Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gldf - Page 3

  • Les loges d'études et de recherche

    Imprimer

    Le blog Hiram a annoncé la création d'une nouvelle L à Reims dont le titre distinctif sera "Humanisme et Perspectives".

    Il s'agit d'une L d'études et de recherche. Le règlement général du GODF définit ce type d'atelier de la façon suivante

    "La Loge d'Etudes et de Recherche a pour vocation de réunir des Frères membres de l'Obédience autour d'un sujet intéressant la Maçonnerie en général et / ou l'Ordre en particulier."

    En clair, une L d'études et de recherche n'initie pas. Elle a pour objet l'étude d'un sujet en particulier. Elle agrège des FF désireux de travailler sur le sujet qui a motivé sa création. 

    Bon, ce que je vais dire n'engage que moi et risque de ne pas faire plaisir aux promoteurs du projet, mais je considère que les LL d'études et de recherche sont des aberrations maçonniques.

    En effet, une L normalement constituée réfléchit sur tous les sujets. Rien ne lui interdit non plus d'approfondir un sujet pendant plusieurs années. Mais elle a également pour devoir d'initier des profanes et d'en faire de bons maçons. Le travail maçonnique, c'est celui que l'on fait sur soi-même. Ce n'est pas l'acquisition d'un savoir cumulatif. Du temps où je m'occupais de l'instruction des jeunes maçons dans ma L, j'aimais leur dire ceci pour les bouger, surtout lorsqu'ils commençaient à préparer leurs premiers exposés (leurs "planches" comme on dit en maçonnerie) :

    "Parler de tolérance, de justice et de fraternité à la manière des professeurs de philosophie, ce n'est pas ce qu'on vous demande ; ce qu'on vous demande, c'est d'être tolérant, juste et fraternel le plus possible et c'est de puiser dans le travail de la L, dans les échanges avec les FF∴, dans leurs expériences, des éléments qui participeront à votre propre édification morale et intellectuelle. L'Art royal, c'est quelque chose d'artisanal. Ce n'est pas de la sophistique pour des esprits mondains et superficiels. C'est un art tout d'exécution. Difficile. Parce qu'il vous oblige à concilier la pensée et l'action. A agir en homme de pensée et à penser en homme d'action."

    Cantonner un atelier à la seule production intellectuelle, c'est donc oublier le sens même de la démarche maçonnique, et ce d'autant plus qu'on ne peut pas dire que les LL d'études et de recherche françaises se distinguent généralement par leurs travaux. Bref, on dit souvent (et à juste raison d'ailleurs) aux AA et aux CC que les LL ne sont pas des écoles, des universités ou des cours du soir et on se rend compte finalement que les Obédiences favorisent la création de pseudo-loges qui se prennent pour des centres de recherche.

    Je me souviens qu'il existait au GODF une L de ce genre à Paris dont le nom était Léonard de Vinci. Lors de sa création, au milieu des années 90, celle-ci avait l'ambition de devenir une L∴ d'études et de recherche sauf que, si je ne m'abuse, le règlement général de l'époque ne reconnaissait pas encore ce type d'atelier. Le GODF∴ compte aujourd'hui 7 LL d'études et de recherche pour un effectif total avoisinant une centaine de FF.

    Très bien. Mais pour quels résultats ?

    Il n'y a pas que le GODF dans cette situation. Je pense aussi à la GLDF qui avait créé dans les années 90 sa propre L d'études et de recherche - Jean Scot Erigène n°1000 - dont, personnellement, je n'ai pas lu le moindre travail (la GLDF abrite depuis d'autres LL de recherche) même si je sais que cet atelier a édité plusieurs numéros d'une revue.

    C'est déjà plus concret.

    Mais bon, de vous à moi, quel en est fondamentalement l'intérêt et, surtout, quelle est la part du travail effectué réellement par les FF∴ de ces LL ? Sont-ils sagement assis ? Ou bien leurs prises de parole participent-elles vraiment du travail d'étude et de la recherche ? En quoi le cadre d'une L∴ au travail apporte-t-il quelque chose de différent par rapport à ce que font ordinairement tous les ateliers de France et de Navarre ?

    Bref, je n'ai jamais vraiment compris à quoi servait ce genre de loge. Si vous invitez des spécialistes de tel ou tel domaine à parler en loge et que vous vous engagez à publier leurs communications quelques temps après, vous ne faites rien d'autre qu'un travail éditorial que les universitaires et autres organisateurs de colloques connaissent bien. Qu'y a-t-il de spécifiquement maçonnique ?

    Lorsque je résidais en Belgique, j'avais également fréquenté les travaux d'une L de recherche bruxelloise - L'Ane d'Or n°63 de la Grande Loge de Belgique - qui, à l'époque, ne produisait rien de particulier mais réunissait pourtant des frères qui avaient l'ambition de réfléchir sur la maçonnerie. Nous n'étions pas beaucoup sur les colonnes. Une petite dizaine et encore je suis généreux. Je ne sais pas non plus ce que cette L, au demeurant très sympathique, est devenue aujourd'hui. Je suppose qu'elle existe toujours. A-t-elle produit quelque chose de remarquable ?

    La palme des LL d'études et de recherche revient incontestablement à la microscopique Loge Nationale Française (LNF) qui ne compte pas moins dix loges d'études et de recherche alors qu'elle revendique à peine trois cents membres ! Je pense que nombre d'entre elles sont en réalité des coquilles vides.

    Il faut donc en revenir aux sources et se poser la question : "qu'est-ce qu'une L d'études et de recherche ?" Il s'agit d'une forme spécifique de loge qui est apparue au XIXe siècle en Grande Bretagne dans un but précis :

    • soit pour codifier un rite et fortifier ainsi l'unité de la maçonnerie britannique après des décennies de schisme entre les anciens et les modernes (ce que fit la L Emulation of Improvement en créant le style émulation)
    • soit pour pallier l'absence de travaux autres que rituéliques (c'est ce que fait la L Quatuor Coronati de Londres ; elle réfléchit et publie depuis 1886 sur l'histoire et symbolisme maçonniques).

    Pour le dire autrement, une L d'études et de recherche se comprend tout à fait dans les Obédiences dites "régulières" où l'essentiel du travail des LL se borne à faire vivre les rites et les tradition. Dans les LL prétendument "régulières", on fait donc principalement de la cérémonie, à la différence des LL dites "irrégulières" où les conférences et les échanges sont nombreux et variés.

    Dans un tel contexte, on peut comprendre que certains maçons réguliers aient pu éprouver le désir de faire autre chose et d'adapter le cadre maçonnique à la production intellectuelle. La L Quatuor Coronati est connue pour l'excellence de ses travaux et bénéficie d'un réseau étendu de membres correspondants. En France, la L parisienne Villard de Honnecourt, de la Grande Loge Nationale Française (GLNF), poursuit un but identique et se distingue par la publication d'une revue de maçonnologie de très bonne qualité.

    Conclusion. Les LL d'études et de recherche en France ne marchent pas de façon générale, non parce que les maçons français ont une inaptitude à la recherche, mais tout simplement parce que l'écrasante majorité des ateliers de notre pays permet déjà aux FF et aux SS d'échanger sur tous les sujets sans qu'il y ait besoin de structures particulières.

    Alors comment expliquer leur développement depuis une vingtaine d'années ? C'est très simple. Les LL∴ d'études et de recherche participent aux stratégies d'image des Obédiences (c'est flagrant en ce qui concerne la petite LNF). Une L d'études et de recherche, ça donne une image intellectuelle. Pour le dire autrement, une L d'études et de recherche, ça fait bien dans le décor même si celle-ci n'étudie et ne recherche pas grand-chose.

    De toute façon, qui ira le vérifier ?

  • La G∴L∴D∴F∴ à la recherche de l'introuvable régularité

    Imprimer

    La récente interview d'Alain Bernheim et l'échec retentissant de la Confédération Maçonnique de France (CMF) m'incitent à revenir aujourd'hui sur les relations internationales de la Grande Loge de France (GLDF). Cette "politique étrangère" obédientielle permet d'expliquer la situation présente et l'entêtement aveugle de ladite obédience à obtenir la reconnaissance de la Grande Loge Unie d'Angleterre (GLUA) et des GGLL américaines. Pour faire bonne mesure et éviter les polémiques stériles, j'indique d'ores et déjà que je consacrerai une prochaine note aux relations internationales du Grand Orient de France (GODF).

    Dans l'ombre du GODF

    Il faut rappeler une chose d'entrée de jeu. La GLDF∴ est une obédience qui supporte mal de demeurer, depuis plus d'un siècle, dans l’ombre d'un GODF∴ beaucoup plus important en effectifs et médiatisé qu'elle et qui de surcroit s’est coupé involontairement du corps maçonnique universel depuis 1877 (1). La GLDF∴ s’est donc trouvée en quelque sorte entraînée malgré elle dans le sillage de la rue Cadet même si, de son côté, elle a pris moins de liberté avec la tradition maçonnique en conservant nombre d’usages comme par exemple la référence au GADLU ou la présence de la Bible sur l'autel des serments (2). Et encore, quand je dis « entraînée », c’est résumer les choses car la GLDF a toujours été, de toute façon, très attachée à son indépendance. Elle a été sans doute beaucoup plus préoccupée de préserver son autonomie par rapport au Suprême Conseil de France (SCDF) (3) que par les choix philosophiques du G∴O∴D∴F. Il n’en demeure pas moins cependant que la GLDF a été mise dans le même sac que le G∴O∴D∴F et que cette situation a été mal vécue par les dignitaires du S∴C∴D∴F En effet, le SCDF∴ a été mis à l’écart du "club international" des SSCC du R∴E∴A∴A∴. La fondation, en octobre 1913, de la Grande Loge Indépendante et Régulière pour la France et Colonies, devenue ensuite en octobre 1948 la Grande Loge Nationale Française (GLNF), n'a pas arrangé les choses (4).

    La stratégie de l'absorption

    Depuis ce temps là, nombre de dirigeants de la GLDF et du SCDF∴ ont cultivé une sorte de ressentiment à l’égard de la situation faite à leur Obédience. Ils y ont vu un malentendu et dans ce malentendu une injustice que certains se sont évertués à réparer en tentant d’établir des passerelles, plus ou moins timides, avec des obédiences dites "régulières". Le SCDF∴ en particulier a mis tout son poids dans la balance. A partir de 1956, une tentative de rapprochement a été menée en vain. Des pourparlers ont eu lieu, pendant plusieurs années, entre la GLDF et la groupusculaire GLNF∴ (5) mais ils n'ont rien donné. Le Grand Commandeur du SCDF∴, Charles Riandey, est alors parti en 1964 avec un certain nombre de ses fidèles à la GLNF∴ (entre 400 et 500 FF∴). C’est ainsi que le REAA a pu s’établir au sein de Bineau (6) et qu’un Suprême Conseil pour la France (SCP∴LF) a pu se constituer (7). Cette scission a été un traumatisme. Je me souviens, dans les années 1990, de vieux frères de la GLDF qui en parlaient encore !

    La stratégie des bons offices

    Les partisans d'un rapprochement avec Londres, c'est-à-dire les « conservateurs » de la GLDF∴ qui n'avaient pas suivi le F Riandey, ont alors changé de stratégie et abandonné le projet d'une absorption de la GLNF∴. Ils ont donc procédé de manière différente pour arracher une hypothétique reconnaissance londonienne en passant, cette fois-ci, par la Suisse et, dans une moindre mesure, par le Luxembourg. La Grande Loge Suisse Alpina (GLSA) et la Grande Loge de Luxembourg (GLL) ont beaucoup œuvré auprès de Londres en faveur de la GLDF. Ces deux obédiences ne manquaient jamais de souligner que la GLDF était une obédience régulière contrairement au "méchant G∴O∴D∴F∴". Je caricature à peine. Cependant, malgré les bons offices de la GLSA∴ et de la GLL, cette stratégie n’a rien donné non plus. La GL∴U∴A∴, de façon tout à fait logique et prévisible, s'est contentée de relever qu'il y avait en France une obédience régulière depuis 1913. 

    La stratégie de la sphère d'influence

    Entre temps, un événement d'une importance considérable s'est produit à la fin de l'année 1989 : la chute du mur de Berlin suivie rapidement, au début des années 90, de l'effondrement du bloc soviétique formé par les Etats signataires du Pacte de Varsovie. Toutes les obédiences françaises (y compris d'autres obédiences européennes) se sont mises alors dans les starting blocks, ouvrant dans l'enthousiasme, la précipitation et le désordre des ateliers dans les Pays d'Europe Centrale et Orientale (PECO) sans vraiment se préoccuper de leur viabilité (8). Chaque obédience a alors tenté d'étendre sa sphère d'influence. Et la GLDF∴, naturellement, a voulu étendre la sienne, confortée par le fait qu'elle a toujours abrité en son sein des LL∴ non francophones (9). Mais la stratégie de l'influence n'a nullement impressionné Londres. Si le mur de Berlin est tombé, la porte du Freemasons Hall du 60 Great Queen Street, siège de la GLUA∴, est demeurée, elle, hermétiquement close (10).

    La stratégie du contournement

    C’est alors que l’idée américaine a commencé à germer dans l'esprit de ceux qui, au sein de la GLDF, continuaient à espérer rejoindre un jour la "grande famille" des obédiences dites régulières. Pourquoi ne pas essayer auprès des Américains ce qui a été vainement tenté auprès des Britanniques ? Cette nouvelle stratégie, qui consistait donc à se rapprocher des GGLL américaines, était plutôt bien pensée. On peut pas reprocher à l'obédience de la rue Puteaux d’avoir essayé de jouer la carte de l’esprit indépendantiste américain. Par conséquent, la GLDF entreprit sa conquête de l’Ouest sans avoir eu cependant besoin de se rendre jusqu’aux extrémités du continent américain. Elle suscita en effet l’intérêt de la GL du Massachussets qui envisagea un temps de nouer des relations fraternelles officielles. Cependant, cette perspective fut rapidement anéantie par la GLUA et les autres GGLL∴ américaines qui toutes rappelèrent que la GLDF∴ était une obédience parfaitement irrégulière.

    L'ultime stratégie ? Spéculer sur les déboires internes de la GLNF

    Depuis cet épisode, la GLDF essaie de faire bonne bonne figure en maintenant ses contacts étroits avec Alpina et certaines Grandes Loges européennes, non sans commettre au passage quelques belles bourdes diplomatiques, notamment vis-à-vis de la Grande Loge du Maroc (GLM) (11). Le projet de la CMF, qui vient de s'effondrer, n'est donc qu'une énième stratégie de la GLDF∴ visant à obtenir la reconnaissance de la GLUA∴. Après tant d'efforts déployés, tant de circonvolutions et tant de désillusions, on ne peut pas reprocher à la GLDF∴ d'avoir spéculé sur les déboires internes de la GLNF∴ et espéré que l'exclusion de cette dernière de la famille régulière allait enfin pouvoir lui profiter. Elle s'est laissée aveugler par les promesses inconsidérées des cinq obédiences signataires la "déclaration de Bâle" parmi lesquelles l'inévitable Alpina. On connait la suite... La GLNF∴ a été à nouveau reconnue par Londres et les "cinq de Bâle" se sont empressés alors de lâcher la GLDF∴ en toute "fraternité". Cependant, je n'épiloguerai pas ici outre mesure sur les raisons de l'échec de la CMF∴. Ce sera l'occasion, peut-être, d'une prochaine note. 

    ___________________

    Notes :

    (1) Daniel Ligou, Frédéric Desmons et la Franc-Maçonnerie sous la Troisième République, ed. Gedalge, Paris, 1966. En effet la rupture avec la maçonnerie anglo-saxonne n'était absolument pas dans les intentions de la rue Cadet. Le rapporteur du voeu n° 9, le pasteur Frédéric Desmons, l'a d'ailleurs dit très clairement devant les délégués au Convent. 

    (2) La présence obligatoire de la Bible sur l'autel des serments dans les LL de la G∴LDF est somme toute relativement récente. Elle date de 1954.

    (3) Le SCDF est la juridiction qui a autorité sur les ateliers de "hauts grades" du R∴E∴A∴A (du 4e au 33e inclus). Il est souché sur la G∴LDF∴ qui, elle, a autorité sur les trois premiers degrés symboliques (apprenti, compagnon et maître). Le SCDF∴ ne coopte que des FF de la G∴LDF Cette séparation institutionnelle, sauf erreur de ma part, a été actée au tout début du vingtième siècle après de nombreux débats et péripéties internes. 

    (4) La pratique du R∴E∴A∴Aavait permis à la G∴LDF de conserver, au début du vingtième siècle, un réseau international plus étoffé que celui du GODF. Dans les années 1900, elle avait des relations officielles avec une quarantaines de GGLL américaines. La fondation de la GLNF a bien entendu changé la donne.

    (5) L'obédience régulière, dans les années 1960, ne dépassait guère les 1000 membres et le gros de ses effectifs était surtout localisé à Paris et en région parisienne. 

    (6) En 1958, la GLNF∴ a connu une scission. Des LL, qui voulaient concilier à la fois le respect des landmarks et le contact avec les obédiences  françaises dites "irrégulières", ont fondé une autre GLNF∴. Pour les distinguer, on les a longtemps désignées par l'adresse de leur siège social. GLNF∴ Bineau (pour boulevard Bineau à Neuilly-sur-Seine, siègle de l'obédience mère) et GLNF∴ Opéra (pour avenue de l'Opéra à Paris, siège de la nouvelle obédience).

    (7) Le SCP∴LF a pris, semble-t-il, son autonomie fin 2014 en refusant de se soumettre à la GLNF qui voulait le contraindre à recruter exclusivement des FF issus de ses rangs. La rupture est aujourd'hui consommée. Il s'est produit peu ou prou la même chose en 2000 avec les hauts grades du régime écossais rectifié (RER) lorsque le Grand Prieuré des Gaules (GPDG∴) a décidé de reprendre son indépendance.

    (8) On lira avec profit Ernest J., La Franc-Maçonnerie dans les pays de l'ex-bloc soviétique, Feuillets d'information du Grand Orient de Belgique (G∴O∴B∴), n°172, mars 1995, pp. 7 et suiv. L'ancien deuxième Grand Maître adjoint de la plus ancienne et importante obédience belge dresse un bilan des premières années d'implantation maçonnique dans les PECO.

    (9) La GLDF, comme à son habitude, a joué un double jeu. Ainsi, tout en continuant à lorgner sur une hypothétique reconnaissance britannique, la G∴L∴D∴F∴ avait signé à Paris, le 5 janvier 1993, le "contrat maçonnique européen" censé jeter les bases d'une "conférence maçonnique européenne", c'est-à-dire d'un espace européen maçonnique indépendant de Londres. Le G∴O∴D∴F et le G∴O∴B en faisaient également partie tout comme plusieurs LL∴ tchèques, roumaines, russes, polonaises, bulgares, lettones, slovaques, ukraines et yougoslaves. Autant dire que ce "machin" n'a pas survécu aux déclarations bêlantes de ses promoteurs...

    (10) Cette stratégie de la sphère influence s'est avérée décevante, pas que pour la G∴LDF d'ailleurs. Certaines LL∴ créées sous les auspices d'obédiences irrégulières sont cyniquement passées dans le giron de Londres. De leur côté, britanniques et américains ont aussi créé des LL dans les PECO en leur offrant souvent une logistique et un appui financier substantiels. En outre, certaines LL dans les PECO ont disparu, n'étant pas parvenues à s'implanter durablement.

    (11) A la fin des années 2000, la G∴LDF∴ s'est ainsi inquiétée de l'existence d'une L féminine abritée par la GLM. L'objectif de l'obédience marocaine était de permettre aux SS de s'organiser dans le but de fonder à plus ou moins court terme une Grande Loge Féminine tout à fait indépendante d'elle. L'attitude de la GLDF∴ a donc quelque peu irrité les FF∴ de la GLM∴ qui y ont vu une atteinte à leur souveraineté. La GLM∴ s'est alors considérablement rapprochée du G∴O∴D∴F∴, lequel s'est empressé de lui remettre les patentes du rite français (RF). Notons, pour relativiser la maladresse de la GLDF, que l'attitude de la Grande Loge Féminine de France (GLFF) n'a pas non plus été des plus heureuses. Cette dernière n'a pas non plus apprécié - au nom de quoi d'ailleurs ? - que la GLM∴ se préoccupe du devenir de la maçonnerie féminine au Maroc.

  • Historique ?

    Imprimer

    Un colloque, organisé conjointement par le GODF et la GLNF, est annoncé pour le 28 mai prochain. Il n'en fallait pas davantage pour que l'on crie à "l'événement historique." Est-ce vraiment le cas ? Ou bien faut-il y voir un pitoyable règlement de compte visant à "punir" et à "isoler" la GLDF après la rocambolesque affaire de la CMF ?

    Je n'ai pas la réponse n'étant pas dans le secret des dieux, mais je comprends que l'on s'interroge car la ficelle paraît tout de même un peu grosse, notamment depuis l'interview de Jean-Pierre Servel, Grand Maître de la GLNF, par le blog Hiram.be. Le dignitaire ne suggère-t-il pas, en filigrane, qu'entre son obédience et le GODF il n'y a rien ? Ne dit-il pas, sous couvert d'une fausse humilité, que la GLNF et le GODF ont le mérite d'avoir chacun des positions diamétralement opposées mais claires ? C'est donc bien la GLDF qui est implicitement visée, elle qui, pendant des mois et de façon fort imprudente, a tenté de jouer sur tous les tableaux au point de s'y perdre elle-même. Sans doute l'a-t-elle bien cherché... mais bon...

    On pourrait donc se réjouir de l'initiative et considérer que tout ce qui rapproche est bon à prendre. Et en même temps, comment ne pas douter de la sincérité du rendez-vous annoncé ? En effet, qu'est-ce qu'un colloque parisien va bien pouvoir changer à la situation qui prévaut actuellement entre les frères de la GLNF et du GODF, lesquels ne peuvent toujours pas - du moins officiellement - se fréquenter en loge ? La réponse va de soi, me semble-t-il. Elle tient en un mot : rien. Car oui, il ne faut rien en attendre si ce n'est un coup médiatique sans lendemain.

    Je crains donc que les francs-maçons (quelles que soient leurs obédiences) soient les seuls dindons de cette farce et que l'hypocrisie ait encore de beaux jours devant elle.

     

    Lien permanent Catégories : Obédience
  • Une grosse paire de claques belges ?

    Imprimer

    "Une grosse paire de claques belges". C'est ainsi qu'un observateur de l'actualité obédientielle qualifie le retrait de la Grande Loge Régulière de Belgique (GLRB) du "processus de Bâle". La groupusculaire obédience régulière belge a ainsi rompu ses pourparlers avec la CMF suite aux tergiversations de la GLDF et mis un terme à son immixtion grossière dans les affaires maçonniques françaises. Brrrr ! De quoi trembler pendant des années !

    Je voudrais simplement relativiser ici "la grosse paire de claques" en rappelant que celle-ci a été administrée par une organisation qui représente à peine 7 à 8% des effectifs de la franc-maçonnerie belge, soit grosso modo 1000 frères eux-mêmes répartis en 55 loges, ce qui, dans le meilleur des cas, fait environ 18 à 20 frères par loge (la réalité doit être sans doute bien moins flatteuse).

    La GLRB a beau jeu de s'enorgueillir sur son site web d'accueillir le visiteur dans "l'univers de la Franc-Maçonnerie universelle et de tradition du 21e siècle." Il faudrait peut-être aussi insister sur le fait que cet "univers universel et de tradition" se rétrécit singulièrement en Belgique où cette obédience, issue d'une scission de la Grande Loge de Belgique (GLB) en 1979, vit dans un total isolement.

    Laissons ces pantins jouer avec nos outils.