Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • De retour de loge

    Imprimer

    Tous les FF∴ de province le savent et plus particulièrement ceux qui vivent dans la France profonde et appartiennent à de petites loges rurales comme c'est mon cas : les maçons sont habitués à se déplacer.

    Chez moi, les distances se calculent plus en temps qu'en kilomètres. Aller en loge est certes un plaisir, mais c'est aussi un réel effort. Je dois prendre la voiture et faire au moins une heure de trajet aller et une heure de trajet retour sur de petites routes sinueuses. Je ne m'en plains pas car certains de mes FF∴ font plus de quatre heures de route (aller retour bien sûr). Et il n'est pas rare – surtout en cette période - que les conditions soient difficiles (verglas, brouillard, neige)...

    Mais ce n'est pas bien grave. Les « maçons ruraux » ont l'habitude.

  • No comment

    Imprimer

    blog-world1.jpgJe dois une petite explication à ceux d'entre vous qui me font l'amitié de m'écrire pour s'étonner de ne pas pouvoir laisser de commentaires au bas de mes notes. Ce n'est certes pas par refus du dialogue ou par désintérêt à l'égard des opinions d'autrui, mais parce que je suis convaincu des limites du procédé. Il suffit de le constater en lisant d'autres blogs (maçonniques ou non). Les commentaires sont rarement intéressants et n'apportent pas grand-chose, quand ils dégénèrent pas purement et simplement sous l'action de trolls qui sillonnent le web pour polémiquer et pourrir les discussions en y apportant la médiocrité de leur pauvre petite existence virtuelle dont tout le monde se fout par ailleurs. Je me mets dans le lot. Je ne compte plus le nombre de commentaires inutiles que j'ai pu écrire sous tel ou tel article écrit par un autre.

    Bref, quand j'écris une note sur mon blog, je n'attends rien en retour même si j'éprouve évidemment du plaisir à être lu. Je veux dire que je livre unilatéralement une opinion, une analyse, une émotion, un coup de cœur ou un coup de gueule. J'aime l'idée que la note fasse progressivement son chemin dans la tête et le cœur des lecteurs. Ou pas. Certains m'écrivent. L'immense majorité passe silencieusement. Certaines notes, que j'ai pris du temps à écrire, font un flop. D'autres notes, rédigées à la va-vite, suscitent un plus grand intérêt des lecteurs. Il n'y a pas de règles. Parfois un blog fait un lien avec le mien, cite une de mes notes, soit pour aller dans son sens, soit pour en prendre le contre-pied. C'est très bien ainsi.

    Pour moi, un blog consiste avant tout à éditer du contenu. De qualité si possible. Pour ceux qui ont envie de discuter - et c'est tout à fait légitime - il existe des forums qui sont conçus spécialement pour ça. Je parle d'expérience. Je suis sur le web depuis 1996. J'en ai vu passer des choses depuis les modems ultra-bruyants qui faisaient exploser les factures téléphoniques. J'ai assisté à la plupart des évolutions de l'internet et à son entrée dans nos vies quotidiennes. Et notamment à l'émergence des réseaux sociaux. Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire, j'ai fondé fin 2002 le forum Frédéric Desmons. Ce forum, toujours en activités, a connu en treize ans d'existence des centaines et des centaines de membres venus de tous les horizons maçonniques. Les sujets de discussion y sont toujours aussi nombreux, riches et variés pour autant que je puisse en juger car j'ai pris du recul depuis plusieurs années. Ils touchent en tout cas tous les aspects de la vie maçonnique. Et, à titre personnel, ce forum m'a permis d'être sensibilisé à la diversité des approches de l'art royal comme jamais je ne l'aurais été si j'étais resté le cul assis sur ma colonne, dans ma petite loge, avec mes petites habitudes. Je connais la valeur du dialogue et des rencontres même par ordinateurs. J'en connais aussi les limites. J'ai donc largement donné dans le domaine des échanges internautiques et des communautés virtuelles pour vouloir construire à présent un petit espace personnel qui n'apporte rien d'autre que le bonheur d'écrire et le plaisir d'être lu.

  • De la tolérance

    Imprimer

    ca8a8af3931a821b4cde4c35f3194ee4_XL.jpgLa tolérance est un terme ambigu. Elle désigne cette attitude qui admet chez autrui une manière de penser ou d’agir différente de celle qu’on adopte soi-même et qui respecte la liberté d’autrui en matière de religion, d’opinions philosophiques, politiques.

    Encore faut-il être en position de pouvoir tolérer. En effet, qu’est-ce qui peut nous pousser à tolérer - donc à admettre et respecter - une pensée, un comportement, une opinion que l’on ne partage pas si ce n’est que nous sommes en position de supériorité ? La tolérance serait-elle donc affaire de contexte avant d’être une valeur universelle ? A-t-on jamais vu, par exemple, un peuple asservi tolérer le joug imposé par une puissance occupante ? Il est tellement facile de tolérer lorsqu’on ne souffre pas dans sa chair et dans ses convictions de l’injustice et d’iniquités diverses.

    Oui, décidément, la tolérance est ambiguë. Et, finalement, je me demande si elle n’est pas à prendre dans son sens originel. Tolérance du verbe latin tolerare : supporter. Elle implique l’idée de limites à ne pas franchir. C’est peut-être moins engageant que la valeur universelle que l’on a souvent en tête quand on emploie le mot mais, au moins, la tolérance, dans son sens étymologique, désigne ce qui est à notre mesure.

    Parler de tolérance, c’est forcément se confronter à l’autre précisément en ce qu’il n’est pas soi, précisément en ce qu’il diffère de soi, précisément en ce qu’il peut inquiéter, précisément en ce qu’il peut apporter et qu’on ne soupçonne pas encore. La tolérance est ce qui ouvre un passage vers la reconnaissance de l'autre.

  • L'homme battu

    Imprimer

    société,violence,femmes,hommes8 mars, journée internationale de la femme. 25 novembre, journée internationale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes. Loin de moi l’idée de discuter les violences faites aux femmes. J’aimerais néanmoins que l’on n'oublie pas d'évoquer les violences faites aux hommes par les femmes. Mais là je rêve, car le sujet est tabou et n'intéresse pas les pouvoirs publics. Il fait même rigoler tout le monde. L'homme battu est souvent perçu comme une mauviette, un sous-homme, un type dépourvu de toute virilité, un gars au fond qui mérite son sort.

    C'est un sujet que je connais bien. J'ai été battu par une femme. Cela a commencé de façon insidieuse et duré environ quatre ans. Le plus souvent à l'abri des regards. D'abord par des remarques déplacées, voire franchement grossières essuyées, au départ sans y faire très attention, puis de plus en plus douloureusement. Sur moi, ma famille, mes amis, mon tissu relationnel élargi, sur les choses que j'appréciais etc. Ensuite par des injures qui, progressivement, sont devenues quotidiennes et qui, quelques fois, ont fini par déborder de la sphère intime quand elle ne parvenait plus à se contenir (chez des amis par exemple). Enfin, beaucoup plus tard, par des gifles, des assiettes qui volent dans le salon, des coups que l'on encaisse sans répliquer dans le feu d'une scène de ménage. Je dis bien "sans répliquer" car l'homme battu que j'étais savait parfaitement qu'il pouvait la laisser sur le carreau à tout moment. J'étais bien plus costaud qu'elle. Lui coller une droite aurait été un jeu d'enfant. Seulement voilà, les coups d'un homme donnés sur le corps d'une femme ont plus d'impact juridique que les coups d'une femme donnés sur le corps d'un homme. C'est trivial, dit ainsi, mais c'est pourtant la réalité des choses. Répliquer, même pour me défendre, c'eût été me condamner d'avance aux yeux d'un flic, d'un magistrat, de la société tout entière... Je savais que ma parole d'homme dévalorisé n'aurait aucune espèce d'importance face à la sienne. Heureusement qu'elle n'a pas eu de beignes dans la tronche ! Pourtant, comme j'aurais aimé lui en coller une. Rien qu'une. Une belle tarte. Mais elle en aurait fait la tragédie du siècle et moi les frais. J'ai eu la chance d'en être conscient tout de suite. Je sais que d'autres ne l'ont pas et répliquent sans réfléchir dans un geste d'humeur et d'exaspération avec toutes les conséquences pénales et civiles qui y sont attachées.

    Alors on prend son mal en patience. On serre les dents et on remet son destin à des jours meilleurs. On se ment beaucoup. Peut-être a-t-elle des soucis ? Peut-être ne fais-je pas assez d'efforts ? Elle a probablement raison. Je ne suis qu'un nul, un minable, un raté. Elle perd sa vie avec moi. Elle mérite mieux qu'un looser. Il va falloir que je me ressaisisse... Comme il est bien difficile regarder en face, et lucidement, l'échec de sa vie conjugale sans chercher des excuses à l'autre, sans chercher des stratagèmes pour sauvegarder les apparences sociales et repousser l'inéluctable. Ça fait heureusement très longtemps que je me suis sorti de cette spirale mortifère et de l'emprise de cette connasse, de cette coquille vide, de cette perverse narcissique dépourvue d'affects. Il m'a fallu cependant l'aide bienveillante de proches qui m'ont fait prendre conscience de l'impasse dans laquelle je me trouvais, qui m'ont tendu la main, m'ont redonné de l'estime de soi et m'ont dit : "Maintenant, ça suffit. Tu n'as rien à te reprocher. C'est elle qui a un gros problème. Elle te dénigre. Elle te fait du mal. Tu te négliges. Ça ne te ressemble pas. Casse-toi, divorce-la !" Seul, m'en serais-je sorti ? Quinze ans après, je n'ai toujours pas la réponse à cette question qui a cessé de m'obséder depuis. La roue a tourné dans le bon sens. Je vis heureux à présent avec une femme que j'aime, qui m'aime et qui m'a donné le plus adorable des petits garçons.

    Ce que j'aimerais que l'on parvienne à comprendre un jour, c'est que les femmes et les hommes ne se rangent pas en blocs monolithiques avec, d’un côté, les femmes opprimées et, de l’autre, les hommes oppresseurs. L’oppression sociale et idéologique masculine a toujours trouvé, dans l’intimité, sa contrepartie sur le terrain affectif et privé, où des femmes ont fini par exercer une forme de dictature féroce. Habituées naturellement à se poser en "victimes", aidées en cela par le droit qui leur est plus favorable, elles ne se rendent pas compte de leur pouvoir opprimant. Le fait est que beaucoup de couples modernes vivent des échanges où la dynamique "traditionnelle" des pouvoirs est en réalité inversée. Sauf que notre société, si soucieuse d'égalité, n'est pas prête à le voir et à l'admettre.