Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

antimaçonnisme - Page 3

  • Tuons-les par le rire !

    Imprimer

    léo taxil,anticléricalisme,franc-maçonnerie,antimaçonnisme,belle époque,catholicisme,église

    Gabriel Jogand-Pagès alias Léo Taxil (1854-1907) est un personnage bien connu de l'histoire de la franc-maçonnerie française. Pendant douze ans, de 1885 à 1897, cet homme originaire de Marseille a défrayé la chronique en exploitant avec talent l'inépuisable veine de l'antimaçonnisme. Connu au départ pour son anticléricalisme virulent, passé brièvement par la franc-maçonnerie au Grand Orient de France, Léo Taxil a surpris son monde en se convertissant soudainement au catholicisme romain.

    Cette entrée théâtrale dans le monde de la religion lui a ensuite permis de raconter sur la franc-maçonnerie de nombreuses sornettes et d'affirmer péremptoirement que le diable en personne assistait aux banquets des francs-maçons pour leur dicter ses ordres. Aidé du docteur Bataille, son complice, Léo Taxil a produit une histoire des plus extravagantes : celle d'une certaine Diana Vaughan, une jeune américaine, dans la vie représentante d'une fabrique de machines à écrire, palladiste et luciférienne repentie.

    Le personnage de Diana Vaughan a fait tourner la tête à tous les journaux religieux. Léo Taxil s'est fait le porte-parole de la belle inconnue, multipliant, au fil de ses publications, les révélations les plus graveleuses sur le rite palladique et ses prétendus liens avec la franc-maçonnerie (messes noires, orgies, sacrifices humains, etc.). Diana Vaughan a tellement occupé les esprits des opposants à la franc-maçonnerie que ces derniers ont réuni des congrès pour examiner son cas, un peu à l'image de ces conciles qui ont tranché la question de l'historicité du Christ ou certains points de doctrine.

    En 1896, l'Eglise catholique romaine a ainsi organisé le congrès antimaçonnique de Trente (Italie). Les spécialistes de l'antimaçonnisme et les représentants de la curie romaine ont débattu du cas Vaughan en présence de Léo Taxil. Ce dernier, pressé de questions, a promis d'apporter les preuves de l'existence de sa protégée. Puis, il a trouvé un prétexte pour quitter précipitamment Trente et remettre à plus tard l'exécution de sa promesse.

    Le congrès de Trente a conclu logiquement en l'inexistence de Diana Vaughan, fort du départ inattendu de son mentor, mais d'autres autorités, notamment les très conservateurs cardinaux Rampolla et Parocchi, ont immédiatement rappelé que le pape Léon XIII avait envoyé sa bénédiction à l'infortunée Diana. Il est fort probable que ni Rampolla ni Parocchi aient jamais cru à la réalité des aventures rocambolesques de la jeune américaine. Ces deux éminences n'étaient pas des imbéciles. Ils ont certainement agi en politiques avisés, conscients de l'effet dévastateur du ridicule qui s'abattrait sur l'Eglise et le pape si jamais la vérité éclatait au grand jour. Le rappel de la suprême consécration papale poursuivait sans doute un objectif précis : imposer le silence aux polémiques qui s'étaient élevées depuis quelques mois entre divers journaux religieux au sujet de la mystérieuse palladiste d'outre-Atlantique.

    léo taxil,anticléricalisme,franc-maçonnerie,antimaçonnisme,belle époque,catholicisme,église

    Cependant, la pression n'est pas retombée sur les épaules de Léo Taxil. Elle s'est même accentuée. Afin de mettre un terme définitif à son gigantesque bobard, Taxil s'est alors résolu à faire un ultime coup d'éclat en annonçant, à grands renforts de publicité, la présence de Diana Vaughan à une conférence publique organisée le 19 avril 1897 dans la salle de la Société de géographie de Paris. Une assistance nombreuse s'y est pressée avec naturellement beaucoup de prêtres, de religieux, de francs-maçons et de libres penseurs, de simples curieux aussi. Tous ont attendu, suivant la promesse qui en avait été faite, de rencontrer Diana Vaughan en personne. La séance s'est ouverte aux alentours de 21h00. Or, pas de femme à la tribune. Léo Taxil, en revanche, était là, toisant l'assistance d'un regard amusé. Dès les premières minutes, la réunion a présenté le plus vif intérêt. Taxil a commencé par saluer la perspicacité de ses confrères publicistes les moins crédules pour avouer ensuite que Diana Vaughan n'avait existé que dans son imagination fertile.

    Puis, le conférencier a exposé méticuleusement toute sa stratégie d'enfumage et évoqué sa fausse conversion. Sa confession, son attitude repentante, ses brochures violentes contre la libre-pensée n'ont été pour lui qu'un moyen de pénétrer dans la place, de s'attirer la confiance des religieux afin de mieux les duper ! Et cela a marché au-delà de ses espérances les plus folles. Le pape Léon XIII, lui-même, est tombé dans le panneau. Au cours de sa conférence, Léo Taxil a également tenu à adresser le message suivant aux francs-maçons :

    « Dans les premiers temps, les francs-maçons se sont indignés; ils ne prévoyaient pas que la conclusion, patiemment préparée, serait un universel éclat de rire. Ils me croyaient vraiment enrôlé pour tout de bon. On disait, on répétait que c'était une façon de me venger de la radiation de ma Loge, radiation qui datait de 1881 et dont toute l'histoire, nullement à mon déshonneur, est bien connue : petite querelle soulevée par deux hommes aujourd'hui disparus, et disparus dans des conditions lamentables.

    Non ! je ne me vengeais pas, je m'amusais ; et si l'on examine aujourd'hui les dessous de cette campagne, on reconnaîtra, même chez les francs-maçons qui m'ont été le plus hostiles, que je n'ai porté préjudice à personne.

    Je dirai même que j'ai rendu service à la Maçonnerie française. Je veux dire que ma publication des rituels n'a pas été étrangère, certainement, aux réformes qui ont supprimé des pratiques surannées, devenues ridicules aux yeux de tous maçons amis du progrès. »

    Et Taxil de rappeler que seul l'historien allemand Findel, parmi les francs-maçons de renom, a cru bon de s'alarmer de ses élucubrations, croyant y déceler l'action des jésuites pour discréditer la franc-maçonnerie.

    Fidèle à sa devise « Tuons-les par le rire », Taxil a espéré que cette expérience inédite d'anticléricalisme burlesque s'achève dans un grand éclat de rire universel.

    « Ne vous fâchez pas, mes Révérends Pères, mais riez de bon coeur, en apprenant aujourd'hui que ce qui s'est passé, c'est exactement le contraire de ce que vous avez cru. Il n'y a pas eu, le moins du monde, un catholique se dévouant et explorant sous un faux nez la Haute-Maçonnerie du Palladisme. Mais, par contre, il y a eu un libre-penseur qui, pour son édification personnelle, nullement par hostilité, est venu flâner dans votre camp, non pas durant onze années, mais douze et... c'est votre serviteur. 

    Par le moindre complot maçonnique dans cette histoire, et je vais vous le prouver tout à l'heure. Il faut laisser à Homère chantant les exploits d'Ulysse, l'aventure du légendaire cheval de bois; ce terrible cheval n'a rien à voir dans le cas présent. L'histoire d'aujourd'hui est beaucoup moins compliquée.

    Un beau jour, votre serviteur s'est dit que, étant parti trop jeune pour l'irréligion et peut-être avec beaucoup trop de fougue, il pouvait fort bien ne pas avoir le sentiment exact de la situation; et alors, n'agissant pour le compte de personne, voulant rectifier sa manière de voir, s'il y avait lieu, ne confiant d'abord sa résolution à qui que ce fût, il pensa avoir trouvé le moyen de mieux connaître, de mieux se rendre compte, pour sa propre satisfaction.

    Ajoutez à cela, si vous voulez, un fond de fumisterie dans le caractère ; - on n'est pas impunément fils de Marseille ! - Oui, ajoutez ce délicieux plaisir, que la plupart ignorent, mais qui est bien réel, allez ! cette joie intime que l'on éprouve à jouer un bon tour à un adversaire, sans méchanceté, pour s'amuser, pour rire un brin (...)

    Cependant, je me demande jusqu'à quel point les hauts approbateurs du Palladisme dévoilé auraient le droit de se fâcher aujourd'hui. Quand on s'aperçoit qu'on a été mystifié, le mieux est de rire avec la galerie. Oui, Monsieur l'abbé Garnier ! et, en vous fâchant, vous ferez rire davantage de vous. »

    Il est facile d'imaginer que les religieux présents, à commencer par l'abbé Garnier nommément apostrophé, n'ont pas vraiment eu l'envie de rejoindre le grand parti des rieurs, ni sur le moment ni après... La conférence publique s'est donc très vite achevée dans le plus grand tumulte. Pourtant, Léo Taxil a donné à l’Eglise ce qu’elle avait envie d’entendre. Il l'a d'ailleurs dit lui-même :

    « Plus qu'on ne le croit, il y a des braves gens qui s'imaginent que les lois de la nature sont parfois bouleversées par des esprits bons ou mauvais, et même par de simples mortels. Moi-même, j'ai eu la stupéfaction de m'entendre demander d'opérer un miracle. »

    léo taxil,anticléricalisme,franc-maçonnerie,antimaçonnisme,belle époque,catholicisme,égliseTaxil a donc été pendant des années l’idole des curés de campagne, des lecteurs de La Croix et du Pèlerin, lesquels se faisaient peur à la lecture de ses ouvrages. Il leur a raconté des histoires à dormir debout, de diables, de sociétés secrètes, de terribles conspirations, de femmes lubriques, de rendez-vous orgiaques. Il leur a servi ce que ces religieux voulaient entendre, ce qui était susceptible de correspondre à leurs fantasmes.

    Certes, il est tout à fait possible que Taxil ait voulu se donner le beau rôle sur la fin pour mieux se dédouaner. Il est incontestable qu'il a profité financièrement de ce gigantesque canular. Ses livres se sont bien vendus. Ses conférence ont attiré du monde. Mais comment lui reprocher d'avoir su habilement exploiter la bêtise de ses contemporains ? Reconnaissons quand même qu'il fallait un sacré aplomb, une opiniâtreté et une force de conviction peu communes pour être parvenu à duper ainsi autant de monde.

    Ce faisant, on ne saurait non plus réduire l'entreprise de Léo Taxil aux seules manigances d'un aigrefin de génie. Il y a en effet une dimension politique incontestable dans son action qui n'est peut-être pas suffisamment appréciée à sa juste valeur aujourd'hui. En effet, Léo Taxil a été, par le rire, par la caricature et par l'invraisemblance de ses propos, un terrible pourfendeur de l'obscurantisme et du fanatisme religieux. Et, d'une certaine manière, il a été un promoteur original de la laïcité, à une époque où, ne l'oublions pas, l'Eglise catholique romaine prétendait toujours jouer un rôle politique en France. Une chose est sûre en tout cas, c'est que l'Eglise, par la suite, a rapidement abandonné les outrances délirantes de l'antimaçonnisme vulgaire pour ne s'attacher qu'à affirmer, en droit canonique, l'incompatibilité de la foi catholique avec le relativisme franc-maçonnique.

    Quand on voit aujourd'hui la prégnance de l'antimaçonnisme, quand on constate l'insondable médiocrité de ceux qui, sans cesse, repoussent les limites de la bêtise chaque fois qu'ils accusent la franc-maçonnerie de tous les maux, alors qu'ils ne la connaissent absolument pas, si ce n'est à travers leurs œillères de paranoïaques, comment ne pas se dire que Léo Taxil a eu raison d'agir comme il l'a fait ?

     

    2832493535.pngVoici l'intégralité de l'allocution de Léo Taxil : Discours de Léo Taxil 19 avril 1897.pdf. Le document fait 26 pages.

    Léo Taxil y expose les rouages de sa machination. Le plus terrible, c'est de constater qu'il existe encore en 2016 des imbéciles ou plutôt des malades qui croient encore en la véracité des révélations extraordinaires du facétieux marseillais.

    Certains pensent que Diana Vaughan a bel et bien existé, que tout ce que Taxil a raconté est vrai, que le Vatican n'a pas pu être pris en défaut et que la rétractation publique de l'auteur résulte d'une machination des loges. 

    D'autres, en revanche, ne croient pas aux affabulations de Taxil mais voient dans son discours du 19 avril 1897 la preuve d'un grand complot franc-maçonnique pour détourner l'attention des gens sur les véritables agissements des loges. 

  • Une Galouzeau peut cacher une Villepin

    Imprimer

    causeur1.jpg

    Lu sur le site Causeur sous la plume d'une certaine Esperanza Galouzeau :

    « Rassurez-vous, nous n’épiloguerons pas longtemps sur cette diablerie de franc-maçonnerie (sic !). Beaucoup d’encre noire a déjà coulé sur le sujet. Si vous en voulez encore, allez lire le témoignage de Maurice Caillet, vous y trouverez la vraie Lumière (sic !). Ce que nous voulons nous demander ici, c’est si nous n’avons rien de mieux à proposer aux jeunes en quête de sens. Un petit Moati d’aujourd’hui serait-il encore séduit par la franc-maçonnerie ? Ce début de XXIème siècle ne voit-il pas se lever un désir de spiritualité plus grand, plus exigeant ?

    La République ne peut pas se contenter de proposer comme seule espérance une éthique maçonnique paradoxalement caractérisée par son absence d’éthique (sic !) : un relativisme érigé en dogme suprême par le refus d’admettre la loi naturelle et toute autorité́ supérieure à la conscience individuelle. »

    L'auteur n'a pas apprécié la conférence de Daniel Keller et de Serge Moati sur la franc-maçonnerie qui a eu lieu dans une grande école de Paris. C'est son droit le plus strict. En même temps, quand on lit sa conclusion, qui fustige le relativisme maçonnique et fleure bon le dogme catholique traditionaliste (sa référence à Maurice Caillet est éloquente), il est difficile de s'en étonner outre mesure. Mme Esperanza Galouzeau avait déjà manifestement de solides préjugés avant d'assister à cette conférence. Les commentaires de l'article sont d'ailleurs très majoritairement hostiles à la maçonnerie. Ils colportent les préjugés vulgaires que l'on a coutume d'entendre à son sujet. Soit dit en passant je suis toujours sidéré de constater la belle assurance de ces contempteurs de la franc-maçonnerie. Ils projettent leurs désopilants fantasmes paranoïaques sur une institution qu'ils ne connaissent qu'à travers des clichés. Cette bêtise sûre d'elle-même est fascinante car contrairement à l'intelligence, elle n'a aucune limite.

    Le nom de l'auteur a attiré mon attention. Qui est donc cette Esperanza Galouzeau qui s'inquiète ainsi du manque d'éthique de la maçonnerie et de son refus d'admettre la loi naturelle (celle de Dieu) ? J'ai immédiatement pensé à l'ancien premier ministre Dominique Galouzeau de Villepin et j'ai donc fait quelques recherches sur cette famille honorable. J'ai trouvé sur un site de généalogie une jeune Clémence Esperanza Galouzeau de Villepin, fille de M. Patrick Galouzeau de Villepin, un des frères de l'homme politique, et de Mme Jacqueline Crombez de Rémond de Montfort. Il m'a suffi ensuite de faire une recherche croisée sur Google entre le nom de la nièce de Dominique de Villepin et le site Causeur.fr. Et voici ce que j'ai trouvé (preuve que le net est rarement amnésique). Bingo !

    causeur.jpg

    Et qui est devenu par la suite :

    causeur2.jpg

    En lisant les commentaires sous l'article de Mme (Clémence) Esperanza Galouzeau (de Villepin), j'ai trouvé cette remarque cocasse de quelqu'un, semble-t-il, bien informé.

    causeur3.jpg

    Donc, à en croire ce commentateur, la jeune Clémence serait étudiante à l'ESSEC, une bonne business school privée de Paris. Pour vous donner une idée, l'ESSEC, ce sont des frais d'inscription qui avoisinent les 40500 € pour trois années d'étude... Une paille quoi, qui laisse présager une ébouriffante mixité sociale... Pendant ce temps, je rappelle que l'université publique française, ouverte au plus grand nombre, est la grande sacrifiée. Mais c'est un autre débat... Revenons à notre grande spécialiste de la franc-maçonnerie.

    Comme internet est mon ami, une recherche nominative m'a conduit vers le réseau social professionnel Linkedin. Je suis tombé sur le profil public d'une jolie étudiante de l'ESSEC qui habite dans le très chic (et très cher) seizième arrondissement de Paris où les riches familles cultivent volontiers l'entre soi (je recommande à ce sujet la lecture du livre de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Les ghettos du ghota. Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Seuil, Paris, 2007).

    villepeau.jpg

    Serait-ce donc elle, la grande spécialiste de « la suffisance et des insuffisances de la franc-maçonnerie » ? Une jeune aristocrate des beaux quartiers de Paris qui a choisi de réduire la maçonnerie à de vagues impressions suite à une conférence publique donnée à l'ESSEC le 12 janvier dernier.

    Comment dire sans être désobligeant ? Je trouve ce genre d'attitude assez pitoyable de la part d'une femme issue de l'élite (attention ! je n'ai pas dit de l'élite républicaine), c'est-à-dire venant d'un milieu très privilégié et éduqué où l'on devrait cultiver, me semble-t-il, un certain sens de la nuance et un respect de tous les chemins spirituels. On serait en droit de réclamer une réflexion un peu plus construite et étoffée qu'un pauvre article de propagande de bas étage. C'est vraiment dommage.

  • Le Grand Occident de France

    Imprimer

    grandoccident.jpgAvez-vous déjà entendu parler du Grand Occident de France ? Il s'agissait d'une organisation antisémite de la fin du XIXe siècle fondée en pleine affaire Dreyfus par Jules Guérin (1860-1910), un agitateur politique et publiciste (c'est ainsi que l'on désignait souvent les journalistes à l'époque) venu de l'extrême gauche mais financé par la fine fleur de la réaction.

    Quelles étaient les origines du Grand Occident de France ? Le Grand Occident était une émanation de la Ligue antisémitique (ou antisémite) de France que Jules Guérin animait avec Edouard Drumont depuis sa création en 1889. En 1899, Guérin avait eu l'idée de singer la franc-maçonnerie, représentée essentiellement en France par le Grand Orient de France (le Droit Humain et la Grande Loge ont été fondés respectivement en 1893 et 1894). La référence à l'occident était supposée démontrer que le Grand Orient de France était a contrario le parti juif et le parti de l'étranger agissant dans l'ombre et complotant contre les intérêts français. Le Grand Occident, lui, entendait incarner la France éternelle. Guérin résumait les choses en ces termes (Le Matin, 26 avril 1899) :

    "Au Grand Orient, nous avons opposé le Grand Occident de France. On s'est étonné de ce titre. Mais il nous était indiqué par la nature même des choses. Nous sommes à l'ouest même du monde. derrière nous, il n'y a rien."

    On y pratiquait semble-t-il un rite antijuif, c'est-à-dire une parodie de rite maçonnique. Les membres du Grand Occident se séparaient en criant "A bas les juifs". Chaque adhérent devait prêter le serment suivant : "Je jure sur l'honneur de combattre les juifs et les exploiteurs autant qu'il sera en mon pouvoir." (cf. Georges Bensoussan, L'idéologie du rejet. Enquête sur "Le monument Henry" ou archéologie du fantasme antisémite dans la France de la fin du XIXe siècle. Ed. Manya, Paris, 1993, pp. 190 et suivantes). Mais il semble toutefois que l'essentiel des activités était surtout constitué de conférences publiques auxquelles se pressait le tout-Paris de l'antisémitisme.

    La photo ci-dessus a été prise en août-septembre 1899 pendant le siège du Grand Occident de France par la police. L'organisation de Guérin avait été impliquée dans la tentative de coup d'Etat perpétrée notamment par Paul Déroulède le 23 février 1899. Guérin s'y retrancha avec une trentaine de ses partisans et y soutint un siège de trente-huit jours (du 13 août au matin du 20 septembre 1899). Cet épisode tumultueux de la Troisième République est passé à la postérité sous le nom de l'affaire dite du Fort Chabrol (une référence ironique au siège du Fort Alamo en 1836 ?).

    guerin.jpgPourquoi ce siège a-t-il duré aussi longtemps ? Le peuple de Paris, dit-on, s'est gaussé de l'incapacité du Préfet de police Lépine à mettre un terme aux agissement de Guérin. Comme souvent, la réalité est toute autre ainsi que l'explique Ernest Raynaud dans ses souvenirs (Ernest Raynaud, La vie intime des commissariats : souvenirs de police, éd. Payot, Paris, 1926, pp. 55 et suivantes).

    "Ce Jules Guérin passait pour une « casserole ». C'était l'avis de M. Pajot, commissaire de police du quartier du Combat, qui, lorsque j'étais officier de paix du XIXe arrondissement, m'avait confidentiellement mis en garde contre un excès de répression à son encontre, car ce Jules Guérin était un agitateur forcené que je trouvais mêlé à toutes les manifestations de voie publique. Son éloquence acide jetait le trouble dans les réunions. Hâbleur et fanfaron, il offrait, sous son chapeau de feutre mou, l'image d'un Tartarin hargneux. Il avait fondé la ligue antisémite et s'était institué Maître du grand Occident de France, machine de guerre dressée contre le grand Orient maçonnique. Son journal l'Anti-juif déversait périodiquement son flot de bile sur les institutions."

    La police se résolut à donner l'assaut le 20 septembre 1899 parce que le Président de la République avait gracié Alfred Dreyfus la veille et qu'il fallait donc absolument désarmer les forcenés avant que la nouvelle ne devienne publique. Elle n'eut pas cette peine car les rebelles finirent par se rendre sans résistance dès les premières sommations d'usage. La durée du siège avait sans doute permis non seulement de fatiguer Guérin et sa bande mais aussi de les déconsidérer définitivement auprès de l'opinion publique, notamment auprès de celles et ceux qui leur avaient manifesté de la sympathie.

    Guérin fut condamné à dix ans de prison par la Haute Cour de Justice, peine commuée, un an plus tard, en bannissement du territoire national. Il dut donc s'exiler à Namur (Belgique). Il fut ensuite amnistié en 1905 et rentra en France où il cessa alors toute activité politique pour monter une affaire qui périclita très vite. Jules Guérin mourut dans le dénuement le plus complet le 13 février 1910 des suites d'un coup de froid (il avait participé activement aux opérations de secours lors des inondations d'Alfortville).

    affaire dreyfus,julles guérin,grand occident de france,antimaçonnisme,antisémitismeLe Grand Occident de France, qui possédait quelques groupes en province et en Algérie, survécut un temps mais les antisémites finirent par se déchirer. Certains voulaient uniquement racialiser l'antisémitisme (selon eux le juif était un être inférieur inassimilable). D'autres voulaient associer la question sociale à l'antisémitisme (d'après eux le juif était un capitaliste exploiteur). Edouard Drumont, directeur de La Libre Parole, démissionna avec fracas de la présidence d'honneur du Grand Occident de France fin 1901. Jules Girard, ancien compagnon de Jules Guérin au "Fort Chabrol", tenta de mettre fin à ses jours en février 1905 à cause du découragement que lui inspirait l'ingratitude de ses anciens amis politiques. Après la réhabilitation définitive du capitaine Alfred Dreyfus en 1906 par la Cour de cassation, le Grand Occident de France finit par disparaitre très rapidement dans l'indifférence générale.

    Quel fut le positionnement du Grand Orient de France vis-à-vis de l'organisation de Guérin ? On peut imaginer sans peine que ce fut un positionnement hostile. En l'absence de partis politiques structurés, le Grand Orient était en effet particulièrement investi dans la vie politique française et il était un centre d'union de tous les républicains (des modérés aux socialistes en passant par les radicaux). Toutefois, en dépit des apparences, il semble que cette période ait été délicate à gérer pour la principale obédience maçonnique française. J'ai déjà montré que le climat au sein de l'obédience était mauvais. En effet, de nombreux francs-maçons craignaient une infiltration du Grand Orient par les réactionnaires et il est d'ailleurs arrivé que certains fassent même le coup de poing en tenue pour empêcher des initiations de profanes perçus, à tort ou à raison, comme des adversaires de la République. Le général Boulanger, entré en politique - ne l'oublions pas - grâce à Georges Clemenceau, avait aussi des sympathisants et des soutiens rue Cadet. Certains francs-maçons n'étaient pas non plus insensibles au revanchisme de Déroulède et aux discours nationalistes (une des loges en vue de l'Obédience ne s'appelait-elle pas Alsace-Lorraine ?). L'antisémitisme sévissait aussi dans les loges, notamment en Algérie.

  • Faiblesses occultes

    Imprimer

    jean marquès-rivière,collabo,antimaçonnisme,psychiatrie,haine,rené guénon,fascisme

    Je viens d'achever la lecture d'un article passionnant de Denis Andro sur Jean Marquès-Rivière (1903-2000) qui fut, en 1943, le scénariste du célèbre film antimaçonnique « Forces Occultes » (*). Denis Andro analyse le parcours sinueux d'un homme torturé, passé brièvement par la franc-maçonnerie avant de la combattre avec virulence (Marquès-Rivière aurait été membre de la loge Théba de la Grande Loge de France comme René Guénon d'ailleurs).

    En 1930, Jean Marquès-Rivière a une « crise » manifestement retentissante. Voici ce que Denis Andro écrit à ce sujet :

    « Certains historiens de l'occultisme et de l'ésotérisme décrivent cette crise comme le résultat d'un rituel tantrique qui aurait abouti à une forme d'obsession (pour reprendre ici un terme spirite) par une entité du monde intermédiaire. Selon un spécialiste du sivaïsme que nous avons consulté à ce propos, il s'agirait plutôt d'une expression de perturbations psychologiques. Remettons cette crise en en perspective.

    On peut observer que plusieurs protagonistes proches durant cette période de Marquès-Rivière, comme Guénon, traversent également une période de crise personnelle qui se traduit notamment par l'expression de troubles qui seraient dus à des attaques de la « contre-initiation » ; ce milieu est par ailleurs clivé par un conflit entre les « deux tradition », orientale et occidentale : ainsi Tamos – Georges Thomas (1886-1966), responsable du Voile d'Isis, ancien de la Société Théosophique et « protecteur » psychique de Guénon, a à présent un questionnement anti-oriental auquel va momentanément se rallier Marquès-Rivière – qui va chercher un dénouement de sa crise à travers le grand exorciste de l'archidiocèse de Paris Joseph de Tonquédec et le retour au catholicisme.

    Il convient de relever le rôle décisif des croyances en des attaques magiques chez ces hommes ; il mérite sans doute d'être examiné de près, comme un liant entre acteurs de ce domaine mais aussi comme un « langage » à travers lequel s'expriment les conflits – un peu comme dans les sociétés traditionnelles étudiées par les ethnologues. »

    Personnellement, je crois que « le rôle décisif des croyances en des attaques magiques » mérite d'être examiné plutôt sous l'angle de la psychiatrie que de l'ethnologie (je ne suis d'ailleurs pas étonné de noter la présence du nocif René Guénon). En effet, j'ai l'impression que Denis Andro prend un luxe de précautions pour décrire ce qui s'apparente vraisemblablement à un délire paranoïaque. Il me semble évident que Marquès-Rivière avait une condition délirante qui l'a amené à se croire persécuté. Et ce n'est pas un hasard, à mon avis, si la défaite de 1940 et l'occupation de la France par l'Allemagne nazie, lui ont permis d'exprimer sa psychose à l'échelle du pays tout entier, notamment au travers de sa dénonciation obsessionnelle et irrationnelle du fameux complot judéo-maçonnique. Cette dénonciation lui a permis de se poser en victime déresponsabilisée de ses actes et de ses paroles (l'homme a d'ailleurs fui la France pour échapper à la justice). Comment un tel individu, déjà très atteint psychologiquement, n'aurait-il pas vacillé dans un contexte de guerre et d'intenses bouleversements géopolitiques ?

    ______________

    (*) Denis Andro, Faiblesses occultes. Les incarnations politiques et spirituelles de Jean Marquès-Rivière, Chroniques d'Histoire Maçonnique, n°67, année 2011. A commander chez Conform Edition.

     
    jean marquès-rivière,collabo,antimaçonnisme,psychiatrie,haine,rené guénon,fascisme,denis andro,histoireEn 1943, le film « Forces occultes » sort sur les écrans. Le scénario de ce moyen-métrage de cinquante minutes a été réalisé par deux anciens francs-maçons  : Jean Marquès-Rivière et Jean Mamy (sous le pseudonyme de Paul Riche). Ces hommes se sont tournés du côté des nazis dès 1941 et se sont dépensés sans compter pour éliminer toute résistance au régime vichyste. Marquès-Rivière fuit la France dès la fin de la guerre sentant que ses positions ne lui éviteraient pas la peine capitale. En effet, il fut condamné à mort par contumace. Mamy, lui, a été fusillé en 1949. Marquès-Rivière présenta le film au public parisien le 9 mars 1943. Il vilipenda les Juifs et les francs-maçons dans des termes odieux : « Il est pitoyable que la mémoire si courte des Français leur ait déjà fait oublier les causes profondes de la situation présente. Car, enfin, qui dirigeait le régime pourri qui a ruiné et ensanglanté la France, qui en formait les cadres permanents et reconnus, sinon la Maçonnerie, paravent commode de la juiverie internationale ? » Tant de haine jetée sur les francs-maçons ne fut pas sans conséquence. Le bilan des persécutions a été lourd car sur les soixante mille francs-maçons fichés par la police de Vichy, six mille ont été inquiétés et près de mille ont été déportés dans les camps de concentration ou fusillés.