des décisions contestables. Il n'en demeure pas moins un des grands hommes du vingtième siècle et un des artisans de la victoire contre le fascisme et le nazisme.
     
    Au musée de la Grande Loge Unie d'Angleterre, accessible au grand public, il est possible de voir le tablier de maître de l'ancien premier ministre britannique (cf. photo ci-dessus) avec sa sacoche et sa paire de clés. Il s'agit d'un don fait au musée en janvier 1969, soit quatre ans après sa mort. J'imagine que si ce tablier n'avait eu aucune valeur à ses yeux, jamais il ne l'aurait conservé dans ses affaires personnelles depuis 1902.

  • La régularité maçonnique ou la tyrannie du « cant »

    Imprimer

    galles.jpgLe F Charles Cousin, président du Conseil de l'Ordre du Grand Orient de France (G∴O∴D∴F∴), s'était assigné la tâche de renouer avec la Grande Loge Unie d'Angleterre (GLUA) et de lever le malentendu résultant de la décision conventuelle de 1877.

    Cousin admirait le Prince Edouard de Galles, GM de la maçonnerie anglaise. Il pensait trouver en lui un interlocuteur suffisamment intelligent pour comprendre que la décision du Convent du GODF n'avait jamais été une profession d'athéisme.

    Avant d'écrire à cet illustre F, Charles Cousin confia avoir examiné longuement le portrait du jeune aristocrate. De cet examen, il avait conçu quelque espoir d'une solution favorable. En effet, rien, dans ce beau visage d'élégant quadragénaire, si ouvert, si sympathique, ne lui rappelait « le cant », cette notion anglaise qui désigne l'attitude moralement hypocrite consistant à donner en société l'apparence d'une haute sévérité de moeurs. Il faut dire que le prince Edouard, noceur et queutard invétéré, était un habitué des nuits parisiennes.

    Le F∴ Cousin adressa donc un courrier au GM de la GLUA le 28 novembre 1884 dans lequel il rappela le sens du vote de 1877.  

    « La Franc-Maçonnerie française reste ce qu'elle a toujours été, une association fraternelle et tolérante. Respectant la foi religieuse et politique de ses adeptes, elle laisse à chacun, dans ces délicates questions, la  liberté de sa conscience. Travaillant en vue du perfectionnement moral et intellectuel des hommes et de leur bien-être, elle ne demande, à ceux qui veulent être admis dans son sein, que les sentiments d'honnêteté et d'amour du bien qui  leur permettent de coopérer utilement à son œuvre de progrès et de civilisation. »

    Le Prince de Galles répondit à Cousin le 12 janvier 1885 par l'intermédiaire du F∴ Shadwell H. Clerke, son grand secrétaire.

    « La Grande Loge d'Angleterre n'a jamais supposé que le Grand-Orient ait voulu faire profession formelle d'athéisme et de matérialisme ; mais la Grande Loge d'Angleterre soutient et a toujours soutenu que la croyance en Dieu est la première grande marque de toute vraie et authentique Maçonnerie, et qu'à défaut de cette croyance professée comme le principe essentiel de son existence, aucune association n'est en droit de réclamer l'héritage des traditions et des pratiques de l'ancienne et pure Maçonnerie. »

    3696247722.jpgCousin essuya donc un refus ferme mais avec les formes qui siéent aux gentlemen bien éduqués. Il fit l'expérience de la puissance tyrannique du cant, ce non possumus paradoxalement emprunté à l'infaillibilité papale par les ennemis les plus acharnés du pape. Il fut obligé de constater que même le jovial Edouard (le futur Edouard VII) n'osa s'en débarrasser, sans doute pour ne pas indisposer les vieux rombiers conservateurs attachés au respect idolâtrique des formes qui composaient alors son entourage maçonnique immédiat.

    Il convient d'ailleurs de rappeler que c'est à cause du « cant » - cette notion bizarre - que la porte de la Chambre des Communes avait été longtemps fermée à deux élus de la nation pourtant régulièrement élus, au seul motif qu'ils avaient refusé, l'un et l'autre, de prêter serment sur l'Evangile et de faire profession de foi chrétienne. Le premier était juif, Lionel-Nathan Rothschild. L'autre était athée, Charles Bradlaugh. 

    La perfide Albion, que l'on dit pourtant libérale, n'a en réalité jamais badiné avec les formes chaque fois que ça pouvait l'arranger. Plus encore, l'Angleterre victorienne du XIXe siècle, foyer de la révolution industrielle en Europe, s'est toujours montrée impitoyable à l'égard de tous ceux qui ne cadraient pas avec les valeurs étriquées de la bonne société britannique (les républicains, les libres penseurs, les non chrétiens, les révolutionnaires, les ouvriers, les pauvres, les homosexuels, les gens de couleur, etc.).

    Charles Cousin en fit l'amère expérience au nom et pour le compte du GODF, obédience maçonnique pourtant parfaitement régulière fondée en 1773, donc structurellement plus ancienne que la GLUA née, elle, en 1813. La mésaventure du F Cousin souligne, une fois de plus, l'hypocrisie de la soi-disant régularité maçonnique, expression du « cant » anglais. La régularité cache en réalité de solides préjugés politiques.

    « Le cant » - cette hypocrisie de comportement - n'a jamais empêché les britanniques de faire preuve d'adaptation et de pragmatisme chaque fois que cela s'avérait nécessaire pour résoudre un problème ou pour se sortir d'une situation délicate et embarrassante. C'est ce pragmatisme qui a conduit les pouvoirs publics à modifier le serment des parlementaires pour ne pas porter atteinte à la liberté de conscience des députés (cf. l'encadré jaune ci-dessous). C'est également ce pragmatisme qui a conduit la pourtant très conservatrice GLUA à abandonner, en 1986, toute mention des châtiments physiques du texte du serment de l'apprenti maçon s'alignant ainsi sur une mesure prise dès 1858 par le GODF.

    A mon avis, on ne pourra jamais pleinement comprendre l'apparente rigidité de la G∴L∴U∴A∴ et notamment son attachement obsessionnel à la croyance obligatoire en Dieu, si on ne tient pas compte de ses préjugés idéologiques hérités du dix-neuvième siècle, qu'elle a pris soin de camoufler hypocritement sous des formes et des usages soi-disant traditionnels.

    Que peut-on en conclure ? Que le F∴ Charles Cousin avait tout simplement oublié qu'il n'était aux yeux des maçons britanniques qu'un petit républicain amoral car libre penseur, de surcroît citoyen d'un empire concurrent hostile aux têtes couronnées et le dignitaire d'une obédience suspectée de complaisance à l'égard des rougesQuoi qu'il en soit, la maçonnerie du GODF n'a nullement souffert de l'intransigeance de la maçonnerie d'outre-Manche. Et puis comme l'écrivait le F∴ Stendhal (cf. De l'amour, liv. II, ch. 46) : « Rien n'éloigne davantage des deux grands vices anglais, le cant et le bashfulness (hypocrisie de moralité et timidité orgueilleuse et souffrante)» 

    rtohlaugh.jpgL'exemple surprenant de Lionel-Nathan Rothchild. Candidat libéral pour l'élection à la Chambre des communes en 1847, il ne put y siéger en raison de l'opposition de la Chambre des Lords. Il se représenta en 1849 et se heurta, une nouvelle fois, à la même opposition. Faisant preuve d'une belle audace, elle s'y rendit pour y siéger mais refusa de prêter le serment réglementaire en raison de sa judéité. Le serment prévoyait en effet que le parlementaire s'engage sur « sa vraie foi de chrétien ». Le jeune parlementaire avait été donc prié de rentrer chez lui. En 1853 il s'obstina et se représenta devant le suffrage universel. Il fut élu avec le soutien du parti libéral qui exigea alors la modification du serment du parlementaire. En 1858, après onze ans de bataille juridique, le serment fut enfin modifié et le parlementaire put enfin siéger !

    Le cas de Charles Bradlaugh est similaire. Celui-ci n'était pas juif mais athée. Il fut élu en 1880 et se heurta à son tour au fameux serment du parlementaire qui, bien que modifié suite à l'affaire Rotschild, continuait à comporter la formule « So help me God » (avec l'aide de Dieu). Bradlaugh refusa de prêter serment au nom de son athéisme et de son attachement à la libre pensée. Il en résulta une bataille juridique de huit ans. En 1888, le serment fut finalement remplacé par un engagement solennel d'allégeance ainsi rédigé : « Je, (nom du député), jure que je serai fidèle et porterai vraie allégeance à Sa Majesté la reine/ le roi (nom du souverain). »

  • Hommage à David Bowie

    Imprimer

    Je vous propose un petit hommage sympathique à David Bowie récemment décédé. Celui de Paul Bowen, grand organiste de la Grande Loge Unie d'Angleterre. Paul Bowen interprète Life on Mars ? dans le Grand Temple du Freemasons' Hall.

    Cette vidéo ne manquera pas de relancer les spéculations sur l'appartenance maçonnique de David Bowie.

    Ah ! Les mystères... Hein ?

    Pour la petite anecdote, Rick Wackerman, le pianiste et claviériste qui a interprété le morceau sur l'album Hunky Dory, est bien un F∴ et membre de la R∴L∴ Chelsea n°3098 (source : GLUA, je ne divulgue rien).

  • La polémique franco-britannique sur les rites maçonniques "égyptiens" au XIXe siècle

    Imprimer

    harry j. seymour,john yarker,robert little,william de lemerick,sigismund rosenthal,albert mackay,memphis-misraïm,glua,godf,jean-etienne marconis de nègre,georg grotefend,jean-françois champollion,gilbert thévenot,grande bretagne,franceLes rites maçonniques dits "égyptiens", longtemps restés confidentiels, ont déployé l'essentiel de leurs activités en dehors des grandes obédiences. Ils sont apparus dans le sillage des Cagliostro, Marconis de Nègre ou encore des frères Bédarride, personnages controversés et sulfureux. Puis, un peu plus tard, ils ont regroupé des individus que les loges ne voulaient pas en raison, notamment, de leurs activités politiques. Les rites de Misraïm et de Memphis, cantonnés à quelques loges pour l'essentiel, sont ainsi devenus des foyers d'agitation politique étroitement surveillés par les autorités. 

    A l’époque où les rites maçonniques "égyptiens" se sont structurés, on ne connaissait strictement rien de l’Egypte antique. On ignorait tout de son histoire, des différentes dynasties royales, de l'usage des monuments (dont une majorité était encore ensevelie dans les sables du désert) et de la signification des hiéroglyphes. L'égyptologie n’existait pas encore en tant que science autonome. On connaissait donc l'Egypte à travers l'image peu glorieuse que la Bible en donnait et aussi à travers les oeuvres de certains auteurs latins et grecs. Bref, les rites maçonniques "égyptiens", sous la houlette de leurs promoteurs, ont investi un champ vierge de toute connaissance. Ça veut donc dire qu'on a "égyptianisé", si je puis dire, les rites maçonniques comme on aurait pu très bien les "assyrianiser" si les travaux de Georg Grotefend (1775-1853) publiés dès 1802 sur l'écriture cunéiforme avaient suscité la même fascination que ceux de Jean-François Champollion (1790-1832) pour l'écriture hiéroglyphique. 

    Pourquoi les rites maçonniques "égyptiens" ne sont-ils pas parvenus à s'extirper de la marginalité ? Parce que, comme je l'ai dit, ils ont été souvent portés à bout de bras par des personnages sulfureux. Mais ce n’est pas le seul élément déterminant qui explique leur marginalité dans le monde maçonnique. Les rites "égyptiens" se sont souvent heurtés à l'hostilité marquée des obédiences maçonniques. Sous le second Empire, de nombreux républicains et révolutionnaires ont été contraints à l'exil. Même chose après l'écrasement de la Commune de Paris. C'est ainsi que des loges "égyptiennes" se sont créées en Grande Bretagne, à Londres, dans le courant des années 1860 et 1870. Ces ateliers regroupaient des proscrits mais pas uniquement comme on le croit trop souvent.

    En effet, les rites "égyptiens" ont aussi attiré des maçons britanniques en quête de mystères, de secrets et de grades. C'est ainsi que le 28 décembre 1870, une réunion des Conservateurs généraux du rite de Misraïm (90ème degré) a eu lieu dans la célèbre Freemasons' Tavern de Londres, Great-Queen Street (cf. The Freemason, édition du 31 décembre 1870). Y ont assisté l'éditeur-rédacteur Robert Wentworth Little (1840-1878), le comte William de Limerick (1840-1896) et l'artiste peintre Sigismund Rosenthal (1813-1884). L'écrivain et occultiste John Yarker (1833-1913) est devenu quant à lui le Grand Maître général du rite de Memphis en Grande Bretagne le 8 octobre 1872. Il a été nommé à cette charge par Harry J. Seymour, Grand Maître du rite de Memphis aux Etats-Unis d'Amérique.

    Les rites "égyptiens", on le voit, n'avait pas bonne presse au XIXe siècle. En Grande Bretagne et en France, ils étaient perçus comme dangereux et subversifs. Mais ce qu'on sait moins, c'est que les dignitaires britanniques et, plus largement anglo-saxons, s'en sont particulièrement méfiés. La raison ? Le F américain Albert Mackey (1807-1881) la donne dans son Encyclopédie de la franc-maçonnerie :

    "En 1862, lorsque Marconis a remis le rite de Memphis dans les mains des autorités dominantes de la maçonnerie française [le Grand Orient de France], beaucoup de ces loges [du rite de Memphis] existaient dans diverses parties de la France même si elles étaient en sommeil, parce que, comme nous l'avons déjà vu, dix ans auparavant, elles avaient été fermées par l'autorité civile. Si elles avaient été actives, elles n'auraient pas été reconnues par les francs-maçons français ; elles auraient été considérées comme clandestine, et il n'y aurait eu aucune affiliation possible parce que le Grand Orient ne reconnaît que les corps maçonniques qui le reconnaissent en retour comme chef de la maçonnerie française."

    Et Mackay de poursuivre :

    "Mais quand Marconis a cédé ses pouvoirs de Grand Hiérophante du rite de Memphis au Grand Orient, ce dernier autorisé le réveil des loges de Memphis à la condition qu'elles reconnaissent leur subordination au Grand Orient et qu'elles travaillent seulement aux trois premiers degrés sans conférer de diplôme supérieur à celui de maître maçon. Les membres de ces loges aux plus hauts grades dans le Rite de Memphis devaient être considérées comme de simples maîtres maçons."

    Selon Albert Mackay, il y aurait donc eu une sorte de double jeu des maçons égyptiens. D'un côté, le rite de Memphis aurait fait officiellement allégeance au GODF pour ne pas être inquiété par les pouvoirs publics et les obédiences reconnues. D'un autre, il aurait continué officieusement ses activités, c'est-à-dire à élever les frères aux plus hauts degrés du rite et à se développer au sein du GODFCe que Mackay décrit, c'est donc tout simplement un processus d'infiltration de la franc-maçonnerie par une minorité agissante ou un groupe d'individus structuré autour d'un rite non reconnu. Le GODF∴ est présenté comme la tête de pont de ce processus.

    Il est malgré tout probable que cette infiltration ait été plus un fantasme qu'une réalité empiriquement observable. Elle a néanmoins alimenté pendant des années la peur des maçons anglo-saxons en général et des maçons britanniques en particulier. Dans les années 1870, les journaux maçonniques britanniques ont en effet régulièrement tiré à boulets rouges sur les rites de Misraïm et de Memphis qualifiés de "spurious" (faux) et de "swindle" (escroquerie). Les critiques sont même devenues si insistantes et si violentes que le GODF a été contraint de réagir par l'intermédiaire de son secrétaire général, le F Gilbert Thévenot (1818-1882). Le 22 août 1873, ce dernier a écrit au F Robert Hamilton (1820-1880), Grand secrétaire général du Suprême Conseil d'Angleterre, pour dissiper des rumeurs qui couraient à son sujet : 

    "Ma réponse sera aussi simple que catégorique. La voici. Je déclare que je ne fais et n'ai jamais fait partie, ni directement ni indirectement, du soi-disant "Ancien et primitif rite de la Maçonnerie", ni du pouvoir constituant de ce rite, nouvellement implanté en Angleterre, ce que je déplore amèrement. J'affirme que la mention de mon nom comme membre honoraire et comme possédant le 95e degré de ce prétendu rite maçonnique est une imposture que je signale aux maçons de tous les pays (...)"

    On voit donc que l'essor des rites égyptiens (Misraïm et Memphis) a été particulièrement difficile au XIXe siècle en raison de leurs origines obscures et sulfureuses. Ils se sont heurtés à l'hostilité marquée des pouvoirs publics et des obédiences maçonniques qui les considéraient soit comme des escroqueries aux mains de charlatans, soit comme des foyers d'agitation révolutionnaire dirigés par des criminels.

    Dans ce climat de méfiance et de peur, la réaction britannique vis-à-vis de ces systèmes maçonniques devait être soulignée parce qu'elle demeure très peu connue des francs-maçons français et, plus généralement encore, de la recherche maçonnologique. Cependant, comment en expliquer le sens profond ? Comment expliquer cette focalisation des maçons d'outre-Manche sur des rites finalement ultra minoritaires ? Ma réponse est la suivante. Cette réaction a fondamentalement pour explication un positionnement politique de la franc-maçonnerie britannique à l'égard de la franc-maçonnerie française. Cette focalisation sur les rites "égyptiens" n'a été, à mon avis, qu'un prétexte pour dénoncer le GODF et, au-delà de ce dernier, tout ce que la France pouvait représenter non seulement en termes d'instabilité politique (le Consulat, le Premier Empire, la Restauration, la Monarchie de Juillet, le Second Empire, la Guerre de 1870, les événements de la Commune, la République) mais aussi de risques d'exportation de la révolution en dehors de ses frontières. J'en veux pour preuve un article de la revue The Freemason du 29 avril 1871 (p.264) intitulé Freemasonry in France (Franc-maçonnerie en France). On peut y lire une condamnation sans appel de la Commune de Paris et de l'action de médiation entreprise par certains francs-maçons français ainsi qu'une condamnation du rite de Misraïm accusé d'avoir déployé ses activités sur le sol anglais grâce au soutien du GODF∴. Un extrait mérite d'être cité car il est on ne peut plus clair :

    "Freemasons of England disavow most heartily the manifestoes of those misguided French brethen, and repudiate any connection in their fraternization with the Communists or Red Republicans. It is nevertheless important to bear in mind that it is with their action as a body we find fault, and not with the opinions which any individual Mason may choose to enunciante and support."

    "Les Francs-Maçons d'Angleterre désavouent de tout leur coeur les manifestes de ceux qui, parmi les frères français, se sont égarés et ils répudient toute connexion dans leur fraternisation avec les communistes et les républicains rouges. Il est néanmoins important de garder à l'esprit c'est dans leur action en tant que corps [maçonnique] que nous décelons une faute, et pas dans les opinions que tout maçon, à titre individuel, peut choisir d'exprimer et de soutenir."

    Extraordinaire n'est-ce pas ? Je trouve ce paradoxe savoureux. Les francs-maçons français sont ainsi mis au ban de la franc-maçonnerie universelle parce qu'ils prétendent agir au nom de l'Ordre maçonnique dans les événements de la Commune de Paris (j'ai déjà montré effectivement dans une note que des maçons s'étaient arrogés le droit d'agir et de parler au nom de la maçonnerie française et que les frères étaient en réalité très partagé sur le mouvement). Mais ceux qui les désavouent "de tout leur coeur" dans les colonnes du Freemason font exactement la même chose ! Ils les désavouent au nom des Francs-Maçons d'Angleterre, c'est-à-dire en tant que corps maçonnique ! Il y a donc tout simplement ici l'expression d'une condamnation politique et d'un rejet clair et net de la Commune de Paris et des communistes même si on prend soin de rappeler que chaque maçon, à titre individuel, demeure libre de ses opinions.

    Pour le dire encore autrement, je crois que la rupture de la maçonnerie anglo-saxonne en 1877 avec la maçonnerie française (la querelle du Grand Architecte de l'Univers, n'en déplaise au F Alain Bernheim) a été d'autant plus brutale qu'il y a eu, tout au long des années 1860 et 1870, ces polémiques incessantes sur le rôle et la place des rites de Memphis et Misraïm perçus tous deux comme des chevaux de Troie de la révolution sociale et politique dans une Angleterre hyper industrialisée. La Commune de Paris a également été un traumatisme chez les dignitaires britanniques. La mise à l'écart du GODF et, à travers lui, de la maçonnerie française, était en quelque sorte déjà dans les tuyaux depuis quelques années. Il fallait attendre un prétexte supplémentaire pour rompre.

    Autrement dit, on a les ingrédients d'une rupture de nature politique si on ajoute à la peur des rouges infiltrés dans des réseaux (rites égyptiens, structures clandestines) la peur des libres penseurs et des athées présentés comme des individus dépourvus de morale. Evidemment, cette double peur fait sourire aujourd'hui compte tenu du recul historique dont on dispose mais je reste persuadé qu'elle subsiste encore de nos jours du côté des GGLL britanniques et américaines. En tout cas, dans le contexte de l'époque, elle s'explique très bien. On peut en comprendre l'étrange vigueur. En effet, à la fin du XIXe siècle, l'univers mental des francs-maçons reposait encore largement sur une approche mythifiée de leur propre histoire. Nombreux étaient ceux qui, en France, pensaient que la Révolution de 1789 avait été fomentée dans les loges. Nombreux étaient ceux qui, en Grande Bretagne, étaient disposés à le croire... 

  • Le casse-tête de la régularité maçonnique

    Imprimer

    J'ai appris récemment que la Grande Loge Unie d'Angleterre (GLUA) pouvait considérer que des obédiences étaient régulières sans pour autant les reconnaître. Roger Dachez a cité l'exemple de la maçonnerie mixte et féminine britannique. La GLUA considère que cette maçonnerie est régulière tout en ne la reconnaissant pas.

    Plus étonnant, il semblerait que la reconnaissance d'une obédience par une autre obédience régulière n'implique absolument pas la reconnaissance automatique de la GLUA.

    La GLUA ne lierait donc pas les notions de "régularité" et de "reconnaissance". Ce qui est totalement faux puisque le "basic principle" n°1 de 1929, toujours en vigueur, énonce :

    "Régularité d'origine ; c'est-à-dire que chaque Grande Loge doit avoir été établie légalement par une Grande Loge dûment reconnue ou par trois Loges ou plus régulièrement constitués."

    Sinon pourquoi la GLDF ou la GLAMF se seraient-elles évertuées à obtenir la reconnaissance de la GLUA lorsque la GLNF était en disgrâce ? Si la reconnaissance de la GLUA ne légitime pas la régularité, pourquoi alors la rechercher ?

    Roger Dachez voit dans ce double langage de la GLUA le signe du pragmatisme de la maçonnerie britannique. Pour ma part, je vois surtout dans cette casuistique compliquée une forme d'arbitraire qui confirme ce que la soi-disant régularité a toujours été : la volonté de la maçonnerie britannique de réduire la maçonnerie universelle à son image afin de préserver son leadership.

    La prétendue régularité aboutit aujourd'hui à des situations réellement absurdes. Il existe ainsi de nombreux pays dans lesquels on trouve deux obédiences régulières en concurrence. L'une est reconnue par la maçonnerie britannique, l'autre par la maçonnerie américaine. C'est par exemple le cas de l'Italie, de la Bulgarie, de la Grèce ou de la Serbie. 

    Il est tout de même paradoxal de voir ces obédiences - souvent d'effectifs modestes - se livrer lamentablement à des jeux politiques d'influence ou à des guéguerres picrocholines pour la reconnaissance alors qu'elles se targuent volontiers de représenter une "maçonnerie de tradition", laquelle devrait d'abord se préoccuper de réunir ce qui est épars.

  • La G∴L∴D∴F∴ à la recherche de l'introuvable régularité

    Imprimer

    La récente interview d'Alain Bernheim et l'échec retentissant de la Confédération Maçonnique de France (CMF) m'incitent à revenir aujourd'hui sur les relations internationales de la Grande Loge de France (GLDF). Cette "politique étrangère" obédientielle permet d'expliquer la situation présente et l'entêtement aveugle de ladite obédience à obtenir la reconnaissance de la Grande Loge Unie d'Angleterre (GLUA) et des GGLL américaines. Pour faire bonne mesure et éviter les polémiques stériles, j'indique d'ores et déjà que je consacrerai une prochaine note aux relations internationales du Grand Orient de France (GODF).

    Dans l'ombre du GODF

    Il faut rappeler une chose d'entrée de jeu. La GLDF∴ est une obédience qui supporte mal de demeurer, depuis plus d'un siècle, dans l’ombre d'un GODF∴ beaucoup plus important en effectifs et médiatisé qu'elle et qui de surcroit s’est coupé involontairement du corps maçonnique universel depuis 1877 (1). La GLDF∴ s’est donc trouvée en quelque sorte entraînée malgré elle dans le sillage de la rue Cadet même si, de son côté, elle a pris moins de liberté avec la tradition maçonnique en conservant nombre d’usages comme par exemple la référence au GADLU ou la présence de la Bible sur l'autel des serments (2). Et encore, quand je dis « entraînée », c’est résumer les choses car la GLDF a toujours été, de toute façon, très attachée à son indépendance. Elle a été sans doute beaucoup plus préoccupée de préserver son autonomie par rapport au Suprême Conseil de France (SCDF) (3) que par les choix philosophiques du G∴O∴D∴F. Il n’en demeure pas moins cependant que la GLDF a été mise dans le même sac que le G∴O∴D∴F et que cette situation a été mal vécue par les dignitaires du S∴C∴D∴F En effet, le SCDF∴ a été mis à l’écart du "club international" des SSCC du R∴E∴A∴A∴. La fondation, en octobre 1913, de la Grande Loge Indépendante et Régulière pour la France et Colonies, devenue ensuite en octobre 1948 la Grande Loge Nationale Française (GLNF), n'a pas arrangé les choses (4).

    La stratégie de l'absorption

    Depuis ce temps là, nombre de dirigeants de la GLDF et du SCDF∴ ont cultivé une sorte de ressentiment à l’égard de la situation faite à leur Obédience. Ils y ont vu un malentendu et dans ce malentendu une injustice que certains se sont évertués à réparer en tentant d’établir des passerelles, plus ou moins timides, avec des obédiences dites "régulières". Le SCDF∴ en particulier a mis tout son poids dans la balance. A partir de 1956, une tentative de rapprochement a été menée en vain. Des pourparlers ont eu lieu, pendant plusieurs années, entre la GLDF et la groupusculaire GLNF∴ (5) mais ils n'ont rien donné. Le Grand Commandeur du SCDF∴, Charles Riandey, est alors parti en 1964 avec un certain nombre de ses fidèles à la GLNF∴ (entre 400 et 500 FF∴). C’est ainsi que le REAA a pu s’établir au sein de Bineau (6) et qu’un Suprême Conseil pour la France (SCP∴LF) a pu se constituer (7). Cette scission a été un traumatisme. Je me souviens, dans les années 1990, de vieux frères de la GLDF qui en parlaient encore !

    La stratégie des bons offices

    Les partisans d'un rapprochement avec Londres, c'est-à-dire les « conservateurs » de la GLDF∴ qui n'avaient pas suivi le F Riandey, ont alors changé de stratégie et abandonné le projet d'une absorption de la GLNF∴. Ils ont donc procédé de manière différente pour arracher une hypothétique reconnaissance londonienne en passant, cette fois-ci, par la Suisse et, dans une moindre mesure, par le Luxembourg. La Grande Loge Suisse Alpina (GLSA) et la Grande Loge de Luxembourg (GLL) ont beaucoup œuvré auprès de Londres en faveur de la GLDF. Ces deux obédiences ne manquaient jamais de souligner que la GLDF était une obédience régulière contrairement au "méchant G∴O∴D∴F∴". Je caricature à peine. Cependant, malgré les bons offices de la GLSA∴ et de la GLL, cette stratégie n’a rien donné non plus. La GL∴U∴A∴, de façon tout à fait logique et prévisible, s'est contentée de relever qu'il y avait en France une obédience régulière depuis 1913. 

    La stratégie de la sphère d'influence

    Entre temps, un événement d'une importance considérable s'est produit à la fin de l'année 1989 : la chute du mur de Berlin suivie rapidement, au début des années 90, de l'effondrement du bloc soviétique formé par les Etats signataires du Pacte de Varsovie. Toutes les obédiences françaises (y compris d'autres obédiences européennes) se sont mises alors dans les starting blocks, ouvrant dans l'enthousiasme, la précipitation et le désordre des ateliers dans les Pays d'Europe Centrale et Orientale (PECO) sans vraiment se préoccuper de leur viabilité (8). Chaque obédience a alors tenté d'étendre sa sphère d'influence. Et la GLDF∴, naturellement, a voulu étendre la sienne, confortée par le fait qu'elle a toujours abrité en son sein des LL∴ non francophones (9). Mais la stratégie de l'influence n'a nullement impressionné Londres. Si le mur de Berlin est tombé, la porte du Freemasons Hall du 60 Great Queen Street, siège de la GLUA∴, est demeurée, elle, hermétiquement close (10).

    La stratégie du contournement

    C’est alors que l’idée américaine a commencé à germer dans l'esprit de ceux qui, au sein de la GLDF, continuaient à espérer rejoindre un jour la "grande famille" des obédiences dites régulières. Pourquoi ne pas essayer auprès des Américains ce qui a été vainement tenté auprès des Britanniques ? Cette nouvelle stratégie, qui consistait donc à se rapprocher des GGLL américaines, était plutôt bien pensée. On peut pas reprocher à l'obédience de la rue Puteaux d’avoir essayé de jouer la carte de l’esprit indépendantiste américain. Par conséquent, la GLDF entreprit sa conquête de l’Ouest sans avoir eu cependant besoin de se rendre jusqu’aux extrémités du continent américain. Elle suscita en effet l’intérêt de la GL du Massachussets qui envisagea un temps de nouer des relations fraternelles officielles. Cependant, cette perspective fut rapidement anéantie par la GLUA et les autres GGLL∴ américaines qui toutes rappelèrent que la GLDF∴ était une obédience parfaitement irrégulière.

    L'ultime stratégie ? Spéculer sur les déboires internes de la GLNF

    Depuis cet épisode, la GLDF essaie de faire bonne bonne figure en maintenant ses contacts étroits avec Alpina et certaines Grandes Loges européennes, non sans commettre au passage quelques belles bourdes diplomatiques, notamment vis-à-vis de la Grande Loge du Maroc (GLM) (11). Le projet de la CMF, qui vient de s'effondrer, n'est donc qu'une énième stratégie de la GLDF∴ visant à obtenir la reconnaissance de la GLUA∴. Après tant d'efforts déployés, tant de circonvolutions et tant de désillusions, on ne peut pas reprocher à la GLDF∴ d'avoir spéculé sur les déboires internes de la GLNF∴ et espéré que l'exclusion de cette dernière de la famille régulière allait enfin pouvoir lui profiter. Elle s'est laissée aveugler par les promesses inconsidérées des cinq obédiences signataires la "déclaration de Bâle" parmi lesquelles l'inévitable Alpina. On connait la suite... La GLNF∴ a été à nouveau reconnue par Londres et les "cinq de Bâle" se sont empressés alors de lâcher la GLDF∴ en toute "fraternité". Cependant, je n'épiloguerai pas ici outre mesure sur les raisons de l'échec de la CMF∴. Ce sera l'occasion, peut-être, d'une prochaine note. 

    ___________________

    Notes :

    (1) Daniel Ligou, Frédéric Desmons et la Franc-Maçonnerie sous la Troisième République, ed. Gedalge, Paris, 1966. En effet la rupture avec la maçonnerie anglo-saxonne n'était absolument pas dans les intentions de la rue Cadet. Le rapporteur du voeu n° 9, le pasteur Frédéric Desmons, l'a d'ailleurs dit très clairement devant les délégués au Convent. 

    (2) La présence obligatoire de la Bible sur l'autel des serments dans les LL de la G∴LDF est somme toute relativement récente. Elle date de 1954.

    (3) Le SCDF est la juridiction qui a autorité sur les ateliers de "hauts grades" du R∴E∴A∴A (du 4e au 33e inclus). Il est souché sur la G∴LDF∴ qui, elle, a autorité sur les trois premiers degrés symboliques (apprenti, compagnon et maître). Le SCDF∴ ne coopte que des FF de la G∴LDF Cette séparation institutionnelle, sauf erreur de ma part, a été actée au tout début du vingtième siècle après de nombreux débats et péripéties internes. 

    (4) La pratique du R∴E∴A∴Aavait permis à la G∴LDF de conserver, au début du vingtième siècle, un réseau international plus étoffé que celui du GODF. Dans les années 1900, elle avait des relations officielles avec une quarantaines de GGLL américaines. La fondation de la GLNF a bien entendu changé la donne.

    (5) L'obédience régulière, dans les années 1960, ne dépassait guère les 1000 membres et le gros de ses effectifs était surtout localisé à Paris et en région parisienne. 

    (6) En 1958, la GLNF∴ a connu une scission. Des LL, qui voulaient concilier à la fois le respect des landmarks et le contact avec les obédiences  françaises dites "irrégulières", ont fondé une autre GLNF∴. Pour les distinguer, on les a longtemps désignées par l'adresse de leur siège social. GLNF∴ Bineau (pour boulevard Bineau à Neuilly-sur-Seine, siègle de l'obédience mère) et GLNF∴ Opéra (pour avenue de l'Opéra à Paris, siège de la nouvelle obédience).

    (7) Le SCP∴LF a pris, semble-t-il, son autonomie fin 2014 en refusant de se soumettre à la GLNF qui voulait le contraindre à recruter exclusivement des FF issus de ses rangs. La rupture est aujourd'hui consommée. Il s'est produit peu ou prou la même chose en 2000 avec les hauts grades du régime écossais rectifié (RER) lorsque le Grand Prieuré des Gaules (GPDG∴) a décidé de reprendre son indépendance.

    (8) On lira avec profit Ernest J., La Franc-Maçonnerie dans les pays de l'ex-bloc soviétique, Feuillets d'information du Grand Orient de Belgique (G∴O∴B∴), n°172, mars 1995, pp. 7 et suiv. L'ancien deuxième Grand Maître adjoint de la plus ancienne et importante obédience belge dresse un bilan des premières années d'implantation maçonnique dans les PECO.

    (9) La GLDF, comme à son habitude, a joué un double jeu. Ainsi, tout en continuant à lorgner sur une hypothétique reconnaissance britannique, la G∴L∴D∴F∴ avait signé à Paris, le 5 janvier 1993, le "contrat maçonnique européen" censé jeter les bases d'une "conférence maçonnique européenne", c'est-à-dire d'un espace européen maçonnique indépendant de Londres. Le G∴O∴D∴F et le G∴O∴B en faisaient également partie tout comme plusieurs LL∴ tchèques, roumaines, russes, polonaises, bulgares, lettones, slovaques, ukraines et yougoslaves. Autant dire que ce "machin" n'a pas survécu aux déclarations bêlantes de ses promoteurs...

    (10) Cette stratégie de la sphère influence s'est avérée décevante, pas que pour la G∴LDF d'ailleurs. Certaines LL∴ créées sous les auspices d'obédiences irrégulières sont cyniquement passées dans le giron de Londres. De leur côté, britanniques et américains ont aussi créé des LL dans les PECO en leur offrant souvent une logistique et un appui financier substantiels. En outre, certaines LL dans les PECO ont disparu, n'étant pas parvenues à s'implanter durablement.

    (11) A la fin des années 2000, la G∴LDF∴ s'est ainsi inquiétée de l'existence d'une L féminine abritée par la GLM. L'objectif de l'obédience marocaine était de permettre aux SS de s'organiser dans le but de fonder à plus ou moins court terme une Grande Loge Féminine tout à fait indépendante d'elle. L'attitude de la GLDF∴ a donc quelque peu irrité les FF∴ de la GLM∴ qui y ont vu une atteinte à leur souveraineté. La GLM∴ s'est alors considérablement rapprochée du G∴O∴D∴F∴, lequel s'est empressé de lui remettre les patentes du rite français (RF). Notons, pour relativiser la maladresse de la GLDF, que l'attitude de la Grande Loge Féminine de France (GLFF) n'a pas non plus été des plus heureuses. Cette dernière n'a pas non plus apprécié - au nom de quoi d'ailleurs ? - que la GLM∴ se préoccupe du devenir de la maçonnerie féminine au Maroc.