Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

antimaçonnisme - Page 4

  • Canton du Valais (Suisse) : l'appartenance maçonnique des élus en question

    Imprimer

    Le Grand Conseil du Canton du Valais (Suisse) a le projet d'obliger les élus valaisans à révéler leur appartenance aux organes de direction ou de surveillance de corporations, entreprises, établissements ou fondations de droit privé ou de droit public ainsi qu'aux clubs services ou loges maçonniques.

    Cette obligation de dévoilement (des élus, des magistrats, etc.) est une vieille lune qui repose, en réalité, sur les sentiments antimaçonniques les plus tenaces selon lesquels l'appartenance à une loge maçonnique est en soi un acte nocif susceptible de porter atteinte à l'ordre public.

    Dans sa grande sagesse, et parce que c'est aussi le droit, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) de Strasbourg a rappelé, dans un arrêt du 31 mai 2007, que cette obligation déclarative contrevenait directement aux articles 11 et 14 de la convention européenne des droits de l'homme (cf. l'arrêt Grande Oriente d'Italia di Palazzo Giustiniani c/ Italie, ci-dessous).

    Cette obligation déclarative est discriminatoire et n'est fondée sur aucune justification objective et raisonnable si ce n'est sur des fantasmes relatifs aux soi-disant pouvoirs occultes de la franc-maçonnerie.

    On peut se demander par exemple pourquoi les élus appartenant à des églises ou à d'autres associations sans but lucratif échapperaient à cette obligation déclarative souhaitée par le Grand Conseil valaisan.

    Enfin, cette obligation de dévoilement est une atteinte directe au respect de la vie privée et à la liberté d'association également protégés par la convention européenne des droits de l'homme.

    Le Canton du Valais, membre de la Confédération Helvétique, ne peut l'ignorer puisque la Suisse est membre du Conseil de l'Europe depuis 1963 et a ratifié la convention européenne des droits de l'homme en 1974.

    _____________

    A consulter :

    arrêt CEDH.pdf

  • Un succès inquiétant

    Imprimer

    Visiblement, ma note sur Serge Abad-Gallardo rencontre un grand succès. C'est même l'effervescence du côté de nos voisins d'outre-Quiévrain depuis que le quotidien La Libre Belgique a consacré un article au Ravi de Narbonne, lequel est devenu, dans le monde catholique, un sujet de curiosité en quelques mois à peine.

    Je relève également que mon autre note consacrée au groupe catholico-fascistoïde Les Brigandes est régulièrement consultée. C'est une bonne chose.

    J'ose espérer que ces notes puissent un peu contrebalancer le déluge de conneries sentencieuses de ces individus et, surtout, montrer l'inanité de leur démarche fondée sur les clichés les plus éculés de l'antimaçonnisme.

    Il est grand temps, à mon avis, que les obédiences maçonniques se préoccupent sérieusement de cette inquiétante remontée de l'antimaçonnisme dans notre pays, soixante ans après la fin de la deuxième guerre mondiale.

     

  • La propagande antimaçonnique de M. Serge Abad-Gallardo : classique, désespérante et prévisible

    Imprimer

    69Fiche.pngIl s'appelle Serge Abad-Gallardo. Il a été initié dans une loge du Droit Humain (DH). Il a démissionné de la franc-maçonnerie vingt ans plus tard suite à sa redécouverte du Christ. Il vit et travaille à Narbonne.

    M. Abad-Gallardo a écrit un ouvrage sur cette étonnante conversion. Il donne maintenant des conférences sur le sujet. Il accorde volontiers des interviews sur son parcours spirituel dans la franc-maçonnerie qu'il juge radicalement incompatible avec la foi catholique. La franc-maçonnerie incarne pour lui la folie humaniste qui prétend se passer de Dieu. Elle est relativiste. Elle est source d'erreur. Elle prétend transformer la société et les hommes. Elle veut bouleverser l'ordre de la création voulu par Dieu.

    Je ne peux pas donner tort à M. Abad-Gallardo. Effectivement, la franc-maçonnerie est radicalement incompatible avec toutes les idéologies - religieuses mais aussi politiques - qui réduisent le monde à elles-mêmes et qui prétendent être la source de toute vérité. La franc-maçonnerie s'adresse à des cherchants, pas à des individus qui espèrent y trouver je ne sais quelle espèce de révélation d'ordre surnaturel. On est initié à la franc-maçonnerie. On ne s'y convertit pas. Or, M. Abad-Gallardo avait besoin de se convertir. Il s'est manifestement trompé en rejoignant la franc-maçonnerie et semble avoir mis du temps à s'en rendre compte. Maintenant, pour paraphraser une chanson célèbre, il ne pense pas : il prie. Grand bien lui fasse ! Je suis heureux pour lui. 

    Je pense pour ma part que la vérité est nécessairement plurielle. La vérité passe évidemment par le regard de l'autre, par l'échange, par le travail en commun et par la réflexion. La vérité a évidemment besoin de l'altérité. Elle ne descend pas toute faite du ciel. De même, la société bouge. La société évolue. Les idées voyagent à l'instar des hommes. Et effectivement, rien de ce qui est humain ne saurait être étranger au franc-maçon.

    M. Abad-Gallardo, en quête d'absolu, a préféré changer de voie. C'est son droit le plus strict. Et je respecte ses convictions mêmes si elles sont aux antipodes des miennes. Seulement voilà, ce qui, au fond, n'aurait pu être que l'évolution (ou la régression c'est selon) d'un individu, se transforme en pantalonnade. Que M. Abad-Gallardo brûle ce qu'il a aimé est une chose. Qu'il se complaise dans la caricature grotesque de la franc-maçonnerie en est une autre. Il utilise tous les bons vieux clichés traditionnels de l'antimaçonnisme catholique sans la moindre nuance. C'en est presque une faute de goût. Je trouve en effet qu'il en fait trop. C'est ce côté "too much" qui, à mes yeux, rend sa démarche suspecte, comme s'il jouait un rôle en quelque sorte. 

    J'ai vraiment du mal à croire qu'un homme qui a consacré vingt ans de sa vie à la franc-maçonnerie puisse en être réduit à se comporter vis-à-vis de la religion comme s'est comportée ma défunte grand-mère. Mais ma grand-mère, elle, a eu des circonstances atténuantes. Elle n'a pas fait d'études. Elle a été obligée de travailler durement toute son existence. La vie ne lui a pas non plus laissé l'opportunité de lire beaucoup de livres et de se cultiver. Sa foi était néanmoins paisible et résultait plus d'un déterminisme social teinté de superstition que d'une réflexion approfondie. Il n'y a jamais eu en tout cas chez elle le désir de convertir son prochain. D'ailleurs eût-elle voulu le faire que les mots ne seraient pas venus à sa bouche. M. Abad-Gallardo, lui, met son intelligence au service d'une propagande antimaçonnique d'un classicisme désespérant et prévisible.

    Oui, c'est désespérant et prévisible car le cas de M. Abad-Gallardo n'est pas exceptionnel. En effet, il y a des précédents. Je pense à Jules Doinel et à Léo Taxil beaucoup plus connu. Je pense aussi à John SalzaJim Shaw (à ne pas confondre avec l'artiste contemporain du même nom), Burkhardt Gorissen ou encore à Maurice Caillet. Tous des anciens francs-maçons. Tous des pourfendeurs, sur le tard, de la franc-maçonnerie parce qu'ils ont rencontré un jour le petit Jésus qui leur a dessillé les yeux et les a sortis de l'erreur. 

    Je ne veux nullement être désobligeant vis-à-vis d'eux. Cependant, beaucoup ont eu des parcours objectivement chaotiques laissant clairement entrevoir d'importantes faiblesses psychologiques, pour ne pas dire davantage. Et je n'insiste pas sur ceux dont la conversion tonitruante a révélé une volonté brouillonne de se venger ou de régler mesquinement des comptes. Je me garderai bien de trancher en ce qui concerne M. Abad-Gallardo. Je rappellerai simplement que celui-ci a trouvé son chemin de Damas en même temps que son chemin de croix du côté de Narbonne où, avec d'autres, il a défrayé la chronique pour des choses bien moins spirituelles. Je n'en dirai pas davantage. Je laisse à chacun le soin de tirer ses propres conclusions.

  • Antimaçonnisme : hélas oui. C'est sérieux !

    Imprimer

    Jean-Dominique Reffait, qui se présente comme membre du GODF, a publié sur le site Boulevard Voltaire un article intitulé : "Anti-maçonnisme : est-ce bien sérieux ?"

    Je vous invite à le lire. 

    J'avoue pour ma part que ce court article, très bien rédigé par ailleurs, m'a laissé sur ma faim. En effet, l'auteur semble réduire l'antimaçonnisme au "domaine du fantasme, de l’exécration irrationnelle, de l’ignorance crasse soutenue par des témoignages aussi évasifs". Il parait minorer la dangerosité de l'antimaçonnisme principalement à cause de son côté guignolesque et de son incapacité à poser de vrais débats au sujet de la franc-maçonnerie. L'antimaçonnisme, un gag ? Vraiment ?

    Cette analyse est un peu courte pour au moins trois raisons.

    1°) Reffait se trompe d'angle de vue. Il prend le sien, ce qui l'amène à aborder le sujet avec un peu trop de condescendance. C'est une très grave erreur d'analyse, me semble-t-il. Reffait oublie simplement que la propagande antimaçonnique ne s'adresse ni aux francs-maçons ni à leurs adversaires, mais à tous ceux qui n'ont pas d'idées préconçues sur le sujet ou bien alors à ceux qui, déjà, ont un a priori négatif qu'il s'agit de conforter et de renforcer. Et là, peu importe le côté guignolesque de l'antimaçonnisme. Peu importe l'exécration irrationnelle, l'ignorance crasse soutenue par des témoignages évasifs. Plus le mensonge est gros, mieux il passe. Plus la caricature est grotesque, mieux elle s'imprime dans les esprits.

    2°) Reffait évacue complètement le contexte politique, social et économique. Cela dit, ce n'était pas l'objet de son propos et je suis conscient qu'il est difficile de tout traiter en quelques paragraphes. L'antimaçonnisme, qui est une des multiples résurgences du complotisme, prospère toujours dans un contexte de crise. Dans un monde de plus en plus complexe, où l'interdépendance économique est de plus en plus importante, les gens peinent à identifier un centre décisionnel. Ils cherchent des responsables à la situation présente. Ils cherchent des boucs émissaires qui permettent de tout simplifier. Les francs-maçons font partie de ces boucs-émissaires au même titre que les juifs, les roms, les noirs, les arabes, les musulmans (qu'on réduit souvent aux arabes), les homosexuels etc. 

    3°) Reffait ne dit pas un mot sur les réseaux sociaux et l'internet. Il ne s'agit pas de taper sur ces nouvelles technologies bien sûr, mais de constater qu'elles facilitent considérablement la diffusion de l'antimaçonnisme. Il suffit de le vérifier en tapant "franc-maçonnerie" sur Youtube. La grande majorité des vidéos mise à la disposition des internautes est souvent du pur délire. Les quelques vidéos sérieuses sur le sujet sont noyées dans la masse. Le ratio est vite fait. Sur vingt vidéos par page, vous en avez au moins les trois quarts qui sont un ramassis de conneries paranoïaques. Il faut donc se mettre en lieu et place des internautes confrontés à ces vidéos. Un grand nombre saura sans doute faire la part des choses. Mais combien d'entre eux prendront pour argent comptant cette propagande antimaçonnique ? Combien d'entre eux ont la capacité de prendre du recul, de mettre en perspective, de percevoir la manipulation ? Il faut se poser la question et ce d'autant plus que l'actualité récente a, hélas, démontré la formidable crédulité des gens, notamment la fragilité des plus jeunes (cf. les ravages de la propagande islamiste qui, elle aussi, s'adonne volontiers à l'antimaçonnisme parce qu'elle voit dans la franc-maçonnerie une succursale du judaïsme et du sionisme).

    Alors oui, pour ces trois raisons au moins, l'antimaçonnisme est à prendre au sérieux même si Jean-Dominique Reffait a amplement raison d'en montrer le côté désopilant. Cependant il ne faut jamais sous-estimer ses adversaires, surtout lorsqu'ils manipulent parfaitement les médias alternatifs (on sait que de plus en plus de gens ne s'informent aujourd'hui que par le biais de l'ordinateur).

    Et surtout, il ne faut pas se laisser berner par le côté apparemment anodin et inoffensif de la propagande antimaçonnique. Reprenons par exemple à nouveau la vidéo des Brigandes et évacuons justement l'image, la mise en scène grotesque, les têtes de cochon, les Marie-Chantal en tablier de soubrette. Fermons simplement les yeux et écoutons la chanson. On se rendra compte à quel point les paroles sont extraordinairement violentes et que le sourire des jolies Coco Girls est justement là pour détourner l'attention en faisant croire qu'il s'agit d'une blague de potaches. Ce genre de sourire, je m'en méfie. Les nazis, eux aussi, savaient sourire. Ça ne les empêchait nullement de tuer dans la minute d'après. Et puis, comme l'a écrit Emil Cioran dans La Tentation d'exister :

    "Pour savoir si quelqu'un est guetté ou non par la folie, vous n’avez qu’à observer son sourire. En retirez-vous une impression voisine du malaise ? Sans crainte alors, improvisez-vous psychiatre. Est suspect le sourire qui n’adhère pas à un être et qui paraît venir d’ailleurs, d’un autre ; il vient en effet d’un autre, du dément qui attend, se prépare et s’organise avant de se déclarer."