Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

antimaçonnisme - Page 5

  • Les Marie-Chantal et la Loge des Jacobins

    Imprimer

    les-brigandes-jacobin-lodge-french-maids.jpg

    Un groupe de Marie-Chantal, appelé Les Brigandes, fait semble-t-il parler de lui grâce à une petite vidéo publiée sur le net. On n'y voit pas les jeunes femmes à la messe selon le rite de Saint-Pie X - ce qui semble être pourtant leur milieu naturel - mais en loge, en tablier de soubrette de Coco Girl (on sent que le réalisateur de la vidéo a des références) et portant fièrement des sautoirs cousus main.

    Dans ce lieu, ce drôle de collège des officiers pousse la chansonnette. Les paroles sont un ramassis de clichés antimaçonniques popularisés par l'abbé Augustin Barruel à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle et abondamment relayés depuis par l'extrême droite catholique (on sent d'ailleurs dans les voix fluettes des jeunes femmes une longue pratique des cantiques). Les participants à cette "tenue" ont des têtes de cochon et de bélier.

    Il semble qu'il y ait aussi un homme à tête de rat faisant office de grand gourou et portant une étole de prêtre (Que voulez-vous ? il faut ce qu'il faut quand on organise une messe noire...).

    On voit donc qu'on est en plein dans "l'intelligence", la "finesse" et la "nuance"...

    Si la forme détonne quelque peu et se veut ironique, le fond, lui, reste désespérément le même. On y retrouve, comme je l'ai dit, le prêt à penser traditionnel de l'extrême droite catholique concernant la franc-maçonnerie.

      • La tenue vaguement sexy et l'attitude aguicheuse des Marie-Chantal suggère implicitement que la loge est un lieu de stupre et de débauche (c'est plutôt drôle de voir ces jolies jeunes femmes BCBG, probablement très culs pincés, se poser ainsi en objet sexuel... Un fantasme ?)  ;
      • Le bandeau sur les yeux pour signifier le secret, les magouilles et le complot (alors que les loges sont déclarées en préfecture et que les obédiences ont pignon sur rue... avouez quand même qu'on peut faire mieux en matière de secret, de magouilles et de complot).
      • Les individus à têtes de rat, de bélier et de cochon suggèrent les rites sataniques (je suis étonné que le réalisateur de la vidéo n'ait pas pensé à mettre quelques foetus sanguinolants en plastique pour suggérer l'avortement et des poupées pour l'infanticide... ça aurait donné un petit côté gore sympa).
      • La faucille et le marteau dans le delta lumineux suggère la collusion entre la franc-maçonnerie et le bolchevisme (détail assez désopilant quand on sait que la franc-maçonnerie a été interdite et les francs-maçons pourchassés dans tous les pays communistes, à l'exception de Cuba... mais allez expliquer ça à des cons...).

    Pour le reste, ce sont les accusations stupides d'usage contre la République (libertoc, égalitoc et fraternitoc) et, donc, la démocratie. Inutile d'insister davantage et de perdre son temps à vouloir décortiquer cet étalage d'inculture et de préjugés.

    J'attends maintenant la prochaine vidéo et la prochaine chansonnette. A quand la même chose dans une synagogue ou une mosquée ? Je crois que là j'attendrai longtemps. Je pense en effet que nos "Brigandes" ne se risqueront pas à la propagande ouvertement antisémite, islamophobe et raciste car elles savent qu'elles s'exposeraient alors à des poursuites pénales sans parler du scandale qu'elles provoqueraient.

    C'est tellement plus facile de se lâcher contre la franc-maçonnerie car l'antimaçonnisme, même le plus outrancier, même le plus con, n'est pas condamnable en France. Cela permet donc à l'extrême droite de montrer son véritable visage et de s'adonner librement à ses obsessions. Il faut dire qu'elle en meurt d'envie depuis 1945...

    Conclusion ?

    Nous vivons bel et bien un changement d'époque. Les digues, qui avaient été construites contre le fascisme après la deuxième guerre mondiale et l'occupation, sont en train de céder sous le poids de l'oubli. Les témoins directs du régime vichyste, en tous les cas ceux qui en ont un souvenir conscient,  sont aujourd'hui âgés et disparaissent. Bientôt, cette période noire appartiendra entièrement à l'histoire. Et la lutte idéologique pour la reconstruction de ce passé va redoubler d'intensité.

    On le voit bien avec cette vidéo apparemment anodine (mais en apparence seulement). Elle charrie tous les préjugés qui, hier, ont motivé les interdictions, le retour du cléricalisme, les atteintes aux libertés publiques, les parodies de justice, les exclusions, les rafles, les déportations...

  • La "loge maçonnique policière" de Joinville-le-Pont (pon pon)

    Imprimer

    Un blogueur, L. Cuenca, dont le blog est hébergé sur le site Mediapart, pose une question "cruciale". Jugez-en plutôt : "Y aurait-il une loge maçonnique policière (sic) à Joinville-le-Pont ?" Bigre ! Je savais qu'à Joinville-le-Pont (pon pon) on pouvait aller guincher chez Gégène (1). J'ignorais en revanche qu'on pouvait aussi maçonner dans un mystérieuse atelier peuplé de méchants policiers véreux qui violent allègrement le secret de l'instruction, se font la courte échelle, profitent d'avantages indus, etc (2). Le blogueur, qui manifestement écrit pour régler ses comptes après sa révocation de la police (3), s'interroge :

    "Y aurait-il une double hiérarchie au sein de la police parisienne ? Pour être clair, y aurait-il une police liée à la Franc-maçonnerie qui pèserait sur la hiérarchie, ici pour solliciter des services, là pour obtenir des informations sur telle ou telle affaire sensible ?"

    Je renvoie le lecteur à cette note. Il constatera de lui-même que ces questions ne vont pas plus loin que les points d'interrogation. J'attendais pourtant d'extraordinaires révélations qui m'auraient permis d'aller rendre visite à cette loge où j'aurais pu, semble-t-il, côtoyer la fine fleur de la hiérarchie policière et peut-être même le ministre de l'intérieur en personne ! J'aurais pu espérer y demander un peu de piston pour faire sauter un PV ou obtenir un rabais pour une nuit au Carlton de Lille en charmante compagnie (4). Mais rien de tout cela... Point de révélations croustillantes. Juste quelques considérations poussives et sans intérêt sur un certain Jo Masanet, ancien flic sexagénère, et ses fréquentations présumées. La franc-maçonnerie est présentée comme une mafia au sein de la police. Quelle déception mes amis !...

    Bref, vous l'aurez compris : ce blog relaie les clichés antimaçonniques les plus éculés. Faut-il s'en étonner ? Non bien sûr car le même blog évoque "le réseau DSK" où la maçonnerie est mise sur le même plan que le proxénétisme en bande organisée. Or, comme j'ai déjà eu l'occasion de le souligner récemment, le procès a largement montré l'inanité de ces élucubrations abondamment relayées par le ban et l'arrière ban de la blogosphère complotiste et fascisante. Aussi ne vais-je pas m'y apesantir outre mesure. Peut-être notre homme révèlera-t-il demain au monde entier l'existence d'une "loge maçonnique sexuelle" à Lille ? Qui sait ? Il semble en tout cas avoir une imagination si fertile qu'on peut s'attendre à ce qu'il raconte un jour des inepties de ce genre...

    Je doute donc que l'auteur serve sa propre cause en sombrant ainsi dans les clichés de l'antimaçonnisme primaire. Que celui-ci veuille régler ses comptes, est une chose. Mais que celui-ci s'en prenne brutalement, comme il le fait, à la franc-maçonnerie, en est une autre. Ça me paraît même complètement contreproductif et ridicule. C'est très exactement ce genre de raisonnement nauséabond que l'on entendait dans l'entre-deux-guerres et sous le régime de Vichy avec les terribles conséquences que tout le monde sait. Je veux y voir malgré tout davantage l'expression d'une immense détresse, qu'une réelle volonté de nuire. Je regrette cependant le procédé employé qui consiste à dénigrer la franc-maçonnerie comme si celle-ci avait vocation à gérer le ministère de l'intérieur, la carrière des fonctionnaires de police ou encore les plaisirs sexuels de personnages publics. A un moment donné, il faut arrêter d'insinuer n'importe quoi. De toute façon, il faut bien être conscient que les 130 000 francs-maçons de France, toutes obédiences confondues, sont dans leur écrasante majorité d'honnêtes citoyens. Ils sont aussi parfaitement étrangers aux bisbilles internes de la police nationale et, plus encore, à des années lumière du conflit qui a pu opposer L. Cuenca à son ancienne hiérarchie.

    __________

    (1) Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, A Joinville-le-Pont (1964)

    (2) L'auteur vise en réalité l'Association Nationale d'Action Sociale des personnels de la police nationale et du ministère de l'intérieur (ANAS). Son siège est à Joinville-le-Pont. Cette association loi 1901 a été fondée en 1949 et elle est reconnue d'utilité publique. Elle est peut-être d'inspiration maçonnique (comme semble le suggèrer son logo) mais elle n'est pas, en tout état de cause, une loge maçonnique. Attention aux confusions !

    (3) Je pense qu'il s'agit bien de lui et non d'un homonyme. Lire Agen. Sursis révoqué pour l'ex-CRS.

    (4) Pour le lecteur qui lirait éventuellement en diagonale, je précise que c'est de l'ironie.

    Ajout du 6 mars 2015

    Lecteur, tu auras peut-être constaté que les liens hypertextes contenus dans le corps de cette note, te conduisent vers une page vide de la plate-forme du site de Mediapart. Ça signifie donc que le blog de L. Cuenca a été supprimé purement et simplement. Cette suppression résulte-t-elle d'une décision de son auteur qui aurait pris conscience qu'il se fourvoyait ? On peut rêver... Je crois surtout qu'elle est la conséquence d'une décision heureuse de Mediapart, probablement alerté par de nombreux internautes et, éventuellement, par la présente note (cependant je précise que je n'ai absolument pas demandé la suppression du blog de L. Cuenca considérant que Mediapart gère son site comme il l'entend). Néanmoins, la présence et le maintien d'un tel blog sur la plate-forme de Mediapart ne pouvaient que nuire à son image et à sa réputation. Que Mediapart en soit remercié.

  • Ah ! au fait... à propos de l'affaire du Carlton...

    Imprimer

    ... J'allais oublier ! Le procureur près le Tribunal correctionnel de Lille a rendu ses réquisitions. Celui-ci a demandé la relaxe pure et simple de M. Dominique Strauss-Khan (le Parquet confirme donc sa position initiale) et du sursis pour les autres protagonistes. Il n'y a guère que Dodo la Saumure, le tenancier de bordel, qui risque d'écoper d'une peine de prison ferme.

    L'affaire est mise en délibéré. Le prononcé du jugement est prévu le 12 juin prochain.

    En attendant, qu'il me soit permis d'observer que les débats n'ont, à aucun moment, dévié sur de prétendues collusions maçonniques entre certains prévenus dont l'appartenance a pourtant été jetée en pâture dans les médias comme si elle devait "prouver" quoi que ce soit ou constituer je ne sais quelle circonstance aggravante. On a pu constater l'inanité de ces spéculations délirantes qui, sur internet, ne mobilisent plus guère que le ban et l'arrière-ban de la blogosphère complotiste et fascisante.

    En France, l'antisémitisme, le racisme et la xénophobie sont justement condamnés. On le répète assez il me semble. En revanche, on peut faire de l'antimaçonnisme, du plus larvé au plus outrancier, en toute impunité. On peut ainsi insinuer publiquement qu'un individu est nécessairement malhonnête ou dangereux parce qu'il est franc-maçon. En 2015, en France, on peut employer, hélas, les mêmes poncifs accusateurs que ceux qui étaient utilisés contre l'Ordre maçonnique avant et pendant la seconde guerre mondiale. On peut même parfois saccagerbrûler et taguer des locaux maçonniques sans que cela interroge et émeuve les pouvoirs publics et l'opinion.

    _______

    PS. Il me semblait avoir déjà écrit une note sur la soi-disant "part maçonnique" de l'affaire du Carlton. Pour des raisons que je ne m'explique pas, je ne retrouve pas cette note. J'ai dû malencontreusement l'effacer suite à une erreur de manipulation. Je prie le lecteur de bien vouloir m'en excuser.