Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Etre un bon maçon est la seule récompense

    Imprimer

    creason.jpgVoici un joli petit témoignage du F∴ Todd E. Creason, 33ème, de l'Illinois (Etats-Unis) que je voudrais vous faire partager.

    "Il y a quelques années, j'avais aidé la fille d'un frère passé à l'orient éternel à faire du rangement. Elle avait gardé une malle remplie d'affaires maçonniques et savait pas quoi en faire. Alors je suis allé vérifier. Et je dois reconnaître que je fus surpris de ce que j'y trouvai. Elle était effectivement remplie de choses relatives à la franc-maçonnerie, mais il y avait aussi un nombre considérable de prix maçonniques, de plaques, de certificats, de rubans, de médailles, etc., y compris un couvre-chef de 33ème degré et un certificat d'admission encore roulé dans son tube en carton d'origine. Ce n'était en fin de compte que des trucs moisis dans une vieille malle. Il s'agissait pourtant de distinctions que nombre de FF∴ auraient affiché fièrement. J'ai alors demandé à la fille du défunt pourquoi toutes ces affaires avaient été mises dans cette malle. La fille me répondit que c'était l'endroit où son père mettait apparemment tout ce qu'il avait reçu en franc-maçonnerie. Il n'a jamais rien affiché ostentatoirement. Il n'a jamais fait étalage de son chapeau de 33ème, de ses médailles et cordons maçonniques.

    Je fis remarquer à la fille que le parcours maçonnique de son père avait été remarquable et qu'il était étonnant qu'il l'ait caché dans cette vieille malle. Elle m'avait répondu ceci : "Je me souviens de certaines distinctions reçues par papa. Je sais qu'il était toujours reconnaissant et surpris chaque fois qu'il en recevait mais il m'a toujours dit que ce n'était pas la raison pour laquelle il était devenu franc-maçon. Il disait qu'être un bon maçon a toujours été sa seule récompense. Il n'a jamais eu besoin d'autre chose."

    Pour le F∴ Creason, cette histoire montre que si on fait quelque chose dans l'espoir d'être récompensé, alors on agit pour une mauvaise raison. On ne vient pas en franc-maçonnerie pour collectionner des dignités, des médailles et des tabliers, mais pour travailler humblement sur soi-même avec ses FF∴ dans l'intimité de la L∴. C'est ce que le F∴ Mark Twain, le célèbre auteur des Aventures de Tom Sawyer, formulait ainsi : "Il est mieux de mériter des honneurs que l'on a pas obtenus que de les obtenir sans les avoir mérités."

    decors.jpgLes décors, les rubans, les titres et les grades ne sont que des fictions symboliques qui témoignent d'une ancienneté et d'une progression au sein de la hiérarchie initiatique. En réalité, ces fictions symboliques impliquent plus de devoirs que de droits. Généralement, les vaniteux obnubilés par les apparences, ne savent pas à quoi elles les engagent.

    Ressembler à un franc-maçon parce qu'on porte un tablier ou qu'on est membre d'une L∴, est une chose. Mais être franc-maçon et se comporter comme tel, à chaque minute de son existence, en est une autre. C'est même toute la difficulté de l'initiation que le rite français résume en deux phrases lourdes de sens : "A toute heure, rappelons la grandeur des devoirs que nous nous sommes imposés. A toute heure, soyons prêts à les remplir."

  • La liberté absolue de conscience

    Imprimer

    ob_4b730e_10423716-670989179602796-8386132840519.jpgL’article 1 de la Constitution du Grand Orient de France énonce :

    « Institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive, la franc-maçonnerie a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale et la pratique de la solidarité.

    Elle travaille à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité.

    Elle a pour principes la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience.

    Considérant que les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclusif de l’appréciation individuelle de ses membres, elle se refuse à toute affirmation dogmatique.

    Elle attache une importance fondamentale à la laïcité.

    Elle a pour devise : liberté, égalité, fraternité. »

    Pour déterminer ce qu’il faut entendre par liberté absolue de conscience, il convient de se référer aux actes des Convents qui, seuls, éclairent le sens et la portée du texte constitutionnel.

    La liberté absolue de conscience est un concept qui a été discuté et voté afin de se substituer aux modifications successives de la Constitution du GODF, en 1849, 1854 et 1865. Cette Constitution affirmait notamment : « La franc-maçonnerie a pour principe l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. »

    La liberté absolue de conscience est donc une notion qui se réfère directement à la vie spirituelle de l’homme.

    Elle est la garantie que la franc-maçonnerie – du moins au Grand Orient de France – s’interdit de singer la religion et de lier les principes généraux de l'Ordre maçonnique aux doctrines religieuses particulières (en l’occurrence : le monothéisme et la migration de l’âme).

    Elle implique que la franc-maçonnerie doit ouvrir ses loges à toutes les opinions et à toutes les conceptions philosophiques, morales ou sociales, et que rien n’est plus contraire à l’Ordre que de classifier les francs-maçons en catégorie d’intérêts, d’opinions ou de doctrines (cf. circulaire du Conseil de l’Ordre du 18 novembre 1901).

    En d'autres termes, le franc-maçon doit être d’abord considéré par ses frères comme tel avant d’être vu sous l’angle de ses opinions particulières. La seule limite est de ne pas proférer des idées qui portent atteinte à la dignité humaine.

    Un croyant, pratiquant de surcroît, peut donc très bien se faire admettre en franc-maçonnerie mais il doit savoir que chez elle il n’y a pas de croyance a priori et que le seul engagement qu’elle préconise de chacun, c’est de penser, discuter et agir suivant sa conscience et sa raison dans le respect des autres.

  • Diversité de la F∴M∴ aux Etats-Unis

    Imprimer

    witten.jpgVu d'Europe, la franc-maçonnerie des Etats-Unis d'Amérique apparaît souvent comme un bloc homogène et rigide. Et il est vrai qu'à bien des égards, elle l'est car son attachement aux fondements traditionnels de l'Art Royal - que ce soit la croyance en Dieu, la non-mixité ou l'interdiction d'aborder des sujets politiques et religieux en loge - est loin d'y faire débat contrairement à ce qui se passe au sein de la franc-maçonnerie française. D'où l'image d'ultra-conservatisme des Grandes Loges nord-américaines.

    Pourtant, il faut aller au-delà des apparences car l'honnêteté intellectuelle commande de ne pas caricaturer la franc-maçonnerie américaine et de ne pas la réduire, par exemple, à la seule homophobie de certaines obédiences ou à la ségrégation raciale qui, parfois hélas, sévit encore dans certains Etats fédérés. En effet, la franc-maçonnerie est souvent le reflet des zones géographiques dans lesquelles elle développe ses activités. Aux Etats-Unis comme ailleurs dans le monde.

    Les Etats-Unis d'Amérique, on l'oublie trop souvent, représentent en superficie 17 fois la France. Ils comptent 320 millions d'habitants, dont 1,3 millions de francs-maçons. Il n'est pas sûr que les FF d'Europe aient toujours ces données en tête lorsqu'ils critiquent volontiers la FM des Etats-Unis. La réalité est que si l'Ordre maçonnique aux Etats-Unis est globalement uni sur un plan doctrinal, tous les FF américains ne partagent pas pour autant les mêmes opinions politiques, religieuses et morales. Chaque F a sa propre conception de la vie en société et demeure libre de penser et d'agir comme il l'entend. C'est précisément ce que le F∴ Benjamin Witten, premier surveillant de la R∴L∴ Olympia n°1 de l'O∴ d'Olympia (non loin de Seattle), a utilement rappelé dans un article publié dans la Masonic Tribune, le journal édité par la G∴L∴ de l'Etat de Washington (volume XCV, n°3, printemps 2015, p.10).

    "Les principes et les préceptes de la franc-maçonnerie sont anciens et honorables, et pourtant notre société a changé rapidement au cours de la dernière décennie. Contrairement à de nombreuses loges, notre atelier est plus jeune qu'il ne l'était il y a dix ans. Plus précisément, les hommes de 20 et 30 ans constituent la majorité des membres actifs de notre Loge, et ils viennent en maçonnerie avec leur propre sensibilité."

    Le F Witten constate que les jeunes membres de sa L respectent les usages maçonniques sans difficultés. Et la loge s'adapte aussi de son côté à ce renouvellement des générations, notamment à travers l'usage des nouvelles technologies de l'information. La L doit faire preuve de "cultural adaptation" (adaptation culturelle).

    Witten ajoute : 

    "Cependant, d'autres coutumes ne sont pas suivies par les jeunes maçons. Par exemple, de nombreux jeunes frères consomment occasionnellement de la marijuana (sa vente a été légalisée à Washington) et acceptent les homosexuels. Si ces points de vue ne cadrent avec vos mœurs ou votre religion, fort bien. Mais les préceptes maçonniques prescrivent que chacun d'entre nous suit sa propre boussole morale et n'interdisent pas aux Frères de fumer de la marijuana ou d'être gay. Je vous demande donc de faire preuve de tolérance par rapport à notre façon de voir les choses, comme vous faites preuve de tolérance à l'égard des opinions politiques et religieuses de tout autre Frère."

    Ce sont des propos qui, reconnaissons-le, sont très éloignés de ceux tenus par le G∴M∴ de la G∴L∴ de Géorgie, le F∴ Douglas McDonald Sr. Ils témoignent de la diversité des sensibilités au sein de la FM nord-américaine.

    En tout cas, en publiant le point de vue du F Witten, la GL de l'Etat de Washington, déjà connue pour ses prises de position progressistes, confirme ainsi son attachement à une maçonnerie plurielle, ouverte et tolérante (cf. sa position historique concernant la maçonnerie de Prince Hall),.

  • Etats-Unis d'Amérique : la société avance, la maçonnerie recule

    Imprimer

    etats-unis d'amérique,société,conservatisme,connerie,franc-maçonnerie,roger dachez, willam h. upton, franck j. haas

    Dans le Masonic Messenger d'octobre 2015, l'organe de la G∴L∴  de Géorgie (Etats-Unis d'Amérique), le G∴M∴ Douglas W. McDonald Senior écrit ce monument de connerie :

    "Edict 2015-1 was issued on September 8 declaring that a Freemason is obliged to obey the moral law and Almighty God, the Grand Architect of the Universe, the Father of Abraham, Isaac and Jacob; that basic moral laws are not man-made Edicts or Decrees, but spring from the eternal justice and wisdom of Almighty God; Freemasons must constantly strive to keep their integrity intact, for it is our integrity that holds our way of life together, and when integrity is lost, all is lost; that good moral character is a pre-requisite for admission into Freemasonry (...) and that homosexuality is contrary to the moral law."

    Ce qui peut se traduire ainsi :

    "L'édit 2015-1 a été publié le 8 septembre et énonce que le franc-maçon est obligé d'obéir à la loi morale et à Dieu Tout-Puissant, le Grand Architecte de l'Univers, le Père d'Abraham, Isaac et Jacob ; que les lois morales fondamentales ne résultent pas d'édits ou de décrets artificiels, mais ressortent de la justice éternelle et de la sagesse de Dieu Tout-Puissant. Les francs-maçons doivent constamment s'efforcer de garder leur intégrité intacte, car notre manière de vivre ensemble en dépend, et lorsque l'intégrité est perdue, tout est perdu ; que la bonne moralité est un pré-requis pour l'admission dans la franc-maçonnerie (...) que l'homosexualité est contraire à la loi morale."

    Les homosexuels sont donc exclus de la franc-maçonnerie de cet Etat au nom de la loi morale et du G∴A∴D∴L∴U∴ Tout-Puissant !

    Cet édit inique et honteux, absolument contraire aux principes les plus sacrés de l'Ordre maçonnique, a été commenté par Roger Dachez et la blogueuse La Maçonne. Je ne reviendrai pas sur le fond de leurs analyses respectives que je partage entièrement.

    Je voudrais simplement souligner que cette prise de position consternante et rétrograde témoigne de l'ultra-conservatisme d'une maçonnerie américaine en pleine décroissance et plus que jamais déconnectée des réalités sociales.

    J'ai déjà eu l'occasion de montrer des exemples de cet ultra-conservatisme à travers le combat courageux de William H. Upton en faveur de la reconnaissance de "la maçonnerie nègre", l'interdiction de l'alcool par la G∴L∴ de l'Indiana ou encore les déboires judiciaires du malheureux F∴ Frank J. Haas en Virginie-Occidentale.

    Qu'il me soit permis de rappeler ici que la Cour suprême des États-Unis a rendu, le 26 juin 2015, une décision historique aux termes de laquelle elle a jugé que la Constitution fédérale garantissait aux personnes de même sexe le droit de pouvoir se marier.

    En d'autres termes, l'élargissement du mariage aux personnes de même sexe est devenu désormais un droit constitutionnel. Ce droit a vocation à être reconnu dans tous les Etats américains, y compris dans la très conservatrice Géorgie.

    Mais ce changement social profond et juridiquement irréversible semble avoir échappé au G∴M∴ McDonald. A moins que ce dernier n'ait précisément voulu profiter de la campagne des primaires pour affirmer le rejet de ce changement.

    N'oublions pas, en effet, que les Etats-Unis d'Amérique éliront, l'an prochain, un successeur au Président Obama.