Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Obédience - Page 2

  • L'Amérique selon la Grande Loge de New York

    Imprimer

    america.jpgL'art est souvent la meilleure réponse aux laideurs du monde. C'est donc par la voie subtile de l'art que la Grande Loge de New York a entendu délivrer un message de tolérance et de fraternité alors que les Etats-Unis d'Amérique sont actuellement confrontés aux premières mesures prises par Donald J. Trump.

    Sur son site internet, la Grande Loge de New York a donc mis à l'honneur un tableau peint en 1931 par Paul Orban (1896-1974). Ce choix n'est pas innocent. Orban était un artiste d'origine hongroise. Sa famille a fui la pauvreté et émigré aux Etats Unis au début du vingtième siècle.

    Ce tableau, intitulé America, est au musée de la Grande Loge de New York. Il  représente les Etats-Unis, sous la forme d'une femme (la liberté) et d'un aigle (le droit). On voit en dessous les représentants des pays du monde.  America combine religiosité, internationalisme, optimisme politique et référence à l'histoire. Je trouve que ce tableau rappelle un peu La République Universelle de Frédéric Sorrieux (1848) que l'on peut admirer à Paris au musée Carnavalet.

    Les oeuvres de Paul Orban ont souvent illustré les articles de The Masonic Perspectives, l'ancienne revue officielle de la Grande Loge de New York. America a ainsi été utilisé pour un article du frère Parkes Cadman (1865-1936), Grand Chapelain de l'obédience new-yorkaise, publié en octobre 1931.

    paul orban,parkes cadman,art,fraternité,franc-maçonnerie,etats-unis d'amériqueDans cet article, Cadman a écrit  : 

    « Nous, Francs-Maçons, nous aimons notre nation (...) Mais notre amour pour notre pays est plus qu'une simple question d'obligation; cet amour jaillit du cœur même du franc-maçon (...) Nous ne voulons pas une d'une Amérique de vantardise, mais une Amérique d'amour et de respect. Nous voulons que cette terre soit celle des hommes libres, qu'elle devienne le leader moral de l'humanité, qu'elle incite chacun à mener une vie sur un plan plus élevé, qu'elle favorise la moralisation des relations internationales afin que cessent les turbulences de la haine, des préjugés et de la guerre (...) Il est difficile de faire en sorte que tous les hommes soient frères ; tous sont pourtant égaux, sans distinction de race ou de croyance ou de naissance ou de sang. C'est difficile mais c'est fondamentalement américain (...) »

  • Franc-Maçonnerie, soumission et liberté

    Imprimer

    qui frappe.jpgLa note que j'ai consacrée à mon parcours chaotique dans les ordres de sagesse du rite français a suscité quelques réactions chez les abonnés de mon infolettre. Le frère M.N., trente-deuxième du rite écossais ancien et accepté, m'a ainsi écrit un sympathique courrier électronique dans lequel il m'a fait part de sa démission, en décembre dernier, du Suprême Conseil souché sur le Grand Orient de France. Il m'a autorisé à publier sa lettre de démission. Je l'en remercie bien fraternellement car il doit être difficile de mettre un terme à un parcours de près de vingt-six ans dans les hauts grades écossais.

    Je ne me prononcerai pas sur les divergences dont ce frère fait état dans sa lettre. Je n'ai pas les moyens d'en juger. C'est son histoire. C'est son ressenti. Je retiens ici simplement l'analyse qu'il fait d'un système qu'il qualifie de tyrannique parce que fondé sur la soumission volontaire. Ce frère donne incontestablement matière à penser sur les rapports complexes que nous pouvons avoir avec la hiérarchie maçonnique, notamment quand elle nous confronte à des propos ou à des comportements que nous réprouvons dans notre for intérieur ou lorsqu'elle nous fait croiser le chemin de cons flamboyants et enrubannésCe que ce frère décrit peut en réalité s'appliquer à toute hiérarchie humaine car la franc-maçonnerie, quel que soit le rite concerné, n'a évidemment pas l'apanage de ces dysfonctionnements. Ça ne l'exonère pas pour autant de toute responsabilité. N'ambitionne-t-elle pas en effet d'être le centre de l'union ? N'offre-t-elle pas un cadre et des outils pour s'améliorer soi-même ? Il est toujours douloureux de découvrir que les actes, parfois, ne coïncident pas avec les hautes pensées.
     
    Dans les ordres de sagesse du rite français, je dois cependant dire que je n'ai jamais ressenti de pressions hiérarchiques particulières, peut-être parce que je n'ai jamais été dans une disposition d'esprit qui consistait à conserver un silence prudent dans l'espoir d'obtenir une augmentation de salaire ou une responsabilité particulière. Peut-être aussi parce que le Grand Chapitre Général est structurellement moins pyramidal et plus bordélique dans son organisation que le Suprême Conseil et que bon an, mal an, chaque frère a vocation à obtenir le quatrième ordre s'il est un minimum assidu et constant. Car il faut bien des quatrièmes ordres pour que les chapitres fonctionnent et se pérennisent.
     
    En revanche, je me suis heurté frontalement, comme ce frère, à l'imbécillité sûre d'elle-même, celle qui consiste à ériger la médiocrité en norme du travail maçonnique, celle qui interdit toute remise en cause, toute discussion qui n'aurait pas fait l'objet d'un contrôle préalable ; celle qui, par exemple, a conduit un ancien Très Sage à m'asséner brutalement des leçons de fraternité et de liberté de conscience alors qu'il a été probablement le pire président d'atelier que j'ai croisé de ma vie maçonnique, incapable d'ouvrir et de fermer correctement les travaux, donnant chaque fois l'impression de découvrir le rituel, élevant le je m'en foutisme à des sommets vertigineux ; un frère qui, en matière de liberté de conscience, était sans doute bien mieux placé que moi puisqu'il avait fréquenté, paraît-il, l'ordre intérieur du très chrétien régime écossais rectifié... J'ai appris par la suite qu'il fallait avoir été Très Sage pour espérer obtenir un jour le cinquième ordre... Tout finit par s'expliquer quand on vous donne la première lettre et que vous êtes en mesure de dire la seconde...
     
    Bref, je ne peux m'empêcher de songer à ce propos de feu Jean Mourgues, ancien Souverain Grand Commandeur du Grand Collège des Rites, que j'ai déjà eu l'occasion de citer sur ce blog :
     
    « Les grades maçonniques ne sont que des fictions dont les plus vaniteux ne savent à quoi elles les engagent. »
     
    255114976.jpgCe que disait Mourgues était vrai mais insuffisant toutefois car le problème est que les plus vaniteux sont souvent les plus bruyants et les plus entreprenants. Comme les cons de Michel Audiard, ils osent tout et c'est à cela qu'on les reconnaît. Ils pourrissent le système de l'intérieur parce qu'ils savent exploiter habilement la lâcheté de ceux qui sont à la franc-maçonnerie ce que les fidèles sont à l'Église, notamment quand ces derniers, au moment de s'apprêter à recevoir l'eucharistie, pratiquent le rite de la paix annoncé ainsi par le curé (je souligne) :
     
    « Seigneur Jésus Christ, tu as dit à tes Apôtres : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix » ; ne regarde pas nos péchés mais la foi de ton Église ; pour que ta volonté s'accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l'unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. »
     
    Les fidèles se donnent ensuite la paix. Ils peuvent alors communier le coeur léger et l'esprit tranquille puisque seule la foi de l'assemblée compte. Eh bien on est dans le même registre quand certains frères disent en croyant bien faire : « Tu seras peut-être déçu par les francs-maçons mais jamais par la franc-maçonnerie. » Ils pensent préserver la paix de l'institution et exalter la foi maçonnique de cette façon sans voir le travail de sape des vaniteux, des pleurnicheurs et des emmerdeurs. Ainsi lorsque j'ai confié à un des membres de mon chapitre ma décision d'en démissionner, celui-ci m'a juste conseillé de me raviser et de jouer plutôt la stratégie du pourrissement et d'une paix hypocrite, considérant que les choses allaient finir par s'arranger tôt ou tard... Quand on dit ça, c'est qu'il est temps de partir.
     
    Je n'ai absolument pas d'amertume contrairement à ce que l'on pourrait croire. Je peux donc rassurer ceux qui se sont inquiétés de mon moral. Je vais très bien. Je continue simplement mon bonhomme de chemin au sein de la franc-maçonnerie symbolique où tout se joue et où l'essentiel se transmet. Je n'ai pas senti non plus la moindre acrimonie dans la lettre du frère M.N. Lui aussi a fait le choix de se cantonner désormais à la loge bleue. Je crois que nous nous rejoignons, lui et moi, dans l'idée que la franc-maçonnerie n'est belle que si on la considère avec sérieux, humour et gentillesse. Ces trois qualités là sont indispensables car elles ennoblissent les coeurs et rendent les hommes libres.
     
    ______________________
     
  • L'axe Miami / La Havane au coeur de grandes manoeuvres maçonniques

    Imprimer

    valdes.jpgLe 10 décembre dernier, la Grand Maître de la Grande Loge de Floride prenait la pose avec le Grand Maître de la Grande Loge de Cuba. C'était, paraît-il, la première fois depuis cinquante six ans qu'un Grand Maître de la Grande Loge de Cuba était accueilli ès qualités par les dignitaires floridiens. Ce qui est sans doute vrai même si ce jugement doit être tempéré : les Grandes Loges de Floride et de Cuba, malgré leur rupture de 2014 à 2016, ont toujours été, peu ou prou, en contact.

    Qu'est-ce qui a bien pu motiver aujourd'hui la Grande de Floride à restaurer des relations fraternelles officielles avec la Grande Loge de Cuba ? Il est peu probable que ce soit la disparition du dictateur Fidel Castro mais plutôt des considérations d'ordre interne. Le 28 décembre prochain, en effet, une rencontre de plusieurs obédiences ou groupements maçonniques est prévue à Miami pour porter le projet de constitution d'une Grande Loge de Cuba dite de l'extérieur, c'est-à-dire regroupant les frères cubains exilés. Le but de cette réunion est de parvenir à l'unité de tous les francs-maçons cubains installés sur le territoire de la Floride.

    Cette perspective ne réjouit absolument pas la Grande Loge de Floride. Celle-ci voit d'un très mauvais oeil l'émergence possible d'une obédience nouvelle sur son territoire, hispanophone de surcroît. La Grande Loge de Cuba de l'extérieur porterait atteinte au landmark - pourtant dépassé - selon lequel il ne saurait y avoir qu'une Grande Loge par Etat. La Grande Loge de Cuba était pourtant favorable à cette création susceptible de gêner l'obédience floridienne. Il est maintenant probable que l'obédience cubaine veuille freiner les ardeurs des frères cubains exilés à la demande de la Grande Loge de Floride. Les frères cubains exilés demeurent relativement respectueux de la Grande Loge de Cuba - l'obédience mère - malgré leur opposition au régime communiste.

    En attendant, certains frères américains ironisent sur ce rapprochement soudain. Ils rappellent que la Grande Loge de Floride reconnaît à nouveau une obédience d'un pays totalitaire alors qu'elle refuse toujours d'établir des relations fraternelles officielles avec la Grande Loge Prince Hall de Floride ! La Grande Loge de Floride fait en effet partie des neuf Grandes Loges américaines (Alabama, Arkansas, Floride, Géorgie, Louisiane, Mississippi, Caroline du sud, Tennessee et Virginie de l'Ouest) qui s'obstinent à ne pas reconnaître la maçonnerie noire américaine.

  • Le Plan Universités de la Grande Loge Unie d'Angleterre

    Imprimer

    grande bretagne,glua,jeunesse,franc-maçonnerie,loges,universités

    Les obédiences françaises s'interrogent depuis longtemps sur les moyens de rendre la franc-maçonnerie plus attractive auprès des jeunes gens. Elles ont organisé cette année au moins deux manifestations : un colloque sur la jeunesse, à Paris, à l'initiative de la Grande Loge de France et de la Grande Loge Féminine de France et un rassemblement de jeunes maçons à Montpellier sous l'égide du Grand Orient de France. Toutefois, ces manifestations ne semblent pas avoir rencontré le succès escompté. L'âge moyen du franc-maçon français avoisine toujours les 55-60 ans. Bien qu'il y ait toujours eu des jeunes gens initiés en franc-maçonnerie (j'ai été dans ce cas), ces derniers restent très minoritaires. Faut-il s'en désoler ? Très franchement, je n'en sais rien. En tout cas, ça n'a jamais été pour moi une source de préoccupation particulière, probablement parce que j'ai toujours été convaincu que l'initiation à la franc-maçonnerie était fondamentalement le résultat d'une démarche personnelle. L'âge n'a rien à y voir même s'il peut être un critère dans le choix souverain des loges. 

    grande bretagne,glua,jeunesse,franc-maçonnerie,loges,universitésCeci dit, il me paraît intéressant de signaler ici la manière dont la franc-maçonnerie britannique agit vis-à-vis de la jeunesse. En effet, confrontée elle aussi à un vieillissement de ses effectifs, la Grande Loge Unie d'Angleterre a lancé le Plan Universités (Universities Scheme). De quoi s'agit-il ? Il s'agit d'un réseau de loges universitaires, c'est-à-dire de loges qui recrutent ordinairement dans le milieu de l'enseignement supérieur. Ce réseau est présidé par Sir David Wootton, assistant Grand Maître, ancien lord-maire de Londres et avocat dans le profane.

    Le Plan Universités est inspiré de l'expérience de deux loges implantées dans des villes universitaires prestigieuses depuis près de deux cents ans : la loge Apollo Lodge University n°357 fondée en 1818 à l'orient d'Oxford et la loge Isaac Newton University Lodge n°1161 fondée en 1861 à l'orient de Cambridge. Ces deux loges ont initié plusieurs milliers de jeunes hommes à la franc-maçonnerie. Le Plan Universités a donc pour objectif de favoriser l'accès des étudiants à la franc-maçonnerie. Depuis son lancement en 2005, ce plan regroupe une soixantaine de loges basées essentiellement en Angleterre, au Pays de Galles et en Afrique du sud (la Grande Loge Unie d'Angleterre y possède un district). 

    En voici la liste plutôt impressionnante :

    Pour toutes les universités et écoles d'enseignement supérieur de Londres

    • University of London Lodge N°. 2033
    • Rahere Lodge N°. 2546
    • Lodge of Honor and Generosity No. 165
    • Phoenix Lodge No. 173
    • Ravensbourne Royal Arch Chapter No. 1601
    • Duke of Cornwall Lodge No. 1839
    • University of London Lodge No. 2033
    • Aesculapius Lodge No. 2410
    • University of Durham Lodge No. 3030
    • Trinity College Dublin Lodge No. 3153
    • Lodge of Good Fellowship No. 3655
    • Gray's Inn Lodge No. 4938
    • Old Johnian Lodge No. 5282
    • St Cecilia Lodge No. 6190
    • Tetragon Lodge No. 6302

    Université Anglia Ruskin 

    • Boswells Lodge No. 7759

    Université de Brighton

    • Brighton & Hove Civic Lodge No. 5223

    Université Brunel

    • Ruislip St. Martin's Lodge No. 9125

    Université de Buckingham

    • Grenville Lodge No. 1787

    Buckinghamshire Université Nouvelle

    • Marlow Lodge No. 2752

    Université Christ Roi de Canterbury, Université du Kent  et Université de Greenwich

    • St Augustine Lodge No. 972
    • The Pentangle Lodge No. 1174

    Universide Chichester

    • Lodge of Union No. 38

    Université d'Essex

    • Ostrea Lodge No. 8209

    Université de Hertfordshire

    • Salisbury Union Lodge No. 767

    Université d'Oxford

    • Apollo University Lodge No. 357
    • Oxford and Cambridge Lodge No. 1118

    Université Oxford Brookes 

    • Blockley Lodge No. 6345

    Université de Portsmouth

    • Domus Dei Lodge No. 5151

    Université de Reading

    • Grey Friars Lodge No. 1101

    Université de Southampton

    • Southampton University Lodge No. 7022

    Université du Surrey

    • Onslow Lodge No. 2234
    • Woodside Lodge No. 6441

    Université du Sussex

    • Brighton & Hove Civic Lodge No. 5223

    Université de Winchester

    • William of Wykeham Lodge No. 1883

    Université de Cambridge

    • Isaac Newton University Lodge No. 859
    • Alma Mater Lodge No. 1492
    • Oxford and Cambridge Lodge No. 1118

    Université d'East Anglia

    • Bowers Lodge No. 4865

    Université de Bolton

    • Goulburn Menturia Lodge No. 3478

    Université de Chester

    • University Lodge of Chester No. 4477

    Université de Lancaster

    • City of Lancaster Lodge No. 281

    Université de Liverpool

    • University Lodge of Liverpool No. 4274

    Université de Manchester

    • Old Mancunians' with Mount Sinai Lodge No. 3140
    • De Montfort University
    • Castle of Leicester Lodge No. 7767

    Université de Derby

    • Hartington Lodge No. 1085
    • Phoenix Lodge of Saint Ann No. 1235

    Université de Leicester

    • Wyggeston Lodge No. 3448

    Université Lincoln

    • St Hugh Lodge No. 1386

    Université Loughborough 

    • Lodge of Science and Art No. 8429

    Université de Nottingham

    • Daybrook Lodge No. 5522

    Université du Staffordshire

    • Universities Lodge of Staffordshire No. 9907

    Université de Birmingham et Coventry

    • University of Birmingham Lodge No. 5628

    Université de Bangor

    • St David's Lodge No. 384

    Université de Cardiff

    • Universities Lodge, Cardiff No. 5461

    Universités et établissements d'enseignement supérieur d'Afrique du Sud

    • Singleton Lodge No. 8399
    • President Lodge No. 8053
    • Golden West Lodge No. 6689
    • University Lodge of the West Indies No. 7128
    • Universitas Lodge No. 9917


    david wootton, grande bretagne,glua,jeunesse,franc-maçonnerie,loges,universitésOn retrouve dans ces loges non seulement des étudiants, des membres des universités (corps enseignant, personnel administratif), des anciens étudiants, mais aussi des maçons exerçant autres professions. Certaines de ces loges sont liées historiquement aux universités. D'autres ne le sont pas mais font l'effort d'ouvrir leurs colonnes aux jeunes. 
    La Grande Loge Unie d'Angleterre applique des règles spécifiques aux loges de ce réseau. Ainsi, tous les francs-maçons âgés de moins de 25 ans bénéficient d'une cotisation réduite de moitié. Le but est de rendre la franc-maçonnerie accessible aux plus jeunes.

    Je suis dans l'incapacité de dire si le Plan Universités de la Grande Loge Unie d'Angleterre est une réussite ou pas. Il est en effet difficile d'en mesurer l'impact concret sur la vie maçonnique en Angleterre et en Afrique du sud. Les informations manquent. Ce plan témoigne en tout cas d'un esprit de club et de réseautage que les francs-maçons français réprouvent généralement, considérant que la franc-maçonnerie est essentiellement un ordre initiatique, ésotérique et traditionnel. Il convient également de remarquer que le recrutement de la Grande Loge Unie d'Angleterre est assez réducteur car tous les jeunes hommes ne fréquentent évidemment pas l'enseignement supérieur. J'imagine que si de nombreux jeunes universitaires sont initiés dans les loges anglo-saxonnes, ils doivent être tout aussi nombreux à en démissionner. En effet, comment susciter et entretenir le sentiment d'appartenance maçonnique quand toutes ces loges se réunissent en moyenne quatre à six fois par an et uniquement pour procéder à des installations de collège ou à des cérémonies ?

    Quelles que soient les critiques que l'on peut faire au sujet de cette action entreprise par la Grande Loge Unie d'Angleterre, comment ne pas être malgré tout admiratif devant le volontarisme et le pragmatisme de nos frères d'outre-Manche ? En France, les dignitaires des obédiences maçonniques parlent de la jeunesse comme d'une abstraction. Attirer les jeunes dans les loges est un objectif qu'ils évoquent prudemment pour ne pas être taxés de prosélytisme. En outre, les loges françaises sont généralement réticentes à l'égard de ces recrutements ciblés qui ressemblent à des objectifs marketing. Parler par exemple de la possibilité d'instaurer une capitation différenciée en fonction de l'âge est souvent un sujet de crispations. Au Grand Orient de France, nombreux sont les frères qui considèrent que la capitation différenciée en fonction de l'âge ou des moyens financiers serait de nature à introduire une rupture de l'égalité de traitement entre les membres de l'obédience (je le pense aussi). Au final, les obédiences françaises sont condamnées à ne rien faire.

    De l'autre côté de la Manche au contraire, la franc-maçonnerie anglo-saxonne ne s'embarrasse guère de grandes discussions théoriques sur la jeunesse. Elle agit. Peut-être de façon critiquable mais elle agit. Elle s'est ainsi donnée les moyens de ses ambitions. De manière tout à fait pragmatique, elle a échafaudé une stratégie particulière : un réseau de loges qui pratique la capitation différenciée. Cependant, le pragmatisme et l'action ne font pas tout car le travail maçonnique, tel qu'il se conçoit en Grande Bretagne, est fort différent de ce qu'il est en France. Réduit essentiellement aux cérémonies, le travail dans les loges britanniques doit probablement apparaître bien ennuyeux pour des jeunes initiés qui débutent dans la vie et qui ont sans doute bien d'autres préoccupations en tête que les usages maçonniques.