Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une heure avec Manuel Valls

Imprimer

valls1.jpgEn 2008, j'étais descendu à Nîmes écouter une intervention de Mme Ségolène Royal qui apportait, à l'époque, un ton nouveau en politique. Elle était le chef de file de la motion E et guignait le poste de premier secrétaire du PS.

Je n'étais pas un béni oui-oui de la dame mais j'avoue qu'elle ne manquait pas de courage face aux attaques parfaitement dégueulasses dont elle faisait l'objet. Elle digérait sa défaite de 2007.

Durant le meeting, j'avais fait la connaissance d'un gars originaire de la Lozère qui travaillait à Evry. Il était membre de la section socialiste de la ville dont Manuel Valls était le maire.

Après le meeting, je me souviens que mon comparse lui avait adressé un grand signe de la main :

« -Oooooooh ! Mâââaânu ! Putain ça va ?! »

Et Valls de répondre, les yeux écarquillés :

« -Oh mais c'est toi ? qu'est-ce que tu fous là ? » 

Et Manuel Valls vînt vers nous. Il n'en revenait pas de voir un de ses camarades de la section d'Evry dans ce meeting nîmois. Nous avons discuté de tout et de rien comme si nous nous connaissions depuis toujours. Je n'avais jamais rencontré de mandataire public aussi disponible dans la discussion même si j'avais déjà eu l'occasion de rencontrer Henri Emmanuelli et Jean-Luc Mélenchon (également étonnants de proximité).

Mon comparse était profane. Pour ma part, j'étais sur la réserve devant Valls dont je savais qu'il avait fréquenté le Grand Orient à un moment donné. Le maire d'Evry était en sommeil. A quoi cela aurait-il servi de me dévoiler ? A rien.

Je me souviens que Vincent Peillon était en retrait. Muet comme une carpe. Il s'emmerdait ostensiblement. Ségolène Royal, elle, gérait les militants qui jouaient des coudes pour lui parler. Raide. Le sourire crispée.

Pour terminer. Une photo. Ironie de l'histoire. On y voit le révolutionnaire en retrait (Jean-Luc Mélenchon). L'adepte tardif du revenu universel (Benoît Hamon). Et le prétendu réactionnaire (Manuel Valls). Je n'ai pas cerclé de rouge l'actuel premier secrétaire du PS (Jean-Christophe Cambadélis), l'actuel commissaire européen (Pierre Moscovici) et l'actuel président de l'assemblée nationale (Claude Bartolone). 

2008,manuel valls,socialisme,cité,souvenir

Et en avant-plan, l'ancien premier ministre Michel Rocard (paix à ses cendres).

Les commentaires sont fermés.