Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Humanisme n°311. Réinstituer la République

    Imprimer

    humanisme2016.jpgLe numéro 311 d'Humanisme publie un dossier intitulé : « Réinstituer la République ». Sans point d'interrogation. Rien que ça. En toute modestie. Une affirmation donc. Comme les mots ont un sens, j'en ai logiquement déduit que la République avait disparu en France. N'allez pas cependant en déduire que tout est bon à jeter dans ce dossier. Je n'ai pas dit ça. Une chose est sûre en tout cas, c'est que vous y trouverez les mêmes litanies sur la jeunesse, sur le déclin de l'école, des institutions républicaines, de la laïcité, de l'orthographe, etc., que cette revue nous ressert obsessionnellement sur tous les tons depuis des décennies. C'est donc du réchauffé à peine réactualisé. Bref, il s'agit une nouvelle fois d'un numéro très « franco-français », mais du genre « petit pays, petit esprit » recroquevillé sur ses certitudes, nostalgique de sa grandeur passée et désireux de retrouver la République perdue, celle des grands hommes et des grands projets.

    Je voudrais citer cette perle du rédacteur en chef que je trouve très révélatrice de ce « déclinisme » ambiant :

    « Que la République était belle sous l'Empire, disaient les déçus de la Troisième du nom qui l'avaient imaginée si harmonieuse. Or les citoyens pourront-ils seulement dire que la République était belle sous la Cinquième agonisante ? »

    DSC_0250.JPGSi je comprends bien, ça revient à dire que les déçus de la Troisième République (on ne sait pas lesquels) étaient nostalgiques du temps où ils étaient pourchassés sous Napoléon III. Et le rédacteur en chef d'établir un parallèle osée et incongrue avec la Cinquième République « agonisante » (sic). Donc, la conclusion manquante à ce syllogisme, c'est que l'Empire ou la Cinquième République, c'est au fond pareil (même si quelques lignes plus haut le rédacteur en chef nous assure du contraire dans son éditorial ! « Certes nous n'étouffons pas sous l'Empire » Ouf ! Nous l'avons échappé belle...). La conclusion implicite, c'est que les républicains auront toujours le sentiment d'être des cocus de l'histoire (exilés dans leur tête à défaut d'être réellement proscrits), un peu à l'image de ces citoyens qui se sentent systématiquement trahis par les hommes politiques en général et le gouvernement actuel en particulier. En d'autres termes, on retrouve la posture de l'opposant stérile qui voit toujours le verre à moitié vide, qui ne se satisfait jamais de rien et se noie dans les « y a qu'à, faut que ». Vous pensez que j'exagère ? Je ne le crois pas. J'en veux pour preuve ces deux dessins, publiés à la page 21, dont on peut se demander s'ils ont bien leur place dans une revue maçonnique d'une obédience qui prétend respecter la liberté de conscience de ses membres !

    DSC_0251.JPG

    Mais à ce compte là, pourquoi ne pas aller plus loin dans la provocation en poussant ce raisonnement jusqu'à l'absurde ? En effet, si la République n'est belle que lorsqu'elle n'est pas, pourquoi ne pas alors préconiser une bonne petite dictature en France afin d'inciter les déçus de la République à revoir leurs fondamentaux ? Pourquoi ne pas s'arrêter non plus de respirer afin de mieux percevoir l'importance de l'oxygène ?

    Bref, je trouve que la revue Humanisme distille un état d'esprit pessimiste et inquiétant. D'abord parce qu'elle invite le lecteur à regarder toujours en arrière comme si tout avait été mieux avant. Ce qui, bien évidemment, est stupide. Ensuite parce qu'elle semble totalement déconnectée du monde qu'elle a la prétention d'analyser. En effet, à lire la prose aigrie de la plupart des contributeurs, on finirait par oublier que notre pays est une démocratie, dont les institutions ne fonctionnent pas aussi mal qu'on le prétend, et qui respecte les libertés publiques. Sur les 193 Etats membres de l'ONU, notre pays fait partie de la soixante-dizaine d'Etats démocratiques de la planète. Ce n'est quand même pas mal, non ? En tout cas, il y a pire ailleurs...

    Quand on voit la situation politique et économique des trois quarts de la planète, quand on constate l'extraordinaire souffrance quotidienne d'une majorité d'êtres humains, je me dis que la France, bien arrimée à l'Union européenne, a beaucoup de chance. Les Français cèdent un peu trop souvent à cette facilité de riches qui consiste à se plaindre de tout tout le temps. Quand on est pauvre, réduit à l'extrême nudité du besoin, on ne pense pas. On n'a pas le temps de se plaindre. On survit.

    Si donc on faisait l'effort de temps en temps de regarder autre chose que son nombril, on pourrait alors relativiser sa situation ou, du moins, la remettre en perspective de façon intelligente et mesurée. Il ne s'agit pas d'occulter les problèmes bien sûr (ils existent et sont nombreux), mais d'éviter qu'ils nous aveuglent et nous empêchent égoïstement de regarder ce qui se passe autour de nous à une plus grande échelle.

    _________________

    Humanisme, n°311, mai 2016, prix public : 9 €. Pour connaître les conditions d’abonnement, cliquez sur le site de Conform Edition.

  • La lettre de Jules Prunelle

    Imprimer

    perelachaise.jpg

    Le Grand Orient de France a diffusé une vidéo sur l'hommage rendu aux martyrs de la Commune. Celui-ci a eu lieu au cimetière du Père Lachaise devant le mur des fédérés le 1er mai dernier. Cette vidéo circule sur les plates-formes de streaming et les réseaux sociaux. Je voudrais à mon tour diffuser une lettre du Frère Jules Prunelle (1818-1904), ancien vénérable de la Loge parisienne Mutualité. Elle date du 30 avril 1871 et a été envoyée aux principaux organes de presse parisiens. Jules Prunelle n'était pas foncièrement hostile à la Commune qui était au départ, il faut le rappeler, un mouvement patriotique et communal, c'est-à-dire un mouvement visant à permettre aux parisiens d'élire librement un conseil municipal après la défaite de 1870. Mais il avait assisté à son inexorable radicalisation et il était maintenant soucieux que le bras de fer entre les insurgés et le gouvernement d'Adolphe Thiers ne remette pas en cause l'établissement de la République en France. Jules Prunelle était membre fondateur de l'Association des défenseurs de la République, constituée en décembre 1870, aux côtés notamment de Georges Clemenceau, maire du dix-huitième arrondissement.

    Citoyen lucide et attaché aux libertés publiques, Jules Prunelle était parfaitement conscient que le mouvement communard était une impasse politique. Il craignait les meneurs les plus extrêmes dont les idées révolutionnaires risquaient de nourrir le parti de la peur et de l'ordre. Prunelle était aussi de ceux qui pensaient que la rébellion parisienne face au pouvoir légitime de l'Assemblée nationale élue le 8 février 1871, allait inévitablement aboutir à un putsch de l'armée, à une réaction bonapartiste, voire à un retour des royalistes au pouvoir.

    Franc-Maçon averti, Prunelle avait bien vu que ces mêmes révolutionnaires avaient instrumentalisé politiquement la franc-maçonnerie parisienne. Il était à ses yeux totalement inconcevable que la franc-maçonnerie ne respecte pas le pouvoir légitime et devienne partie prenante d'une guerre civile.

    « Paris, 30 avril 1871.

    Monsieur,

    Je viens de lire dans le Journal officiel de la Commune le compte-rendu d'une manifestation de francs-maçons qui a eu lieu hier, sons le prétexte défaire de la conciliation entre Paris et Versailles, mais en réalité — c' est facile à voir — pour engager la franc-maçonnerie tout entière à prendre parti dans un horrible conflit qui, pour le malheur de tous, dure depuis trop longtemps déjà.

    Permettez-moi, monsieur, comme franc-maçon, de protester ici de toute mon énergie contre celte prétention. Il n'appartient ni à plusieurs de parler au nom de la franc-maçonnerie, de se substituer à elle et de dénaturer son esprit. La franc-maçonnerie est essentiellement démocratique, pacifique et libérale — il n'y a pas un seul initié qui ne le sache — son rôle dans la lutte actuelle était donc tout tracé : calmer les adversaires,pour arriver sincèrement à les réconcilier.

    Plusieurs des manifestants en ont jugé autrement, oubliant que, dans le camp de ceux qu'ils traitent d'ennemis, il se trouve grand nombre de francs-maçons ; ils ont, par leurs discours, jeté de l'huile sur le feu — et, usurpant un droit qui ne leur appartient pas, transformé nos bannières de paix en étendards de guerre civile — et voulu engager toute la maçonnerie dans un conflit monstrueux.

    Ne serait-il pas temps enfin qu'en franc-maçonnerie, comme en politique, on supprimât tout espace d'usurpation, en laissant à chacun son droit intact et la faculté, dès lors, d'exprimer sa volonté ? Ce serait là,probablement, la fin de toutes les luttes qui nous agitent si douloureusement.

    Recevez, monsieur, l'assurance de mes sentiments distingués.

    JULES PRUNELLE,

    ex-vénérable de la loge Mutualité. »

    Jules Prunelle savait que tout était perdu et que les jours du mouvement insurrectionnel étaient désormais comptés depuis que le gouvernement à Versailles avait invalidé les élections du conseil communal de Paris. Les éléments les plus modérés avaient alors préféré obéir aux injonctions du gouvernement et ils avaient démissionné du conseil, laissant Paris aux mains des plus extrémistes (Varlin, Vallès, Clément, etc.). Prunelle connaissait par coeur la capitale. Il voyait bien que les soldats de la Garde Nationale, mal attifés, mal nourris et plein de lassitude, n'avaient pas envie de se battre et encore moins de mourir pour des doctrinaires d'extrême gauche. Ce que ces soldats souhaitaient, comme tout le peuple de Paris d'ailleurs, c'était la fin des hostilités et, autant que faire se peut, la reprise d'une vie normale après la défaite du pays face à la Prusse.communards,commune de paris,jules prunelle,france

    Il faut se mettre dans la peau de Jules Prunelle qui avait pris connaissance de la manifestation maçonnique du 28 avril, comme il l'a écrit, en lisant le Journal Officiel de la Commune ! On peut comprendre qu'il se soit senti trompé, lui qui, comme beaucoup d'autres frères, croyaient à la mission conciliatrice des loges. Or, voici que ces dernières avaient été entraînées malgré elles dans le conflit par des frères, plus politiques que maçons, qui s'étaient rendus en délégation, étendards au vent, sur les murs d'enceinte de la capitale pour proclamer à la face du monde ce mensonge selon lequel l'Ordre maçonnique soutenait l'insurrection. Comment Jules Prunelle, petit maçon perdu au milieu de la foule, aurait-il pu se taire devant une telle forfaiture et une telle fuite en avant ? Comment aurait-il pu se taire, lui le républicain, l'ami de Clemenceau, alors qu'il sentait confusément que les jours de mai allaient être épouvantables et qu'une répression sanglante allait s'abattre sur Paris ?

    Je m'interroge. Comment se fait-il qu'en 2016 les obédiences maçonniques présentes au cimetière du Père Lachaise ne se souviennent pas aussi de ces frères républicains qui, tel Jules Prunelle, avaient été d'une extraordinaire clairvoyance au milieu de ces terribles événements ? Comment se fait-il qu'elles préfèrent célébrer aujourd'hui, de façon quelque peu caricaturale, le souvenir de ces doctrinaires qui ont fini par se faire dévorer par ce peuple qu'ils défendaient (il faut en effet se rappeler des derniers instants tragiques du pauvre Eugène Varlin, lynché et éborgné par la foule des prolétaires, avant d'être fusillé par la troupe sans jugement rue des Rosiers) ?

    communards,commune de paris,jules prunelle,franceAprès la lettre de Jules Prunelle, il me semble utile de reproduire celle que le frère Ernest Hamel (1826-1898), ancien Vénérable de la Loge L'Avenir, avait adressée à l'un de ses successeurs au premier maillet. Hamel était historien. Un biographe de Robespierre et un spécialiste de la Révolution française. Il fut un opposant républicain actif sous le second Empire et un proche du socialiste Louis Blanc. Ce n'était donc pas un mollasson. Mais lui aussi était d'une lucidité rare sur le devenir de la Commune et sur l'action entreprise par ces frères qui plantèrent des étendards de loge Porte Maillot.

    « Au Vénérable de la Loge l'Avenir Orient de Paris.

    Cher Vénérable,

    J'apprends avec tristesse que dans une réunion, à laquelle je n'ai pu assister, il a été décidé que la maçonnerie planterait son drapeau sur les remparts de Paris, et que dans le cas où il viendrait à être troué par une balle, elle se jetterait en corps dans la lutte.

    Cette réunion a, selon moi, dépassé son droit, en engageant de la sorte la franc-maçonnerie.

    Que, comme citoyen, chacun de ses membres adopte tel parti qu'il lui conviendra d'adopter, c'est son droit; mais, comme corporation, la franc-maçonnerie ne saurait, sans être infidèle à sa loi primordiale, quitter le terrain de la conciliation basée sur la reconnaissance de nos franchises municipales.

    C'est sous l'impression de cette idée conciliatrice qu'elle a envoyé deux délégations à Versailles, et l'adoption du rapport de ses derniers délégués impliquait virtuellement la continuation des tentatives d'apaisement et de concorde.

    Là était le véritable rôle de la franc-maçonnerie, qui ne doit pas oublier qu'elle a des adeptes dans les deux camps.

    Comme maçon et comme membre de la délégation nommée en vue d'une conciliation possible, je ne crois pas devoir la suivre dans la voie nouvelle où l'on semble l'engager, et j'ai la certitude de rester en cela le serviteur dévoué de la République démocratique, une et indivisible.

    ERNEST HAMEL, ex-vénérable de la loge l'Avenir. »

  • Quelle République pour demain ?

    Imprimer

    Michel Maffesoli vient de me signaler qu'il interviendra avec Patrick Weil le 14 juin prochain à 20h00 au temple Arthur Groussier (16 rue Cadet 75009 Paris). Pour assister à cette conférence publique, il est indispensable de réserver (cliquez ici). Si vous avez l'opportunité de vous y rendre, n'hésitez pas. Le débat promet d'être fructueux.

    e5950263-1d53-4b16-ad74-c18ba1db16ae.jpg

  • Balzac franc-maçon ?

    Imprimer

    balzac.jpgHonoré de Balzac a-t-il été franc-maçon ? Non, le grand écrivain n'a jamais été initié. En revanche, il est établi que Bernard François Balzac, son père, adjoint au maire de Tours et administrateur de l'hôpital, figurait bien sur le tableau de la loge « La Parfaite Union » de cette ville en 1804. Il est également établi que Joseph Sallambier, son grand-père maternel, a été initié lui aussi. Dignitaire du Grand Orient, Sallambier a été membre actif de la Loge « L'Océan Français » à l'Orient de Paris. La seule chose dont on soit à peu près sûr est que le jeune Honoré a été élevé dans un milieu familial en contact avec la franc-maçonnerie. Mais cette filiation n'en fait pas un franc-maçon.

    Un daguerréotype de mai 1842 a cependant relancé les spéculations sur l'appartenance maçonnique de l'écrivain. On le voit dans une pose curieuse, la main droite sur le coeur, débraillé, chemise ouverte et froissée, bretelles soutenant son pantalon. Certains ont cru y déceler une mise à l'ordre. On peut comprendre qu'il soit tentant de le penser. Cependant, il est plus probable que Balzac ait voulu être immortalisé tel qu'il était la majeure partie de son temps, dans son cabinet de travail, c'est-à-dire en tenue négligée ou décontractée comme on peut l'être chez soi quand on n'attend personne. La pose est peu conventionnelle. Elle montre un créateur passionné qui a voulu être saisi dans toute sa vérité. Si Honoré de Balzac avait vraiment eu l'intention de divulguer son appartenance maçonnique par cette technologie nouvelle qui le fascinait autant qu'elle l'effrayait, il eût été probablement plus direct et plus explicite (cf. ce daguerréotype de franc-maçon inconnu dont je vous avais parlé en janvier dernier).

    En outre, il est important de noter que la franc-maçonnerie, en tant qu'ordre initiatique, n'a joué aucun rôle particulier dans l'oeuvre littéraire de Balzac. Elle ne semble même pas avoir été pour lui une source d'inspiration. Pourtant, il est arrivé que Balzac y fasse allusion dans ses romans, moins pour suggérer l'appartenance maçonnique de tel ou tel de ses personnages, que pour désigner une connivence infra-verbale existant entre eux. Dans son roman Les Chouans, Balzac décrit ainsi un voyage en diligence :

    « Les deux voyageurs se regardèrent, s’il est permis d’emprunter ce terme à la conversation, jusque dans le blanc des yeux. Il existait au fond de la voiture un troisième voyageur qui gardait, au milieu de ces débats, le plus profond silence. Le conducteur, le patriote et même Gudin ne faisaient aucune attention à ce muet personnage. C’était en effet un de ces voyageurs incommodes et peu sociables qui sont dans une voiture comme un veau résigné que l’on mène, les pattes liées, au marché voisin. Ils commencent par s’emparer de toute leur place légale, et finissent par dormir sans aucun respect humain sur les épaules de leurs voisins. Le patriote, Gudin et le conducteur l’avaient donc laissé à lui-même sur la foi de son sommeil, après s’être aperçus qu’il était inutile de parler à un homme dont la figure pétrifiée annonçait une vie passée à mesurer des aunes de toiles et une intelligence occupée à les vendre tout bonnement plus cher qu’elles ne coûtaient. Ce gros petit homme, pelotonné dans son coin, ouvrait de temps en temps ses petits yeux d’un bleu-faïence, et les avait successivement portés sur chaque interlocuteur avec des expressions d’effroi, de doute et de défiance pendant cette discussion. Mais il paraissait ne craindre que ses compagnons de voyage et se soucier fort peu des Chouans. Quand il regardait le conducteur, on eût dit de deux francs-maçons. »

    Pour Honoré de Balzac est franc-maçonnique toute connivence infra-verbale ou toute compréhension spontanée entre des personnages. Cette entente secrète ou muette entre des personnages passe par de petites choses que seul un oeil exercé remarque. Il suffit d'une rencontre, d'un regard, d'une poignée de mains, d'un intérêt partagé pour qu'une espèce de complicité apparaisse. En voici un autre exemple. Il est extrait du roman Eugénie Grandet. Balzac décrit le père de l'héroïne comme suit :

    grandet.jpg« Grassins, le plus riche banquier de Saumur, aux bénéfices duquel le vigneron participait à sa convenance et secrètement. Quoique le vieux Cruchot et monsieur des Grassins possédassent cette profonde discrétion qui engendre en province la confiance et la fortune , ils témoignaient publiquement à monsieur Grandet un si grand respect que les observateurs pouvaient mesurer l'étendue des capitaux de l'ancien maire d'après la portée de l'obséquieuse considération dont il était l'objet. Il n'y avait dans Saumur personne qui ne fût persuadé que monsieur Grandet n'eût un trésor particulier, une cachette pleine de louis, et ne se donnât nuitamment les ineffables jouissances que procure la vue d'une grande niasse d'or. Les avaricieux en avaient une sorte de certitude en voyant les yeux du bonhomme , auxquels le métal jaune semblait avoir communiqué ses teintes. Le regard d'un homme accoutumé à tirer de ses capitaux un intérêt énorme contracte nécessairement , comme celui du voluptueux, du joueur ou du courtisan, certaines habitudes indéfinissables, des mouvements furtifs, avides, mystérieux qui n'échappent point à ses coreligionnaires. Ce langage secret forme en quelque sorte la franc-maçonnerie des passions. »

    Que faut-il comprendre par « franc-maçonnerie des passions » ? Balzac utilise à mon avis cette expression pour mettre en évidence les relations secrètes entre Grandet et son milieu. Ces relations secrètes n'ont rien de répréhensibles ou d'inavouables. Ce que Balzac veut dire, c'est que le père Grandet n'a pas besoin de parler pour se faire comprendre de ses interlocuteurs, notamment de ceux qui sont souvent en affaire avec lui. C'est donc cet ajustement à la fois subtil, spontané et naturel entre des individus que Balzac qualifie de franc-maçonnique. 

    Je voudrais citer enfin un exemple dans lequel Balzac ne dépeint pas les francs-maçons à leur avantage. On le trouve dans une étude de moeurs, aujourd'hui largement oubliée, qui s'intitule Monographie du rentier :

    « X. L'ESCOMPTEUR. Cette variété pâle, blême, à garde-vue vert adapté sur des yeux terribles par un cercle de fil d'archal, s'attache aux petites rues sombres, aux méchants appartements. Retranchée derrière des cartons, à un bureau propret, elle sait dire des phrases mielleuses qui enveloppent des résolutions implacables. Ces rentiers sont les plus courageux d'entre tous : ils demandent cinquante pour cent sur des effets à six mois, quand ils vous voient sans canne et sans crédit. Ils sont francs-maçons, et se font peindre avec leur costume de dignitaires du Grand-Orient. Les uns ont des redingotes vertes étriquées qui leur donnent, non moins que leur figure, une ressemblance avec les cigales, dont l'organe clairet semble être dans leur larynx; les autres ont la mine fade des veaux, procèdent avec lenteur et sont doucereux comme une purgation. Us perdent dans une seule affaire les bénéfices de dix escomptes usuraires, et finissent par acquérir une défiance qui les rend affreux. Cette variété ne rit jamais et ne se montre point sans parapluie; elle porte des doubles souliers. »

    On le voit, les références de Balzac à la franc-maçonnerie et aux francs-maçons sont assez minces. Je n'ai toutefois pas la prétention de connaître parfaitement La Comédie humaine, cette cathédrale littéraire de quatre-vingt-onze romans. Il se peut que certains points m'aient échappé. 

    Balzac est cependant connu pour ses romans philosophiques et ésotériques tels que Séraphîta, Lucien Lambert, Les Proscrits ou La Peau de Chagrin (liste bien entendu non exhaustive). Il y développe des idées proches du mysticisme swedenborgien et martiniste. Cela a conduit Marcel Guilbaud à affirmer, dans l'une de ses annotations des Proscrits, que Balzac avait reçu l'initiation martiniste en 1825, sans toutefois apporter la moindre preuve. Le fait paraît donc douteux. Dans un article très instructif (Balzac, martiniste et franc-maçon ?), Jean Louis Boutin montre, exemples à l'appui, que Balzac n'a jamais fait allusion dans ses romans à une initiation rituelle. Par conséquent, ce n'est pas parce que Balzac a évoqué dans Séraphîta la vie et l'oeuvre d'Emmanuel Swedenborg qu'on doit le considérer comme un adepte du mystique suédois. Il y a simplement puisé les éléments d'une trame romanesque et fantastique. On peut dire exactement la même chose de ses références à Louis-Claude de Saint-Martin.

    Balzac avait donc ses propres croyances qui s'étaient progressivement étoffées au gré de ses lectures et de ses inclinations. Il était fasciné par le surnaturel, les esprits, les revenants, les anges. Il était au fond bien dans l’atmosphère de son époque tout acquise au romantisme. Balzac croyait à la tentative d’exister dans la passion. Il défendait une morale de l’énergie. Il était subjugué par les caractères volontaires et par ceux qui, de façon générale, vivaient pleinement leur vie avec le désir de s'élever socialement et spirituellement.

    littérature,honoré de balzac,martinisme,louis-claude de saint-martin,emmanuel swedenborg,franc-maçonnerie,nadar,daguerréotypeBalzac pensait également que le corps humain, dans son essence constitutive, était composé de plusieurs couches spectrales. C’est la raison pour laquelle l’écrivain était terrorisé à l’idée de voir son image figée par le daguerréotype. Peu ouvert aux explications rationnelles et scientifiques du procédé, Honoré de Balzac préférait penser que le daguerréotype lui ôtait nécessairement une couche spectrale du corps pour les besoins de l’impression de son image sur la plaque de cuivre et d'argent. Dans son recueil de souvenirs, le vieux Nadar écrit malicieusement (Nadar, Quand j’étais photographe, Flammarion, Paris, 1905, p.7) :

    « Cette terreur de Balzac devant le Daguerréotype était-elle sincère ou jouée ? Sincère, Balzac n’eût eu là que gagner à perdre, ses ampleurs abdominales et autres lui permettant de prodiguer ses « spectres » sans compter. En tout cas, elle ne l’empêcha pas de poser au moins une fois pour ce Daguerréotype unique (…) »

    Autrement dit, Honoré Balzac était suffisamment gros pour ne pas craindre l’évaporation ! Il aurait donc eu suffisamment de marge pour être l’objet de nombreux clichés si la mort ne l'avait pas emporté prématurément en 1850. Nadar ajoute :

    « Quoi qu’il en fût, Balzac n’eut pas à aller bien loin pour trouver deux fidèles à sa nouvelle paroisse (…) le bon [Théophile] Gautier et le non moins excellent Gérard de Nerval emboîtèrent immédiatement le pas aux « Spectres » (…) Je ne saurais dire combien de temps le trio cabaliste tint bon devant l’explication toute physique du mystère Daguerrien, bientôt passée au domaine banal. Il est en croire qu’il en fut de notre Sanhédrin comme de toutes choses, et qu’après une très vive agitation première, on finit assez vite par n’en plus parler. Comme ils étaient venus, les « Spectres » devaient partir. »

    Il est temps de conclure. Balzac, génie de la littérature française, appartient au Panthéon imaginaire de toutes les gloires qui ne furent pas initiées. Il fut ce qu'il fut sans être franc-maçon. A quoi d'ailleurs servirait-il de le déclarer comme tel pour qu'il devienne ce qu'il n'a pas été de toute façon ? Cette non-appartenance rappelle utilement qu'on ne peut pas être reconnu franc-maçon sans avoir été initié dans une loge symbolique juste et parfaite. Si on devait en effet considérer Balzac comme « enfant de la veuve » en l'absence de tout rattachement à une loge, alors ça voudrait dire que l'initiation maçonnique ne servirait à rien.