Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Julien Salingue ou la lucidité douloureuse

Imprimer

Après Thomas Guénolé, voici une autre belle découverte télévisuelle. Julien Salingue, politologue. Il a soutenu en 2013 une thèse de doctorat en Science politique à l'Université Paris 8. Ses recherches portent sur la question palestinienne. Il est également membre de l'observatoire critique des médias Acrimed. Il anime deux blogs : Julien Salingue.fr et "Le pire n'est pas certain" (dans lequel il éreinte - et le verbe est faible - la très médiatique Caroline Fourest).

J'avoue que je ne connaissais pas ce chercheur que je classe intuitivement à l'extrême gauche de l'échiquier politique (intuition d'ailleurs très vite confirmée par sa lettre d'adieu au militant antifasciste Clément Méric assassiné en 2013).

Si j'en parle aujourd'hui dans le cadre de ce blog, c'est parce que Salingue a fait une longue et belle intervention (ferme sur le fond et souple sur la forme) dans l'émission de débats de Frédéric Taddeï Ce soir ou Jamais. Il était question de la Palestine et d'Israël. Je vous invite à écouter cette intervention et à vous faire ensuite votre propre jugement.

Pour ma part, je pense que Julien Salingue a démontré qu'une lucidité douloureuse valait mieux qu'une apaisante illusion.

Les commentaires sont fermés.