Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france - Page 3

  • La légitimité de Donald Trump en question

    Imprimer

    laurent.jpgAnalyse lumineuse des enjeux de la présidence Trump par Mme Sylvie Laurent sur l'antenne de France Inter ce 20 janvier 2017. Sylvie Laurent a fait sa thèse de littérature américaine à Paris IV sur « le pauvre blanc dans le roman américain ». Elle enseigne à Sciences-po Paris et à l'Université d'Harvard.

    En trois petites minutes, Mme Laurent énonce les problèmes juridiques et politiques extrêmement complexes que pose l'élection de M. Trump à la tête de la première puissance mondiale.

    Et elle insiste notamment sur la légitimité de Trump qui est questionnée sous trois angles :

    1. Trump n'a pas obtenu la majorité des suffrages exprimés mais la majorité des voix des grands électeurs (c'est le suffrage universel indirect).

    2. Il est établi qu'il y a eu une intervention informatique russe dans le processus électoral et il y a donc des doutes sur la sincérité du scrutin.

    3. Trump est noyé dans de colossaux et inextricables conflits d'intérêts (il dirige un empire financier et un pays). Les risques de corruption sont donc majeurs.

    Extrait de l'intervention de Mme Sylvie Laurent ci-dessous :

    ____________

    Lire également :

  • Deux femmes au chevet de la franc-maçonnerie australienne

    Imprimer

    74831059.jpgElle s'appelle Jane Sydenham-Clarke et, depuis septembre 2016, cette directrice marketing et fille de franc-maçon est devenue le directeur exécutif de la Grande Loge Unie de l'Etat de Victoria (Australie), obédience régulière et donc strictement masculine. Elle est la deuxième femme à s'être vue confier un tel poste après Marie-Louise MacDonald, manager spécialiste en stratégie concurrentielle, qui s'occupe, elle, de la Grande Loge de l'Australie de l'Ouest depuis novembre 2012.

    A l'instar de Mme MacDonald, Mme Sydenham-Clarke a été désignée à ce poste pour remplir les missions les plus larges : moderniser l'image de la franc-maçonnerie et, à travers une politique de communication entièrement repensée, parvenir à susciter de nouvelles adhésions chez les citoyens australiens de l'Etat fédéré de Victoria, notamment les plus jeunes.

    Il faut dire que Mmes MacDonald et Sydenham-Clarke ont du pain sur la planche. Si la baisse des effectifs aux Etats-Unis d'Amérique et en Grande Bretagne est un phénomène connu des francs-maçons français, la baisse des effectifs en Australie, en revanche, l'est beaucoup moins. Pourtant, elle est tout aussi préoccupante. Que l'on en juge. Dans les années 1960, les francs-maçons étaient en effet 110.000 sur tout le continent australien. Cinquante ans plus tard, les six Grandes Loges australiennes regroupent à peine 41000 membres ! Soit une chute de près de 40 %. L'âge moyen du franc-maçon australien est de 67 ans. Il y a donc péril en la demeure.

    Ces deux profanes doivent donc :

    • gérer administrativement et financièrement les deux obédiences, y compris les structures associées (maisons de retraite, logements sociaux, etc.) ;
    • superviser leurs orientations stratégiques ;
    • valoriser davantage les diverses actions philanthropiques soutenues par les francs-maçons ;
    • s'adresser davantage aux jeunes gens  ;
    • et mieux communiquer sur les spécificités et l'identité de la franc-maçonnerie afin de la démarquer des autres associations profanes.

    philanthropie.jpgA vrai dire, je ne suis pas sûr que ces différentes actions diffèrent fondamentalement de ce qui est pratiqué en Grande Bretagne et aux Etats-Unis d'Amérique depuis une quinzaine d'années. On est ici dans le marketing pur et dur. Cette stratégie est d'ailleurs loin d'avoir démontré son efficacité. Je me demande par exemple ce que les profanes peuvent bien penser de ces photographies où l'on voit des frères prendre la pose avec des responsables d'oeuvres caritatives lors de cérémonies de remise de chèques. Elles inondent les réseaux sociaux. Mais que disent-elles de la franc-maçonnerie en tant que telle ? Rien. Au contraire, ces photographies alimentent la confusion entre franc-maçonnerie et club services. Je suis même persuadé que de nombreux candidats potentiels sont réticents à l'idée de rejoindre une loge, considérant qu'ils seront sans cesse sollicités pour mettre la main au portefeuille. Comment s'étonner après que les gens réduisent la franc-maçonnerie à une association composée essentiellement de riches notables philanthropes ou de messieurs aisés ?

    Si je ne suis pas sûr de l'efficacité de ces mesures, c'est surtout parce qu'on n'y retrouve aucune réflexion de fond sur le travail maçonnique. Y-a-t-il vraiment une volonté de faire un état des lieux objectif et lucide sur les raisons qui amènent, chaque année, autant de frères à démissionner de la franc-maçonnerie ? Il est permis de se poser la question car, comme le souligne Todd E. Creason, un frère américain, il est inutile que les loges s'entêtent à initier tant qu'elles n'ont pas compris les raisons de la désaffection qui les frappe. J'ai pourtant montré que la Grande Loge Unie d'Angleterre, touchée elle aussi par la baisse des effectifs, s'était lancée dans une vaste enquête auprès de ses membres. Il n'est pas sûr que cela aboutisse à des mesures susceptibles d'inverser la courbe des adhésions. En effet, la Grande Loge Unie d'Angleterre s'est bien gardée de réfléchir sur le travail des loges, préférant insister plutôt sur les comportements personnels qui, au sein des ateliers, engendrent des problèmes relationnels et des démissions en cascade.

    franc-maçonnerie,australie,régularité,franceEn réalité - et les blogs maçonniques anglo-saxons en témoignent parfois - beaucoup de frères, notamment les plus jeunes, s'ennuient dans des loges. Celles-ci se réunissent, dans le meilleur des cas, six ou sept fois l'an pour pratiquer le rite et initier aux trois degrés symboliques. Les discussions sur la politique et la religion y sont totalement proscrites. Les réflexions philosophiques et sociales y sont rares au profit d'une sociabilité de club. 

    Revenons à la situation australienne. Il paraît évident qu'une réflexion de fond sur le travail des loges ne peut être conduite par ces deux profanes même très expérimentées en marketing. Cette réflexion incombent aux francs-maçons australiens. S'ils ne la mènent pas eux-mêmes, personne d'autre ne le fera à leur place. En effet, il suffit par exemple de constater que Mme Sydenham-Clarke n'est pas prête à susciter des débats qui pourraient indisposer les dignitaires australiens. Ainsi, quand elle est interrogée, le 3 novembre dernier, par le Herald Sun sur l'absence de mixité au sein de la maçonnerie australienne, elle préfère botter en touche ou répondre par des banalités :

    « [La mixité en loge] est une question qui fait dépenser beaucoup d'oxygène à beaucoup d'autres personnes (...) Les femmes jouent déjà un rôle très important dans la franc-maçonnerie et elles ont de nombreuses occasions de participer. Plus je fais l'expérience du monde maçonnique, plus je vois le rôle important que les femmes y jouent, non dans les rituels formels de la loge, mais ces derniers constituent une très petite partie des activités maçonniques. »

    Mme Sydenham-Clarke souligne que les femmes apportent à la maçonnerie leur capacité à créer du lien, même en dehors d'une présence effective en loge. Et de préciser aussi que les épouses de maçons ont une bonne opinion de la maçonnerie car les maris reviennent des loges meilleurs et plus heureux. Difficile de faire plus convenable et plus convenu ! En même temps, comment lui reprocher une telle prudence ? En effet, nous savons fort bien en France que la mixité pas une solution en soi pour combattre l'érosion des adhésions et attirer de nouveaux membres. Les obédiences mixtes françaises sont loin d'avoir des effectifs pléthoriques. Même le Grand Orient de France n'a pas profité numériquement de son ouverture aux femmes. Et puis Mme Sydenham-Clarke doit être surtout consciente qu'elle n'a aucune légitimité pour porter un tel débat au sein d'une obédience qui, de toute façon, n'y est pas réceptive pour des raisons de régularité.

    Mme Sydenham-Clarke et Mme MacDonald agissent, l'une et l'autre, sous le contrôle d'un conseil d'administration. Elles s'occupent du redressement des obédiences qui les emploient comme elles auraient pu tout aussi bien s'occuper du redressement d'une chaîne de restaurants ou d'une usine de fabrication de pneus. 

  • La franc-maçonnerie prend position contre la libéralisation du prix des carburants au Mexique

    Imprimer

    chihuahua.jpg

    Pendant de nombreuses années, le Mexique a préconisé une politique de subvention publique massive des carburants afin de maintenir des prix artificiellement bas. Cette politique a abouti à grever lourdement les finances publiques. Le coût de cette politique de subvention est estimé à plus de 222 milliards de pesos (environ 984 millions d'euros), soit environ 3% du produit intérieur brut du Mexique. M. Enrique Peña Nieto, le président des Etats-Unis du Mexique élu en juillet 2012 pour un mandat de six ans, a décidé de mettre un terme à cette politique de subvention et de libéraliser le prix des carburants à compter du 1er janvier 2017 (+20% pour l'essence et +16% pour le diesel). Le gouvernement fédéral mexicain espère ainsi non seulement réaliser des économies mais aussi faire baisser les émissions de gaz à effet de serre. Les villes tentaculaires mexicaines sont en effet extrêmement polluées. Le pouvoir exécutif estime que la libéralisation du prix de l'essence contribuera à une baisse du trafic routier et incitera les citoyens à utiliser les transports publics.

    Cette mesure gouvernementale est vivement critiquée par tous ceux qui subissent cette augmentation importante des prix à la pompe. Le pays est en ce moment paralysé par des grèves, des blocages et des agressions. Les tensions sont vives car les citoyens mexicains les plus modestes risquent d'être fortement pénalisés. La Grande Loge Cosmos de l'Etat de Chihuahua vient de publier dans la presse mexicaine un communiqué hostile à la mesure. En voici un extrait :

    « Considérant :

    Que les principes de liberté, d'égalité, de fraternité et de laïcité ont contribué au développement et au progrès de notre pays, qu'ils ont été et devraient être une référence pour garantir une répartition plus équitable des ressources et des richesses, pour mener des actions en faveur de la paix, de l'équité, du bien-être, pour assurer l'égalité de tous les hommes et la justice sociale. Que la franc-maçonnerie de l'Etat de Chihuahua, humaniste et loin de tout esprit partisan, a exprimé et continue d'exprimer la ferme condamnation de tout acte gouvernemental injuste, non solidaire et contraire aux véritables intérêts du peuple mexicain (...)

    La Grande Loge Cosmos de l'Etat de Chihuahua exprime son rejet total de la politique économique du gouvernement fédéral pour libérer le prix de l'essence dans notre pays parce que cette mesure est disproportionnée et injuste, parce qu'elle ne reflète ni le désir ni la réalité du peuple du Mexique, et parce qu'elle est une régression qui affecte le bien-être des classes sociales les plus vulnérables de notre pays. »

    Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la Grande Loge Cosmos de l'Etat de Chihuahua est une obédience régulière reconnue par la Grande Loge Unie d'Angleterre. Elle siège au sein de la Confédération Maçonnique Inter-américaine comme d'ailleurs toutes les Grandes Loges des Etats-Unis du Mexique, lesquelles sont généralement très laïques, très anticléricales, très impliquées dans la réflexion symbolique et sociale, et profondément pénétrées de l'idéal des Lumières.

    L'Etat de Chihuahua est l'Etat fédéré le plus vaste du Mexique. Le salaire moyen y est de 193 pesos (8,5 euros). Il est également frontalier des Etats-Unis d'Amérique (Texas et Nouveau Mexique) et il risque de s'y produire beaucoup de tensions lorsque Donald Trump entrera effectivement en fonction. En outre, la maçonnerie mexicaine semble hostile à l'attitude du président Peña Nieto jugée trop conciliante à l'égard du nouveau président américain qui, comme on le sait, a mené une campagne électorale ouvertement raciste et xénophobe à l'égard des latinos en général et des Mexicains en particulier.

    basta.jpg

    Je précise que la Grande Loge Nationale Française est membre la Confédération Maçonnique Inter-américaine puisque la France est présente dans les Antilles (Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Guyane, etc.). Jean-Pierre Servel est d'ailleurs le vice-président d'un secteur de ladite confédération qui regroupe, outre la Grande Loge Nationale Française, le Grand Orient d'Haïti de 1824, la Grande Loge de Cuba, la Grande Loge de Puerto-Rico et la Grande Loge de la République Dominicaine. Ainsi, lorsque vous entendrez des frères de la Grande Loge Nationale Française critiquer les obédiences hexagonales dites « irrégulières » parce que ces dernières feraient, selon eux, de la politique, vous pourrez leur rappeler que la Grande Loge Nationale Française reconnaît les obédiences mexicaines adeptes, elles aussi, des communiqués de presse.

    Je précise enfin que la Grande Loge Cosmos de l'Etat de Chihuahua est une obédience de rite écossais ancien accepté. Ainsi lorsque vous entendrez des frères de la Grande Loge de France théoriser sur la pureté du rite écossais ancien et accepté et partir dans des raisonnement stratosphériques sur la spiritualité maçonnique, vous pourrez les ramener sur le plancher des vaches et, en vous référant à l'exemple mexicain, leur montrer que les maçons écossais ont aussi dans le monde une longue tradition d'engagement social en faveur des plus démunis et d'implication dans les débats publics profanes.

  • Une lettre du frère Héctor Fernando Maseda Gutiérrez

    Imprimer

    gut.jpgDois-je dire à quel point j'ai été surpris d'entendre en France autant de louanges de l'ancien dictateur Fidel Castro récemment décédé ? Des louanges provenant de personnes dont je ne saurais pourtant remettre en cause les sentiments républicains et l'attachement à une société démocratique et pluraliste.

    Dois-je dire aussi à quel point j'ai été choqué de voir des frères que je connais, afficher ostentatoirement leur soutien à la dictature cubaine ? Quand je vois de tels comportements, je me dis qu'il y a des coups de pied au cul qui se perdent. Ces frères donnent l'impression d'avoir abandonné tout sens critique dès lors qu'il s'agit de renouer avec les passions gauchistes de leur jeunesse. Ils parlent gravement d'une révolution qu'ils n'ont pas faite ou qu'ils ont peut-être vécue par procuration. Je suis en tout cas bien persuadé qu'ils n'en auraient pas supporté les effets pour eux-mêmes et leurs proches.

    Imputer la responsabilité de l'autoritarisme cubain à la seule stupidité crasse de l'embargo américain m'a toujours paru un argument commode. Cet argument ne minore ou ne relativise certainement pas les dérives du régime castriste et de son chef emblématique. Je le trouve aussi bête que celui qui consistait chez certains à justifier hier la férocité de la dictature des Duvalier père et fils en Haïti ou de celle de Trujillo en République dominicaine au nom de la lutte contre le communisme. A un moment donné, il faut savoir regarder la réalité en face, abandonner les postures maximalistes et les visons binaires du monde pour comprendre à quel point les idéologies peuvent écraser les individus et empêcher le développement des sociétés humaines vers plus de démocratie et de pluralisme. Bref, il faut raisonner en franc-maçon ou, si l'on préfère, en homme libre dégagé des préjugés politiques et religieux.

    Je voudrais citer ici de larges extraits d'une lettre du frère Héctor Fernando Maseda Gutiérrez (33e), membre de la Grande Loge de Cuba. Maseda Gutiérrez a écrit cette lettre le 27 juillet 2004 depuis sa cellule de la prison de Santa Clara. Ce collaborateur de l’agence de presse non gouvernementale Grupo de Trabajo Decoro a été arrêté en mars 2003 et condamné, en 2004, à 20 ans de réclusion criminelle pour avoir soi-disant commis des actes contre l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Etat et des infractions ayant mis en péril la protection de l’indépendance nationale et de l’économie cubaine. Il a été condamné aux termes d'un procès où les droits de la défense ont été clairement bafoués ainsi que l'a relevé Amnesty international. Après d'intenses et régulières pressions de la communauté internationale, ce frère, prisonnier politique, a fait l'objet d'une libération anticipée en février 2011. Voici ce qu'il a écrit :

    « Il existe quatre types de moyens fonctionnels symboliques et un seul chemin par lequel la conscience humaine peut être orientée par des expériences qui méritent l'on se souvienne et que l'on vive.

    Il y a la perception sensorielle qui nous dit que quelque chose existe. Il y a la pensée qui nous indique : quelque chose existe. Il y a la pensée qui nous répond si ce quelque chose est agréable ou non et il y a enfin l'intuition qui nous renseigne d'où vient et où va cette chose. Il est difficile de trouver ce bon chemin car il se heurte à des difficultés et des déceptions. S'il n'était pas aussi difficile à trouver, l'humanité ne serait pas autant saturée d'êtres pervers ou médiocres. Cela étant dit, en guise d'introduction, veuillez recevoir mes salutations chaleureuses. Heureusement, je suis en mesure de recevoir de vos nouvelles, mes chers frères, à travers un ange, notre Vénérable Frère José Antonio. Maintenant, je profite de l'opportunité de vous écrire pour vous donner des mes nouvelles. Le messager sera la même personne. Je reçois comme un honneur spécial la photo que vous m'avez envoyée, et pour laquelle je remercie beaucoup les Frères de votre atelier, les visiteurs des autres loges et José Antonio (...)

    J'ai reçu des manifestations de soutien et de solidarité du gouvernement et du cher peuple de France à l'égard de notre cause dès qu'ont été emprisonnés des dirigeants et des pacifiques opposants politiques au régime, des responsables d'organisations non gouvernementales, des défenseurs des droits de l'homme, des responsables syndicaux et des journalistes indépendants, soit au total soixante-quinze personnes désignées sous le nom des « prisonniers du printemps »  (...)

    Ces soixante-quinze patriotes sont devenus les otages politiques du leader cubain Fidel Castro et ont été injustement accusés de servir une puissance étrangère (les États-Unis) et d'avoir perpétrés des actes contre la sécurité et l'intégrité territoriale et économique de Cuba, alors qu'en fait, ils ont défendu nos droits à la liberté de conscience, d'opinion et de réunion. J'ai été condamné à une peine de vingt ans aux termes d'une procédure truffée d'irrégularités du début à la fin (...)

    La vérité est que je ne fais pas partie des hommes qui subissent mais qui agissent. Et je sais que la perception humaine est aveugle si elle n'est pas éclairée par la raison comme l'avait dit une fois le Mahatma Gandhi, le chef religieux et spirituel du peuple indien.

    Une tyrannie gouvernementale qui depuis 45 ans impose la terreur d'Etat pour rester en place, pour réduire le peuple à la servitude, à la pauvreté, aux pénuries alimentaires, à la discrimination sociale, pour le priver des droits civils, politiques et sociaux, ne peut susciter une concorde nationale ou favoriser d'autres  réponses populaires qu'une rébellion idéologique et une résistance par des moyens socio-économiques et pacifiques, sans toutefois en exclure d'autres plus radicaux le cas échéant (...) A Cuba, l'administration castriste a eu l'audace d'appliquer des expériences d'ingénierie sociale généralisée et historicistes qui ont causé la catastrophe nationale la plus colossale depuis la proclamation de l'indépendance il y a plus d'une centaine d'années (...) Le système actuel a conduit au culte du chef de guerre, à la corruption du gouvernement et à l'exacerbation de certains intérêts privés (...)

    Ma santé est excellente, mon environnement immédiat exige que je fasse preuve de force spirituelle. Je me suis totalement adapté à ma situation et j'ai refusé que cette épreuve nouvelle, complexe et difficile devienne une saison morte dans ma vie sociale.

    Au profane muet, je lui rappelle que suis le président du Parti libéral démocratique de Cuba (PLDC), formation politique tolérée mais non légalisée. Je suis ingénieur en électronique de profession, diplômé en physique atomique et nucléaire, et je suis également journaliste, essayiste, historien et membre à part entière de l'Académie cubaine des hautes études maçonniques. J'ai 61 ans.

    Entre vous et mon humble personne, des liens de cordialité, d'amour et de communication ont été établis. Nous devons les renforcer tous les jours. J'espère pouvoir continuer à vous écrire (...) »

    La lettre émouvante de ce frère courageux rappelle utilement que le franc-maçon est un homme libre, ami du riche et du pauvre s'ils sont vertueux. Le franc-maçon est cet homme qui ne doit jamais mettre un genou à terre sous la contrainte. Il est celui qui prépare par une action incessante et féconde l'avènement d'une humanité meilleure et plus éclairée. Il est celui qui sait qu'aucune société humaine n'est viable sans liberté et sans solidarité.

    Ce n'est pas parce que le régime castriste n'a jamais interdit officiellement la franc-maçonnerie en raison de son action passée en faveur de l'indépendance de Cuba, que tous les frères cubains sont les partisans zélés des gérontes au pouvoir depuis 1959. Cuba n'a jamais été non plus une « dictature débonnaire » parce qu'elle est sous les sunlights des tropiques. En mars 2003, sur les soixante-quinze dissidents arrêtés, onze étaient francs-maçons et membres de la Grande Loge de Cuba. Les « révolutionnaires de salon » et autres « bolcho-mondains », parfois si bavards dans les loges françaises, devraient s'en souvenir si toutefois ils en ont eu conscience un jour.