Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une transition difficile (2)

Imprimer

inquiétude.jpgJ'avais déjà évoqué les difficultés auxquelles ma loge est confrontée. Ces difficultés semblent malheureusement s'amplifier. Depuis plusieurs mois, je reçois des appels téléphoniques ou des courriers électroniques plus ou moins alarmistes. Je ne discute pas les reproches formulés. Mon successeur, probablement animé du souci de bien faire, a effectivement pris le premier maillet avec l'ambition de tout changer de fond en comble. Il a peut-être eu aussi la maladresse de critiquer des augmentations de salaire ou en tout cas de donner l'impression qu'il les critiquait. S'il y a des incompréhensions, elles peuvent toujours être levées.

Il serait toutefois injuste d'imputer l'entière responsabilité de la situation présente à l'action d'un seul homme. La loge doit aussi en prendre sa part car j'avais pris soin de l'informer longtemps à l'avance que je ne me représenterais pas. Des candidatures pressenties ne se sont pas concrétisées. Nos effectifs sont modestes et les possibilités restreintes. Bref, il y a eu tout un enchaînement de cause à effet qui explique la situation présente. C'est sans doute pour toutes ces raisons que je n'éprouve pas spécialement l'envie de jouer le médiateur. Pourquoi d'ailleurs ? Une loge doit être capable de résister à son vénérable si elle estime que son action est contestable ; elle doit être aussi capable de le supporter toute une année, c'est-à-dire le tolérer au sens étymologique du verbe si elle ne veut pas assumer les inconvénients d'une confrontation. Elle ne doit pas non plus perdre de vue que celui-ci donne gracieusement de son temps au service de tous.

Ce que je veux dire, c'est que tous les ateliers connaissent à un moment donné des épisodes plus ou moins tourmentés. Certains  en ressortent plus forts. D'autres ne s'en relèvent pas. C'est donc aux frères qui les composent, d'en tirer le meilleur parti en ayant pour cela le sens de la mesure et du temps car en franc-maçonnerie, nul n'est indispensable. Les hommes passent. Des ouvriers quittent le chantier. D'autres reprennent les outils. Il y a des démissions. Il y a des initiations et des affiliations. Il y a des périodes fastes et des périodes creuses. Il y a des jours avec et des jours sans. C'est ainsi. Qu'il s'agisse donc de résister ou de supporter, le choix revient toujours à la loge souveraine et à elle seule.

Un dernier mot. Certains de mes frères m'ont confié leur désarroi ou leur déception au point parfois de vouloir démissionner ou de changer de loge. Libre à eux d'agir comme ils le sentent. Il est naturel d'éprouver de la lassitude. Je voudrais en tout cas que ces frères déçus, impatients ou en colère, puissent se remémorer les raisons qui les ont incités à frapper à la porte du temple. C'est le plus important. Il faut toujours se souvenir de ses motivations de départ. J'aimerais qu'ils méditent aussi, du moins s'ils le veulent, ce petit poème de Djalâl-od-Dîn Rûmî (1207-1273) que je trouve très beau.

« Ainsi l'être humain est une auberge.
Chaque matin, un nouvel arrivant.
Une joie, un découragement, une méchanceté,
une conscience passagère se présente,
comme un hôte qu'on n'attendait pas.

Accueille-les tous de bon cœur !
Même si c'est une foule de chagrins
qui saccage tout dans ta maison,
et la vide de ses meubles,
traite chaque invité avec honneur.
Il fait peut-être de la place en toi pour de nouveaux plaisirs.

L'idée noire, la honte, la malice,
accueille-les à ta porte avec le sourire
et invite-les à entrer.

Soit reconnaissant à tous ceux qui viennent
car chacun est un guide
qui t'est envoyé de l'au-delà. »

L'au-delà n'est pas forcément celui auquel on pense. Il peut désigner aussi le merveilleux d'une rencontre inattendue ou tout simplement ce qui surgit au-delà de soi. La concorde grandit ce qui est petit. La discorde annihile ce qui est grand. Demain est un autre jour.  Allez hop ! Haut les coeurs !

_________

Modifié et édulcoré le 27/10/2017 - 12h00

Les commentaires sont fermés.